Guarani (langue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guarani.
Guarani
avañe'ẽ
Pays Argentine, Bolivie, Brésil, Paraguay
Nombre de locuteurs 4 939 180[1]
Typologie agglutinante, active
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle Drapeau du Paraguay Paraguay
Drapeau de la Bolivie Bolivie
Bandera de la Provincia de Misiones.svg Misiones (Argentine)
Bandera de la Provincia de Corrientes.svg Corrientes (Argentine)
Régi par Académie de la langue guarani (Paraguay)
Codes de langue
ISO 639-1 gn
ISO 639-2 grn
ISO 639-3 grn – Code générique
Étendue macro-langue
Type langue vivante
IETF gn
Article premier de la Déclaration universelle des droits de l'homme (voir le texte en français)
Art. 1
Mayma yvypóra ou ko yvy ári iñapytl’yre ha eteĩcha dignidad ha derecho jeguerekópe; ha ikatu rupi oikuaa añetéva ha añete’yva, iporãva ha ivaíva, tekotevẽ pehenguéicha oiko oñondivekuéra.

Le guarani (nom local : avañe'ẽ) est une langue amérindienne agglutinante de la famille tupi-guarani parlée au Paraguay (où elle a un statut coofficiel avec l'espagnol), dans le nord de l'Argentine, dans l'est de la Bolivie, dans le sud et le nord-est du Brésil. On estime qu'il y a cinq millions de personnes qui parlent le guarani.

Typologie[modifier | modifier le code]

C'est une langue agglutinante, à syllabes ouvertes (soit consonne-voyelle, soit voyelle seule, les syllabes ne finissent pas par des consonnes) ; l'accent tonique tombe normalement sur la dernière syllabe des mots. La langue a douze voyelles, six simples a, e, i, o, u et y et leurs six voyelles nasales correspondantes, ainsi qu'un coup de glotte, noté par une apostrophe et nommé puso.

Les mots guaranis n'ont ni genre, ni cas, il n'existe pas non plus d'articles. La marque du pluriel est facultative et souvent omise.

Écriture[modifier | modifier le code]

Le guarani s'écrit avec un alphabet latin dont l'orthographe est basée sur celle choisie lors du 1er congrès sur les langues tupi-guarani qui eut lieu à Montevideo en 1950 puis augmenté par le docteur Decoud Larrosa. Cette orthographe utilise le tilde (~) pour noter les nasalisations, très fréquentes en guarani. On a ainsi les lettres diacritées suivantes : ã, , , ĩ, õ, ũ, ( n'existe pas en tant que caractère précomposé dans Unicode et ñ, à l'imitation de l'espagnol, représente la nasale palatale de gnon).

Voici chacun des graphèmes (valeurs phonétiques en API ; quand le graphème est identique au symbole phonétique, sa transcription n'est pas donnée ; les consonnes notées par des digrammes commençant par une nasale sont des prénasalisées : nd vaut donc [nd], etc.) :

Alphabet guarani (Paraguay)[2]
Majuscules A Ã Ch E G H I Ĩ J
Minuscules a ã ch e g h i ĩ j
Prononciation [a] [ã] [ɕ] [e] [] [ɣ] [ɣ̃] [h] [i] [ĩ] [ɟᶨ]
Majuscules K L M Mb N Nd Ng Nt Ñ O Õ
Minuscules k l m mb n nd ng nt ñ o õ
Prononciation [k] [l] [m] [ᵐb] [n] [ⁿd] [] [ⁿt] [ɲ] [o] [õ]
Majuscules P R Rr S T U Ũ V Y ʼ
Minuscules p r rr s t u ũ v y ʼ
Prononciation [p] [ɾ] [r] [s] [t] [u] [ũ] [v] [ɨ] [ɨ̃] [ʔ]

L'alphabet original ne comportait que vingt-quatre signes, contre trente-trois actuellement :

Ancien alphabet guarani (Paraguay)
a ch e g h i j k l m mb
n nd ng ñ o p r s t u v y

L'accent aigu peut être employé, à la castillane : on ne l'utilise que si l'accent tonique n'est pas régulier, c'est-à-dire n'est pas situé en fin de mot. D'autre part, le tilde joue un rôle similaire puisque les voyelles tildées sont à la fois nasalisées et toniques.

Statut et influence[modifier | modifier le code]

Au Paraguay, où elle est parlée par 77 % de la population selon le recensement de 2012[3], la langue y a un statut officiel depuis 1992, et depuis la réforme de l'Éducation elle est utilisée comme langue d'enseignement à côté de l'espagnol. Lors des élections du 15 novembre 2015, les paraguayens ont, pour la première fois de leur histoire, la possibilité de voter en langue guarani[4].

La reconnaissance du guaraní comme langue officielle du Paraguay s’est faite progressivement, à travers trois étapes majeures. D’abord, le 25 août 1967, sous la dictature d’Alfredo Stroessner, le guaraní est reconnu comme "langue nationale" du Paraguay par la Constitution. Puis, en 1992, avec l’avènement d’une nouvelle Constitution, le guaraní devient langue officielle, au côté de l'espagnol. Enfin, en 2010 la "Loi des langues" affirme la reconnaissance par l'État de l'égalité de ses deux langues officielles : le guaraní et l’espagnol[5].

Par ailleurs, le guarani est également langue officielle en Bolivie, au côté de 36 autres langues, depuis 2009.

De nombreux mots guaranis sont entrés dans le vocabulaire espagnol, et de là vers d'autres langues, en particulier des noms relatifs à la faune et la flore d'Amérique du Sud. Par exemple ñandú (nandou), jaguaretá (jaguar), tatú (tatou), ananá (ananas), curaré (curare), piraña (piranha, signifie « poisson du diable »), etc. En fait, le guarani est, après le grec et le latin, la troisième source en importance pour les noms scientifiques de plantes et d'animaux.

Malheureusement, le guarani est une langue en danger de disparition et ne fait pas exception parmi les langues amérindiennes : bien que l'isolement du pays l'ait préservé plus longtemps que les autres langues amérindiennes, elle est en constante régression dans le pays face à une langue espagnole toute puissante, le guarani étant passé progressivement de langue parlée par 94 % de la population en 1950 à 77 % en 2012 (87 % en 2002, soit une chute de 10 points en seulement 10 ans), tandis que l'espagnol, qui ne représentait pas une menace jusqu'en 1992 en étant parlé par 56 % de la population du pays et en stagnation, à le vent en poupe depuis lors grâce à l'exode rural et la mondialisation/modernisation du pays et est désormais parlé par 74 % des Paraguayens. L'espagnol étant encore plus dominant en villes.

Lexique[modifier | modifier le code]

Emprunts français[modifier | modifier le code]

Le français a emprunté de nombreux mots au guarani ou au tupi, notamment : agouti, aï, ajoupa, ara, boucan (qui a donné boucaner et boucanier), cabiai, palétuvier, tapir. L'espagnol et le portugais ont souvent servi d'intermédiaire, pour des mots tels que acajou, jaguar, petun (d'où Petunia puis pétunia), tapioca, ananas ou toucan.

Exemples[modifier | modifier le code]

Mot Traduction Prononciation standard
terre yvy
ciel yva
eau y
feu tata
homme kuimba'e
femme kuña
manger -karu
boire -'u
grand tuicha
petit michī
nuit pyhare
jour ára

Le guarani dans les arts et la littérature[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ethnologue code « grn ».
  2. « Academia de Lengua Guaraní aprueba alfabeto definitivo », Paraguay.com,‎ (lire en ligne)
  3. http://ea.com.py/v2/pese-al-estado-y-a-los-medios-el-guarani-sigue-como-el-idioma-mas-hablado-del-pais/
  4. « Primera elección en guaraní - Paraguay.com », sur www.paraguay.com (consulté le 15 novembre 2015)
  5. (es) « Guaraní: Identidad histórica paraguaya - Especiales - ABC Color », sur www.abc.com.py (consulté le 15 novembre 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]