Gruau (constructeur-carrossier)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Gruau (constructeur))
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gruau.

Gruau
logo de Gruau (constructeur-carrossier)
Logo Gruau

Création 1889
Fondateurs René Le Godais
Personnages clés Marius Gruau
René Gruau
Patrick Gruau
Slogan Expert de la mobilité des professionnels
Siège social Laval
Drapeau de France France
Direction Patrick Gruau
Activité Constructeur-carrossier sur véhicules utilitaires
Produits Ambulances, bennes, BTP-métiers de la route, cabines approfondies, fourgons grand volume, vans à chevaux, véhicules électriques, véhicules funéraires, véhicules handicapés, véhicules isothermes, véhicules pompiers, véhicules sécurité, voitures société, véhicules spécifiques, flottes, produits constructeurs.
Filiales Petit-Picot, Sanicar, Labbé, Isberg, GifaCollet, Gruau Lyon, Gruau Paris, Gruau Lorraine, Ducarme, Gruau Le Mans, Sortimo by Gruau, Tex'Press, Gruau Polska, Gruau Iberica, Gruau Algérie, Gruau USA, Gruau Deutschland, Onnicar
Effectif 1 500 personnes
Site web gruau.com

Chiffre d'affaires 271 millions d’euros (2018)

Le Groupe Gruau est une entreprise française d'aménagement de véhicules et de carrosserie sur véhicules utilitaires.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'entreprise fondée à Laval en 1889 produit d'abord des charrettes, avant de porter en 1933 le nom de Gruau et de produire des chassis de véhicules[réf. souhaitée].

La société déménage à St-Berthevin en 1968, lorsque le nombre de 400 salariés est dépassé. Le site est depuis cette date, le siège du Groupe[réf. souhaitée].

En 1995, Gruau décroche le Prix Français de la Qualité et accélère son expansion dans le domaine du véhicule utilitaire par des opérations de croissance externe. Au Mans, il rachète Isberg-Véhicules Isothermes et à Beaune, la société Picot, spécialisée dans les ambulances pour pompiers[1]. La société se transforme alors en « Groupe » avec, en 1996, l’obtention du marché de Kangoo Grand Volume.

Deux ans plus tard, après avoir capté un appel d’offres d’aménagement de minibus pour Renault, il crée Gruau Lorraine, près de Metz[2].

En 2002, Gruau rachète la société Labbé à Lamballe, spécialisée dans le Fourgon Grand Volume 3,5 tonnes[3]. La démarche d’internationalisation se poursuit en 2003 avec l’implantation de Gruau Iberica à Barcelone (Espagne), près de Renault et Nissan.

En 2004, le carrossier mayennais devient constructeur et commercialise une nouvelle solution de transport urbain de personnes : le Microbus Gruau, qui évoluera quatre ans plus tard vers une version 100 % électrique et un partenariat avec le groupe Bolloré à qui Gruau confiera la globalité du projet fin 2011[4].

En 2008, Gruau conforte son site industriel du Mans comme spécialiste du BTP et intègre l’activité Bennes VU de Legras[5].

En 2009, le Groupe fête ses 120 ans et crée une société commerciale en Algérie[6].

En 2010, le Groupe achète la société GifaCollet (ambulances et funéraires)[7].

En 2011, Gruau se lance sur le marché du véhicule utilitaire électrique en créent l’Electron[8]. Fin 2011, une nouvelle activité pour le transport de chevaux est créée : Gruau Vans[9].

En 2012, pour conquérir de nouveaux marchés en Europe, Gruau crée le département Direction du Développement international. En septembre, Gruau aménage, à la demande du constructeur Renault, 2 kangoos ZE pour le pape Benoît XVI[10].

En février 2013, le Groupe rachète la société Lanèry près de Lyon (spécialisé dans les aménagements de véhicules pompiers). Après un appel d’offres du Ministère de l’Intérieur et en partenariat avec les constructeurs, Gruau obtient 70 % du marché des transformations auprès de l’UGAP (Union des Groupements d'Achats Publics)[11]. En octobre 2013, Gruau en partenariat avec Renault remporte un marché de 1 100 ambulances pour la DGPC[12].

En 2015, le Groupe crée Gruau USA à Kansas City[13],[14], et un second site de production s’ouvre en Pologne près de Varsovie[15]. Cette même année, Gruau lance également la première gamme de véhicules utilitaires 3,5 tonnes 100 % électriques : l'Electron II, équipés d'une Chaîne de Traction Électrique conçue par Gruau[16].

En 2016, le Groupe annonce un plan d’investissement de 37 millions d’euros sur deux ans. Objectif : doubler le chiffre d’affaires en 2019[17]. Le Français Gruau et l'Allemand Sortimo signe un partenariat commercial pour prendre 50 % des parts de Sortimo France qui devient : Sortimo by Gruau en France et dans le second semestre 2016, Gruau by Sortimo en Allemagne[18],[19].

Un boulevard porte le nom de Marius et René Gruau à Saint Berthevin. Après la Seconde Guerre mondiale, les frères Gruau remettent en place l'US Laval, dont Marius devient le président[25].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Point, magazine, « Archives - Le Point.fr », sur Le Point.fr (consulté le 20 juillet 2016)
  2. L'Usine Nouvelle, « LORRAINELe carrossier Gruau va produire en propre Le carrossier de Laval investit 30 millions de francs et crée 35 emplois. Il ajoute sa production propre à la sous-traitance pour Renault. - Sous-traitance », (consulté le 20 juillet 2016)
  3. Ouest France, site web, « L'entreprise Labbé, numéro un français du fourgon grand volume, fête ses 65 ans », sur www.entreprises.ouest-france.fr
  4. Transbus, site web, « Gruau Microbus », sur www.transbus.org
  5. Flottes Automobiles, site web, « Gruau rachète les bennes Legras », sur www.flotauto.com
  6. Auto-utilitaire, site web, « M.Mohamed Chetouane, Directeur Général de Gruau Algérie, nous apporte l’expertise d’un grand groupe européen », sur www.auto-utilitaire.com
  7. Ouest-France, site web, « Le carrossier mayennais Gruau rachète Gifa », sur www.ouest-france.fr
  8. Avem, site web, « Gruau se lance sur le marché de l’utilitaire électrique avec l’Electron », sur www.avem.fr
  9. Ouest-France, site web, « Mayenne. Gruau se lance dans les vans à chevaux », sur www.entreprises.ouest-france.fr
  10. France 3 Pays de la Loire, TV, « Le carrossier mayennais Gruau transporte le pape Benoit XVI ! », sur https://france3-regions.francetvinfo.fr
  11. Caradisiac, site web, « Gruau remporte 70 % du marché de l'appel d'offres UGAP », sur www.caradisiac.com
  12. Le Point, magazine, « Le carrossier mayennais Gruau rachète Gifa », sur www.lepoint.fr
  13. Comité des Constructeurs Français d'Automobiles, site web, « Gruau s’implante aux Etats-Unis à travers un partenariat avec Knapheide », sur www.ccfa.fr
  14. Ouest-France, site web, « Industrie. Le carrossier Gruau veut conquérir l’Amérique », sur www.entreprises.ouest-france.fr
  15. Décideurs en Région, site web, « Automobile - Le site lavallois de Gruau s'étoffe », sur www.decideursenregion.fr
  16. L'automobile, l'entreprise, magazine, « Gruau : les premiers Electron II chez ERDF », sur www.automobile-entreprise.com
  17. Le Journal des Entreprises, site web, « Mayenne. Gruau lance un plan d’investissement de 37 M€ », sur www.lejournaldesentreprises.com
  18. Pro, l'Argus.fr, site web, « Gruau entre au capital de Sortimo France », sur http://pro.largus.fr
  19. Ouest-France, site web, « Le carrossier mayennais Gruau s'allie à l'Allemand Sortimo », sur www.ouest-france.fr
  20. Il reprend et développe l'entreprise familiale de charpenterie. Il est conseiller municipal à Laval de 1956 à 1971. En octobre 1973, Laval est marquée par d'importantes manifestations : 6 000 grévistes sur une population active de 25 000 personnes. Paul Gruau indique : Nous avons le dos au mur. Jamais, depuis la guerre, nous ne nous sommes retrouvés dans une situation identique. Les manifestations concernent l'unité des salaires entre la région Parisienne et la province.
  21. Il reprend et développe l'entreprise familiale de charpenterie.
  22. Elle crée en 1987, une l'entreprise de communication Prestige et Communication.
  23. Né le 13 avril 1934 à Laval, il va d'abord en Algérie à l'époque des conflits. Il est ordonné prêtre le 11 septembre 1960. Il enseigne successivement au petit séminaire de Laval, au collège Saint-Michel de Château-Gontier. Il est en 1985nommé au service diocésain de la catéchèse. Il devient en 1997 curé de Changé. [1]. Il est nommé en 2013 prêtre auxiliaire à la paroisse Trinité-Avesnières-Cordeliers.
  24. Il reprend entreprise de son beau-père. Cette entreprise devient la Somabois en 1967.
  25. [2]

Liens externes[modifier | modifier le code]