Groupe OCP

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

OCP
logo de Groupe OCP

Création 1920
Dates clés 6 aout 1920
Forme juridique société anonyme
Siège social 2, rue Al Abtal, Hay Erraha
Casablanca
Drapeau du Maroc Maroc
Direction Drapeau : Maroc Mostafa Terrab (PDG)
Actionnaires l’OCP, l’Office chérifien des phosphates
Activité Mines
Produits Phosphate - Engrais
Filiales Mine & Transformation

Phosboucraâ
Prayon
Euro Maroc Phosphore
Jorf Fertilizer Company V
Indo Maroc Phosphore
Pakistan Maroc Phosphore
Zuari Maroc Phosphates Limited
Paradeep Phosphates Limited

Commerce International

OCP International
OCP Fertilizantes
OCP de Argentina
OCP do Brazil
Black Sea Fertilizer Trading Company
OCP Africa

Ingénierie & Conseil

Jacobs Engineering
Transportation Engineering and Management Consultants
DuPont OCP Operations Consulting

Développement des écosystèmes

Société d'Aménagement et de Développement Vert
Société d'Aménagement et de Développement de Mazagan
OCP Innovation Fund For Agriculture
Fondation OCP
Fondation Phosboucraâ

Nouvelles technologies

Teal Technology Services

Effectif en augmentation 20980 (2016)
Site web www.ocpgroup.ma

Dette en diminution 3.6 milliards de $ (2018 )
Chiffre d'affaires en augmentation 5,8 milliards d'$ (2018)
Résultat net en augmentation 586 millions de $ ( 2018 )

Le groupe OCP (anciennement Office chérifien des phosphates), fondé le au Maroc[1],[2] et transformé en 2008 en une société anonyme (OCP SA), est l'un des principaux exportateurs de phosphate brut, d’acide phosphorique et d’engrais phosphatés dans le monde[3],[4],[5],[6].

Le groupe OCP compte près de 20 000 collaborateurs implantés principalement au Maroc" [7],[8],[9] sur quatre sites miniers et deux complexes chimiques[10], ainsi que sur d'autres sites internationaux. Le groupe détient plusieurs filiales à l'intérieur et à l'extérieur du Maroc. En 2018, son chiffre d'affaires s'élevait à 55,9 milliards de dirhams marocains[11].

Historique[modifier | modifier le code]

Boujniba : 1re mine[modifier | modifier le code]

Le groupe OCP commença son activité d’extraction et de traitement d’expédition du phosphate le , avec l’ouverture de la première mine à Boujniba, dans le gisement de Khouribga, le gisement de phosphate le plus riche du monde[12]. L’acheminement du phosphate jusqu’au port de Casablanca débute la même année, ce qui permet la première exportation de phosphate le [13]. Par la suite, OCP va exploiter trois autres sites miniers à savoir Benguérir, Boucraâ-Laâyoune et Youssoufia[14].

Développement industriel[modifier | modifier le code]

La production a progressivement augmenté pour atteindre 5 millions de tonnes en 1954. Depuis, la production a continué à se développer dépassant le seuil de 10 millions en 1964 et de 20 millions de tonnes en 1979[13].

Entre 1951 et 1961, les installations de séchage et de calcination se développent dans les régions de Khouribga et Youssoufia. En 1962, le groupe OCP constitue un "Service Après Ventes" formé d'ingénieurs et de techniciens sillonnant le monde et ayant pour mission de suivre l'utilisation des phosphates livrés à la clientèle, en vue d'une amélioration constante des qualités produites en fonction de l'évolution des techniques de transformation[15]. Afin de poursuivre sa croissance et de gagner de nouveaux marchés à l’échelle internationale, le groupe OCP crée en 1965 la société Maroc ChimIe, chargée de la production de différents produits dérivés du phosphate grâce à une usine construite à Safi[16],[17],[18]. Les premières exportations de produits dérivés du phosphate démarrent la même année.

En 2014, le groupe OCP inaugure le pipeline reliant Khouribga à Jorf Lasfar, avancée technologique en termes de transport de phosphates[19].

Création du groupe OCP[modifier | modifier le code]

En 1975, l’Office chérifien des phosphates devient le groupe OCP[17],[20].

Durant les années suivantes, le groupe OCP investit dans la création de nouvelles lignes de production, notamment à Jorf Lasfar, où des travaux de construction d’un nouveau complexe chimique commencent en 1982. Ces nouvelles structures industrielles destinées à la production d’acide sulfurique et d’acide phosphorique deviendront effectives à partir de 1986, suivies par les lignes de production d’engrais en 1987[21].

En 1994, le groupe OCP démarre un nouveau projet minier à Sidi Chennane, dans la zone de Khouribga[22], le lancement des travaux de construction de l’usine d’acide phosphorique purifié à Jorf Lasfar en 1996 et son démarrage effectif en 1998[23].

En 2008, le groupe OCP devient une société anonyme[24],[25]. A ce jour, le groupe OCP est détenu à 95 % par l'Etat et à 5 % par la Banque Centrale Populaire[26],[27].

En 2017, les engrais représentent 54 % des ventes totales du groupe, la roche 21 % et enfin l’acide phosphorique 15 %[28].

En mars 2018, la direction du groupe annonce une hausse de 14 % de son chiffre d'affaires pour l'exercice 2017. Un chiffre d'affaires qui s'est élevé à 48.503 millions de dirhams (MDH) contre 42.471 MDH en 2016[29],[30].

Le groupe[modifier | modifier le code]

Les activités du groupe sont organisées selon un modèle intégré, couvrant l’ensemble des opérations de la chaîne de valeur depuis l’extraction des phosphates jusqu’à la production et la commercialisation de différents produits notamment des engrais et de l’acide phosphorique[31].

Le groupe OCP joue un rôle économique et social important au Maroc. Les phosphates et ses dérivés représentent en 2010, en valeur, près d’un quart des exportations du pays et approximativement 3,5 % du PIB[32],[33].

Depuis 2007, le groupe OCP vise à doubler sa capacité de production annuelle de phosphates d’ici à 2017 (pour atteindre une capacité de production d'engrais de près de 12 millions de tonnes)[34] et à tripler sa production d’engrais d’ici à 2020[31],[35].

En 2016, Fitch Ratings confirme la note "d'investment Grade" pour le groupe OCP[36],[37],[38].

Après approbation de l'Autorité Marocaine du Marché des Capitaux (AMMC) le 9 Décembre 2016, le groupe OCP réussit à atteindre 10,2 milliards de dirhams d'emprunt obligataire auprès de la communauté nationale. Cet emprunt représente le plus grand jamais réalisé sur le marché marocain[39],[40],[41],[42],[43].

Le groupe OCP est une entreprise semi-publique sous contrôle de l’état, elle agit avec le même dynamisme et la même souplesse qu’une grande entreprise privée, versant à l’état marocain tous les droits de recherche et d’exploitation des phosphates, et gérée par un directeur et contrôlée par un conseil d’administration présidé par le premier ministre.

Le groupe OCP est inscrit au registre de commerce et soumis sur le plan fiscal aux mêmes obligations que n’importe qu’elle entreprise privée (impôt sur les salaires, sur les bénéfices, taxes sur l’exportation…), et chaque année, le groupe OCP participe au budget de l’état par versement de ses dividendes.

