Grivola

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grivola
Vue de la face nord de la Grivola avec, à gauche (nord-est), le glacier du Nomenon et, à droite (nord-ouest), le petit glacier de Belleface.
Vue de la face nord de la Grivola avec, à gauche (nord-est), le glacier du Nomenon et, à droite (nord-ouest), le petit glacier de Belleface.
Géographie
Altitude 3 969 m
Massif Massif du Grand Paradis (Alpes)
Coordonnées 45° 35′ 41″ nord, 7° 15′ 29″ est
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région à statut spécial Vallée d'Aoste
Ascension
Première par J. Ormsby, R. Bruce, Ambroise Dayné, Z. Cachat et J. Tairraz
Voie la plus facile Face SE depuis le refuge Vittorio Sella (PD+)
Géologie
Type pic pyramidal

Géolocalisation sur la carte : Vallée d'Aoste

(Voir situation sur carte : Vallée d'Aoste)
Grivola

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Grivola

La Grivola est un sommet des Alpes italiennes, culminant à 3 969 m d'altitude dans le massif du Grand Paradis, sur la ligne de partage des eaux entre le val de Cogne et le Valsavarenche en Vallée d'Aoste.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La Grivola a eu plusieurs toponymes dans son histoire :

  • Pic de Cogne
  • Grivolet
  • Bec de Grivola
  • Aiguille de Grivola

Le toponyme « Grivola » remonte à 1845. Giuseppe Giacosa fait remonter son origine au mot du patois valdôtain griva, la grive[1]. L'abbé Henry envisage grivoline, belle grivoise, belle fille, comme pour la Jungfrau en allemand[2]. Paul-Louis Rousset indique le mot gri en patois valgrisein, signifiant « clapier »[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le glacier du Nomenon s'étend sur le versant nord, tandis que le glacier du Trajo occupe la face est.

Les sommets entourant la Grivola sont :

Histoire[modifier | modifier le code]

Ascension[modifier | modifier le code]

Vue de la paroi est depuis la pointe Rousse ; en bas, le glacier du Trajo.

Le départ de l'ascension se situe au refuge Victor Sella à travers le col de la Noire, le glacier du Trajo et la paroi nord-est.

On peut suivre la voie alternative de l'arête des Clochettes (nord-est), en prenant le départ du hameau Crétaz à Cogne. On traverse le glacier du Trajo pour rejoindre le bivouac Balzola (3 477 m) pour compléter l'ascension le jour suivant.

Une troisième voie se fait par la paroi nord-ouest, avec un dénivelé de 1 400 mètres environ, au départ du hameau Épinel (Cogne).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. CAI Vallée d'Aoste, Chissà perché si chiamano così, Typographie Duc, Saint-Christophe, 2011, p. 118.
  2. Joseph-Marie Henry, Les ràye di soleil, par les soins de Adolfo Balliano, éd. Mottes, Turin, 1935, p. 30.
  3. Paul-Louis Rousset, Ipotesi sulle radici preindoeuropee dei toponimi alpini, ed. Priuli & Verlucca, 1991, p. 62.
  4. Francis Fox Tuckett, « A night bivouac on the Grivola », dans Peaks, Passes, and Glaciers : Being Excursions by Members of the Alpine Club, Longman, Green, Longman, and Roberts, 1862, pp. 292-317
  5. (en)John Ormsby, « The ascent of the Grivola », dans Peaks, Passes, and Glaciers : Being Excursions by Members of the Alpine Club, Longman, Green, Longman, and Roberts, 1862, pp. 318-338
  6. (de) Gerd Klotz, Gran Paradiso. Gebietsführer : Für Wanderer, Bergsteiger und Kletterer, Bergverlag Rother GmbH, 1989, p. 29

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :