Aller au contenu

Groupe EGAU

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Groupe EGAU (Études en Groupe d'Architecture et d'Urbanisme) est un groupement d'architectes liégeois fondé en 1940 par Charles Carlier et Hyacinthe Lhoest. À la fin de la guerre, Jules Mozin rejoint l'équipe. Le groupe sera particulièrement actif dans la cité ardente et ses alentours pendant près d'un demi siècle entre le début des années 1950 et 1992, année du décès du fils de Charles Carlier. Leurs projets sont caractérisés par une architecture moderniste, brutaliste et fonctionnaliste.

Associés du Groupe EGAU[modifier | modifier le code]

Les trois associés sont complémentaires et chacun occupe une place particulière en fonction de sa personnalité. Carlier joue le rôle de locomotive et est chargé des relations publiques. Lhoest est plutôt le plancheur alors que Mozin est le rêveur[1].

Charles Carlier[modifier | modifier le code]

Né à Ougrée le , Charles Carlier est diplômé en architecture de Saint-Luc Liège en 1939. Après une expérience au sein du groupe L'Equerre, il fonde EGAU avec Hyacinthe Lhoest en 1940. En 1945, il obtient le certificat d'urbaniste à l'université de Liège. Il est délégué du Conseil National des Architectes de Bruxelles, membre du Conseil de l'ordre des architectes de la province de Liège dont il sera président. Il fait construire sa maison, la maison Carlier. Il décède en 1993[2].

Hyacinthe Lhoest[modifier | modifier le code]

Né à Jemeppe-sur-Meuse le , Hyacinthe Lhoest est diplômé en architecture de l'académie des Beaux-Arts de Liège en 1936. Il se forge une expérience dans divers bureaux d'architectes avant de créer EGAU avec Charles Carlier. Il obtient son certificat d'urbaniste à l'université de Liège en 1940. Il est membre du Conseil de l'ordre des architectes de la province de Liège et membre de la Commission d'Esthétique et d'Urbanisme. Il décède en 1983<[2].

Jules Mozin[modifier | modifier le code]

Né à Liège le , Jules Mozin est diplômé en architecture de Saint-Luc Liège en 1939. Après une brève expérience professionnelle, il intègre EGAU en 1944. Il obtient son certificat d'Urbaniste à l'université de Liège en 1945. Il est membre de la Commission d'Architecture et d'Urbanisme de l'APIAW (Association pour le Progrès Intellectuel et Artistique de la Wallonie). Il décède en 1995[2].

Histoire du Groupe EGAU[modifier | modifier le code]

Après avoir collaboré au sein du groupe l'Equerre, Charles Carlier et Hyacinthe Lhoest s'associent pour former EGAU en 1940 à Liège. Ils sont rejoints en 1944 par Jules Mozin. L'histoire, avec un grand H, a une influence sur leur œuvre ; que ce soit la reconstruction puis l'expansion économique d'après-guerre ou la crise des années 1970[3],[4].

Tous les trois sont diplômés en architecture et obtiennent par la suite leur certificat d'urbaniste de l'Université de Liège.

Ils sont les auteurs tant de bâtiments publics (gare des Guillemins, maison communale d'Ougrée[3]…) que d'immeubles à appartements (Cité de Droixhe, résidence du Champ des Oiseaux…) et de maisons d'habitation (maison Bagon, maisons Derwael et Frans…) dont leurs propres maisons (maison Lhoest, maison Carlier et maison Mozin)[4].

Tout comme d'autres grands groupes qui ont marqué l'architecture et l'urbanisme de la ville de Liège, leur œuvre peut être qualifiée de moderne. Dans ce sens, on peut citer le projet de Droixhe, inspiré des théories de la cité radieuse de Le Corbusier, en vue de combler la pénurie de logements de l'après-guerre. Leur œuvre est aussi qualifiée de brutaliste et de fonctionnaliste car elle laisse la part belle au béton, à l'acier, à la répétition d'éléments et que l'usage est au centre de la conception.

Leur influence faiblit à partir des années 1970 où le modernisme cède la place au post-modernisme[5]. Bien que jugée sévèrement par le grand public à cette époque, leur œuvre tend à être reconnue à l'heure actuelle et certains bâtiments sont classés, notamment la maison Carlier qui est inscrite au patrimoine monumental de Belgique ainsi que la maison Mozin répertoriée au patrimoine de la Région wallonne[2].

Tout au long de l'existence du groupe, plus de 60 collaborateurs se succèdent et après 3 déménagements, les bureaux prennent place dans la maison même de Charles Carlier.

Jules Mozin quitte le groupe en 1979 pour des raisons de santé. Hyacinthe Lhoest décède en 1983. Et c'est le décès du fils de Charles Carlier en 1992 qui marque la fin d'EGAU.

En vue de conserver l'héritage, les documents qui n'ont pas été incendiés sont conservés au GAR[3] (Groupe d'Ateliers de Recherche) à la Faculté d'architecture de l'Université de Liège.

Style du Groupe EGAU[modifier | modifier le code]

Le groupe EGAU fait partie des quelques grands groupes d'architectes qui marquent la ville de Liège. Leur œuvre prend racine dans la situation d'après-guerre et bénéficie de la politique de reconstruction, soutenue par le plan Marshall[4] puis d'expansion. Elle s'inspire des tendances de l'époque : le modernisme, le brutalisme et le fonctionnalisme mais aussi de grands noms tels que Le Corbusier et Mies van der Rohe.

Le modernisme prend racine à Liège dans les années 1920 avec la revue « L'Equerre » et le groupe d'architectes du même nom. C'est au sein de ce groupe que Charles Carlier fait ses premières armes et se fait remarquer en construisant une structure métallique innovante : l'entrée de Bressoux. Ceci se passe dans le cadre de l'Exposition internationale de l'eau de Liège de 1939[5],[6]. Cette exposition fait la part belle à l'architecture moderne.


Le modernisme est au centre des réalisations du groupe EGAU et se retrouve, notamment, dans le plan d'urbanisation et dans la construction de 1 800 logements sociaux pouvant accueillir 7 000 habitants, sur la plaine de Droixhe[2]. Ce projet leur vaut la reconnaissance dans tout le bassin liégeois et même au-delà vu que leur projet fait l'objet d'une publication dans The New Architecture of Europe, 1962 (E. Kidder Smith). Il est également répertorié dans le Patrimoine monumental de la Belgique (1974) et dans l'Architecture contemporaine en Belgique (G. Bekaert, 1993)[7]. Les architectes s'inspirent des théories de Le Corbusier (La Cité radieuse) et de différents points émis par les modernistes réunis aux Congrès Internationaux d'Architecture Moderne (CIAM). Cette influence apparaît dans l'orientation des tours, les pilotis en V qui dégagent de l'espace au sol, l'aménagement urbain… D'ailleurs, le parc de la cité est le seul parc moderniste du XXe siècle présent à Liège. Le béton est largement utilisé dans l'ensemble des structures mais chaque bâtiment est personnalisé en fonction de son usage. La rationalité et la sobriété permettent de ne pas tomber dans la monumentalité malgré la dimension de certains édifices.

Le fonctionnalisme, prôné par la Charte d'Athènes[8],[4], est très présent dans ce complexe tant dans le plan d'urbanisation que dans le bâti. En effet, les architectes prennent en considération les quatre fonctions du concept de la Charte pour créer des zones indépendantes. Ces quatre fonctions sont la vie/l'habitation, le travail, les loisirs et la circulation. Ils mettent en œuvre aussi d'autres recommandations telles que la construction en hauteur, la prise en considération d'un nombre minimal d'heures d'ensoleillement, la création d'espaces verts… en somme, les « trois premiers matériaux de l'urbanisme » selon les CIAM, à savoir, le soleil, la verdure et l'espace. En effet, ces éléments se retrouvent tant autour des immeubles (exemple, les piliers en V au rez-de-chaussée), sur les toitures-terrasses, ou encore, aux alentours des bâtiments d'habitation, avec d'autres fonctions faisant partie du projet telles qu'une crèche, un centre de santé, une salle des fêtes, deux écoles (filles – garçons), des plaines de jeux, des terrains de sport[9],[2]… C'est pour ces raisons également, que les façades des bâtiments sont orientées est et ouest permettant aux appartements de jouir d'un maximum de luminosité[10]. Autre exemple, l'Église paroissiale Saints-Pierre-et-Paul, un plan d'eau en longe la façade et de ce fait, un jeu de reflets et de réverbération du soleil amplifie l'entrée de lumière à l'intérieur du bâtiment.

Le brutalisme[11] est bien présent également avec ses codes que sont le béton brut, la répétition d'éléments tels que les fenêtres, l'absence d'ornements ostentatoires mais aussi la verticalité puisque les appartements sont répartis sur une hauteur pouvant atteindre 28 étages. En effet, l'utilisation de la verticalité permet, comme l'explique Le Corbusier d'utiliser un vertical cartésien qui permet de rassembler les locaux dans le soleil tout en dégageant de l'espace au sol qui sera utilisé au profit des usagers, des résidents[12]. Ce style, né pour répondre au besoin de construire rapidement et à moindre coût, répond bien aux besoins de la construction de la Cité de Droixhe dans le contexte d'après-guerre. Ce mode de construction est influencé par les nouveaux matériaux mis en œuvre dans le cadre de l'exposition universelle de 1958, tels que le béton, l'acier, le bois lamellé collé, le béton précontraint…[2] Cependant, le côté stricte et monumentaliste du brutalisme choque et dérange au point de ne plus être reconnu dans les périodes ultérieures.


Les tendances majeures qui caractérisent les réalisations du groupe EGAU sont le modernisme, le brutalisme et le fonctionnalisme et elles se retrouvent dans d'autres bâtiments du groupe : tant d'un point de vue d'immeubles à appartements tels que le complexe de logements d'Angleur, que dans des habitations individuelles telles que la Villa Moury, les maisons de la Cité du Bois Saint-Jean, dans des bâtiments publics tels que la gare des Guillemins (1958), le service d'études techniques de l'Université ou l'Hôtel de Ville d'Ougrée que dans des bâtiments de bureaux et entrepôts tels que l'immeuble de bureaux et de vente avec entrepôt Fenwick[source secondaire nécessaire].

Les architectes du groupe ont utilisé les mêmes codes et influences dans leurs propres habitations. La maison Carlier[2], par exemple, construite à Cointe en 1958, est inscrite au patrimoine monumental de Belgique. Elle détonne par rapport aux bâtiments environnants. L'architecte adapte le bâtiment à l'environnement topographique mais ne se soucie pas de l'intégration par rapport aux bâtiments existants. Il s'agit d'un parallélépipède rectangle de béton, d'acier et de verre[13] sur 3 niveaux côté jardin dont uniquement le niveau supérieur est visible de la route avec pour seules ouvertures deux portes de garage et une porte d'entrée. L'horizontalité de ce niveau est accentuée en façade par une poutre en béton armé agissant comme une corniche. La façade est ornée d'un panneau vertical de béton bouchardé signé P. Bury.

Tout comme Pol Bury, d'autres artistes collaborent avec le groupe liégeois, que ce soit aux rez des immeubles de Droixhe, dans la piscine du Centre sportif du Grand Séminaire[5] ou encore dans le cadre de la gare des Guillemins[14].

© GAR-Archives d'architecture (ULiège) Fonds Niffle)
Piscine de l’évêché de Liège

Carlier, Lhoest et Mozin ont exploité les caractéristiques du modernisme et l'ont intégré dans nombreuses de leurs réalisations. Malheureusement, le modernisme n'est pas resté aux goûts du jour et a essuyé de nombreuses critiques dans la période postmoderniste. Il s'est ensuivi que bon nombre de bâtiments du groupe EGAU ont été détruits[source secondaire nécessaire]. D'autres, tels que l'Hôtel de Ville d'Ougrée ou le Centre sportif du Grand Séminaire de L'Evêché, sont destinés à disparaître, faute de moyen, de décision des pouvoirs publics. Par contre, certains immeubles sont destinés à être rénovés tels que les tours de la cité de Droixhe, par le bureau Dethier Architectures en 1999[15]. Et heureusement, beaucoup de documents ont été sauvés et sont conservés au GAR, Groupe d'ateliers de recherche, bibliothèque et centre d'archives faisant partie de la Faculté d'architecture de l'Université de Liège. Ils représentent pas moins de 350 boîtes d'archives et 2 armoires à plans[3].

