Guentrange

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guentrange
Blason de Guentrange
Héraldique
Église paroissiale Saint-Urbain.
Église paroissiale Saint-Urbain.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Ville Thionville
Code postal 57100
Démographie
Gentilé Guentrangeois
Population 1 080 hab. (1954)
Géographie
Coordonnées 49° 22′ 00″ nord, 6° 08′ 30″ est
Site(s) touristique(s) Fort de Guentrange
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir la carte administrative de la Moselle
City locator 14.svg
Guentrange

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Guentrange

Guentrange est un ancien village situé sur les hauteurs de la commune française de Thionville. C'était anciennement un petit village de vignerons faisant déjà partie de Thionville, car Il n'a jamais été une commune autonome et en a toujours fait partie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Guentrange se situe sur une colline au nord-ouest de Thionville. Il est divisé en deux grandes parties : Haute-Guentrange et Basse-Guentrange.

Le village est dominé par le Fort de Guentrange.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Guentrange (Basse et Haute):

Le nom serait dérivé du nom propre germanique Gunther[1], suivi du suffixe -ing francisé en -ange.
Anciennes mentions : Guntringas (1147), Gentrigen (1572), Guintringen (1575-1582), Kuentrange (1682), Guntrange (1686)[2]. Gentringen pendant l'annexion allemande.

Histoire[modifier | modifier le code]

Guentrange-bas était jadis une ferme portant le nom de Hames-Hof[1]. C'est en 1147 qu'un petit groupe de maisons fut nommé Guntringas.

Ce lieu a de tous temps formé une dépendance de Thionville et depuis l'affranchissement de cette ville, ses habitants ont été compris parmi les bourgeois de Thionville[1].

Autrefois Guentrange était un hameau de vignerons. Il reste encore des témoignages de cette époque : quelques pressoirs et vignes. Le vignoble de Guentrange fut toujours un vignoble à flanc de coteau. Il est orienté vers le sud-est, permettant une longue insolation pendant la journée. Le climat de la région, très variable et à courbe annuelle de température en dent de scie, n’est pas tellement favorable à la vigne.

La révolution industrielle installe les grands réseaux ferroviaires, habitue l’ouvrier des villes à boire du vin obtenu à moindre prix par la monoculture naissante du Midi. La « Sentinelle de Thionville », un journal du 30 juillet 1862, dit que « dans un litre de vin du Midi il y a plus d’alcool, plus de tanin, de tartre, plus de glucose que dans un litre de vin de la Moselle » et ensuite « un seul élément l’emporte dans ce dernier (vin de Moselle), c’est l’eau ». La vigne est la seule grande ressource pour les Guentrangeois.

De plus, au début du XXe siècle, il y a une implantation soudaine, à quelques kilomètres du vieux vignoble, d’un complexe industriel et urbain offrant des emplois et des carrières qui n’avait jamais existé. Le salaire mensuel garanti a semblé préférable désormais aux aléas du métier ancestral. C’est sûrement comme cela que les vignes de Guentrange ont été abandonnées petit à petit. Le vignoble disparaît au début du XXe siècle. Les dernières vendanges ont été faites en 1911. Si l'on observe le blason de Guentrange, on voit une vigne et, un peu plus bas, des mirabelles qui ont succédé aux vignes. Les villageois en font, entre autres, de l'eau-de-vie.

Il reste encore dans Guentrange des traces architecturales des diverses occupations de Thionville. Ainsi, une maison de style espagnol, hacienda construite entre 1630 et 1710 pendant l’occupation espagnole, ou l’architecture du châtelet appelé Bergschlässchen de style allemand (le nom allemand de Thionville est Diedenhofen). Ce dernier fut occupé par les FFI pendant la Seconde Guerre mondiale.

Cette petite commune fut aussi un point stratégique pendant la guerre avec son fort situé sur le sommet de Guentrange, construit par les Allemands entre 1899 et 1914 pour couvrir les ponts contre les offensives françaises venant du pays Haut. Le fort de Guentrange fut intégré à la ligne Maginot (du nom de l’homme politique André Maginot) en 1930. La ligne Maginot est une ligne de fortifications et de défense construite par la France le long de ses frontières avec l’Allemagne et l’Italie (ligne alpine).

Aujourd’hui Guentrange est un quartier résidentiel très prisé. Ce sont plutôt de grandes maisons et villas qui y sont implantées. Le village s’est complètement métamorphosé. Il est passé d’un village de vignoble avec une population d'agriculteurs et de vignerons qui vivaient de leurs terres à un quartier résidentiel de Thionville. Aujourd’hui seul les anciens persistent. De plus, le prix du terrain a complètement flambé à Thionville. Le prix de l’are (100 m²) à Guentrange flirte avec les 30 000 euros ; l'immobilier à Thionville est le plus cher de Lorraine, du fait notamment du la proximité du Luxembourg et du travail frontalier. Quand 100 emplois sont créés au Luxembourg, 20 reviennent à Thionville.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Guentrange Blason D'argent au cep tuteuré de tenné, feuillé de sinople et fruité de pourpre sur un tertre de gueules ; au chef d'azur chargé d'un château d'or ouvert d'azur[3].
Détails

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Sobriquets[modifier | modifier le code]

Les habitants de Guentrange étaient surnommés : d'Hoselächer (les trous de lièvres)[4], d'Knoweleksfresser (les mangeurs d'ail)[4].

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Albert-Louis Piernet (dir.), Hemechtsland a Sprooch : Gentréngen, H.A.S. (no 6), (ISSN 0762-7440)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Publications de la Société pour la Recherche et la Conservation des Monuments Historiques dans le Grand-Duché de Luxembourg, Volume 18,1863.
  2. a, b et c Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  3. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=10821
  4. a et b Albert-Louis Piernet (dir.), Hemechtsland a Sprooch : Gentréngen, H.A.S. (n°6), 1984

Sur les autres projets Wikimedia :