Grottes d'Éléphanta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Grottes d'Elephanta)
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la liste du patrimoine mondial image illustrant l’Inde
Cet article est une ébauche concernant la liste du patrimoine mondial et l’Inde.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Grottes d'Elephanta *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
Coordonnées 18° 58′ 00,012″ nord, 72° 56′ 08,988″ est
Pays Drapeau de l'Inde Inde
Subdivision Maharashtra (État)
Type Culturel
Critères (i)(iii)
Numéro
d’identification
244rev
Zone géographique Asie et Pacifique **
Année d’inscription 1987 (11e session)

Géolocalisation sur la carte : Bombay

(Voir situation sur carte : Bombay)
Grottes d'Elephanta
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Les grottes d'Éléphanta (marathi : घारापुरीच्या लेण्या) sont un groupe de temples excavés dans une falaise et conservant un ensemble monumental de sculptures. Elles sont situées sur l'île d'Éléphanta, une île de la mer d'Arabie, à 11 km. au large de Bombay, en Inde. Le site est inscrit au patrimoine mondial depuis 1987 sous le nom de « grottes d'Elephanta » (sans accents).

Histoire[modifier | modifier le code]

Les grottes d'Elephanta ont été creusées, probablement, au début du VIe siècle[1]. La question des commanditaires est débattue. Il semblerait que l'ensemble aurait été fondé sous le patronage des Maurya ; non ceux de l'Empire Maurya disparu en 185 avant l'ère commune, mais une autre famille dont la capitale se trouvait, précisément, sur l'île de « Puri », selon les textes, identifiée à Elephanta. Les Kalacuri auraient imposé leur suzeraineté à ces Maurya. Le temple est dédié à Shiva. Il est tourné vers la mer. Depuis l'entrée la caverne principale s'enfonce de 39 m. dans la falaise de basalte[2]. La caverne principale (grotte n°1) est de plan cruciforme, le bras principal est ouvert au Nord-nord-est. Les bras latéraux s'ouvrent sur des cours qui conduisent à des cavernes annexes[3]. Ces cavernes secondaires contiennent, à l'Ouest, deux sculptures et un réservoir d'eau, à l'Est, un autel. Les grottes n° 2 et 3 sont vides.

C'est peut-être le plus ancien monument shivaïte à avoir gardé l'intégralité de son iconographie, malgré certaines parties endommagées du fait de la conquête portugaise[4].

Grotte principale[modifier | modifier le code]

La grotte principale, appelée aussi grotte de Shiva, est un hall à piliers (mandapa) d'un quarantaine de mètres de côté. Elle contient le garbha-griha, et l'autel du linga. Elle a été creusée directement dans le rocher. Toutes les scènes sont en haut relief colossal, taillées dans la roche-mère en basalte. Toutes les grottes ont également été peintes à l'origine, mais actuellement il n'en reste que des traces.

Plan de la grotte[modifier | modifier le code]

Plan du temple excavé d'Elephanta. VIe siècle.

Légende du plan : A. Shiva au Mont Kailash  ; B. Shiva Lakulisha (en), yogin[5]  ; C. Shiva Nataraja, dansant ; D. victoire de Shiva sur Andhaka ; E. le mariage de Shiva ; F. Shiva Gangadhara, la descente du Gange ; G. Mahadeva Trimurti « Shiva sous trois de ses cinq aspects » ; H. Shiva Ardhanari « à demi féminin » ; I. Shiva et un démon, Andhaka ou Ravana (le jeu de dé) ; J et K autel du Shiva Linga ; L. réservoir d'eau.

Détail des statues[modifier | modifier le code]

Autres grottes[modifier | modifier le code]

Les autres grottes ne contiennent aucune de sculpture.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Guide to Elephanta par Pramod Chandra (1957, ré-édition 2009) et Édith Parlier-Renault, Temples de l'Inde méridionale (VIe-VIIIe siècles) : la mise en scène des mythes, Paris, PUPS (Presses de l'Université Paris-Sorbonne), , 413 p. (ISBN 978-2-84050-464-1), p. 63.
  2. Cette roche volcanique n'est pas, ici, sous sa forme cristalline.
  3. Anne-Marie Loth, Art de l'Inde : diversité et spiritualité. 1, des origines à la fin du VIIIe siècle, Bruxelles ; Paris, Chapitre Douze,, , 448 p. (ISBN 2-915345-02-3), p. 111
  4. Édith Parlier-Renault, 2006, p. 65-73.
  5. définition de yogin sur Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :