Groupe SOS

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Groupe SOS
logo de Groupe SOS

Logo du groupe SOS

Création 1984
Forme juridique Association à but non lucratif
Action Une entreprise sociale
Siège social Drapeau de France Paris (France)
Direction Jean-Marc Borello (Délégué général du Groupe SOS)
Activité Groupe SOS - Jeunesse, Groupe SOS - Emploi, Groupe SOS - Santé, Groupe SOS - Solidarités, Groupe SOS - Seniors
Effectif 350 établissements répartis dans 18 régions en métropole, en Guyane, à Mayotte et à la Réunion.
44 associations, sociétés et coopératives.
Plus de 12 000 salariés.
Site web [1]
Chiffre d’affaires 700 millions d'euros (2015)

Le Groupe SOS est une organisation française[1] spécialisée dans le social qui regroupe des entreprises et des associations. En 2015, elle employait 12 000 salariés et générait 700 millions d'euros de chiffre d'affaires à travers 350 établissements[2],[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Le Groupe SOS nait en 1984 avec la création de l'association SOS Drogue International avec pour objectif de développer des dispositifs d'aide et soins aux usagers de drogue. Les dirigeants du groupe SOS ont toujours insisté sur « la nécessité d'allier innovation sociale et efficacité économique ». L'ambition de créer un modèle capable de développer et pérenniser des activités sociales ou commerciales sans recourir à une logique de rentabilité du capital a fédéré de nombreuses organisations qui ont décidé de le rejoindre.

En 2009, le Groupe SOS comprenait dix associations et onze entreprises pour un chiffre d'affaires de 155 millions d'euros et 2 200 salariés[4].

Le groupe s'est spécialisé dans la reprise d’associations en difficulté et affiche une croissance de 25 % par an entre 2007 et 2012 ans[5].

En mars 2012, le Groupe SOS reprend les activités associatives d'Alpha Santé ; son effectif en France dépasse 10 000 salariés[6].

Gouvernance et organisation[modifier | modifier le code]

Le statut associatif est à la base de l'organisation du groupe SOS. Les administrateurs du groupe définissent les grandes orientations. Un directoire, présidé par Jean-Marc Borello, les applique au quotidien. Acteur de l'économie sociale et solidaire, le Groupe SOS n'a pas d'actionnaires personnes physiques ce qui exclut tout enrichissement personnel.

En 2015, le Groupe SOS Santé (ex Alpha Santé) comprenait 7 hôpitaux ; le Groupe SOS Seniors (ex Hospitalor) regroupait 47 EHPAD du GROUPE SOS ; et le Groupe SOS Solidarités (Habitat et soins) réunissait les 54 établissements sociaux couvrant entre autres des activités de prise en charge de personnes handicapées[7].

Ressources[modifier | modifier le code]

Le fonds de dotations du groupe SOS a été initiée par les 3 associations fondatrices de l'association (Prévention & Soin des addictions, Habitat et Soins et Insertion et Alternatives)[8].
Les ressources des établissements du groupe SOS proviennent à la fois de clients publics (multiples et différents en fonction des secteurs d'activité : agences régionales de santé, DDASS, CPAM, conseil généraux, municipalités) et privés (entreprises et particuliers).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Localisation des structures du Groupe SOS
  2. (fr) « Jean-Marc Borello : Des outils pour fidéliser salariés, clients, actionnaires et marchés », sur lesechos.fr (consulté le 20 mars 2016)
  3. (fr) « La RNT : un enjeu d’intérêt général ! », sur lesechos.fr (consulté le 20 mars 2016)
  4. A. K, « Groupe SOS : dix associations, onze entreprises », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  5. (fr) « Jean-Marc Borello, président du groupe SOS », sur Le nouvel Economiste | Politique & Economie, Entreprises & Management, Art de vivre & Style de vie (consulté le 20 mars 2016)
  6. La-Croix.com, « Le Groupe SOS, géant assumé de l’économie sociale », sur La Croix (consulté le 20 mars 2016)
  7. « Réorganisation du Groupe SOS - HOSPITALOR devient Groupe SOS Seniors », sur geroscopie.fr (consulté le 20 mars 2016)
  8. « Fonds de dotation Groupe SOS (rapport du commissaire aux comptes) », Journal officiel,‎ , p. 7 (lire en ligne)