Réalisations[modifier | modifier le code]

Liste des réalisations du Groupe EGAU[2],[1] :

Date Type Rue Ville (quartier) Géolocalisation Image
1942 Aménagement et transformation d'une propriété Visé (Sarolay)
1951-1972 Centre médical et consultation d'hygiène mentale quai Lova Seraing (Ougrée)
1951-1963 Immeubles à appartements rue Vaudrée 159-167 Liège (Angleur)
1953 Construction de la Maison Lhoest rue Félix Paulsen 43 Liège 50° 36′ 43,8″ N, 5° 35′ 17″ E
1954 Construction d'une maison d'habitation rue de la Rousselière 59 Liège (Bressoux)
1954 Construction de la cité rue de Vallon Liège (Angleur)
1954 Construction de la Maison Bagon rue Victor Hugo Liège
1954 Construction d'une maison d'habitation route de Liège Esneux
1954-1957 Construction d'une maison d'habitation chemin du Rikokay 492i Chaudfontaine (Vaux-sous-Chèvremont)
1954-1956 Projet de construction d'un dépôt de brasserie avec bureaux et appartements rue des usines Aubange (Athus)
1954 Transformation d'une maison rue Moulan Liège
1954-1957 Construction d'immeubles à logements multiples blocs 6 et 6a dans la plaine de Droixhe quai Roi Albert Liège (Droixhe)
1955-1959 Construction d'un immeuble à appartements (Résidence Poséidon) avenue Georges Truffaut Liège
1956-1957 Construction de la maison Carlier avenue de l'Observatoire 233 Liège 50° 37′ 21″ N, 5° 33′ 57″ E
1956 Plan général d'aménagement Esneux
1956-1964 Construction d'une école et salle des fêtes d'un complexe social dans la plaine de Droixhe quai Roi Albert Liège (Droixhe)
1956-1957 Construction d'une maison d'habitation nouvelle percée Oupeye (Haccourt)
1956-1957 Station service et immeuble à appartements place des Déportés Liège
1958 Construction de la gare des Guillemins (démolie) place des Guillemins Liège 50° 37′ 31,97″ N, 5° 33′ 56,47″ E
1957-1978 Construction de l'église Saints Pierre et Paul dans la plaine de Droixhe rue E. Marneffe Liège (Droixhe) 50° 38′ 43,28″ N, 5° 36′ 13,51″ E
1958-1959 Construction d'un immeuble à appartements rue Carpay 22 à 30 Liège 50° 38′ 46,72″ N, 5° 36′ 09,72″ E
1958-1959 Transformation d'un magasin rue Puits-en-Sock 56 Liège
1958 Construction de logements (duplex) Boulevard des Arts Seraing (Ougrée)
1958 Maison de Week-end chemin forestier de Xhoffraix-Hockai Stavelot (Francorchamps)
1958 Construction d'un immeuble de bureaux et d'un entrepôt de la société Fenwick quai des Ardennes 3 et 4 Liège
1958 Maison d'habitation nouvelle percée Oupeye (Haccourt)
1958 Cinéma « Le Parc » rue Carpay Liège (Droixhe)
1959-1961 Construction d'un immeuble à appartements et d'un magasin rue Marneffe Liège
1957-1958 Construction de la maison Mozin rue de Campine 402 Liège
1960-1990 Succursale de la Banque Nationale place Saint Paul 12 Liège 50° 38′ 22,11″ N, 5° 34′ 12,1″ E
1960-1963 Construction d'un immeuble à appartements rue de Campine 404 Liège
1960-1969 Construction de la résidence des Carmes (immeuble de 23 appartements avez rez-de-chaussée commercial) Angle du quai des Carmes et de la rue Reine Astrid Seraing (Jemeppe-sur-Meuse)
1960 Construction d'un immeuble à appartements Résidence du Champ des Oiseaux avenue de l'Observatoire 140 Liège
1960-1961 Lotissement d'une parcelle Herstal (Vottem)
1960-1962 Bâtiment social de l'usine de la Ramière rue Sompré Flémalle (Ivoz-Ramet)
1961-1966 Nouvel Hôtel de Ville quai Louva Seraing (Ougrée)
1961-1962 Étude de la façade d'un immeuble à appartements boulevard d'Avroy Liège
1961 Construction d'une maison familiale rue de la Justice 24 Saint-Nicolas
1961-1967 Construction d'immeubles à logements multiples blocs 11 et 12 dans la plaine de Droixhe rue Renier de Huy Liège (Droixhe)
1961-1962 Maison familiale Chaudfontaine (Beaufays)
1962-1977 École maternelle dans la plaine de Droixhe Square Alfred Micha Liège (Droixhe)
1962-1975 Litige au sujet de la résidence Montesquieu boulevard Frère-Orban Liège
1962-1964 Construction du Centre sportif du grand séminaire de l'évêché Rue des Prémontrés Liège 50° 38′ 17″ N, 5° 34′ 30″ E
1962-1969 Construction de 62 logements Bois Saint-Jean Seraing (Ougrée)
1962 Transformation d'une maison rue Félix Paulsen Liège
1962 Construction d'une maison d'habitation avenue de l'Europe Seraing
1962-1978 Construction d'une école maternelle rue du Vallon Liège (Angleur)
1962-1964 Construction d'un immeuble à appartements angle des rues de l'Yser et de la Station Ans
1963-1972 Construction des bâtiments SETU, SUP, de l'institut des sciences minérales et de géographie de l'université de Liège (avec une intervention de l'artiste Georges Collignon) Liège (Sart Tilman) 50° 35′ 12″ N, 5° 33′ 56″ E
1963-1975 Construction d'un immeuble à appartements Résidence Montesquieu Angle du boulevard Frère-Orban et de la rue Raikem Liège
1936-1986 Construction d'une piscine scolaire dans l'école du Vieux Château rue des Beaux-Arts Liège (Sclessin)
1963-1979 Construction d'une villa Avenue Reine Astrid Esneux (Tilff)
1963-1964 Usine Englebert Herstal (Hauts-Sarts)
1963-1967 Construction d'un centre commercial angle de la rue Gay-Village et de l'Avenue de Jupille Liège
1963 Construction d'un immeuble à appartements avenue Reine Astrid 98 Liège
1964-1977 Aménagement du quartier Saint-Charles de Bosquetville Charleroi (Montignies-sur-Sambre)
1964-1985 Construction d'un établissement industriel Angle du quai Vercour et de la rue Paul Jenson Liège
1964-1965 Construction d'un bungalow Chemin de Fléron Fléron (Magnée)
1964-1966 Transformation d'un immeuble rue Marneffe 25 Liège
1965 Construction d'un immeuble à appartements boulevard de la Sauvenière 91 Liège
1965-1977 Habitation à trois logements Avenue du Centenaire Chaudfontaine (Embourg)
1966-1970 Construction d'immeuble à logements multiples bloc 13 dans la plaine de Droixhe rue Renier de Huy Liège (Droixhe)
1966-1967 Construction de 72 logements Bois Saint-Jean Seraing (Ougrée)
1966-1972 Construction d'un immeuble à appartements résidence Messidor Angle de la chaussée du Roi Albert et de la rue L. Dewonck Ans
1967-1970 Aménagement des abords des blocs 3 à 9 dans la plaine de Droixhe Liège (Droixhe)
1967-1986 Construction d'un Centre commercial et bureau de Poste Liège 2 Liège (Longdoz)
1967 Construction d'un show-room pour l'exposition de mobilier Route de Malmedy Butgenbach
1967-1981 Construction du Centre médico-familial des Murlais Liège (Droixhe)
1968-1969 Transformation d'un living, d'une salle-à-manger et d'une chambre à coucher Liège (Bressoux)
1968-1973 Avant-projet d'installation d'un lac avec installations sportives (zone hôtel et lotissements) Chemin de Nandrin Nandrin
1968-1975 Complexe commercial IMMOVEN Boulevard Raymond Poincaré, Rues Natalis, des Vennes et Englebert Liège
1968-1977 Construction d'un hôtel de ville Esneux
1969-1973 Construction de la Résidence Roi Albert Chaussée du Roi Albert Ans (Alleur)
1969-1971 Aménagement du parc Sainte-Walburge et alentours Rue de Campine Liège
1969-1974 Aménagement des abords de l'hôtel de ville et du centre de santé quai Louva Seraing (Ougrée)
1970-1971 Extension d'une maison de campagne Avenue de Nandrin Esneux (Hony)
1970-1981 Complexe résidentiel et commercial Bloc 15 avenue du Centenaire Liège (Droixhe)
1970-1987 Construction de la Banque Nagelmackers Angle de la rue Tournant Saint-Paul et la place Cathédrale Liège
1970-1971 Aménagement du parc d'Avroy de la place Sainte-Marie et des Terrasses Liège
1970-1972 Immeuble de bureaux ou appartements place des Vennes 38 Liège
1971 Restauration de la façade du couvent des Récollets rue Georges Simenon Liège
1971-1976 Projet de lotissement Neupré (Neuville-en-Condroz)
1971-1987 Construction de 80 logements Avenue du Centenaire Seraing (Ougrée)
1972 Aménagement des abords d'une grotte Aywaille (Remouchamps)
1972-1984 Construction de l'immeuble commercial du cinéma Concorde boulevard de la Sauvenière Liège
1972-1990 Rénovation de la cour du Val Saint-Lambert Seraing
1972 Construction d'une villa (Lotissement Bois Saint-Jean) rue de Wallonie 12 Seraing (Ougrée)
1972-1985 Aménagement de locaux à usage médical et des laboratoires rue du Vieux Mayeur Liège
1972-1981 Aménagement d'un site Laveaux Esneux
1972-1978 Construction d'une habitation Avenue des Pâquerettes Liège (Roccourt)
1972-1976 Construction d'un immeuble commercial et rapport avec parkings Féronstrée 19 à 27 Liège
1972-1987 Cité des Genêts rue des Genêts, rue Naniot et ruelle des Chats Liège
1973-1975 Construction d'une maison d'habitation avenue des Platanes Liège (Cointe)
1973-1975 Construction d'une maison rue du Hettin Hamoir
1973-1976 Construction de la résidence Rembrandt Chaussée du Roi Albert Ans (Alleur)
1973-1976 Construction d'une maison Rue Walthère Liège
1973-1976 Transformation d'une villa rue des Noyers Visé (Sarolay)
1974-1978 Parc et trémie autoroutière rue Sainte-Marie Liège
1974 Construction d'une villa rue des Thuyas Esneux (Tilff)
1974-1976 Résidences Hermes et Mercure rues de l'Yser et H. Delvaux Ans
1974-1975 Aménagement d'une fermette rue Autour de l'Église Ouffet (Ellemelle)
1974-1975 Lotissement Chaussée Brunehault, rue de la Limite et autoroute Bruxelles-Aix-Milmort Herstal
1974 Implantation de deux immeubles à appartements Rues Général Bertrand et Hebert Goffin Liège
1975-1981 Construction d'une maison d'habitation lotissement du Petit Cortil Chaudfontaine (Embourg)
1975-1980 Aménagement et construction de logement au Bernalmont rue Haut-Pavé Liège (Thier-à-Liège)
1975-1979 Construction d'une maison d'habitation Route de Nessonveaux Pepinster (Soiron)
1975-1978 Aménagement d'une crèche rue du Vallon Liège
1975-1978 Hall expérimental de l'institut du Génie Civil de l'université de Liège Liège (Sart Tilman)
1975-1977 Construction d'un rez-de-chaussée commercial avec atelier et appartements rue Saints-Gilles 140 Liège
1975-1983 Aménagement de l'îlot Volière-Pierreuse rue Fond Saint-Servais Liège
1975-1976 Construction d'une maison d'habitation rue Mendel Seraing
1975-1982 Construction d'un complexe scolaire ESES Amay
1975-1977 Plan particulier d'aménagement place du Vieux Tilleul Esneux
1975-1979 Centre provincial et tour Malvoz Liège (Longdoz)
1976-1984 Construction de l'école de Hodimont rue de la Chapelle Verviers
1976-1982 Construction d'un hôtel de police Rue Natalis Liège 50° 37′ 44,92″ N, 5° 34′ 52,41″ E
1976 Aménagement d'un hôtel restaurant Deux Rys Manhay (Harre)
1976 Aménagement du site de la petite Bacnure Herstal
1976-1977 Construction d'une villa Donkerstraat Heers (Horpmaal)
1977 Construction d'une maison rue de l'École Verlaine-Durbuy
1977-1980 Centre culturel et école du Longdoz rues Grétry et d'Harscamp Liège
1977-1984 Centre culturel rue Renaud Strivayt 44 Seraing
1977-1985 Centre de santé rue Ponçay (actuellement rue Georges Simenon) Liège
1977-1982 Construction de 56 Logements lieu-dit Beau Vivier Seraing (Ougrée)
1977-1988 Restauration et réaffections du Château d'Ordange rue d'Ordange Seraing (Jemeppe-sur-Meuse)
1978 Tour Atlas avenue de Lille 2 Liège (Droixhe) 50° 38′ 50″ N, 5° 36′ 10″ E
1979-1985 Aménagement des abords et rénovation des toitures Seraing
1979-1980 École maternelle Albert Schweitzer Seraing
1980-1983 Aménagement d'un centre culturel rue des Rewes Saint-Nicolas (Tilleur)
1980 Agrandissement des caves avenue Victor Hugo Liège
1980-1981 Construction d'un immeuble d'appartements et agence Bancaire rue J. Wettincks Seraing (Jemeppe-sur-Meuse)
1980-1982 Construction d'un garage et aménagement des abords d'une villa domaine du Beau-mont Gesves (Haltinne)
1981 Rénovation de la salle du cinéma Forum rue Pont d'Avroy, d'Amay et du Mouton Blanc Liège
1983 Aménagement du site du Grognon Namur
1984-1986 Transformation d'un magasin Avenue Louise 41 Bruxelles
1987-1989 Extension de la succursale de la Banque Nationale rue Hazinelle et place Saint-Paul Liège
1987-1988 Construction de 6 maisons et d'un garage rue Bayfils 6 Esneux (Tilff)
1987 Construction d'une maison d'habitation Mortroux Dalhem

