Gueorgui Gongadzé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gueorgui Gongadzé
Description de l'image Georgi gongadse.jpg.
Nom de naissance Gueorgui Ruslanovitch Gongadzé
Naissance
Tbilissi
Décès (à 31 ans)
Inconnu
Nationalité Ukrainien
Pays de résidence Ukraine
Diplôme
Activité principale
Distinctions
Conjoint

Gueorgui Rouslanovitch Gongadzé (en ukrainien : Георгій Русланович Ґонґадзе, en géorgien : გიორგი ღონღაძე, né le - mort le [1]) est un journaliste ukrainien d'origine géorgienne, enlevé et assassiné en 2000. L'affaire Gongadzé a notamment conduit à la défiance d'une partie des Ukrainiens envers le pouvoir en place, et à la Révolution orange de 2004[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

Gueorgui Gongadzé naît à Tbilissi en RSS de Géorgie. Il est le fils d'un homme politique géorgien et d'une infirmière ukrainienne. Il étudie à l'Université Ivan Franko à Lviv, et devient un journaliste talentueux, d'abord en Géorgie, où il couvre le conflit en Abkhazie; puis en Ukraine.

Il se pose comme un critique virulent du président Leonid Koutchma, notamment lors de l'élection présidentielle ukrainienne de 1999.

En avril 2000, il fonde avec Olena Prytula le site d'actualités en ligne Ukrayinska Pravda (La Vérité ukrainienne, en ukrainien : Українська правда)[3], qui a pour objectif de contourner la mainmise croissante du gouvernement sur les médias traditionnels.

En juin, il écrit une lettre ouverte au procureur-général pour se plaindre du harcèlement du service de sécurité d'Ukraine, qui le force à se cacher. Il affirme être suivi, lui et sa famille, et des pressions seraient exercées sur son équipe[4].

Disparition et enquête[modifier | modifier le code]

Gueorgui Gongadzé disparaît le . Deux mois plus tard, le , un corps est retrouvé dans une forêt à 70 kilomètres de Kiev. Le corps a été décapité et trempé dans de l'acide [5]. Il est identifié par les proches de Gongadzé comme étant celui du journaliste disparu.

En novembre, des enregistrements audio impliquant le président Koutchma, ainsi que l'adjoint du président Volodymyr Lytvyn et le ministre de l'Intérieur Iouri Kravtchenko sont publiés, dans ce qui sera appelé le « Scandale des cassettes ». Leur authenticité est cependant mise en cause.

Des manifestations ont lieu pour protester contre les circonstances de la mort du journaliste et contre la présidence de Koutchma[6].

L'affaire prend une tournure internationale en 2001, lorsque l'Union européenne déplore la manière dont est mené l'enquête officielle. L'OSCE déclare quant à elle que l'enquête à jusqu'alors été conduite de manière « très peu professionnelle »[7].

Arrestations et procès[modifier | modifier le code]

Le , le président Viktor Iouchtchenko annonce que les coupables ont été arrêtés[8]. Le 4, l'ancien ministre de l'Intérieur Iouri Kravtchenko, soupçonné d'être également impliqué dans l'affaire, est retrouvé mort dans sa datcha de la banlieue de Kiev. La police conclut à un suicide[9].

En mars 2008, trois anciens policiers, Valeri Kostenko, Olexandr Popovitch et Mykola Protassov sont condamnés pour le meurtre de Gueorgui Gongadzé à des peines allant de 12 à 13 ans de prison, sans pour autant que le commanditaire du meurtre soit identifié[10],[11]. Un quatrième homme soupçonné d'être le chef du groupe, le général Olexi Poukatch, chef du département des recherches criminelles au ministère de l'Intérieur, est alors toujours recherché[12].

Le 22 juillet 2009, Poukatch est arrêté dans l'oblast de Jytomyr[13]. Le 28 juillet, des fragments du crâne de Gongadzé sont retrouvés sur ses indications[14]. La mère de Gueorgui Gongadzé conteste cependant que ces fragments appartiennent à son fils[15].

Le , Leonid Koutchma fait l'objet d'une enquête criminelle pour le meurtre de Gongadzé, dont il est soupçonné d'être le commanditaire[16]. Koutchma a toujours nié son implication dans cette affaire[17].

Le , le procès de Poukatch s'ouvre à huis clos[18]. Le 31 août, l'accusé affirme que l'ancien président Koutchma est un des commanditaires du meurtre. Il met également en cause le président du Parlement ukrainien Volodymyr Lytvyn et l'ancien ministre de l'Intérieur Kravtchenko[2].

Commémorations[modifier | modifier le code]

Monument dédié à Gongadzé à Kiev.

Le 23 août 2005, par décret présidentiel de Viktor Iouchtchenko, Gongadzé reçoit à titre posthume la décoration de Héros d'Ukraine, plus haut titre honorifique du pays[19].

En août 2008, un monument dédié à Gueorgui Gongadzé et à tous les journalistes morts en exerçant leur métier est inauguré à Kiev. Aucun proche de Gongadzé n'assistera cependant à l'inauguration, et ils protesteront contre le fait qu'un monument soit érigé, alors que l'affaire n'est pas encore résolue et les responsables condamnés[20].

Le 16 septembre 2010, des rassemblements ont lieu à Kiev et à Lviv pour commémorer le dixième anniversaire de la disparition du journaliste[21].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gongadze disparaît le 16 septembre. La date de décès n'est pas connue de manière formelle, mais a probablement eu lieu le 17 septembre.
  2. a et b « Meurtre d'un journaliste ukrainien: l'ex-président Koutchma mis en cause », sur www.cyberpresse.ca,‎
  3. (uk)(ru) Site de Ukrayinska Pravda
  4. (en) « Outspoken Ukraine journalist missing », BBC News,‎
  5. Certaines sources indiquent que le corps a été arrosé avec de l'essence et brûlé.
  6. « Gueorgui Gongadzé, martyr de la démocratie ukrainienne », Le Temps,‎
  7. (en) « Ukraine's 'censorship killing' », BBC News,‎
  8. (en) « 'Gongadze killers' held by police », BBC News,‎
  9. (en) « Ukraine minister 'killed himself' », BBC News,‎
  10. « La deuxième mort de Guéorgui Gongadzé », Libération,‎
  11. (en) « Ukraine journalist killers jailed », BBC News,‎
  12. « Ukraine: les assassins de Gongadzé condamnés, les commanditaires inconnus », RTL,‎
  13. (en) « Employees of SBU and Prosecutor’s General office detained Pukach », sur www.unian.net,‎
  14. (en) « Source: Fragment of Gongadze's skull found », Interfax - Ukraine,‎
  15. (en) « Lesya Gongadze: They want to blame my son's murder on a dead person », Kyiv Post,‎
  16. « L’ex-président ukrainien mis en cause dans le meurtre d’un journaliste », Euronews,‎
  17. « Meurtre Gongadzé: l'ex-président ukrainien Koutchma clame son innocence », Le Point,‎
  18. (en) « Gongadze murder suspect's trial should be open to public », Committee to Protect Journalists,‎
  19. (uk) « Ukase présidentiel n°1202/2005 », Site de la présidence de l'Ukraine,‎
  20. (en) « Gongadze monument an affront to those who knew him best », Kyiv Post,‎
  21. (en) « Residents of Kyiv, Lviv to mark Gongadze murder on Sept. 16 », Kyiv Post,‎

Source[modifier | modifier le code]