OCP Africa[modifier | modifier le code]

En Février 2016, le groupe OCP créé une nouvelle filiale nommée OCP Africa, chargée de piloter le développement du groupe sur le marché africain des engrais par le biais d'un réseau de filiales dans 5 pays d'Afrique. La filiale a obtenu le statut Casablanca Finance City (CFC) permettant aux investisseurs sur le continent africain de pouvoir bénéficier d'un package attractif d'incitations fiscales ainsi que d'autres facilités[44],[45]. Les projets du groupe OCP en Afrique couvrent l’ensemble de la chaine de valeur, incluant la construction d’usines d’engrais localement, le développement de capacités de logistique et distribution, ainsi que l’investissement dans la recherche pour le développement de formules adaptées aux besoins des sols et des cultures (cartographie de la fertilité des sols africains et besoins respectifs en engrais). La Banque Africaine de Développement (BAD) s’est engagée à accompagner ces différentes initiatives du groupe OCP en faveur du continent africain[46],[47],[48],[49].

Le groupe OCP prévoit l'ouverture de 14 nouvelles filiales en Afrique Subsaharienne afin de faire une entrée prometteuse sur le marché africain. Les principaux pays visés par cette opération sont : la Cote d’Ivoire, le Sénégal, la République démocratique du Congo, le Bénin, le Cameroun, le Nigéria, la Tanzanie, l’Angola , la Zambie, le Zimbabwe, le Mozambique, le Kenya, le Ghana, et l’Ethiopie[50].

Nigeria[modifier | modifier le code]

En 2016, le chef de l'Etat nigérian et le roi Mohammed VI président la cérémonie de lancement d'un partenariat stratégique pour le développement de l'industrie des engrais au Nigéria. Ce partenariat inclut notamment un accord entre le groupe OCP et Dangote Industries Limited pour la création d'une plateforme de production d'engrais au Nigéria. De même, un protocole d'accord pour le développement du marché des engrais est signé entre le groupe OCP et l'association des producteurs et des fournisseurs d'engrais au Nigéria[51],[52],[53]. De plus, un projet de gazoduc reliant le Nigéria au Maroc en passant par plusieurs pays d'Afrique de l'ouest est sur le point de voir le jour[54],[55],[56],[57],[58].

Rwanda[modifier | modifier le code]

En octobre 2016 lors de la visite du roi Mohammed VI, le ministère de l'agriculture et des ressources animales signe un accord avec le groupe OCP pour la construction d'une usine d'engrais sur le territoire national afin de faciliter l'accès de ces derniers aux agriculteurs locaux[59].

Ethiopie[modifier | modifier le code]

En mars 2018, l'OCP annonce la construction d'une gigantesque usine d’engrais dans l’est de l’Ethiopie, à Dire Dawa. Sa capacité de production serait de 3,8 millions de tonnes par an en 2025. Le projet devrait coûter 3,7 milliards de dollars et permettra la création de 1200 emplois durant sa phase de construction[60].

Saftco[modifier | modifier le code]

Le 25 Mai 2016, le groupe OCP ouvre une entité de négoce de matières premières en Suisse incluant phosphate, engrais et produits chimiques[44],[61].

Données financières[modifier | modifier le code]

Chiffres 2009-2014
2009 2010 2011 2012 2013 2014
CA (milliards de MAD) 25,3 43,5 56,4 59,4 46.2 41.4
Résultat net (milliard de MAD) 1,3 8,8 16,3 14,1 7.1 7.6

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Office Chérifien des Phosphates (Morocco) », Solpart Project,‎ (lire en ligne, consulté le 4 janvier 2016)
  2. « OCP Group: Major Business Opportunities », SYITC,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2017)
  3. Rapport annuel 2012
  4. « Company Overview of OCP S.A. », Bloomberg,‎ (lire en ligne, consulté le 4 janvier 2017)
  5. « OCP Group Client », Architecte Partners,‎ (lire en ligne, consulté le 12 janvier 2017)
  6. « OCP Maroc », Black to Green,‎ (lire en ligne, consulté le 12 janvier 2017)
  7. « World's largest exporter of phosphate undergoes major transformation », MIT Sloan,‎ (lire en ligne, consulté le 4 janvier 2017)
  8. « OCP Group », Symphos,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2017)
  9. « OCP Group », World Economic Forum,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2017)
  10. « OCP Corporate - Office Chérifien des Phosphates », SupIndex,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2017)
  11. Ministère de l'Economie et les Finances marocain, « Rapport économique et financier (PLF 2019) », Publications du Ministère de l'Economie et les Finances marocain,‎ , p. 52 (lire en ligne)
  12. Chapitre 2. Les gisements de phosphates dans le monde, Site de la FAO (Food and Agriculture Organization of the UN)
  13. a et b Mohamed Ksiked, 50 ans de développement de l’industrie phosphatière au Maroc et évolutions possibles à l’horizon 2025
  14. « L’OCP sur ses territoires », HAL archives ouvertes,‎ (lire en ligne, consulté le 6 janvier 2017)
  15. « L’Office chérifien des phosphates amorce une nouvelle phase d’expansion », Monde Diplomatique,‎ (lire en ligne, consulté le 4 janvier 2017)
  16. Les Secteurs de l'Industrie et l'Energie de la Ville de SAFI, Site de la ville de Safi
  17. a et b « OCP: hier et aujourd’hui », Zamane,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2017)
  18. « Acid Plant Database », Sulphuric Acid,‎ (lire en ligne, consulté le 12 janvier 2017)
  19. « OCP Group: 2014, un très bon cru », Lecotidien,‎ (lire en ligne, consulté le 12 janvier 2017)
  20. « OCP, géant marocain du phosphore », Quotidienne de la croissance Agora,‎ (lire en ligne, consulté le 6 janvier 2017)
  21. El Mostafa Lekhiar, El Jadida : une région industrielle émergente, Maghress, 3 novembre 2001
  22. Laïla Triki & Alié Dior Ndour, OCP: 1,7 milliard de DH pour l'équipement de la mine de Sidi Chennane, L'économiste, 14 octobre 1993
  23. Khadija Masmoudi, Phosphate: L'OCP a vendu pour près de 14 milliards de DH en 1998, L'économiste, 1 novembre 1999
  24. Michael Pauron, Mostafa Terrab : « Réduire nos coûts de 30 % à 40 % », Jeune Afrique, 20 mai 2010
  25. « Office Chérifien des Phosphates Group (OCP) », EMIS,‎ (lire en ligne, consulté le 12 janvier 2017)
  26. « Les objectifs ambitieux de l’OCP », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 12 janvier 2016)
  27. « OCP group réduit sa participation dans la BCP », Le 360,‎ (lire en ligne, consulté le 12 janvier 2017)
  28. « Hausse de 14 % du chiffre d’affaires de l’OCP », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le 26 mars 2018)
  29. « L'OCP annonce une hausse de 14 % du chiffre d'affaires en 2017 », Menara.ma,‎ (lire en ligne, consulté le 26 mars 2018)
  30. « OCP : L’activité reprend », Challenge.ma,‎ (lire en ligne, consulté le 26 mars 2018)
  31. a et b Christelle Marot, Maroc: le nouvel âge d'or des phosphates, Jeune Afrique, 17 janvier 2012
  32. Présentation d'OCP, Site de la World Policy Conference
  33. « L’OCP: Le géant des phosphates made in Morocco. », Agrimaroc,‎ (lire en ligne, consulté le 4 janvier 2017)
  34. « Le géant marocain des phosphates se sacre roi des engrais », Le Monde Afrique,‎ (lire en ligne, consulté le 4 janvier 2017)
  35. Mission au Maroc: convention entre le centre de formation liégeois Technifutur et l'OCP, Lesoir.be, 23 mai 2012
  36. « Maroc : Fitch confirme l’Investment Grade à OCP Group », Les Afriques,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2017)
  37. « Maroc : Fitch confirme l’Investment Grade à OCP Group », Afropages,‎ (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2017)
  38. « Fitch Rates Morocco's OCP 'BBB-'; Proposed Notes 'BBB-(EXP)' », Reuters Africa,‎ (lire en ligne, consulté le 12 janvier 2017)
  39. « Carton plein pour l’émission obligataire d’OCP », Telquel,‎ (lire en ligne, consulté le 10 février 2017)
  40. « OCP clôture avec succès son émission obligataire », L'économiste,‎ (lire en ligne, consulté le 10 février 2017)
  41. « OCP : L’AMMC donne son feu vert à un emprunt obligataire de 5 milliards de dirhams », Yabiladi,‎ (lire en ligne, consulté le 10 février 2017)
  42. « OCP: émission d'un emprunt obligataire de 5 milliards de dirhams », 24h Info,‎ (lire en ligne, consulté le 10 février 2017)
  43. « OCP finance l’expansion de son appareil productif et apure ses dettes », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne, consulté le 10 février 2017)
  44. a et b « Trading à Genève pour le géant marocain des phosphates », Agefi,‎ (lire en ligne, consulté le 4 janvier 2016)
  45. « OCP Group launches new subsidiary », African Farming,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2017)
  46. « Maroc : Akinwumi Adesina chez Terrab, PDG OCP Group », Les Afriques,‎ (lire en ligne, consulté le 11 janvier 2016)
  47. « Le groupe OCP lance sa filiale OCP Africa pour renforcer le développement agricole de l'Afrique », Huffington Post Maghreb,‎ (lire en ligne, consulté le 11 janvier 2016)
  48. « Côte d’Ivoire/International/ Le PDG du Groupe OCP reçoit le Président du Groupe de la BAD (Communiqué) », Abidjan.net,‎ (lire en ligne, consulté le 12 janvier 2017)
  49. « A la COP 22, l’accord sur l’agriculture en friche », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le 10 février 2017)
  50. « Maroc : le groupe OCP prévoit 14 nouvelles filiales en Afrique subsaharienne », Financial Afrik,‎ (lire en ligne, consulté le 11 janvier 2017)
  51. « Maroc/Nigéria : Plusieurs accords signés aujourd’hui, les détails », Infomédiaire,‎ (lire en ligne, consulté le 8 février 2016)
  52. « SM le Roi et le Chef de l’Etat nigérian président la cérémonie de lancement d’un partenariat stratégique pour le développement de l’industrie des engrais au Nigéria », MA Express,‎ (lire en ligne, consulté le 8 février 2017)
  53. « Accord OCP-Dangote: quand le premier producteur mondial d’engrais tend la main à l’homme le plus riche d’Afrique », Financial Afrik,‎ (lire en ligne, consulté le 8 février 2017)
  54. « SM le Roi préside à Casablanca une séance de travail consacrée au projet de gazoduc, reliant le Nigéria au Maroc à travers plusieurs pays d’Afrique de l’ouest », Agence de presse marocaine,‎ (lire en ligne, consulté le 15 février 2017)
  55. « SM le Roi préside à Casablanca une séance de travail consacrée au projet de gazoduc, reliant le Nigéria au Maroc à travers plusieurs pays d’Afrique de l’ouest », Maroc,‎ (lire en ligne, consulté le 16 février 2016)
  56. « Alerte : Le Maroc passe à l'acte pour le gazoduc géant, réunion royale à Casablanca », InfoMédiaire,‎ (lire en ligne, consulté le 16 février 2016)
  57. « Gazoduc nigéria-maroc: le roi préside une séance de travail sur la faisabilité et le financement », Bladi,‎ (lire en ligne, consulté le 16 février 2017)
  58. « Mohammed VI étudie la faisabilité technique et le financement du projet de gazoduc », Huffington Post Maghreb,‎ (lire en ligne, consulté le 16 février 2017)
  59. « Rwanda’s move towards green agric gains momentum », The New Times,‎ (lire en ligne, consulté le 10 février 2017)
  60. « L'office marocain des phosphates construit une usine géante en Ethiopie », sur geopolis.francetvinfo.fr (consulté le 23 mars 2018)
  61. « L'Office chérifien des phosphates ouvre une filiale à Genève », Huffington Post Maghreb,‎ (lire en ligne, consulté le 4 janvier 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]