Groupe Go Sport

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Gosport.
GO SPORT FRANCE
logo de GO SPORT FRANCE
Création 14/12/1999
Dates clés 2000 : création de Groupe GO Sport (GO Sport/Courir)
Fondateurs René-Charles de la Villardière
Forme juridique

Société par actions simplifiée

RCS 428-560-031
Slogan Vivons sport
Siège social 17 Avenue de la Falaise 38360 Sassenage
Direction André Segura, Directeur général
Actionnaires Rallye
Activité Distribution spécialisée
Produits Articles de sport et de mode
Société mère Rallye
Effectif en France : 2420 en 2014
Site web www.groupegosport.com
Fonds propres 60 M€ (négatifs fin 2014)
Dette 145 M€
Chiffre d’affaires

2012 : 461 M€ 2013 : 428 M€

2014 : 430 M€
Résultat net

2012: 21 M€ (perte) 2013 : 35 M€ (perte)

2014 : 31 M€ (perte)
Boutique Go Sport au centre commercial Les Quatre Temps à La Défense (Hauts-de-Seine)

Le Groupe Go Sport est une entreprise française spécialisée dans la distribution d'articles de sport et de mode.

La société détient trois réseaux de magasins :

  • 181 magasins Go sport (119 magasins en France – 29 magasins en Pologne – Plus de 40 magasins en master franchise à l’international), pour la vente de vêtements, de chaussures et de matériel sportif ;
  • 214 magasins Courir (dont plus de 190 en France) pour la vente de chaussures ;
  • Plus de 110 magasins Twinner pour la vente d'articles de sport spécialisés outdoor et montagne.

La société Rallye est l'actionnaire du Groupe Go Sport, à hauteur de 98,32 % du capital[1].

En 2004, le chiffre d'affaires atteignait 499 M€.

GO SPORT était coté en bourse de Paris jusqu'à son retrait le 5 novembre 2014[2]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'enseigne GO sport est créée en 1978[3]. L'enseigne Courir est créée en 1980.

En 1983, l'entreprise grenobloise Genty-Cathiard, qui possède les supérettes Genty et la Société Alpine de Sport, avec les enseignes Team 5, se porte acquéreur de GO Sport, qui possède alors 11 points de vente[4]. Le siège social est implanté à Sassenage, près de Grenoble.

En 1987, elle achète les magasins Sparty que détenait Darty, la filiale sport de la Fnac appelée Fnac Sport, et Sport Sud. L'enseigne GO Sport est apposée, ce qui porte le nombre de magasins à 54.

En 1989, prise de contrôle de la société Spao, qui exploite des magasins de sport en périphérie des grandes villes.

En 1990, Rallye rachète Genthy-Cathiard[5]. GO Sport devient ainsi une filiale de Rallye.

En 2000, GO Sport et Courir fusionnent : création de Groupe GO Sport.

En 2014, Groupe GO Sport se porte acquéreur de l'enseigne Twinner, qui devient la troisième enseigne du Groupe. Twinner est un réseau de magasins spécialisés dans le sport outdoor et montagne. C'est un réseau franchisé.

En 2015, Groupe GO Sport compte plus de 500 magasins dans le monde, et est présent dans 20 pays du monde.

Groupe rachète Tool Fitness, site marchand spécialisé dans le fitness. Le réseau GO Sport intègre des bornes e-shop au sein de 40 magasins. GO Sport se lance dans la location de vélos électriques[6] dans 4 grands magasins : Paris République, Paris Porte de Châtillon, Paris Italie 2 et Paris Daumesnil. Selon le succès de cette offre, GO sport pourrait étendre cette offre à l'ensemble du territoire national. GO Sport inaugure son flagship à Dubaï.

Courir lance le premier concept de boutique 100 % femme baptisé #CLaBoutique, au 110 rue de Rennes à Paris, ainsi que son premier site e-commerce. Courir ouvre son premier magasin en Pologne, à Varsovie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Go Sport: le retrait obligatoire aura lieu mercredi. », sur Le Figaro Bourse (consulté le 27 février 2016).
  2. « Go Sport: le retrait obligatoire aura lieu mercredi. », sur Le Figaro Bourse (consulté le 27 février 2016).
  3. Dictionnaire des enseignes de la distribution spécialisée.
  4. Go sport sur Marketing Magazine.
  5. Les marques disparues - Rallye.
  6. Jessica Albrody, « GO sport se lance dans la location de vélo électrique », Ikoupi, 3 juin 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :