Grivillers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grivillers
Église de l'Assomption.
Église de l'Assomption.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Montdidier
Canton Roye
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Montdidier
Maire
Mandat
Pierre Goussen
2014-2020
Code postal 80700
Code commune 80391
Démographie
Population
municipale
77 hab. (2014)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 39′ 43″ nord, 2° 42′ 29″ est
Altitude Min. 87 m – Max. 102 m
Superficie 3,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Grivillers

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Grivillers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Grivillers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Grivillers

Grivillers est une commune française, située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Desservi par la route départementale 930, ce petit village entièrement voué à l'agriculture se trouve, par la route, à moins de 10 km au sud-est de Roye.

Le territoire du village est très majoritairement constitué d'une plaine, excepté un petit vallon du côté d'Armancourt[1].

Le point culminant, à 101 mètres, se trouve sur la route de Montdidier, au sud-ouest[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Grivelez est relevé dès 1150. Puis Grisvillers apparaît en 1220. En 1301, ce sera Gruivillers, Griviller etGrivilliez[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Des traces de constructions romaines ont été découvertes dans le village[1].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Le fief Romanet aurait été possédé par Jean Racine. En 1899, en face de l'école, une porte cochère ancienne sous forme de cintre antique en situe le lieu[1].

En 1750, le village avait déjà son école[1].

Le village disposait autrefois de moulins à vent situés à l'écart du village. Ils sont déjà démolis à la fin du XIXe siècle[1].

Les Cosaques sont passés par Grivillers en 1815, de même que les Prussiens en 1871.

La voie ferrée de Picardie et Flandres avait une halte à Grivillers où s'arrêtent encore tous les trains de voyageurs en 1899[1].

En 1899, la classe unique concerne 17 élèves[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Rémy Tassart    
2014[2] en cours
(au 6 mai 2014)
Pierre Gousen    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 77 habitants, en augmentation de 28,33 % par rapport à 2009 (Somme : 0,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
132 135 148 119 106 114 126 138 142
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
129 127 117 143 125 124 118 130 129
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
134 138 127 110 97 83 118 112 108
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
88 69 59 52 62 61 59 69 77
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église de l'Assomption.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Notice géographique et historique réalisée par l'instituteur du village, M. Cardon, 1899, Archives départementales de la Somme, Amiens. [Lire la notice en ligne sur le site des archives départementales http://recherche.archives.somme.fr/ark:/58483/a011261413544jbuJbM/1/1]
  2. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :