Groupe abélien fini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Leopold Kronecker (1823-1891).

En mathématiques et plus précisément en algèbre, un groupe abélien fini est un groupe à la fois commutatif et fini. C'est donc un cas particulier de groupe abélien de type fini. Ce concept possède néanmoins une histoire propre et de nombreuses applications spécifiques, aussi bien théoriques comme en arithmétique modulaire qu'industrielles comme pour les codes correcteurs.

Un théorème de Kronecker explicite leur structure : ce sont tous des produits directs de groupes cycliques.

Dans la catégorie des groupes, la sous-catégorie des groupes abéliens finis est autoduale.

Histoire[modifier | modifier le code]

Niels Abel (1802-1829).
Évariste Galois (1811-1832).

En 1824, le mathématicien norvégien Niels Henrik Abel publie, à ses propres frais, un petit texte de six pages[1] étudiant la question de la résolution de l'équation générale du cinquième degré. Il met en évidence l'importance du caractère commutatif d'un ensemble de permutations. Un groupe commutatif porte maintenant le terme d'abélien en référence à cette découverte.

Évariste Galois étudie la même question. En 1831, il utilise[2] pour la première fois le terme de groupe formel. Cet article est publié quinze ans plus tard par le mathématicien Joseph Liouville. Durant la deuxième moitié du XIXe siècle, l'étude des groupes finis apparait essentiel, initialement pour le développement de la théorie de Galois.

De nombreuses années sont néanmoins nécessaires pour définir cette notion de groupe formel. Kronecker est un acteur de cette axiomatisation. Il donne[3] en 1870 une définition équivalente à celle maintenant utilisée pour un groupe abélien fini. La définition générale est souvent attribuée à Heinrich Weber[4].

En 1853, Leopold Kronecker annonce que les extensions finies des nombres rationnels ayant un groupe de Galois abélien sont les sous-corps des extensions cyclotomiques[5]. Sa démonstration du théorème maintenant connu sous le nom de théorème de Kronecker-Weber est fausse, il faudra les apports de Richard Dedekind, Heinrich Weber[6] et enfin David Hilbert[7] pour une preuve rigoureuse. Ce contexte est celui qui amena Kronecker à démontrer le théorème fondamental des groupes abéliens finis qui porte maintenant son nom dans son article de 1870.

Propriétés[modifier | modifier le code]

Propriétés élémentaires[modifier | modifier le code]

La première propriété est démontrée dans le paragraphe Théorème fondamental de l'article groupe cyclique, les autres sont le propre des groupes abéliens et des groupes finis.

Théorème de Kronecker[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Théorème de Kronecker.

Dans le reste de l'article, G désigne un groupe abélien fini :

Il existe une unique suite (a1,a2,...,ak) d'entiers > 1 telle que G (Z/a1Z) × (Z/a2Z) ×… × (Z/akZ) et que ai+1 divise ai pour tout entier i entre 1 et k – 1.

Les éléments de cette suite sont appelés facteurs invariants.

Conséquences du théorème de Kronecker[modifier | modifier le code]

Pour tout nombre premier p, notons Gp le p-sous-groupe maximal de G (constitué des éléments de G dont l'ordre est une puissance de p).

(Cette propriété générale des groupes nilpotents de torsion se déduit simplement, dans le cas particulier d'un groupe abélien fini, du théorème de Bézout[8].)

En appliquant le théorème de Kronecker aux Gp, on en déduit immédiatement la décomposition plus fine de G[9] démontrée par Frobenius et Stickelberger (en)[10] :

On en déduit :

Applications[modifier | modifier le code]

Analyse harmonique[modifier | modifier le code]

Un groupe abélien fini possède des caractères de groupe remarquables, les caractères du groupe sont isomorphes au groupe lui-même. La théorie de l'analyse harmonique est alors simple à établir. Il est ainsi possible de définir la transformation de Fourier ou le produit de convolution. Les résultats usuels comme l'égalité de Parseval, la théorème de Plancherel ou encore la formule sommatoire de Poisson sont vérifiés.

Arithmétique modulaire[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Arithmétique modulaire et Symbole de Legendre.
Peter Gustav Lejeune Dirichlet (1805-1859).

Une structure largement utilisé en théorie algébrique des nombres est celle de Z/pZ et particulièrement son groupe des unités. Cette approche est la base de l'arithmétique modulaire. Si p est un nombre premier, alors le groupe multiplicatif est cyclique d'ordre p - 1. Dans le cas contraire, le groupe des unités est encore abélien et fini.

Il aide à la résolution d'équations diophantiennes comme le petit théorème de Fermat, ainsi que la généralisation d'Euler. Il est aussi utilisé dans la démonstration du théorème des deux carrés de Fermat par Richard Dedekind.

L'analyse harmonique sur les groupes abéliens finis possèdent aussi de nombreuses applications en arithmétique. Elle correspondent à la formalisation moderne de résultats démontrés par des mathématiciens comme Carl Friedrich Gauss ou Adrien-Marie Legendre. Le symbole de Legendre apparait maintenant comme un caractère d'un groupe cyclique, donc abélien et fini, à valeur dans {-1, 1}. Les sommes ou les périodes de Gauss s'expriment aussi à l'aide de caractères sur un groupe abélien fini, ce qui permet de les calculer. Cette approche est à la base d'une démonstration de la loi de réciprocité quadratique.

Dirichlet s'intéresse à une conjecture de Gauss et Legendre : toute classe du groupe des unités de l'anneau Z/nZ contient une infinité de nombres premiers. Leonhard Euler propose bien une méthode, à travers le produit eulérien pour répondre, cependant les nombres premiers recherchés sont tous localisés dans une unique classe. Dirichlet utilise l'analyse harmonique pour démontrer ce théorème maintenant connu sous le nom de théorème de la progression arithmétique. Ses travaux sont fondateurs de la théorie analytique des nombres.

Théorie de Galois[modifier | modifier le code]

Carl Friedrich Gauss (1777-1855).
Article détaillé : Théorème d'Abel-Ruffini.
Construction de l'heptadécagone.

Les groupes abéliens finis ont un rôle particulier dans la théorie de Galois. Une conséquence du théorème d'Abel-Ruffini est que tout polynôme ayant un groupe de Galois abélien est résoluble par radicaux. La réciproque est un peu plus complexe, le groupe ne doit pas être nécessairement abélien mais résoluble. Le corps de décomposition d'un tel polynôme est une extension abélienne, c'est-à-dire une extension dont le groupe de Galois est abélien. Ce résultat rend donc les extensions abéliennes et leur groupe particulièrement intéressant. C'est la raison pour laquelle les mathématiciens du XIXe siècle ont cherché à démontrer le théorème de Kronecker-Weber avec tant d'assiduité.

Bien avant les découvertes de Galois Kronecker et Weber, Gauss avait utilisé un cas particulier : l'équation cyclotomique d'indice 17 pour trouver une méthode de construction à la règle et au compas de l'heptadécagone, c'est-à-dire du polygone régulier à 17 côtés. Le fait que le groupe de Galois du polynôme soit abélien est un élément essentiel de la méthode.

Corps fini[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Corps fini.

Pour tout corps fini K, le groupe additif (K, + ) est une puissance d'un groupe cyclique d'ordre premier et le groupe multiplicatif (K*, ∙ ) est cyclique.

Théorie de l'information[modifier | modifier le code]

Les CD utilisent un code de Reed-Solomon.
Article détaillé : Théorie de l'information.

Au XXe siècle, les groupes abéliens finis prennent une importance particulière grâce à la naissance de la théorie de l'information. Ils sont utilisés à la fois pour la cryptologie et les codes correcteurs.

En cryptologie, les groupes cycliques sont à la base de nombreux algorithmes. L'arithmétique modulaire permet, par exemple, d'obtenir des tests de primalité comme celui de Fermat, ou de Miller-Rabin. L'utilisation des groupes abéliens finis ne s'arrête pas là. Une structure essentielle est celle d'un espace vectoriel fini, donc sur un corps fini et de dimension finie. Elle correspond à un groupe abélien fini et permet de définir une analyse harmonique particulière. Si le corps est réduit à deux éléments, les fonctions de l'espace vectoriel dans le corps des nombres complexes prend le nom de fonction booléenne et la transformée de Fourier celui de transformée de Walsh. La cryptologie utilise largement les fonctions booléennes et la transformée de Walsh, par exemple pour l'étude des tables de substitution.

La théorie des codes correcteurs et particulièrement celle des codes linéaires n'est pas en reste. Elle utilise, par exemple, l'analyse harmonique sur les espaces vectoriels finis quelconques pour l'analyse d'un code dual à travers l'identité de Mac Williams. Le code utilisé pour les disques compacts est de type Reed-Solomon, il utilise un espace vectoriel sur un corps à 256 éléments, une structure fondée sur de multiples groupes abéliens finis.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Niels Henrik Abel, Mémoire sur les équations algébriques, où l'on démontre l'impossibilité de la résolution de l'équation générale du cinquième degré,
  2. Évariste Galois, « Mémoire sur les conditions de résolubilité des équations par radicaux », J. Math. Pures Appl.,‎ , texte manuscrit de 1830
  3. (de) Leopold Kronecker, « Auseinandersetzung einiger Eigenschaften der Klassenzahl idealer complexer Zahlen », Monatsber. K. Preuss. Akad. Wissenschaft Berlin,‎ , p. 881–889
  4. (de) Heinrich Weber, Lehrbuch der Algebra, Braunschweig,
  5. Leopold Kronecker, « Mémoire sur les facteurs irréductibles de l'expression xn – 1 », J. Math. Pures Appl., 1re série, vol. 19,‎ , p. 177-192
  6. (de) Heinrich Weber, « Theorie der Abel'schen Zahlkörper », Acta Math., vol. VIII et IX,‎ 1886 et 1887
  7. (de) David Hilbert, « Ein neuer Beweis des Kronecker'schen Fundamentalsatzes über Abel'sche Zahlkörper », Nachr. der K. Ges. der Wiss. zu Gottingen,‎
  8. Voir « Composantes primaires d'un groupe commutatif fini » sur Wikiversité. La méthode est la même que dans le lemme des noyaux.
  9. Dans le cours sur Wikiversité, on fait l'inverse.
  10. (de) Frobenius et Stickelberger, « Ueber Gruppen von vertauschbaren Elementen », J. reine angew. Math., vol. 86,‎ , p. 217-262 (lire en ligne).
  11. Cette unicité peut aussi se déduire du théorème de Krull-Schmidt, ou du corollaire ci-dessous sur la simplification des produits directs, s'il est démontré directement.
  12. Une démonstration figure dans ce cours sur Wikiversité. Vipul Naik en donne une directe, en supposant seulement que les trois groupes sont finis (non nécessairement abéliens). Une vaste généralisation est due à (en) Bjarni Jónsson et Alfred Tarski, Direct Decompositions of Finite Algebraic Systems, (lire en ligne), th. 3.11 p. 50. Dans le cas des groupes, elle s'exprime par :

    Pour tout groupe fini G et tous groupes H et K, G × HG × KHK.

    (en) R. Hirshon, « On cancellation in groups », Amer. Math. Monthly, vol. 76, no 9,‎ , p. 1037-1039 (JSTOR 317133) donne une preuve rapide de cette implication et montre de plus que la finitude de G est, elle, indispensable, en fournissant un contre-exemple pour G = , avec même H et K de type fini, mais nécessairement non abéliens puisqu'un autre théorème :

    Pour tout groupe abélien de type fini G et tous groupes abéliens H et K, G × HG × KHK.

    avait été démontré par (en) P. M. Cohn, « The complement of a finitely generated direct summand of an abelian group », Proc. Amer. Math. Soc., vol. 7, no 3,‎ , p. 520-521 (lire en ligne) et (en) Elbert A. Walker, « Cancellation in direct sums of groups », Proc. Amer. Math. Soc., vol. 7, no 5,‎ , p. 898-902 (lire en ligne).

  13. Une démonstration figure dans ce problème corrigé sur Wikiversité.
  14. Suite OEISA000688 de l'OEIS.
  15. Jean-Jacques Risler et Pascal Boyer, Algèbre pour la Licence 3 : Groupes, anneaux, corps, Dunod, (lire en ligne), p. 45.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]