Grotte d'Azokh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Grotte d'Azokh
image illustrative de l’article Grotte d'Azokh
Fouilles dans la grotte d'Azokh
Coordonnées 39° 37′ 09″ nord, 46° 59′ 19″ est
Pays {{ Drapeau du Haut-Karabagh Haut-Karabagh }}
Région Hadrout
Localité voisine Azokh
Type de roche Calcaire
Signe particulier Site paléontologique
Occupation humaine Pléistocène moyen (~300 000 ans)
Pléistocène final
Holocène[1]

Géolocalisation sur la carte : Haut-Karabagh

(Voir situation sur carte : Haut-Karabagh)
localisation

Géolocalisation sur la carte : Azerbaïdjan

(Voir situation sur carte : Azerbaïdjan)
localisation

Géolocalisation sur la carte : Asie

(Voir situation sur carte : Asie)
localisation

La grotte d'Azokh est une grotte située à proximité du village d'Azokh, dans la région de Hadrout au Haut-Karabagh[2].

La grotte est un important site paléontologique, situé sur une voie migratoire majeure entre l'Afrique et l'Eurasie[1].

Les plus anciennes couches de la grotte ont livré des vestiges d'hominidés pouvant dater de 300 000 ans[3].

Situation[modifier | modifier le code]

La grotte d'Azokh est située à quelque 200 km à vol d'oiseau au sud-est du lac Sevan (Arménie), 250 km (440 km par route) au sud-ouest de Bakou (Azerbaïdjan) et 200 km (335 km par route) au nord de Tabriz (Iran)[4]. Elle est dans les contreforts du côté Est de la chaîne du Petit Caucase[5].

Géologie, formation[modifier | modifier le code]

Creusée dans les calcaires du Mésozoïque, elle inclut une série de cavités karstiques connectées par des tunnels et passages, le tout ayant été modelé suivant des fissures dans la roche-mère[5].

La très large population de chauve-souris a également contribué à modifier les galeries intérieures[5].

Les explorations[modifier | modifier le code]

Le site a dans un premier temps été exploré dans les années 1960-1980[6], par une équipe dirigée par le découvreur de la grotte, M. Huseinov (parfois épelé Guseinov)[1].

Une deuxième campagne de fouilles a eu lieu de 2002 à 2009[6].

Occupation humaine[modifier | modifier le code]

Trois des principaux types d'hominidés y ont été trouvés : Homo heidelbergensis, Homo neanderthalensis, et Homo sapiens.

En 1968, Azokh 1 (nom donné à la plus ancienne couche archéologique de la grotte) a livré un fragment de mandibule d'hominidé adulte similaire aux vestiges de l'Homme d'Ehringsdorf (en), remontant au début du Néandertal[7] (Pléistocène moyen) et associé à des outils typiques de l'industrie acheuléene[1].

Lors de la deuxième campagne de fouilles au début du XXIe siècle, le haut de la couche Azokh 1 a livré entre autres une molaire du maxillaire supérieur gauche, typique des premières molaires supérieures de l'homme de Néandertal[7].

La couche Azokh 2 a abritait des parties de squelette et deux dents d'un individu décédé suite à un accident. Azokh 5 contenait les vestiges de au moins trois individus, tous jeunes (enfant et adolescent)[7].

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Y. Fernández-Jalvo, T King., L. Yepiskoposyan et P. Andrews, Azokh Cave and the Transcaucasian Corridor, Springer, coll. « Vertebrate Paleobiology and Paleoanthropology », 2016 (lire en ligne).Document utilisé pour la rédaction de l’article (le lien « lire en ligne » ouvre une page listant les différents chapitres de l'ouvrage, avec liens vers les résumés.)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) Yolanda Fernández-Jalvo, Tania King, Levon Yepiskoposyan et Peter Andrews, « Introduction », dans Jalvo et al. 2016 (lire en ligne), p. 1-26.
  2. Pour le statut international du Haut-Karabagh, cf. l'article « Haut-Karabagh ».
  3. openbuildings.
  4. Grotte d'Azokh sur la carte de google.fr. Les distances routières entre deux points donnés sont calculées dans le panneau latéral à gauche (voir l'onglet en haut à gauche de la carte - cliquer sur "itinéraires").
  5. a, b et c (en) Patricio Domínguez-Alonso, Enrique Aracil, Jose Angel Porres, Peter Andrews, Yolanda Fernández-Jalvo et John Murray, « Geology and Geomorphology of Azokh Caves », dans Jalvo et al. 2016 (lire en ligne), p. 211-249.
  6. a et b (en) M. Dolores Marin-Monfort, Isabel Cáceres, Peter Andrews, Ana C. Pinto-Llona et Yolanda Fernández-Jalvo, « Taphonomy and Site Formation of Azokh 1 », dans Jalvo et al. 2016 (lire en ligne), p. 211-249.
  7. a, b et c (en) Tania King, Tim Compton, Antonio Rosas, Peter Andrews, Levon Yepiskoposyan et Lena Asryan, « Azokh Cave Hominin Remains », dans Jalvo et al. 2016 (lire en ligne), p. 103-116.