Grotte de Jovelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Grotte de Jovelle
La Tour-Blanche Jovelle grotte (4).JPG
La grotte de Jovelle.
Localisation
Coordonnées
Adresse
Localité voisine
Voie d'accès
D 84
Caractéristiques
Type
Statut patrimonial
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Dordogne
voir sur la carte de Dordogne
Red pog.svg

La grotte de Jovelle est une grotte ornée française qui se trouve sur le territoire de la commune de La Tour-Blanche, dans le département de la Dordogne et la région Nouvelle-Aquitaine.

Elle fait l'objet d'une protection au titre des monuments historiques.

Présentation[modifier | modifier le code]

Ancienne carrière sur la gauche et la grotte sur la droite.

À environ deux kilomètres au sud-ouest du bourg de La Tour-Blanche, le long de la route départementale 84, subsistent d'anciennes exploitations souterraines de calcaire turonien. Propriété depuis 2006 du département de la Dordogne, la grotte de Jovelle se trouve sur le site d'une de ces carrières[1], à quelques centaines de mètres des ruines du château de Jovelle.

C'est un site archéologique inscrit au titre des monuments historiques depuis le 28 novembre 1989[2] et classé depuis le 24 septembre 2013 [3].

Découverte et description[modifier | modifier le code]

À l'automne 1983, Christian Carcauzon découvre la présence de gravures animales sur les parois proches de l'entrée de la grotte[4].

Étudiée par Norbert Aujoulat puis par Brigitte et Gilles Delluc, la grotte révèle des gravures de mammouths, d'un bouquetin et d'un équidé ainsi que d'autres à définir car elles sont en partie masquées par les éboulis qui se sont accumulés sur le sol, du fait notamment de l'exploitation des carrières attenantes, actives jusque dans les années 1940[4].

Le dessin de ces gravures, datées du Paléolithique supérieur, rappelle celui de la grotte de Pair-non-Pair, dans le département voisin de la Gironde[5].

Le sol présente également des restes d'ossements provenant de rennes et d'équidés, ainsi que des outils préhistoriques tels que des burins ou des grattoirs[4]. Des fragments de poteries plus récents, représentatifs de l'Âge du fer, y ont également été mis au jour[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Tour-Blanche Grotte de Jovelle sur Archéologie de la France – Informations, consultée le 25 février 2012.
  2. « Grotte de Jovelle », notice no PA00083079, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 25 février 2012.
  3. « Liste des immeubles protégés au titre des MH en 2013 », JORF,‎ , p. 7804
  4. a b c et d Gallia Préhistoire, 1984, vol. 27, n° 27-2, p. 281-282, consulté le 25 février 2012.
  5. Découverte de gravures pariétales dans la grotte de Jovelle (Dordogne) dans Bulletin de la Société préhistorique française, 1984, vol. 81, n° 3, p. 70 à 73, consulté le 25 février 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christian Carcauzon, La grotte préhistorique de Jovelle (commune de la Tour-Blanche) dans bulletin de la SHAP, vol. 111, no 1, p. 15-28, 1984
  • Delluc B. et G., 1991 : La grotte de Jovelle, in : Delluc B. et G., L'Art pariétal archaïque en Aquitaine, XXVIII e suppl. à Gallia-Préhistoire, Ed. du C.N.R.S., étude, relevés et plan.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]