Gu Jiegang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dans ce nom, le nom de famille, Gu, précède le nom personnel.
Gu Jiegang
Description de cette image, également commentée ci-après

Gu Jiegang en 1954

Naissance
Suzhou
Décès
Nationalité chinois
Pays de résidence Chine
Profession
Formation

Gu Jiegang (en chinois simplifié 顾颉刚 ; en chinois traditionnel 顧頡剛 ; Wade-Giles Ku Chieh-kang), né le à Suzhou, mort en 1980, est un historien et ethnologue chinois.

Gu entre à l'université de Pékin en 1913 et en sort diplômé en 1920.

Gu est l'auteur de plusieurs études importantes sur le folklore chinois. Il fait d'abord partie du Centre de recherche sur les chansons populaires de l'université de Pékin, créé en 1918, où il édite un recueil de chansons populaires de la région de Wu, dans la basse vallée du Yangtse. Il est après 1926 membre du Centre de recherche sur le folklore de l'université Sun-Yat-sen de Canton, où il est l'auteur d'une étude sur la légende de Meng Jiangnü. Après 1933, il étudie la culture populaire de l'Antiquité à Nankin[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Pimpaneau, Chine. Histoire de la littérature, Philippe Picquier, 1989, rééd. 2004, p. 287-288.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Chang-tai Hung, Going to the people: Chinese intellectuals and folk literature, 1918-1937, Harvard University Press, 1985. [extraits en ligne]
  • (en) Ursula Richter, « Obituaries. Gu Jiegang (1893–1980) », The Journal of Asian Studies, vol. 41, no 2, 1982, Cambridge, p. 441-442
  • Ursula Richter, « La tradition de l'antitraditionalisme dans l'historiographie chinoise », Extrême-Orient, Extrême-Occident, 1987, no  9, p. 55-89 [lire en ligne]
  • (en) [PDF] Ursula Richter, « Historical Scepticism in the New Culture Era: Gu Jiegang and “the Debate on Ancient History” », 近代史研究所集刊 (Bulletin of the Institute of Modern History), no  23, 1994 [lire en ligne]
  • (en) Laurence A. Schneider, Ku Chieh-kang and China's New History: Nationalism and the Quest for Alternative Traditions, University of California Press, 1971.