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Deplus 2001
  2. a b c d e f g h et i Van Loo et al. 2003.
  3. a b c et d « « EGAU (Études en Groupe d'Architecture et d'Urbanisme) », sur gar.archi (consulté le ).
  4. a b c et d Renardy 2005
  5. a b et c Simon Ancion et Jimmy Thonon, « Requiem pour la piscine de l'évêché »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur lechainonmanquant.be (consulté le ).
  6. « Exposition Internationale de l'eau a Liège - Liège 1939 », sur chokier.com (consulté le ).
  7. « untitled », sur lampspw.wallonie.be (consulté le ).
  8. Brausch 2016.
  9. Warzée.
  10. Charlier et Moor 2014.
  11. Gianluigi Ricuperati, « Un guide de l'architecture brutaliste en 10 bâtiments », sur ssense.com, (consulté le ).
  12. Jacques Sbriglio, Le Corbusier, l'unité d'habitation de Marseille, Marseille, Parenthèses, , 186 p. (ISBN 978-2-86364-277-1)
  13. S. J., « La Maison de Charles Carlier, comme un appel de vue sur la ville », La Gazette de Liège,‎
  14. Debroux, Le Maire et Vanhaelen 2017.
  15. « EGAU », sur dethier.be, (consulté le ).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • Christine Renardy (dir.), Liège et l'Exposition universelle de 1905, Bruxelles, La Renaissance du livre, coll. « Les beaux livres du patrimoine », , 318 p. (ISBN 2-87415-495-4 et 9782874154959, ISSN 1373-0827, lire en ligne)
  • Anne Van Loo, Marc Dubois, Natascha Langerman et Norbert Poulain, Dictionnaire de l'architecture en Belgique : de 1830 à nos jours, Anvers, Fonds Mercator, (ISBN 978-90-6153-527-0)
  • Sébastien Charlier et Thomas Moor (dir.), Guide d'architecture moderne et contemporaine 1895-2014 – Liège, Bruxelles, Edition Margada - Cellule architecture de la Fédération Wallonie-Bruxelles, , 399 p. (ISBN 978-2-8047-0192-5, présentation en ligne)
  • Jacques Sbriglio, Le Corbusier, l'unité d'habitation de Marseille, Marseille, Parenthèses, , 186 p. (ISBN 978-2-86364-277-1)
  • Tatiana Debroux, Judith Le Maire et Yannick Vanhaelen, L'entrée en ville. Aménager, expérimenter, représenter, Bruxelles, Edition de l'Université de Bruxelles, , 218 p. (ISBN 978-2-8004-1616-8)

Revues/journaux[modifier | modifier le code]

  • Quand le logement public participe au développement de l'architecture en Wallonie (Deuxième partie), dans Les Echos du Logement, Numéro 2-2016 – (), p. 53, en ligne, [réf. du ].
  • S. J., « La Maison de Charles Carlier, comme un appel de vue sur la ville », La Gazette de Liège,‎
  • Géraldine Brausch, « La Charte d'Athènes. Lecture collective d'un classique de la pensée urbaine », Dérivations: pour le Débat Urbain, no 3,‎ (ISSN 2466-5983, résumé, lire en ligne, consulté le )

Mémoire[modifier | modifier le code]

  • Gérard Deplus (mémoire de fin d'études), Mémoire(s) d'EGAU : un demi-siècle d'architecture, Liège, Institut supérieur d'architecture Saint-Luc de Wallonie,

Liens externes[modifier | modifier le code]