Groupe de protection et de sécurisation des réseaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir GPSR.

Groupe de protection et de sécurisation des réseaux
GPSR
Logo de l'organisation
Agents du Groupe de protection et de sécurisation des réseaux, police de la RATP, en gare de Paris-Est en 2013.
Situation
Création
Type Police du réseau RATP
Siège Paris, Drapeau de la France France
Organisation
Effectifs 1015 (2009)
Organisations affiliées RATP

Le Groupe de protection et de sécurisation des réseaux (GPSR) ou « sûreté RATP » est le groupe de sûreté de la RATP dont la mission est de protéger, assister et sécuriser tant les voyageurs que le personnel sur l’ensemble des réseaux bus, métro, RER et tramways gérés par l'entreprise.

Historique[modifier | modifier le code]

Le GPSR est né le 1er novembre 1994 de la fusion du GIPR (Groupe d’intervention et de protection des réseaux, 300 personnels RATP en uniforme, créé le 2 novembre 1989 et opérationnel le 3 janvier 1990[1]) et de la Surveillance Générale RATP (la SURGE), forte de 300 personnels RATP en civil et datant de 1945[2].

Ces agents sont sous statut RATP, assermentés et détenteurs de l’autorisation du port d’arme de catégories B et D. Ils sont chargés dans leur domaine de compétence d’assurer la sécurité des personnes (voyageurs et agents), la protection des biens et installations de la RATP et le respect du Code des transports[3].

La création du GIPR en 1989 avait pour objectif d'améliorer la sécurité dans les transports RATP alors que la police était dépassée.

En 2009, 1015 agents sont déployés sur le seul réseau de la RATP[4].

Missions[modifier | modifier le code]

Le GPSR d'aujourd'hui a évolué dans ses missions (contrôles, présence visible, etc.) même si elles sont toujours principalement orientées vers la protection des biens et des personnes circulant sur le réseau francilien. Tous les agents de ce service sont assermentés et agréés par le procureur de la République, ce qui leur confère des pouvoirs de constatation et de verbalisation des infractions, notamment en matière de procès-verbaux d'infraction, autrement dit « d'amende ». Ce service est présent sur tous les moyens de transport de la RATP (métro, RER, bus, tramway, etc.).

Formation[modifier | modifier le code]

La formation des agents dure quatre mois et comprend une importante partie sur des questions en rapport avec le domaine juridique ou sur d'autres domaines plus spécifiques aux métiers de la RATP[5].

Armement[modifier | modifier le code]

Un millier de pistolets XDM-9 de l'entreprise croate HS Produkt avec des holsters Radar sont livrés durant le second semestre 2018[6].

Membres célèbres du GPSR[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Journal télévisé 19/20 de France 3 du 3 janvier 1990 consultable en ligne : séquence de 25 secondes de 00:16:15 à 00:16:40 (environ)
  2. « L'imbroglio de la sécurité dans le métro », L'expansion.com, (consulté le 5 décembre 2011)
  3. « RATP is watching you », article paru dans Reflexes, no 52 d'octobre 2006, journal du réseau « No Pasaran », consulté le 14 juin 2010.
  4. [PDF] Observatoire national de la délinquance dans les transports, édition d'octobre 2010, p. 10. Consulté le 1er juillet 2012.
  5. « Comment la RATP recrute ses agents de sûreté », LeParisien.fr, (consulté le 5 décembre 2011)
  6. Jean-Marc Tanguy, « La RATP va tirer croate », sur lemamouth.blogspot.com, article du (consulté le 20 juin 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]