Grotte du Poeymaü

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Grotte du Poeymaü
Localisation
Coordonnées
Pays
Région
Département
Massif
Vallée
Lamisou
Localité voisine
Caractéristiques
Altitude de l'entrée
500
Signe particulier
grotte préhistorique
Occupation humaine
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Nouvelle-Aquitaine
voir sur la carte de Nouvelle-Aquitaine
Red pog.svg
Localisation sur la carte des Pyrénées-Atlantiques
voir sur la carte des Pyrénées-Atlantiques
Red pog.svg
Localisation sur la carte des Pyrénées
voir sur la carte des Pyrénées
Red pog.svg

La grotte du Poeymaü (ou encore Poeymau, Poeymal, Poeymaou, Poeymail, Pouey Maou) est un site préhistorique situé dans la commune d'Arudy, en vallée d'Ossau, dans les Pyrénées-Atlantiques. Fouillée depuis 1948, elle comporte des niveaux archéologiques qui vont du Paléolithique supérieur au Mésolithique.

Situation[modifier | modifier le code]

La grotte du Poeymaü est située à 500 m d’altitude, sur les flancs de la colline du Poeymaü, à Arudy, en rive gauche de la vallée du Lamisou, un affluent du gave d'Ossau, dans les Pyrénées-Atlantiques.

Historique des fouilles[modifier | modifier le code]

Le site fut découvert en 1922. En 1935, il est endommagé par des fouilles clandestines[1]. En 1948, Georges Laplace débute ses fouilles, en employant pour l'une des premières fois un système de repérage des vestiges par coordonnées cartésiennes[2]. Les fouilles sont poursuivies jusqu’en 1956, puis arrêtées. Elles reprennent, toujours sous la direction de Georges Laplace, entre 1969 et 1977. À partir de 1978, Michel Livache prend la direction du chantier et poursuit les fouilles jusqu’en 1985.

Stratigraphie[modifier | modifier le code]

La première publication de synthèse sur la grotte du Poeymaü paraît en 1953 : Georges Laplace y expose la stratigraphie en 8 niveaux, du Magdalénien à l’époque gallo-romaine[3]. Il définit également l’Arudien, un faciès mésolithique spécifique des Pyrénées occidentales (aujourd'hui contesté), qu'il caractérisait par l'absence de microlithes géométriques et la présence de couches à escargots.

Une révision de la stratigraphie, fondée sur une série de datations radiocarbone, est publiée en 1984, résultat de la collaboration entre Michel Livache et Jacques Évin[4]. Trois niveaux mésolithiques supplémentaires sont identifiés, et les 25 datations radiocarbone effectuées sur os, sur charbons de bois et sur coquilles d’escargots permettent de situer les différentes couches de la séquence dans le temps[5].

Industrie lithique[modifier | modifier le code]

En 1954, Georges Laplace proposait une première synthèse de son approche statistique en typologie lithique (la « typologie analytique ») en l'appliquant aux industries lithiques du Poeymaü[6].

En 2008, Michel Livache publiait une nouvelle analyse de ces industries, comparées à celles d'autres sites régionaux (les grottes du Bignalats et d'Ithelatseta)[7].

Travaux en cours[modifier | modifier le code]

De nouvelles analyses sont menées depuis 2018 dans le cadre d'un projet collectif animé par des chercheurs de l'université de Toulouse[8],[9].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Georges Laplace, « Note préliminaire sur un nouvel étage mésolithique pyrénéen. Découverte d’un squelette humain », Revue régionaliste des Pyrénées, vol. 111-112,‎ , p. 87–91
  2. Georges Laplace-Jauretche et Louis Méroc, « Application des coordonnées cartésiennes à la fouille d'un gisement », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 51, no 1,‎ , p. 58–66 (DOI 10.3406/bspf.1954.12427, lire en ligne, consulté le )
  3. Georges Laplace-Jauretche, « Les couches à escargots des cavernes pyrénéennes et le problème de l'Arisien de Piette », Bulletin de la Société préhistorique de France, vol. 50, no 4,‎ , p. 199–211 (ISSN 0037-9514, DOI 10.3406/bspf.1953.3030, lire en ligne, consulté le )
  4. Miche Livache, Georges Laplace, Jacques Évin et Georges Pastor, « Stratigraphie et datations par le radiocarbone des charbons, os et coquilles de la grotte du Poeymau à Arudy, Pyrénées-Atlantiques », L'Anthropologie, vol. 88, no 3,‎ , p. 367-375
  5. Geneviève Marsan, El Mesolítico Geométrico en la Península Ibérica, Saragosse, Universidad de Zaragoza, (ISBN 978-84-92522-07-1, lire en ligne), « Les gisements mésolithiques d’Arudy (vallée d’Ossau, Pyrénées nord occidentales) », p. 259-278
  6. G. Laplace-Jauretche, « Application des méthodes statistiques à l'étude du Mésolithique », Bulletin de la Société préhistorique de France, vol. 51, no 3,‎ , p. 127–139 (ISSN 0037-9514, DOI 10.3406/bspf.1954.3074, lire en ligne, consulté le )
  7. Michel Livache, Archéologies de Provence et d'ailleurs. Mélanges offerts à Gaëtan Congès et Gérard Sauzade, Aix-en-Provence, Éditions de l'APA, (ISBN 978-2-9519704-4-1), « L'homodynamisme évolutif de la production d’industrie du Mésolithique final dans le Vaucluse, la Haute-Loire et les Pyrénées Atlantiques », p. 115-126
  8. (en) Jean-Marc Pétillon, Mathieu Langlais, Delphine Kuntz et Christian Normand, « The human occupation of the northwestern Pyrenees in the Late Glacial: New data from the Arudy basin, lower Ossau valley », Quaternary International, vol. 364,‎ , p. 126–143 (DOI 10.1016/j.quaint.2014.09.022, lire en ligne, consulté le )
  9. « La grotte du Poeymaü [projet PAVO] », sur Préhistoire ancienne de la vallée d'Ossau, (consulté le )