Groupe Barceló

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barceló.
Groupe Barceló
(Barceló Corporación Empresarial)
Description de cette image, également commentée ci-après

Logotype de Barceló

Création 1931
Fondateurs Simon Barceló
Forme juridique Société privée
Slogan Une entreprise familiale avec plus de 75 ans d'histoire
(Una empresa familiar con más de 75 años de historia)
Siège social Drapeau d'Espagne Palma de Majorque (Espagne)
Direction Simon Barceló,
Simon Pedro Barceló
Activité Tourisme
Produits Hôtellerie, Agence de voyage
Filiales Barceló Hotels & Resorts,
Barceló Viajes,
Barceló Crestline,
Playa Hotels & Resorts
Effectif 26 400 collaborateurs (2009)
Site web http://www.barcelo.com/
Chiffre d’affaires 1 453 millions d'euros au 31/12/2009[1]

Le Groupe Barceló (ou Grupo Barceló, officiellement Barceló Corporación Empresarial) est une entreprise multinationale espagnole dont le siège est basé à Palma de Majorque aux Baléares et qui a été fondée en 1931. Le groupe se sudivise en une branche hôtellerie et une branche voyage, ce qui fait de lui une entreprise majeure dans le secteur du tourisme en Espagne et dans le monde.

Son activité principale se concentre en Europe et en Amérique, en 2009 elle comporte 182 hôtels et 450 agences de voyages réparties dans 32 pays[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Barceló Hotel Sants à Barcelone, Espagne.

En 1931, Simon Barceló (1902-1958) fonde "Autocares Barceló" (autocars Barceló) une petite entreprise familiale spécialisée dans le transport de personnes et de biens, basée à Felanitx sur l'île de Majorque aux Baléares[3].

En trois générations, et 80 ans plus tard, l'entreprise majorquine a profité du « boom des vacances en Espagne » et est devenue la "Barceló Corporación Empresarial" (lit. "Barceló corporation d'entreprises"), une multinationale du tourisme comportant plus de 26 000 employés à travers le monde[3].

Dates clés[modifier | modifier le code]

Barceló Cologne City Center en Allemagne.
  • 1931: création de "Autocares Barceló" à Felanitx au Baléares.
  • 1954: début de l'activité agence de voyages.
  • 1962: création du premier hôtel Barceló (rachat de l'ex-Hotel Latino) à Majorque, Baléares et création de la division "Barceló Hotels & Resorts".
  • 1964: création de la division "Barceló Viajes".
  • 1965: création du style "Pueblo" (Barceló Pueblo Palma) précurseur des hôtels de type resort (activités de loisir familial et sportives).
  • 1970: ouverture du premier hôtel sur la péninsule ibérique dans province d'Alicante (Barceló Pueblo Benidorm).
  • 1981: rachat du voyagiste "Turavia" (branche voyages) qui marque le début de l'internalisation du groupe.
  • 1985: ouverture du premier hôtel en République dominicaine (Barceló Bávaro Beach Resort à Punta Cana) qui marque l'internationalisation de la branche hôtellerie.
  • 1990: ouverture du premier hôtel en Amérique centrale (Barceló San José Palacio au Costa Rica)
  • 1992: ouverture du premier hôtel aux États-Unis (Washington)
  • 1995: ouverture du premier hôtel urbain (Barceló Hotel Sants à Barcelone).
  • 1996: partenariat avec le voyagiste britannique "First Choice" pour le marché espagnol.
  • 2001: ouverture du centième hôtel "Barceló Hotels & Resorts".
  • 2002: rachat de l'agence hôtelière américaine "Crestline Capital" présente dans 12 États, création de la branche américaine du groupe "Barceló Crestline".
  • 2005: plan quinquennal (2005-2010) fixant pour objectif la création du deux-centième hôtel et de n'opérer que des 4 et 5 étoiles.
  • 2006: création de "Playa Hotels & Resorts" dédié au marchés du resort en Amérique Latine et aux Caraïbes.
  • 2007: actionnaire minoritaire du groupe américain "Apple Vacation", ouverture de 21 hôtels au Royaume-Uni (partenariat avec "Dawnay Shore Hotels Plc"), ouverture du premier hôtel en Allemagne (Barceló Cologne City Center).
  • 2008: ouverture de 17 hôtels aux États-Unis (partenariat avec "Tidewater Hotels & Resorts").

Groupe[modifier | modifier le code]

Propriétaires[modifier | modifier le code]

Depuis sa fondation, le Groupe Barceló est une entreprise familiale, contrôlée à 100 % par les générations successives de Barceló des Baléares. En 2010, la troisième génération est à la tête du groupe, l'organigramme de la direction est le suivant:

Francisca Barceló, Simon Pedro Barceló, Simon Barceló et Guillermo Barceló
  • Coprésidents
Simón Barceló et Simón Pedro Barceló

Structure[modifier | modifier le code]

  • Barceló Corporación Empresarial (Groupe Barceló)[4]
    • Division hôtellerie
      • Barceló Hotels & Resorts (Europe & Afrique du Nord, Amérique Latine & Caraïbes)
      • Barceló Crestline Corporation (États-Unis)
    • Division voyage
      • Barceló Viajes
      • Amex Barceló Viajes (American Express-Barceló Viajes)
      • Barceló Club
      • Vacaciones Barceló
    • Autres entreprises communes
      • Playa Hotels & Resorts S.L. (Mexique, Amérique Latine, Caraïbes)

Hôtels & Resorts[modifier | modifier le code]

Barceló Castellana Norte à Madrid, Espagne.
Barceló Punta Umbría en Espagne.

En 2009, la division hôtelière du Groupe Barceló porte le nom générique de « Barceló Hotels & Resorts » et compte 182 hôtels (46 922 chambres) répartis dans 17 pays d'Europe, Asie, Afrique et Amérique. Aux États-Unis existe la filiale « Crestline Hotels & Resorts » (Barceló Crestline Corporation) qui comportait 70 hôtels en 2008[3]. Il existe trois marques d'hôtels de gamme plus ou moins luxueuse : « Barceló Premium » (81), « Barceló » (95) et « Barceló Comfort » (6).

  • Europe & Bassin méditerranéen: 83
  • États-Unis: 64
  • Amérique Latine & Caraïbes: 35
  • Total[2]: 182

Agences de voyages[modifier | modifier le code]

En 2009, la division voyages compte plus de 450 agences distribuées dans 23 pays. Les marques que commercialise cette entreprise sont "Barceló Viajes", "Amex Barceló Viajes" et "Vacaciones Barceló", en fonction du type de voyage (entreprise, tourisme, etc.)[4].

  • Espagne: 336
213 (propriétaires)
123 (franchises)
  • International: 114
45 (propriétaires)
69 (franchises)
  • Total[2]: 450

Données chiffrées[modifier | modifier le code]

Personnel[modifier | modifier le code]

Pour la fin de l'année 2009, la division hôtellerie emploie 24 952 personnes et la division voyage emploie environ 1 454[2]. Le personnel du groupe majorquin s'élève à 26 406 dans le monde[2].

Exercice annuel[modifier | modifier le code]

Vue des jardins asiatiques de l'hôtel Barceló Asia Gardens à Alicante, Espagne.

Les résultats financiers présenté par le groupe pour la fin 2009 sont les suivants[1]:

  • Chiffre d'affaires annuel : 1 453 millions d'euros
  • Ventes nettes : 1 014,6 millions d'euros
  • Bénéfices nets : 7,6 millions d'euros
  • Actifs nets : 827 millions d'euros

Le groupe n'est pas coté en bourse.

Classement[modifier | modifier le code]

En juillet 2010, le groupe est la troisième chaîne d'hôtel en Espagne, la première chaîne d'hôtels espagnole aux États-Unis ainsi qu'au Royaume-Uni, et la 24e au classement mondial[5].

Établissements[modifier | modifier le code]

Pour l'année 2009, les branches hôtellerie et voyage du Groupe Barceló se répartissent de la manière suivante[6]:

Europe[modifier | modifier le code]

Barceló Renacimiento à Séville, Espagne.
Pays
Hôtels
Agences
de voyages
Drapeau de la Bulgarie Bulgarie 1 -
Drapeau de la République tchèque République tchèque 2 -
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 1 -
Drapeau du Portugal Portugal - 4
Drapeau de l'Espagne Espagne 49 336
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 21 -
Drapeau de la France France (Outremer) - 2

Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

Pays
Hôtels
Agences
de voyages
Drapeau des États-Unis États-Unis 64 -
Drapeau du Mexique Mexique 10 13

Amérique Latine & Caraïbes[modifier | modifier le code]

Pays
Hôtels
Agences
de voyages
Drapeau de l’Argentine Argentine - 17
Drapeau du Brésil Brésil - 1
Drapeau de la Bolivie Bolivie - 3
Drapeau du Chili Chili - 8
Drapeau de la Colombie Colombie - 2
Drapeau du Costa Rica Costa Rica 4 8
Drapeau de Cuba Cuba 5 -
Drapeau de la République dominicaine République dominicaine 9 13
Drapeau de l'Équateur Équateur 1 2
Flag of El Salvador.svg El Salvador - 2
Drapeau du Guatemala Guatemala 1 2
Drapeau d'Haïti Haïti - 1
Drapeau du Honduras Honduras - 2
Drapeau du Nicaragua Nicaragua 2 3
Drapeau du Panama Panama - 2
Drapeau du Paraguay Paraguay - 1
Drapeau du Pérou Pérou - 2
Flag of Puerto Rico.svg Porto Rico - 4
Drapeau de l'Uruguay Uruguay - 2
Drapeau du Venezuela Venezuela - 2

Afrique & Moyen-Orient[modifier | modifier le code]

Note d'hôtel du Barceló Casablanca au Maroc.
Pays
Hôtels
Agences
de voyages
Drapeau de l'Algérie Algérie 1 -
Drapeau de l'Égypte Égypte 1 -
Drapeau du Maroc Maroc 3 -
Drapeau de la Tunisie Tunisie 1 -
Drapeau de la Turquie Turquie 4 -

Barceló Fondation[modifier | modifier le code]

Des activités artistiques et culturelles sont organisées à Palma de Majorque, ville qui héberge le siège social à la Maison du Marquis de Reguer, tandis que les activités de coopération ont essentiellement lieu dans les pays les plus pauvres situés en Amérique latine et en Afrique subsaharienne. Le projet le plus important de la fondation est le programme d'aide-médicale internationale AMI, débuté en 1995, et visant à apporter des soins médicaux gratuits aux populations défavorisées de Guatemala, République dominicaine, Nicaragua, Honduras entre autres[7].

Polémique[modifier | modifier le code]

La trajectoire du Groupe Barceló et de ses activités, spécialement en Amérique latine, ont été durement critiquées par quelques collectifs, en République dominicaine et au Nicaragua où elles ont été dénoncées par les gouvernements[8]. Selon eux, l'entreprise a bénéficié d'alliances politiques dans les pays en voie de développement pour augmenter ses bénéfices et maintenir ses emplois dans des conditions de travail dures.

En 2009, Joan Buades, ex-député (« Les Verts d'Ibiza »), a publié l'ouvrage Do not disturb Barceló. Viaje a las entrañas de un imperio turístico (lit. "Ne dérangez pas Barceló. Voyage dans les entrailles d'un empire touristique"), dans lequel il dénonce le prétendu manque de respect du Groupe Barceló envers les lois, le milieu ambient et les communautés des lieux dans lesquels il s'installe[9]. Dans une entrevue, l'auteur a déclaré que cet ouvrage était un travail de commande pour l'organisation ATR, Acción por un Turismo Responsable (lit. "Action pour un Tourisme Responsable")[9] de Barcelone.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 2009: Do not disturb Barceló. Viaje a las entrañas de un imperio turístico, Joan Buades, Barcelona: Icaria, (ISBN 978-84-9888-095-3)

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :