Groupe de recherche Achac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Groupe de recherche Achac

Le Groupe de recherche Achac est un collectif composé de chercheurs (historiens, politologues, anthropologues, historiens de l’art…)[1] en relation avec de nombreuses institutions, équipes de recherches et universités, qui travaille sur les représentations, les discours et les imaginaires coloniaux et post-coloniaux, ainsi que sur les flux migratoires extra-européens.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le Groupe de recherche Achac travaille depuis une vingtaine d’années (1989) sur les représentations, les discours et les imaginaires coloniaux et post-coloniaux, ainsi que sur les immigrations des Suds en France (les flux migratoires extra-européens).

« Il s'agit, dans cette critique radicale de l'eurocentrisme, de souligner que la colonisation n'a pas seulement concerné de lointains pays, mais s'est déployée depuis le cœur même de la métropole : nous héritons ainsi de tout un imaginaire de la race et de l'indigène qui reste largement impensé. La réception de ces théories en France ne se réduit toutefois pas à dénoncer ce que Bourdieu nommait notre chauvinisme de l'universel. Il existe bien désormais un post-colonialisme à la française, qu'illustrent les travaux du groupe de recherche Achac[2]. »

« Penser la post-colonie, c’est nécessairement comprendre comment les phénomènes engendrés par le fait colonial se sont poursuivis, mais aussi métissés, transformés, résorbés, reconfigurés… C’est accepter que, pour comprendre la France du XXIe siècle et ses crises, il est tout simplement indispensable de tenir compte, lucidement et sans passion, des héritages coloniaux[3]. »

Domaines de recherche[modifier | modifier le code]

Domaines d'activité[modifier | modifier le code]

La recherche, avec la constitution d’un fonds iconographique[4] , l’organisation de séminaires ou de programmes de recherche en partenariat avec d'autres institutions, associations, historiens...

L’édition avec la publication d’ouvrages et de contributions scientifiques (livres, articles, catalogues, numéros spéciaux de revues et brochures pédagogiques).

Des manifestations diverses en direction du monde scientifique (colloques, conférences, festivals ou encore des forums) ou en direction d’un public plus large (programmes pédagogiques, expositions ou encore des documentaires).

Six principaux programmes de recherche (1990-2010)[modifier | modifier le code]

Mémoires combattantes[modifier | modifier le code]

Le travail historique destiné à rappeler la présence des combattants, issus des colonies ou non, a été initié dès 1996. Il rappelle que les « étrangers » et « coloniaux » ont participé activement à la libération de la France dans les guerres successives (et cela depuis 1870)[5]. Le programme, initié avec l’exposition L’Appel à l’Afrique diffusée en Afrique de l’ouest en 1996 et 1997, s’attache, par des films et des expositions, à mieux connaitre l’histoire de ces combattants venus des quatre coins du monde. La série de films Frères d’Armes. Ils se sont battus pour la France depuis plus d’un siècle  retrace cinquante récits de certains de ces combattants, avec cinquante voix-commentaires de personnalités d'aujourd'hui. Trois expositions Ensemble. Présences maghrébines et orientales dans l’Armée française, Présences des Afriques, des Caraïbes et de l’Océan Indien dans l’Armée française et Présences de l’Asie et du Pacifique dans l’Armée française viennent compléter l’histoire de ces combattants venus des quatre coins du monde. Ces récits ont été débutés durant l’année du 100e anniversaire du déclenchement de la Première Guerre mondiale (1914-1918) et du 70e anniversaire de la Libération du territoire national (1944-1945)[6]. En 2017, une nouvelle exposition Soldats noirs a proposé un travail comparatiste sur les troupes afro-antillaises dans l'Armée française et les troupes afro-américaines dans l'Armée des États-Unis sur 150 ans d'histoire[7].

