Groupe français d'études et d'applications des polymères

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Groupe français d’études et d’applications des polymères
Image dans Infobox.
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Domaine d'activité
Objectif
promouvoir la science des polymères dans l'enseignement et la recherche académique ou industrielle
Siège
23 rue du Loess
Strasbourg
Pays
Organisation
Fondateur
Georges Champetier
André J. Kovacs
Président
Gustavo S. Luengo
Secrétaire général
Delphine Chan-Seng
Affiliation
Fédération française des matériaux, European polymer federation
Publication
Livre GFP
Site web
Identifiants
SIRET

Le Groupe français d’études et d’applications des polymères (GFP), ou plus simplement Groupe français des polymères (nom officiel jusqu'en 1981)[1], est une association à but non lucratif inscrite au registre du tribunal d'instance de Strasbourg, et une société savante, qui vise à promouvoir la chimie macromoléculaire, la physique des polymères, et la science des matériaux polymères (plus communément appelés « matières plastiques ») dans les institutions françaises d’enseignement supérieur et de recherche, mais également au sein du tissu industriel.

Histoire[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

Le GFP a été créé en 1970[2] par le physicien des polymères strasbourgeois André Kovacs et le chimiste parisien Georges Champetier, l'un des tout premiers chercheurs en France, dès 1928, à s'intéresser à la science des polymères[3]. De par ses statuts, le GFP s'est donné comme buts :

  • l'avancement et la diffusion des études sur les substances macromoléculaires ;
  • le groupement des chercheurs étudiant les polymères afin de favoriser des échanges d'idées et de faciliter la connaissance des progrès scientifiques et techniques dans ce domaine ;
  • de développer des relations entre la recherche de base et ses applications[4].

Le siège du GFP a été situé à Strasbourg où fut créé dès 1954 par le physicien Charles Sadron le Centre de recherche sur les macromolécules (CRM), premier laboratoire du CNRS de science des polymères, qui devint en 1985 l'Institut Charles-Sadron. La première assemblée générale eut lieu les 26 et à Paris. Le premier bureau de l'association fut composé de Georges Champetier (président), Charles Sadron et René Riou (vice-présidents), André Kovacs (secrétaire général) et Constant Wippler (trésorier). Parmi les règles inchangées depuis 1970, il fut décidé que la présidence du GFP reviendrait alternativement à un chercheur académique et à un industriel, et que le secrétaire serait systématiquement un membre du CRM (puis de l'ICS)[3]. Un certain nombre d'évènements étaient programmés en 2020 pour fêter le cinquantenaire du GFP[5].

Sociétés savantes sœurs et fédérations auxquelles le GFP est rattaché[modifier | modifier le code]

En mai 1990, le GFP a passé un accord avec la Société française de chimie, dont il devient la division Matériaux polymères et élastomères, qui deviendra plus tard la division Chimie des polymères et matériaux. De même en 2002, un accord est passé avec la Société française de physique pour créer une division Polymères commune aux deux sociétés[6]. Le GFP est membre de la Fédération française des matériaux depuis la fondation de celle-ci en 2003[7] et de la Fédération européenne des polymères, dont le premier congrès en 1986 fut organisé par le GFP à Lyon en 1986[8]. Depuis le , le GFP a aussi signé un accord avec la Société japonaise de science des polymères[9].

Organisation[modifier | modifier le code]

Manifestations[modifier | modifier le code]

Le Colloque national du GFP, au cours duquel se tient l'assemblée générale et qui réunit de 180 à 250 participants, se tient chaque année fin novembre, dans une ville française différente. Depuis 1972 sont aussi organisées annuellement les Journées d'étude des polymères (JEPO)[2] destinées aux jeunes chercheurs et chercheuses de moins de quarante ans, issus de laboratoires académiques ou industriels. Depuis 2000 sont aussi organisées les Rencontres nationales des jeunes polyméristes (RNJP)[15]. Enfin, le GFP organise régulièrement des stages pédagogiques et des ateliers de prospective sur des sujets particuliers, réunissant des chercheurs académiques et industriels, par exemple en 2004 à Lyon sur le thème des polymères nanoporeux[16].

Commissions[modifier | modifier le code]

La diffusion des connaissances sur la science des polymères étant l'un des principaux buts dans les statuts du GFP, une Commission enseignement fut créée et animée d'abord par le physicien strasbourgeois spécialiste de diffusion des rayonnements Henri Benoit, puis par la chercheuse grenobloise Marguerite Rinaudo[3], et aujourd'hui par le professeur lyonnais Thierry Hamaide[17],[18],[19].

Concernant le suivi des dernières avancées ayant potentiellement des liens avec les polymères, une Cellule de veille scientifique et technologique (V2P) a été créée en 1999 afin de recenser toutes les nouveaux résultats ou outils susceptibles d'améliorer l'étude des polymères, en suivant les dernières articles scientifiques ou brevets, et en organisant des ateliers de réflexion prospective.

Sections régionales[modifier | modifier le code]

Au fil du développement de la science des polymères en France via la création de laboratoires publics et d'entreprises, des sections régionales du GFP furent créées, aujourd'hui au nombre de sept (Grand Ouest, Nord, Île-de-France, Est, Rhône-Alpes-Auvergne, Méditerranée, Sud Ouest)[20]. Chacune élit un ou une président(e) qui participe aux réunions du Conseil d'administration du GFP. Les sections régionales organisent chacune à leur tour le Colloque national du GFP et les JEPO, ainsi que des journées locales ou d'autres animations, par exemple les journées de la section GFP Grand-Ouest près de La Baule en 2016[21].

Ouvrages du GFP[modifier | modifier le code]

Depuis sa création, le GFP diffuse à ses adhérents un bulletin d'informations Actualités du GFP, deux à trois fois par an[22]. En complément, la Commission enseignement édite périodiquement des Livres du GFP issus des cours et des ateliers, sur les différents aspects (chimie, physicochimie et physique) des polymères et sur leurs applications[23]. Présents dans les bibliothèques universitaires, les livres du GFP constituent des supports de cours pour l'enseignement de la science des polymères, en complément des manuels pédagogiques tels que le Fontanille et Gnanou[24]. En 2004, une démarche a été entreprise avec l'Union internationale de chimie pure et appliquée afin de promouvoir l'enseignement sur les polymères dans les pays francophones[25].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Le GFP décerne chaque année plusieurs prix, en son nom ou conjointement avec la SCF ou la SFP :

  • Prix de thèse « polymères » de la Commission Enseignement du GFP (tous les ans) ;
  • Prix de la Division Polymères commune à la SCF et au GFP, récompensant un(e) scientifique de moins de quarante ans pour des résultats scientifiques ou techniques originaux et importants en chimie des polymères (tous les deux ans, depuis 1992)[26] ;
  • Prix de la Division Polymères commune à la SFP et au GFP, récompensant un(e) scientifique de moins de quarante ans pour des résultats scientifiques ou techniques originaux et importants en physique des polymères (tous les deux ans, depuis 2004) ;
  • Grand Prix du GFP, récompensant la carrière ou l'ensemble des travaux d’un chercheur français ou étranger dans le domaine des polymères (tous les deux ans, depuis 2003) ; en 2021, le Grand Prix du GFP a été rebaptisé « Prix Champetier »[27] ;
  • Prix d'Honneur du GFP, récompensant une(e) scientifique pour sa carrière dédiée aux polymères (tous les ans, depuis 2017).

Président(e)s et secrétaires généraux[modifier | modifier le code]

Président(es) Secrétaires généraux
Gustavo S. Luengo nov. 2021- Delphine Chan-Seng depuis

nov. 2020

Sophie Guillaume 2018-2021
Jean-Marc Pujol 2016-2018 Michel Bouquey 2015-2020
Jean-François Gérard 2013-2015 Yves Holl 2010-2015
Michel Glotin 2010-2012
Yves Gnanou 2007-2009 Jean-Michel Guenet 2009-2010
Pascal Barthélémy 2004-2006 Pierre Lutz 2005-2009
Jean-Pierre Pascault 2001-2003 Claude Mathis 2000-2005
François Erard 1998-2000 Léonard Reibel 1995-2000
Jean-Pierre Vairon 1995-1997
Bernard Sillion 1992-1994 Émile Franta 1989-1995
Ernest Maréchal 1989-1991
Jean Minoux 1986-1988 Jean Brossas 1986-1989
Jean-Baptiste Donnet 1983-1985 Bernard Lotz 1980-1986
Émile Bouchez 1980-1982 Paul Rempp 1974-1980
Adolphe Chapiro 1978-1979
Bernard Besançon 1977
Georges Champetier 1970-1976 André Kovacs 1970-1974

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Groupe français d'études et d'applications des polymères », sur data.bnf.fr (consulté le ).
  2. a et b A. Chapiro, « The french polymer group G.F.P. for the study of polymers and their application », Journal of Polymer Science: Polymer Letters Edition, vol. 15, no 12,‎ , p. 769–770 (DOI 10.1002/pol.1977.130151211, lire en ligne, consulté le ).
  3. a b et c Michel Fontanille et Jean-Pierre Vairon, « De l’aube des polymères au cinquantenaire du GFP », L'Actualité Chimique,‎ , p. 17-21 (ISSN 2105-2409, lire en ligne).
  4. Article 2 des statuts du GFP tels que déposés le au Tribunal d'instance de Strasbourg.
  5. « Le Groupement français d’études & d’applications des polymères a 50 ans », sur inc.cnrs.fr (consulté le ).
  6. « Création d'une Division commune SFP-GFP », Bulletin du GFP, no 94,‎ , p. 27 (ISSN 1148-1412, lire en ligne).
  7. Paul Riboud, « Compte rendu de la réunion Suites de Matériaux 2002 », Fédération française des matériaux,‎ .
  8. (en) « History of European polymer federation », sur epfwebsite.org (consulté le ).
  9. Frédéric Pelascini, « SPSJ – GFP Memorandum of Understanding », sur gfp.asso.fr (consulté le ).
  10. « Associations membres de la Fédération française des matériaux, FFM », sur ffmateriaux.org (consulté le ).
  11. (it) « epfwebsite - Members », sur epfwebsite.org (consulté le ).
  12. (ja) « What is SPSJ?|The Society of Polymer Science, Japan », sur The Society of Polymer Science, Japan (consulté le ).
  13. « SFIP – Partenaires – GFP », sur sfip-plastic.org (consulté le ).
  14. « Home », sur aim.it (consulté le ).
  15. « RNJP 2000 », sur perso.univ-lemans.fr (consulté le ).
  16. Michel Le Toullec, « Polymères nanoporeux : un étonnant potentiel d’applications ! », Industrie-techno,‎ (ISSN 1633-7107, lire en ligne, consulté le ).
  17. « Enseignement – GFP » (consulté le ).
  18. Hamaide, Thierry, Six, Jean-Luc et Fontaine, Laurent, Chimie des polymères exercices et problèmes corrigés, Lavoisier, impr. 2014, cop. 2014 (ISBN 978-2-7430-1557-2 et 2-7430-1557-8, OCLC 879660092, lire en ligne).
  19. Hamaide, Thierry, Deterre, Rémi et Feller, Jean-François, Impact environnemental des matières plastiques solutions et perspectives, Lavoisier, dl 2014, cop. 2014 (ISBN 978-2-7462-4540-2 et 2-7462-4540-X, OCLC 881846331, lire en ligne).
  20. « Sections Locales – GFP » (consulté le ).
  21. « 45 étudiants scientifiques à Piriac : Jusqu'à la fin de la semaine, le VVF accueille 45 scientifiques du Groupe français d'études et d'applications des polymères », Ouest-France,‎ (ISSN 0999-2138, lire en ligne).
  22. « Le premier Bulletin du GFP », Bulletin du GFP, no 1,‎ (ISSN 1148-1412, lire en ligne).
  23. « Livres GFP – GFP » (consulté le ).
  24. Fontanille, Michel et Gnanou, Yves, Chimie et physico-chimie des polymères, Dunod, dl 2014, cop. 2013 (ISBN 978-2-10-058915-9 et 2-10-058915-6, OCLC 881828590, lire en ligne).
  25. « Design of Polymer Education Materials for French-Speaking Countries », Chemistry International -- Newsmagazine for IUPAC, vol. 27, no 4,‎ , p. 32 (ISSN 1365-2192 et 0193-6484, DOI 10.1515/ci.2005.27.4.31, lire en ligne, consulté le ).
  26. « Lauréats du prix de la division Polymères et matériaux », sur societechimiquedefrance.fr (consulté le ).
  27. Groupe français des polymères, « Compte rendu du CA du GFP du 8 juillet 2021 » [PDF], sur gfp.asso.fr, (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]