Groupe Monstre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Groupe monstre de Tarski (en)

En mathématiques, le Monstre M ou groupe de Fischer-Griess F1 est le plus gros des 26 groupes simples sporadiques. Son ordre est

 246 · 320 · 59 · 76 · 112 · 133 · 17 · 19 · 23 · 29 · 31 · 41 · 47 · 59 · 71
= 808 017 424 794 512 875 886 459 904 961 710 757 005 754 368 000 000 000
≈ 8 · 1053.

Présentation[modifier | modifier le code]

C'est un groupe simple, ceci signifiant qu'il n'a aucun sous-groupe normal excepté pour le sous-groupe constitué seulement de l'élément identité, et M\, lui-même.

Les groupes simples finis ont été complètement classés ; il existe 18 familles infinies dénombrables de groupes simples finis, plus 26 groupes sporadiques qui ne suivent aucun motif apparent. Le groupe Monstre est le plus grand de ces groupes sporadiques.

Son existence a d'abord été conjecturée en 1973 sur la base de sa table des caractères, indépendamment par Bernd Fischer et Robert Griess.

Il a ensuite été construit en 1982 par Robert Griess comme groupe de rotations d'un espace à 196 883 dimensions.

Il agit par automorphismes sur une algèbre vertex dont les dimensions des composantes homogènes sont données par les coefficients de la fonction modulaire j. La construction donnée par Igor Frenkel (en), James Lepowsky (de) et Arne Meurman (de) utilise le réseau de Leech. L'ensemble {2, 3, 5, 7, 11, 13, 17, 19, 23, 29, 31, 41, 47, 59, 71} des nombres premiers qui divisent l'ordre du Monstre apparaît aussi dans l'étude des formes modulaires.

Existence et unicité[modifier | modifier le code]

Le Monstre fut construit par Griess en 1980 comme le groupe d'automorphismes de l'algèbre de Griess (en), une algèbre non associative, commutative, à 196 884 dimensions. John Conway a simplifié plus tard cette construction.

Les constructions de Griess et Conway montrent que le Monstre existe. John G. Thompson a montré que l'unicité découlerait de l'existence d'une représentation fidèle à 196 883 dimensions. Une preuve de l'existence d'une telle représentation fut annoncée en 1982 par Simon P. Norton (en), mais il n'a jamais publié les détails. La première preuve publiée de l'unicité du Monstre fut complétée par Griess, Meierfrankenfeld et Segev en 1990.

Le Monstre a 194 classes de conjugaisons. Sa table des caractères fut calculée en 1979, avant que l'existence ou l'unicité du Monstre fût prouvée. Le calcul est fondé sur la supposition que le degré minimal d'une représentation fidèle complexe est 196 883.

Moonshine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : monstrous moonshine.

Le groupe Monstre met en évidence des liens dans la conjecture monstrous moonshine qui relie les mathématiques discrètes et non discrètes, qui fut prouvée par Richard Borcherds en 1992.

Dans cet arrangement, le Monstre est visible comme le groupe d'automorphisme du module Monstre (en), une algèbre vertex d'opérateurs (en) de dimension infinie contenant l'algèbre de Griess, et agissant sur l'algèbre de Lie Monstre (en), une algèbre de Kac-Moody généralisée (en).

Une construction informatique[modifier | modifier le code]

Robert Arnott Wilson a trouvé explicitement (avec l'aide d'un ordinateur) deux matrices 196 882 x 196 882 sur le corps à 2 éléments qui engendrent le groupe Monstre. Néanmoins, exécuter les calculs avec ces matrices est d'un coût prohibitif en termes de temps et d'espace de stockage. Wilson avec ses collaborateurs ont trouvé une méthode d'exécution de calculs avec le Monstre qui est considérablement plus rapide.

Soit V un espace vectoriel à 196 882 dimensions sur le corps à 2 éléments. Un grand sous-groupe H (un sous-groupe maximal de préférence) du Monstre est sélectionné dans lequel il est facile d'exécuter les calculs. Le sous-groupe H choisi est 31+12.2.Suz.2, où Suz est le groupe de Suzuki. Les éléments du Monstre sont stockés comme des mots dans les éléments de H et dans un générateur supplémentaire T. Il est raisonnablement rapide de calculer l'action d'un de ces mots sur un vecteur dans V. En utilisant cette action, il est possible d'exécuter les calculs (tel que l'ordre d'un élément du Monstre). Wilson exhiba des vecteurs u et v dont le stabilisateur commun est le groupe trivial. Ainsi (par exemple) on peut calculer l'ordre d'un élément g du Monstre en trouvant le plus petit i > 0 tel que giu = u et giv = v.

Ceci et des constructions similaires (dans différentes caractéristiques) ont été utilisés pour prouver certaines propriétés intéressantes du Monstre (par exemple, pour trouver certains de ses sous-groupes maximaux non locaux).

Références[modifier | modifier le code]

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Monster group » (voir la liste des auteurs)
  • Jacques Tits, « Le Monstre (d'après R. Griess, B. Fischer et al. »), Séminaire Bourbaki, 26 (1983-1984), Exposé No. 620, p. 105-122 [lire en ligne]
  • Urmie Ray, « Le Monstre au clair de lune : sur les travaux de R. Borcherds », Gazette de la SMF 78 (1998), 93-98 [lire en ligne]
  • (en) R. L. Griess, Jr., « The Friendly Giant », Invent. Math. 69 (1982), 1-102
  • (en) R. L. Griess, Jr., Ulrich Meierfrankenfeld et Yoav Segev, « A uniqueness proof for the Monster », Ann. of Math. (2) 130 (1989), no. 3, 567-602.
  • (en) P. E. Holmes et R. A. Wilson, « A computer construction of the Monster using 2-local subgroups », J. LMS 67 (2003), 346-364
  • (en) S. A. Linton, R. A. Parker (en), P. G. Walsh et R. A. Wilson, « Computer construction of the Monster », J. Group Theory 1 (1998), 307-337
  • (en) J. H. Conway, R. T. Curtis, S. P. Norton, R. A. Parker et R. A. Wilson, ATLAS of Finite Groups, OUP,‎ 1985 (ISBN 978-0-19-853199-9)
  • (en) S. P. Norton, The uniqueness of the Fischer-Griess Monster, Finite groups – coming of age (Montreal, 1982), 271-285, Contemp. Math., 45, AMS, Providence (RI), 1985
  • (en) J. H. Conway et S. P. Norton, « Monstrous Moonshine », Bull. LMS 11 (1979), no. 3, 308-339

Liens externes[modifier | modifier le code]