Diasporas en France[modifier | modifier le code]

Depuis 2000, le Groupe de recherche Achac s’attache à étudier les prolongements, les différents liens, et rapports entre histoire coloniale et histoire de l’immigration. Ce travail – initié en 2000-2003 avec les ouvrages Le Paris Arabe, Le Paris Asie et Le Paris Noir – a permis de mettre en exergue les présences diasporiques en France des populations d’Afrique, du Maghreb, de la zone Caraïbes, du Moyen-Orient ou de l’Océan Indien. Ce programme se prolonge avec la longue histoire des présences de populations maghrébines, proche-orientales et ottomanes dans l’Hexagone traversant treize siècles d’histoire de France, et celle des présences afro-antillaises depuis trois siècles d’histoire. C’est dans ce cadre qu’ont été développées les deux "beaux-livres" La France arabo-orientale[8] et La France noire[9], et les deux expositions L’histoire des présences arabo-orientales en France et L’histoire des Afro-Antillais en France... au cœur de nos diversités ainsi que la série de trois documentaires Noirs de France de Juan Gélas et Pascal Blanchard. Il s’agit à travers ce programme sur les diasporas de redonner du sens à plusieurs siècles d’histoires, de représentations et de présences qui ont contribué à bâtir l’histoire politique, culturelle, militaire, artistique et économique de la France.

Immigration des Suds[modifier | modifier le code]

Ce programme s’attache à décrire les flux migratoires extra-européens qui ont traversé la France depuis plus d’un siècle. Celui-ci a débuté en 1998 à l’issue de la publication de l’ouvrage De l’indigène à l’immigré[10] (1998), de plusieurs numéros spéciaux de revues[11] et s’est matérialisé par l’édition de huit beaux livres entre 2001 et 2008 : Le Paris noir[12], Le Paris arabe[13], Le Paris Asie[14], Marseille, porte sud, Sud-Ouest, porte des outre-mers[15], Lyon, capitale des outre-mers[16], Frontière d’empire, du Nord à l’Est[17], et Grand-Ouest, mémoire des outre-mers.

L’axe majeur de ce programme est de comprendre les prolongements, les liens, mais aussi les contradictions entre histoire/mémoire coloniale et histoire/mémoire de l’immigration, autant de travaux qui ont rencontré de nombreux obstacles en France et notamment dans le monde scientifique[18]. Ce travail a permis de mettre en exergue les ressorts d’une histoire qui a du mal à se fixer dans la mémoire collective en travaillant justement sur les images qui constituent les traces de cette mémoire. Pour singulariser les vingt ans du Groupe de recherche Achac, le coffret Un siècle d’immigration des Suds en France[19], rassemblant les huit ouvrages, a été publié en décembre 2009[20]. Ce programme s’accompagne d’expositions régionales qui ont été, de 2008 à 2012 mises en œuvre dans toutes les régions de l’hexagone. Ce programme a fait l’objet de plusieurs publications spécifiques[21].

« En s’intéressant aux immigrations des Suds, nous sommes amenés à articuler histoire coloniale et postcoloniale et histoire de l’immigration, puisque les flux migratoires des Suds proviennent en grande partie de l’Empire ou de l’ex-Empire[22]. »

Zoos humains[modifier | modifier le code]

Depuis 1994, le Groupe de recherche Achac travaille sur la question coloniale et ses représentations à travers le programme Zoos humains, en analysant les prolongements contemporains de la représentation coloniale en partenariat (de 2000 à 2008) avec le GDR 2322 Anthropologie des Représentations du corps du CNRS (Marseille). Le collectif s’est intéressé aux mécanismes complexes qui structurent la relation entre colonisé et colonisateur. Le programme a débuté avec le séminaire du Groupe de recherche Achac à Paris en 1991 et le colloque international « Scènes et types » organisé à Marseille en 1995 au Pharo, à l’origine de l’ouvrage L’Autre et nous. « Scènes et types » (Éditions Syros) qui se propose de « rendre intelligible la mémoire collective inscrite dans l’image fixe ou animée pour décrypter un aspect du logos occidental »[23]. Amorçant un travail sur l’image coloniale, avec le cycle d’expositions L’Appel à l’Afrique de 1995 à 1997, le programme s’est concentré au fil des années sur le concept de « zoos humains », développé en 2001 lors d’un colloque international à Marseille[24]. Ces « exhibitions » peuvent être définis comme « des exhibitions d’autrui, reposant sur des différences anatomiques, morphologiques ou chromatiques considérées comme relevant du domaine de l’étrange, voire de l’extraordinaire »[25]. Un documentaire, réalisé en partenariat avec Arte, a par ailleurs été diffusé pour la première fois en 2002 sur la thématique des « zoos humains » dans plusieurs pays.

Cet objet d’étude a également été abordé dans de nombreux articles, ouvrages et colloques internationaux, avec notamment la parution en 2002-2004 de l’ouvrage Zoos humains. Au temps des exhibitions humaines[26] qui a fait l’objet, en 2004 d’une traduction italienne Zoo umani. Dalla Venere ottentta ai reality show puis, en 2008, d’une traduction anglaise dans une version remaniée : Human Zoos. Science and spectacle in the age of colonial empires[27].

En 2012, l’exposition, et son catalogue, Exhibitions. L’invention du sauvage, a été présentée au musée du quai Branly, en partenariat avec la fondation Lilian Thuram, éducation contre le racisme. Elle a donné lieu à une exposition itinérante, Zoos humains. L’invention du sauvage, ainsi qu’à une série de conférences.

Sport et diversité[modifier | modifier le code]

Le sport, source d’enjeux symboliques autour de la construction des identités collectives. Ces thèmes sont au cœur du programme Immigration, football et récit dans le siècle, conduit par le Groupe de recherche Achac autour de trois expositions sur le thème des joueurs « issus de l’immigration et des outremers » en Équipe de France depuis un siècle : Des Noirs dans les Bleus[28], Les joueurs maghrébins en équipe de France[29], Ces Bleus venus d’Europe. Parallèlement, un film documentaire accompagne ce programme : Des Noirs en couleur. Il reprend l’épopée des footballeurs afro-antillais sous le maillot bleu (diffusé sur Canal +, France Ô, et édité par Universal en DVD). Cette série d’expositions ainsi que ce documentaire offrent le récit d’un siècle d’histoire du football français et sur ces joueurs « issus de l’immigration ». À travers ce programme, nous souhaitons proposer une mise en perspective des flux migratoires qui, en France, ont participé au destin de la société française. Ce programme s’attache aux différentes disciplines sportives autour des présences issues des immigrations. À l'aube de l'Euro 2016 et des Jeux Olympiques de Rio, le Groupe de recherche Achac a souhaité étoffer son programme Sports & Diversités. La série télévisée Champions de France. Ils ont gagné la France permet de mettre en lumière des sportifs et sportives issus de la diversité. En 45 portraits de 2 minutes avec 50 voix-commentaires de personnalités d'aujourd'hui, la série, diffusée depuis juin 2015 et ce pendant un an sur France Télévisions, propose de retracer les parcours sportifs de grands champions qui ont marqué le sport français. En parallèle, le Groupe de recherche Achat propose une exposition sur l'histoire du sport en France depuis plus d'un siècle à travers le prisme de la diversité.

Colonisation & post colonialisme[modifier | modifier le code]

Le programme Colonisation & post colonialisme possède deux facettes. D’une part, depuis 1991, le Groupe de recherche Achac développe en parallèle un programme sur la colonisation qui a vocation à mettre en évidence les conséquences dans les métropoles des enjeux coloniaux, leurs influences idéologiques et pratiques sur les sociétés coloniales. La première étape a consisté à répertorier les sources iconographiques, puis à les exploiter de façon scientifique lors de deux colloques internationaux : le premier à nationale, en 1993 et le second à l’Institut du monde arabe, en 1994. L’analyse de ces différents fonds s’est appuyée sur le rapport dialectique entre colonisation comme projection de la puissance outre-mer et colonisation comme fait de culture. Dans cette perspective, le Groupe de recherche Achac a développé une revue scientifique, Plein Sud, et un programme de manifestations culturelles et scientifiques, Images et Colonies, s’attachant particulièrement aux représentations corporelles de l’altérité et aux mécanismes de propagande par l’image. L’exposition Images et colonies a été présentée à l’Hôtel national des Invalides (MHC-BDIC) en octobre 1993 et a accueilli plus de 30.000 visiteurs[30]. De par ce succès, une double itinérance internationale a été organisée en Europe et en Afrique (9 pays). Dans le prolongement de cette première phase du programme, le Groupe de recherche Achac, en partenariat avec les archives du film CNC et l'Institut du Monde Arabe, a organisé un colloque, une exposition et un festival en février 1994, sous le titre Maghreb et Afrique noire au regard du cinéma colonial[31].

Images et colonies s’est poursuivi avec le programme Miroirs d’Empires en 1997. Ce dernier aborde, à travers deux colloques et deux expositions à Lille et à Bruxelles, les conséquences de la construction d’un imaginaire colonial en France et en Belgique sur les politiques d’immigration et les pratiques d’insertion (des programmes d’expositions équivalents ont été organisés en Italie et au Portugal). La même année, le Groupe de recherche Achac, avec française et les Éditions[Quoi ?], a publié Images d’empires[32], qui tend à montrer « qu’en définitive, la fiction coloniale a pénétré beaucoup plus profondément l’inconscient collectif des Français que tous les événements, les réalisations ou faits liés à l’entreprise Outre-mer de la France »[33]. Ce livre analyse le regard de la France sur « son » empire colonial en montrant, pour la première fois au public, le fonds photographique officiel destiné à promouvoir l’action de la France dans ses colonies. De façon visible, ces différents travaux ont été rassemblés dans Le Monde diplomatique et dans un dossier spécial de Manière de voir sous le titre Polémiques sur l’histoire coloniale[34].

Depuis 2003, le Groupe de recherche Achac a cherché à définir ce qui constituait « la culture coloniale » en France et par extension, la culture post-coloniale[35] à travers trois ouvrages successifs édités chez Autrement[36]. L'ensemble de ce travail sur les cultures coloniales a été regroupé dans l’ouvrage Culture coloniale en France. De la révolution française à nos jours[37], qui se donne pour objectif, à travers les contributions d’une cinquantaine de chercheurs, d’ « apprécier les effets rétroactifs de la colonisation sur la culture même des sociétés ayant une histoire ultramarine »[38]. En 2011, cet ouvrage a été traduit en anglais et mis à jour : Colonial culture in France since the Revolution.

« En traitant du fait national tel qu’il a été modelé par l’idéologie coloniale, ce livre renverse les perspectives et montre comment, voulant légitimer leurs lointaines conquêtes, la monarchie, l’Empire et ont conçu, organisé et relayé auprès des Français le véritable dispositif d’une culture coloniale […]. De la première abolition de l’esclavage aux débats sur la repentance, voici l’une des premières anthologies sur la construction, pendant près de deux siècles en France, d’une singulière culture[39]. »

D’autre part le collectif de chercheurs a souhaité mettre en place à partir de 1997 différentes études et projets de recherche sur la « mémoire coloniale », et sur les héritages post-coloniaux, afin de mesurer l’impact de ces questions sur les enjeux de la citoyenneté contemporaine, dont l’ouvrage France coloniale. La société française au prisme des héritages coloniaux[40] propose une première synthèse en 2005.

L’ouvrage La Fracture coloniale[41] avait déjà souligné les relations complexes et paradoxales entre société française et entreprise coloniale en montrant « comment et combien la France et la colonie se sont soutenues ; se sont confrontées l’une à l’autre ; et surtout comment et combien la France est encore et toujours marquée, modelée par le colonial dans sa politique nationale et internationale »[42]. Enfin, dans le prolongement de ces problématiques, deux ouvrages collectifs ont mis en perspective ces questionnements, Les Guerres de mémoires. La France et son histoire et, dans le cadre de la revue Hermès (no 52, 2008), Les Guerres de mémoires dans le Monde[43]. De ces livres, plusieurs débats et conférences ont émergé dans le débat public comme le colloque du même nom, à l’Assemblée nationale, en septembre 2005, ou encore l’article de Sandrine Lemaire dans Le Monde diplomatique en janvier 2006 intitulé « Une loi qui vient de loin »[44], sur la loi du 23 février 2005 et son article 4. Toujours dans le cadre de ce programme, l’ouvrage Colonie française apporte des éléments de compréhension à ces quatre siècles d’histoire et donne une vision d’ensemble à ce processus majeur qui a touché tous les continents, au moment où le passé colonial fait son retour en France.

L’année a été marquée par la parution de Ruptures post-coloniales : les nouveaux visages de la société française[45], seconde étape du travail de réflexion collective mené depuis Coloniale en 2005. Ce travail se présente comme un aboutissement de la réflexion post-coloniale des équipes du Groupe de recherche Achac qui ont, par ailleurs, participé à l’Appel pour une République multiculturelle et postraciale suivi de 100 propositions pluricitoyenne[46] ainsi qu’au collectif « pour un autre débat » qui a proposé une alternative au débat officiel sur l’identité nationale en lançant un appel diffusé le 24 décembre 2009 sur le site Rue89[47]. Pour ces différents ouvrages et programmes de conférences, plus d’une centaine de spécialistes et chercheurs ont été mis à contribution et ont apporté une lecture croisée et diverses de ces questions.

« La France est aujourd'hui traversée par une fracture coloniale » : telle est la thèse forte de cet ouvrage collectif qui examine les enjeux de mémoire posés par la colonisation et ses conséquences sur la société française actuelle[48].

Expositions[modifier | modifier le code]

  • Soldats noirs (2017)[7]
  • Artistes & Diversités en France (2017)[49]
  • Sport et Diversité en France, de 1896 à 2016 (2015).
  • Zoos Humaisn en allemand : Die Schaustellung des Wilden (Fünfä gpräende Jahrhunderte), (2015).
  • Ensemble. Présence des asiatiques et du pacifique dans l’armée française de 1737 à 2014. (2014)[50].
  • Ensemble. Présence des Afriques, des Caraïbes, et de l’océan Indien dans l’armée française de 1765 à 2013 (2013)[51].
  • Ensemble. Présences maghrébines et orientales dans l’armée française de 1798 à 2013 (2013)[52].
  • Zoos Humains. L’invention du sauvage (2013)[53].
  • Ces Bleus venus d’Europe (2011), (réactualisée en 2015).
  • Ces Bleus venus des quatre coins du monde (2010)[54], (réactualisée en 2015).
  • Les joueurs maghrébins en Équipe de France (2010)[55], (réactualisée en 2015).
  • Paris, 150 ans d’immigration. 1860-2010 (2010)[56].
  • Bretagne, porte des outre-mers (2009)[57].
  • Paris, carrefour des Suds (2009).
  • Marseille/Provence, porte des Suds (2009).
  • Rhône-Alpes, carrefour des Suds (2009)[58].
  • Alsace, présence des Suds (2008-2009)[59].
  • Lorraine, porte des Suds (2009)[60].
  • Nord-Pas-de-Calais, porte des Suds (2009)[61].
  • Des Noirs dans les Bleus (2008-2009)[62], (réactualisée en 2015).
  • Le temps des colonies à Lyon (2007).
  • 100 ans de migrations en Aquitaine. Sud-Ouest, porte des outre-mers (2007)[63].
  • Toulouse, un siècle de présence des Suds (2006)[64].
  • 75 ans après, regard sur l'Exposition coloniale de 1931 (2006)[65].
  • Montparnasse Noir. 1906-1966 (2006)[66].
  • Images et colonies (1993-1997).

Colloques[modifier | modifier le code]

  • « Territorialiser l'histoire de l'immigration. Ville, région et diasporas », Musée Regards de Provence et MuCEM (Marseille), décembre 2017[67].
  • « Enjeux patrimoniaux et artistiques de l'immigration et des outre-mer », Institut des Cultures de l'Islam (Paris), mai 2017[68].
  • « Médiatisations et Commémorations », Musée national de l'histoire de l'immigration (Paris), septembre 2015.
  • « Zoos Humains, de la Vénus Hottentote aux grandes expositions », Club 44 à la Chaux-de-Fonds (Suisse), mais 2015.
  • « Histoire, intégration, discrimination, ville. Quels enjeux en 2014? », Arts décoratifs de Paris (Paris), mars 2014.
  • « Des Champs de bataille au réécritures de l'histoire coloniale », Palais du Luxembourg (Paris), juillet 2014.
  • « Sport, Cultures and the Medias », Université Sorbonne Nouvelle (Paris), octobre 2014.
  • « Combattants des quatre coins du monde », dans le cadre du Novembre de l'Égalité à Amiens (Amiens), novembre 2014.
  • « 1983, tournant médiatique de la question de l'immigration en France », Maison des Sciences de la Communication de l'interdisciplinarité et aux Archives Nationales (Paris), mars 2013.
  • « Marche des beurs, marche pour l'égalité : le poids des médias », Salle Saint-Bruno (Paris), mai 2013.
  • « Histoires mémoires croisées, chapitres oubliés de l'histoire de France », Palais du Luxembourg (Paris), 14 novembre 2013.
  • « Histoire croisées France/Maghreb », Palais du Luxembourg (Paris), décembre 2013.
  • « Une journée événement sur l'histoire des Afro-Antillais en France », (Montpelier), janvier 2012.
  • « Colloque international de Lausanne : autour de l'invention de la race », l'Université de Lausanne (Suisse), mai 2012.
  • « Programme Régional d'Intégration des Populations Immigrées », (Toulouse), avril 2010.
  • « Les migrations sportives : du temps colonial à l’ère postcoloniale », Université de Lausanne (Suisse), mars 2009[69].
  • « Histoires & Mémoire : esclavage, colonisation & immigration », Musée d’histoire de Nantes - Château des Ducs de Bretagne (Nantes), mars 2009[70].
  • « Rethinking Human Zoos », Institut Français du Royaume-Uni (Londres), novembre 2008[71].
  • « Rencontres en Lorraine », Université Paul Verlaine (Metz) et Hôtel des sociétés (Verdun), novembre et décembre 2008[72].
  • « Frontière d’Empire. Un siècle d’immigration des Suds dans le Nord-Est », (Strasbourg), octobre 2008[73].
  • « Histoire de l’immigration et mémoires partagées », Palais des Beaux-Arts (Lille), juin 2008[74].
  • « Aquitaine, porte des outre-mers », Conseil régional d'Aquitaine (Bordeaux), janvier 2007[75].
  • « Corps et Couleurs », CNRS (Paris), janvier 2006[76].
  • « Midi-Pyrénées, porte des Suds », Conseil régional de Midi-Pyrénées (Toulouse), décembre 2006.
  • « Languedoc-Roussillon, porte des outre-mers », Conseil général de l’Hérault (Montpellier), décembre 2006[77].
  • « Marseille, porte Sud. 1905-2005 », L’Alcazar (Marseille), décembre 2005[78].
  • « coloniale. La société française au prisme des héritages coloniaux », Assemblée nationale (Paris), septembre 2005[79].
  • « Le corps extrême », CNRS (Marseille), janvier 2002[80].
  • « Zoos Humains. Corps exotiques, corps enfermés, corps mesurés », CNRS (Marseille), 2001.
  • « Miroirs d’Empires », Hôtel de ville de Lille/université libre de Bruxelles (Lille/Bruxelles), 1996.
  • « L’Autre et Nous. Scènes et Types », amphithéâtre de l'université Aix-Marseille II, jardins du Pharo (Marseille), février 1995.
  • « Maghreb et Afrique noire au regard du cinéma colonial », Institut du monde arabe (Paris), 1994[81].
  • « Images et colonies », BNF (Paris), 1993[82].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. Jean-Louis Jeannelle, « En France, un paradoxal retour au pays natal », Le Monde, 23 avril 2010.
  3. Nicolas Bancel, Pascal Blanchard et Sandrine Lemaire (dir.), La Fracture coloniale. La société française au[réf. incomplète]
  4. http://archives.getty.edu:8082/cgi/f/findaid/findaid-idx?c=utf8a;idno=US::CMalG::970031
  5. « Série frères d'armes », sur www.seriefreresdarmes.com,
  6. « Série frères d'armes », sur www.seriefreresdarmes.com (consulté le 16 décembre 2014)
  7. a et b « Soldats noirs. troupes françaises et américaines dans les deux guerres mondiales | Mémoires combattantes », sur achac.com (consulté le 19 décembre 2017)
  8. « La France arabo orientale », sur www.editionsladecouverte.fr
  9. « La France noire », sur www.editionsladecouverte.fr
  10. « Africulture », sur www.africultures.com (consulté le 16 décembre 2014)
  11. « Imaginaire colonial. Figures de l’immigré », Hommes & Migrations, no 1207,‎
  12. « Africulture », sur www.africultures.com (consulté le 16 décembre 2014)
  13. « La découverte, le Paris arabe », sur www.editionsladecouverte.fr (consulté le 16 décembre 2014)
  14. « Le Paris Asie », sur www.reseau-asie.com (consulté le 16 décembre 2014)
  15. « Marseille, porte Sud (1905-2005) : un siècle d'histoire coloniale et d'immigration », sur www.franceculture.com (consulté le 16 décembre 2014)
  16. « Clio », sur /www.clio-cr.clionautes.org (consulté le 16 décembre 2014)
  17. « Saint Etienne », sur www.reseauxcitoyens-st-etienne.org (consulté le 16 décembre 2014)
  18. Claude Liauzu, « Dans le champ de la recherche ou de la polémique, les critiques », le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  19. « coffret immigration », sur www.coffret-immigration.com (consulté le 16 décembre 2014)
  20. « L'acse coffret immigration », sur www.lacse.fr (consulté le 16 décembre 2014)
  21. « Afriscope », sur www.afriscope.fr (consulté le 16 décembre 2014)
  22. Pascal Blanchard, Grand-Ouest. Mémoire des outres-mers,, Rennes, PUR, , p.15
  23. Nicolas Bancel, Pascal Blanchard, Stéphane Blanchoin et Gilles Boëtsch, L'Autre et Nous. Scènes et Types, Paris, Syros, , p.12
  24. « Index hommes et migrations », sur www.hommes-et-migrations.fr (consulté le 16 décembre 2014)
  25. « Afriscope », sur www.afriscope.fr (consulté le 16 décembre 2014)
  26. Nicolas Bancel, « Ces zoos humains de la République », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  27. « Publications Liverpool Unipress », sur /www.liverpool-unipress.co.uk (consulté le 16 décembre 2014)
  28. « Des noirs dans les bleus », sur www.thuram.org (consulté le 16 décembre 2014)
  29. « Expo foot », sur www.senat.fr (consulté le 16 décembre 2014)
  30. « Persée revue », sur www.persee.fr (consulté le 16 décembre 2014)
  31. « persée revue », sur www.persee.fr (consulté le 16 décembre 2014)
  32. « Persée Revue », sur www.persee.fr (consulté le 16 décembre 2014)
  33. Pascal Blanchard, Images d’Empire, Paris, française, , p. 33
  34. « Polémiques sur l’histoire coloniale », Manière de voir,, no 58,‎
  35. « Bancel Blanchard », sur www.revues-plurielles.org (consulté le 16 décembre 2014)
  36. « livres », sur www.acontresens.com (consulté le 16 décembre 2016)
  37. « comptes rendus », sur histoire-politique.fr (consulté le 16 décembre 2014)
  38. Pascal Blanchard, Sandrine Lemaire et Nicolas Bancel, Culture coloniale en France. De la révolution française à nos jours, Paris, CNRS, , p.9
  39. Journal du CNRS, CNRS,
  40. Comment%20en%20finir%20avec%20la%20fracture%20coloniale »,%20Le%20Monde,%2017%20mars%202005%20%5Bhttp://www.ldh-toulon.net/spip.php?article545%5D « Cairn », sur /www.cairn.info (consulté le 18 décembre 2015)
  41. Nicolas Bancel, Pascal Blanchard et Françoise Vergès, France coloniale. Essai sur une utopie, Paris, Albin Michel, , p.15
  42. Les%20Cahiers%20français%20<abbr%20class="abbr%20"%20title="numéro"%20>no 303 « Les guerres de mémoires », sur www.cairn.info (consulté le 18 décembre 2014)
  43. « Résumé », sur www.wolton.cnrs.fr (consulté le 18 décembre 2015)
  44. « Monde diplomatique Lemaire », sur www.monde-diplomatique.fr (consulté le 18 décembre 2014)
  45. « Article », sur www.liens-socio.org (consulté le 18 décembre)
  46. Lilian Thuram, François Durpaire, Rokhaya Diallo, Mark Cheb Sun et Pascal Blanchard, Appel pour une République multiculturelle et postraciale suivi des 100 propositions pluricitoyennes, Paris, Respect Mag,
  47. « identité nationale », sur www.rue89.com (consulté le 18 décembre 2014)
  48. Catherine Halpern, « Un passé colonial qui ne passe pas », Sciences Humaines,, no 165,‎
  49. « Artistes & Diversités en France (1900-2017) | Artistes de France », sur achac.com (consulté le 19 décembre 2017)
  50. « Expos », sur www.seriefreresdarmes.com (consulté le 18 décembre 2014)
  51. « Expos », sur www.seriefreresdarmes.com (consulté le 18 décembre 2014)
  52. « Expos », sur /www.seriefreresdarmes.com (consulté le 18 décembre 2014)
  53. « Zoos humains », sur www.thuram.org (consulté le 18 décembre 2014)
  54. [http://www.africultures.com/php/index.php?nav=evenement&no=21856 ; http://www.paris.fr/portail/accueil/Portal.lut?page_id=1&document_type_id=2&document_id=85065&portlet_id=21961; http://www.presseetcite.info/journal-officiel-des-banlieues/foot-et-ind-pendances-l-achac-se-saisit-de-l-actu « Evènements »], sur www.africultures.com
  55. « Vie des sections », sur www.licra.org (consulté le 18 décembre 2014)
  56. « A Paris », sur www.nxtbook.fr (consulté le 18 décembre 2014)
  57. « Convergences culturelles », sur www.odris.fr (consulté le 18 décembre 2014)
  58. « Lyon/Rhône-Alpes. Un siècle de présence des Suds », Le progrès,‎
  59. « Fiche », sur www.strasmed.com (consulté le 18 décembre 2014)
  60. [http://www.verdun-meuse.fr/index.php?qs=fr/agenda/exposition-lorraine,-porte-des-suds; http://www.strasbourg-mediterranee.org/2008 « Expositions »], sur www.verdun-meuse.fr (consulté le 18 décembre 2014)
  61. « Expositions photos », sur www.memoire-immigration.f (consulté le 18 décembre 2014)
  62. « Des noirs en couleurs », sur www.licra.org (consulté le 18 décembre 2014)
  63. « Evènements », sur www.africultures.com (consulté le 18 décembre 2014)
  64. « Agenda », sur www.toulangues.org (consulté le 18 décembre 2014)
  65. [http://clioweb.free.fr/dossiers/colonisation/expo31.htm; http://www.paris.fr/portail/paris/Portal.lut?page_id=6597&document_type_id=7&document_id=19264&portlet_id=14995 « Dossier colonisation »], sur clioweb.free.fr (consulté le 18 décembre 2014)
  66. « Evènements », sur www.africultures.com (consulté le 18 décembre 2014)
  67. « Territorialiser l’histoire de l’immigration | Immigration des Suds », sur achac.com (consulté le 19 décembre 2017)
  68. « Enjeux patrimoniaux et artistiques de l’immigration et des outre-mer | Artistes de France », sur achac.com (consulté le 19 décembre 2017)
  69. « Unil », sur www.unil.ch (consulté le 19 décembre 2014)
  70. « Histoire mémoire Nantes », sur halleyjc.blog.lemonde.fr (consulté le 19 décembre 2014)
  71. « Annonce », sur www.h-net.org (consulté le 19 décembre 2014)
  72. « Immigration en Lorraine », sur www.univ-metz.fr (consulté le 19 décembre 2014)
  73. « Colloque frontière », sur www.strasbourg-mediterranee.org (consulté le 19 décembre 2014)
  74. « Colloques », sur www.generiques.org (consulté le 19 décembre 2014)
  75. « Colloque du 13 décembre », sur gip.montpellier.fr (consulté le 19 décembre 2014)
  76. « Nouvelle », sur calenda.revues.org (consulté le 10 décembre 2014)
  77. « colloque du 13 décembre », sur gip.montpellier.fr (consulté le 5 décembre 2014)
  78. « Colloque de Marseille », sur www.histoire-immigration.fr (consulté le 19 décembre 2014)
  79. « évènements », sur www.africultures.com (consulté le 19 décembre 2014)
  80. « Corps », sur www.culture.gouv.fr (consulté le 10 décembre 2014)
  81. « www.africultures.com », sur www.africultures.com (consulté le 19 décembre 2014)
  82. « Image et colonie », sur www.jstor.org (consulté le 19 décembre 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]