Groupe Pellenc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pellenc S.A.S.
logo de Groupe Pellenc

Création 01-01-1974
Fondateurs Roger Pellenc
Forme juridique S.A.S.
Siège social Pertuis
Drapeau de France France
Direction Wilfrid Le Naour en qualité de Pt de Provence Nouveau Monde
Actionnaires Edify (anciennement Somfy Participations)
Activité Fabrication de machines agricoles et forestières
Société mère Provence Nouveau Monde Ferney Voltaire
Sociétés sœurs Gaviota + Zurfluch Feller + Sirem + Lacroix Emballages + Metallurgique de Vallorbe + De Buyer + Ligier + Thermocompact
Effectif 437
Numéro Siren 305061186
Site web pellenc.com

Chiffre d'affaires 132 millions d'euros (2017)
Résultat net 9 millions d'euros en 2017

Pellenc est une entreprise fondée en 1973 par Roger Pellenc et Jean-Paul Motte. C'est un constructeur français de machines, d’équipements et d’outillages électroportatifs pour l’agriculture spécialisée et l’entretien des espaces verts et publics. La viticulture, la viniculture, l'arboriculture et l'oléiculture constituent les principaux marchés de la société dans le secteur de l’agriculture spécialisée.

L'entreprise est installée à Pertuis où sont situés le siège social, son centre de recherche et de développement, la direction industrielle du groupe, ainsi que les principales unités de production et d'assemblage. Le groupe représente 18 filiales à travers le monde dont 7 filiales de production. Issue de l’agriculture spécialisée, il s’est diversifié vers l’entretien des espaces verts et urbains en 2008.

Historique[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

La SA Pellenc est créée en 1973 à Pertuis par Roger Pellenc, professeur de technologies à Avignon. Elle devient en 1975, Pellenc France SA[1],[2]. Il fonde en 2004, comme principal actionnaire, Pellenc Selective Technologies (Pellenc ST), entreprise qui développe des machines de tri des déchets industriels et ménagers destinées aux déchetteries[2],[3] par ailleurs sans lien juridique avec Pellenc SA. En 2018, Pellenc SA devient Pellenc S.A.S..

Le président fondateur, Roger Pellenc, est maire de Pertuis depuis [4].

Production[modifier | modifier le code]

En 1974, Roger Pellenc lance sur le marché, l’écimeuse à barre de coupe, première machine vouée à la viticulture[5].

En 1983, la pré-tailleuse fait son entrée sur le marché puis Pellenc lance en 1987 son premier sécateur électronique fonctionnant sur batterie. Cette année marque également la naissance de la palisseuse[5].

1993 marque un tournant avec la décision de commercialiser la première gamme de machines à vendanger "3000" ; la gamme de machines à vendanger évolue en 2003 avec la série "4000" puis apparaît en 2009 la gamme "8000" de machines à vendanger tractées[5].

En 1995, un outil innovant, l'attacheur, fait son apparition dans le monde de la viticulture.

2002 voit naître l’effeuilleuse, ainsi qu'un peigne vibrant servant pour la récolte des olives. L'année suivante, la tailleuse et le système de pulvérisation apparaissent. En 2004, Pellenc lance sa batterie au lithium-ion ainsi que son sécateur électrique . 2005 marque le lancement de l’écimeuse électrique ainsi que celui de la tête de récolte. En 2007, la taille rase de précision fait son entrée chez Pellenc[5].

La première tronçonneuse électrique sur perche voit le jour en 2007 et marque la création de la division « Green & City Technology » l'année suivante, visant à renforcer la position de Pellenc sur le marché des espaces verts et des collectivités locales[5]. En 2009 et 2010 apparaissent le taille-haie électrique, le sécateur électrique arboricole, la tronçonneuse à main électrique, la débroussailleuse, la bineuse-sarcleuse, le système de recharge solaire et la tronçonneuse.

Le premier prototype de l’analyseur spectral, qui sert notamment au suivi de maturité du raisin, est également présenté en 2009. L’année 2010 est marquée par une nouvelle évolution sur le marché de la viniculture permise par la sortie de la table de tri selective.

En 2011, Pellenc présente son projet de la machine à récolter des olives, un châssis multitâche, un deuxième version du sécateur électrique, un l’attacheur, une batterie et un souffleur. 2012 est marquée par la sortie du fouloir dynamique destiné au chai.

2018 Commercialisation d'une nouvelle machine à récolter les olives[6].

Changement de propriétaire[modifier | modifier le code]

Roger Pellenc signe en 2011 un accord avec Somfy Participations, qui acquiert initialement 47,5% du capital de l'entreprise et en contrôle la totalité en 2015[7],[8]. En décembre 2014, Somfy Participations rachète la totalité des parts du groupe Pellenc, en faisant l’acquisition de 51,36% des parts encore détenues Roger Pellenc, une clause stipulant alors que ce dernier en conserverait l'usufruit jusqu'en avril 2017. Aujourd'hui, Edify (ex Somfy Participtions) se trouve pleinement propriétaire de l'intégralité du capital, transmis en douceur et par étape pour maintenir la stabilité nécessaire au développement du groupe[9],[10]

Secteurs d'activité[modifier | modifier le code]

L'Optimum Pellenc.

Pellenc conçoit et fabrique des machines destinées aux exploitations viticoles et oléicoles[7]. Également présente dans les domaines de l'arboriculture et de l'entretien des espaces verts[4], l'entreprise fabrique des outils électriques portatifs, comme des sécateurs électriques et tronçonneuses, pour les exploitations agricoles et les collectivités[8]. Pellenc acquiert en 2013 Pera, fabricant de matériel de chai fondé en 1896, basé dans l'Hérault, afin d'étendre sa gamme « de la vigne au vin »[11],[1].

Implantation et recherche industrielle[modifier | modifier le code]

Outil d'égrenage et de tri

La Direction Industrielle du Groupe est située à Pertuis (Vaucluse), ainsi que les principales unités de production. Les machines et les équipements Pellenc sont assemblés principalement sur le site vauclusien. Seule exception, certaines machines spécifiques pour les marchés espagnols et italiens sont fabriquées dans ces deux pays, ainsi que les batteries et certains outillages sont assemblés dans l’unité de production de Pellenc située en Chine, dédiée à cette activité, et qui permet à Pellenc de bénéficier des meilleures technologies dans ce domaine.

Entre 1983 et 2009, dix « médailles d'or » lui ont ainsi été décernées par le Salon international pour les filières vigne-vin et fruits et légumes (Sitevi)[4].

En 2012, Pellenc possède six sites de production : en Slovaquie où l’on fabrique toutes les constructions métalliques pour l’ensemble du groupe.En Chine où sont fabriquées des batteries pour les outils électroportatifs. En Italie où Volentieri Pellenc produit les outils viticoles. Deux en Espagne dont Pellenc-Filpel Bobinas créée en 2003 pour la production de liens servant à attacher les vignes; ainsi qu'au siège social situé à Pertuis dans le Vaucluse. Le site de Pertuis à lui seul emploie 450 des 1 489salariés de l'entreprise [5][8]. En 2013, selon la Chambre de commerce et d'industrie de Vaucluse, Pellenc fait partie des dix premiers employeurs du département dans le secteur industriel[12].

Le siège abrite notamment le centre de recherche, qui détient 1081 brevets[5],[4]. En 2017, le budget consacré à la recherche et développement représente 13 millions d'euros[13] et emploie 142 personnes[7]. L'entreprise développe les transmissions hydrostatiques de ses machines, les moteurs de ses outils électriques, ainsi que leurs batteries[2]. Pellenc a plusieurs fois été récompensé pour ses innovations lors de foires et salons agricoles internationaux.

En 2018, Pellenc se voit récompensé à deux reprises pour sa performance industrielle. Le 27 mars 2018 lui est décerné le label "Vitrine Industrie du Futur" et le 29 mai, elle reçoit le prix de la Productivité aux Trophées des Usines.

Distribution et filiales[modifier | modifier le code]

Vibreur automoteur

À partir des années 1990, Roger Pellenc a cherché à internationaliser son groupe en ouvrant des filiales dans les pays possédant des régions viticoles en commençant par l’Australie en 1991[5].La même année, fut aussi créée Pellenc Iberica à Jaén (Espagne), au centre de l’Andalousie où l’on trouve également un bureau d’études en oléiculture qui travaille en étroite collaboration avec celui de Pertuis, siège social de Pellenc S.A[5].

En 1996, Pellenc America a vu le jour à Santa Rosa en Californie au cœur de la Nappa Valley[5], dans le but de s’installer dans un pays où la viticulture était extrêmement prometteuse. Cette filiale s’appuie sur un circuit de distribution en Californie mais aussi à New York et au Canada.

En 1997 fut créée Pellenc Italia, principalement pour les outils électroportatifs. Pour couvrir également le marché viticole avec une production de machines à vendanger tractées, une deuxième filiale en Italie a été créée sous le nom de Volentieri-Pellenc par rachat de 50 % des parts de l’usine Volentieri.

2004 fut l’année qui a marqué la création de Pellenc Maroc en vue de développer sur tout le bassin méditerranéen la commercialisation de matériel voué à l’oléiculture.

En 2006, apparût la filiale Pellenc Sud America implantée au Chili, créée principalement pour la viticulture.

En 2012, la filiale Pellenc Deutschland en Allemagne fut créée principalement pour la vente des outils servant à l’entretien des espaces verts.

Pellenc a également agrandit son réseau de distribution en France en ouvrant une filiale dans le Languedoc-Roussillon en 2012 et, dans la région Bordeaux-Charentes en 2013. La filiale de commercialisation Bordeaux-Charentes représente une part importante du marché mondial des machines à vendanger et a été mise en place grâce au rachat du distributeur historique New Holland[14].

Le 31 décembre 2013, Pellenc rachète la société PERA, fabricant de matériel de cave[1].

Le réseau de distribution du groupe compte plus de 350 points de vente en France[4] et s'étend dans une cinquantaine de pays[8] à travers 800 distributeurs dans le monde[15].

En 2014, après l'ouverture de la branche Sud africaine, le nombre de filiales s'élève à quinze[11],[14].

Le 4 août 2014, Pellenc SA rachète la société Laupretre, spécialisée dans la construction de tracteurs-enjambeurs pour vignes étroites. La société Laupretre cède l’ensemble de ses actifs à Pellenc HD (HD pour Haute Densité), nouvelle filiale de Pellenc SA[16].

Pellenc est également présent dans un certain nombre de pays où elle est représentée par des importateurs : Suède, Angleterre, Tunisie, Afrique du Sud, Autriche, Hongrie, etc.

Le 3 août 2015, la société Pellenc met en ligne son site d'e-commerce « Pellenc Store », accessible aux professionnels et aux particuliers[17].

Ventes[modifier | modifier le code]

En 2013, avec 34 % des parts de marché relatif à la machine à vendanger, le groupe Pellenc est l'un des leaders mondiaux dans le domaine des machines de récolte et d'équipements pour les secteurs de la viticulture et de l'arboriculture. Pellenc souhaite continuer à se positionner sur la scène internationale et « devenir le leader mondial de l'ensemble du secteur » [11],[1].

En 2014, Pellenc présente sa nouvelle gamme Optimum, machine à vendanger dernière génération qui intègre des innovations technologiques exclusives permettant, entre autres, 'un gain de productivité de 25% et une réduction de 43% de la consommation de carburant à l'hectare[18]. Les premières livraisons sont en cours dans les vignobles du monde entier.

Résultats[modifier | modifier le code]

Pellenc doit faire face aux crises cycliques rencontrées par le monde agricole et compte sur la recherche et le développement et la diversification géographique de son activité pour les surmonter. Le chiffre d'affaires réalisé en 2009 est en baisse de 7% par rapport à la période précédente[4]. En 2010, il s'élève à 115 millions d'euros, dont 76,4% sont réalisés à l'export[8]. Le résultat net du groupe se monte à 8 millions d'euros[7]. En 2012, le groupe réalise un chiffre d'affaires de 121 millions d'euros[1]. En 2013, Pellenc S.A réalisait près de 84 millions d’euros de chiffre d’affaires[19] tandis que le groupe Pellenc réalisait 133 millions d’euros. En 2014, Pellenc affiche un chiffre d’affaires consolidé de 182 millions d'euros, soit une augmentation de 38 %, dont 54% réalisé à l'export[20].

En 2015, Pellenc prospère encore avec un chiffre d'affaires consolidé de 212 millions d'euros dont 44% réalisé à l'étranger. Ce chiffre est en hausse de 16,5% par rapport à l'année précédente. En Recherche & Développement, Pellenc continue d'investir près de 10 millions d'euros en 2015[21].

En 2016, le groupe Pellenc réalise un chiffres d'affaires consolidé de 236,6 millions d'euros dont 56% réalisé à l'export et une augmentation de 11,6% par rapport à 2015.

En 2017, le groupe Pellenc enregistre, comme chaque année une progression de son chiffres d'affaires consolidé avec 254 millions d'euros dont 60% réalisé à l'export, soit 19,8% d'augmentation par rapport à l'année précédente.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Céline Dupin, « Matériel vitivinicole : Pellenc reprend la société Pera », Les Échos,
  2. a b et c Jean-Sébastien Scandella, « Pellenc : Matériel agricole high-tech », L'Usine nouvelle,
  3. François Schott, « Sur les chemins de la croissance verte », Le Monde,
  4. a b c d e et f Carole Lembezat, « Pellenc, l'innovation au cœur du machinisme agricole », L'Usine nouvelle,
  5. a b c d e f g h i et j « Pellenc Group », sur www.pellenc.com
  6. « Pellenc invente la machine qui cueille les olives – Entreprendre.fr », sur www.entreprendre.fr (consulté le 10 novembre 2018)
  7. a b c et d « Somfy va entrer au capital du groupe Pellenc, leader mondial du matériel viticole », Capital,
  8. a b c d et e Rémy Serai, « Pellenc se vend à Somfy », La France agricole,
  9. « Entreprises / gens du vin : Edify détient désormais la totalité de Pellenc », sur www.vitisphere.com (consulté le 22 septembre 2017)
  10. Marion Sepeau Ivaldi, « Edify détient... », vitisphère.com,‎
  11. a b et c Paul Molga, « Pellenc fait entrer l’électronique de précision dans les vignobles », Les Échos,
  12. « État des lieux du secteur industriel en Vaucluse au 01/07/2013 », Chambre de commerce et d'industrie de Vaucluse,
  13. X-Media, « Pellenc prospère », (consulté le 10 août 2016)
  14. a et b Carina Istre, « Pertuis : Pellenc développe ses filiales commerciales », Le Dauphiné libéré,
  15. « Pellenc ouvre sa quinzième filiale dans le Bordelais », sur http://www.cuma.fr, (consulté le 3 octobre 2014)
  16. « Usine Nouvelle », sur http://www.usinenouvelle.com,
  17. « Pellenc Store », (consulté le 6 août 2015)
  18. « Pellenc dévoile sa nouvelle gamme Optimum », sur http://www.lavigne-mag.fr, (consulté le 3 octobre 2014)
  19. « Informations générales sur Pellenc SA », sur http://www.verif.com (consulté le 3 octobre 2014)
  20. « Pellenc : + 38 % de CA en 2014 », sur mon-viti.com, (consulté le 15 avril 2015)
  21. X-Media, « Pellenc prospère », sur mon-ViTi (consulté le 17 mars 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roger Pellenc (en collaboration avec Jean-Roger Emmanuel), La saga Pellenc : la passion d'entreprendre, Éditions Autres temps, , 197 p. (ISBN 978-2-84521-311-1)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :