Go Sport

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Groupe Go Sport)

Go Sport
logo de Go Sport

Création 1979 : création de Go Sport
Dates clés 1980 : création de Courir
Fondateurs Leon et Lucien Odier
Forme juridique Société par actions simplifiée[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Sassenage
Direction Benoît Verdier
Actionnaires Financière Immobilière Bordelaise
Activité Production et distribution d'articles de sport
Société mère financière immobilière bordelaise
SIREN 958808776[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web groupegosport.com
Magasin Go Sport au centre commercial SO Ouest à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine)

Go Sport est un groupe spécialisé dans la distribution d'articles de sport. La société est créée en 2000 par la maison-mère, le Groupe Rallye, à la suite du rapprochement des enseignes Go Sport et Courir. Dirigée aujourd'hui par Philippe Favre, elle possède les enseignes Go Sport, Go Sport Montagne et Bike+.

Elle occupe la troisième place du marché en France derrière Decathlon et Intersport[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'enseigne Go Sport est créée en 1979[3]. L'enseigne Courir est créée en 1980. Toutes les deux ont été fondées et exploitées par les frères Léon et Lucien Odier[4].

En 1983, le groupe de distribution grenoblois Genty-Cathiard, qui possède les supérettes Genty et la Société Alpine de Sport, avec les enseignes Team 5 (fondée et exploitée par les frères Odier[5]) se porte acquéreur de Go Sport, qui possède alors 11 points de vente en France[6]. Son siège social est implanté à Sassenage, près de Grenoble.

En 1987, le distributeur réalise de nouvelles acquisitions avec les magasins Sparty que détenait Darty, la filiale sport de la Fnac (Fnac Sport), et Sport Sud (une autre enseigne créée par les frères Odier[7]). L'enseigne Go Sport est apposée, ce qui porte le nombre de magasins à 54. Deux ans plus tard, le distributeur prend le contrôle de la société Spao, qui exploite alors des magasins de sport en périphérie des grandes villes[8].

En 1990, le groupe Rallye dirigé par l'homme d'affaires Jean-Charles Naouri rachète Genthy-Cathiard[9],[10]. Go Sport devient ainsi une filiale de Rallye. En 2000, Rallye crée le groupe Go Sport, pour rapprocher l'ensemble de ses enseignes sportives.

En 2014, le groupe Go Sport reprend le développement de son réseau d'enseignes et de magasins. Il se porte acquéreur de l'enseigne Twinner, qui devient la troisième enseigne du groupe. Twinner est un réseau de magasins spécialisés dans le sport extérieur et montagne. À Courir, Go Sport et Twinner, le groupe ajoute en 2015 Tool Fitness, un site marchand spécialisé dans le fitness et enfin Bike+ en 2016. Cette année-là, la plupart des magasins du réseau Twinner passent sous l'enseigne Go Sport Montagne[11].

En 2017, les enseignes Go Sport et Géant Casino, enseigne du groupe Casino, lui-même filiale du groupe Rallye, multiplient les rapprochements : une gamme d'alimentation de l'effort, signée Go Sport, est vendue chez Géant, tandis qu'en parallèle, un Géant Casino accueille l'enseigne de sport dans ses murs[12].

En , Rallye annonce la vente de l'enseigne Courir pour 283 millions d'euros au fonds Equistone[13],[14].

En proie à des difficultés financières, le groupe Rallye dépose au quatrième trimestre 2019 un mandat de vente pour l'enseigne Go Sport et sa maison mère[15].

En février 2020, c'est GO sport qui est confié à une société spécialisée dans le retournement d'entreprises dans l'optique d'une éventuelle cession[16].

Le , la maison-mère de Go Sport annonce être entrée en négociations exclusives avec la Financière Immobilière Bordelaise pour céder l'enseigne pour un euro symbolique[17]. La cession à Hermione People & Brands, filiale de FIB, est finalisée en décembre de la même année et Benoît Verdier prend la direction de Go Sport début 2022[18].

Activités[modifier | modifier le code]

La société détient trois réseaux de magasins :

  • 181 magasins Go Sport (124 magasins en France – 29 magasins en Pologne – Plus de 40 magasins en master franchise à l’international), pour la vente de vêtements, de chaussures et de matériel sportif ;
  • 110 magasins Go Sport Montagne pour la vente d'articles de sport spécialisés outdoor et montagne ;
  • 18 magasins Bike +

La société Rallye est l'actionnaire du Groupe Go Sport, à hauteur de 98,32 % du capital[19].

En 2004, le chiffre d'affaires atteignait 499 M€, pour atteindre 700 M€ en 2016[20].

Go Sport était coté en bourse de Paris jusqu'à son retrait le [19].

En 2016, la Fédération des enseignes de sport donnait à l'enseigne une part de marché de 8 % sur le marché français contre 30 % à Décathlon et 18 % à Intersport[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Système national d'identification et du répertoire des entreprises et de leurs établissements, (base de données)Voir et modifier les données sur Wikidata
  2. Frédéric Bianchi, « Intéressé par Go Sport, Intersport relance la guerre avec Decathlon », BFMTV.com,‎ (lire en ligne)
  3. « Rallye active la restructuration de Go Sport », lesechos.fr,‎ - (lire en ligne, consulté le )
  4. « Lucien Odier, homme d'affaires », lemonde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. LSA – Libre Service Actualités, « Décès de Lucien Odier », lsa-conso.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. Go sport sur Marketing Magazine.
  7. « Go Sport sort de la Bourse pour se concentrer sur son redressement », sur lesechos.fr, (consulté le ).
  8. « Go Sport : News et actus du vendeur d'équipements sportif - LSA Conso », sur www.lsa-conso.fr (consulté le )
  9. Les marques disparues - Rallye.
  10. Le Point, magazine, « Une famille très business », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. « Go Sport Montagne va remplacer l’enseigne Twinner », sur www.ledauphine.com (consulté le )
  12. Editions du Boisbaudry, « Quand Go Sport s'invite chez Géant Casino », sur www.lineaires.com (consulté le ).
  13. « Jean-Charles Naouri cède sa pépite Courir - Les Echos », sur www.lesechos.fr (consulté le ).
  14. « Equistone Partners Europe - Communiqués de presse », sur www.equistonepe.fr (consulté le ).
  15. Cécile Prudhomme, « La vente de Go Sport dans les starting-blocks », -,‎ (lire en ligne, consulté le )
  16. Philippe Bertrand, « Rallye active la restructuration de Go Sport », sur lesechos.fr, (consulté le )
  17. « La chaîne Go Sport vendue pour un euro symbolique », sur BFM BUSINESS (consulté le )
  18. « Benoît Verdier nommé directeur général de Go Sport », sur Fashion United,
  19. a et b « Go Sport: le retrait obligatoire aura lieu mercredi. », sur Le Figaro Bourse (consulté le ).
  20. a et b « Comment Go Sport revient dans la course », Challenges,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :