Grisélidis Réal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Grisélidis Réal
Image dans Infobox.
Grisélidis Réal par Erling Mandelmann en 1998.
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Grisélidis Marcelle Réal
Nationalité
suisse
Activités
Autres informations
Archives conservées par
Archives littéraires suisses (CH-000015-0: ALS-Réal)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
100elles 20190625 Boulevard Grisélidis Réal - Boulevard St Georges 121059-1.jpg
Plaque commémorative

Grisélidis Réal, née le à Lausanne[2] et morte le à Genève, est une écrivaine, artiste peintre et prostituée suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née dans une famille d'enseignants[3], au sein d'un milieu bourgeois et cultivé, Grisélidis Réal rejoint son père à Alexandrie à l'âge de six ans et passe son enfance en Égypte et en Grèce, où son père meurt alors qu'elle a neuf ans. Elle a deux sœurs. Revenue à Lausanne avec sa mère, Grisélidis en reçoit une éducation très rigide contre laquelle elle se révolte. Souffrant de la tuberculose, elle est envoyée dans un sanatorium[4].

Elle entreprend des études à l'école des arts décoratifs de Zurich et est diplômée en 1949. Mariée à vingt ans, elle a un premier fils en 1952, puis se sépare de son mari et a une fille en 1955 avec un autre homme. Elle a un second fils en 1956 dans une tentative de recoller son mariage, qui finira néanmoins par un divorce. Elle vit alors avec César Gattegno, dont elle a un fils en 1959. En raison d'une récidive de la tuberculose, ses enfants sont placés chez leurs pères[4].

Elle tente d'abord de gagner sa vie comme artiste peintre. Partie à Munich avec un Américain schizophrène et deux de ses enfants, en butte à la violence de son amant et à son cruel manque de ressources, elle décide en 1961 de se prostituer[5]. Un métier qui lui permet de nourrir ses enfants, qu'elle pratique d'abord comme un moyen de survie, puis comme une militante, jusqu'en 1995[4].

Elle est emprisonnée en Allemagne pour avoir vendu de la marijuana à des soldats américains, puis rapatriée en Suisse, où elle continue de se prostituer quelque temps. Elle commence à écrire en prison et à peindre. Elle tente de quitter la prostitution grâce à une bourse afin de se consacrer à l'écriture de son autobiographie, Le noir est une couleur[6], et à sa peinture.

Au cours des années 1970, Grisélidis Réal devient une activiste, une des meneuses de la « Révolution des prostituées » à Paris, où elle vit de 1973 à 1977[4] : 500 femmes prostituées occupent la chapelle Saint-Bernard-de-Montparnasse en et réclament la reconnaissance de leurs droits. Rejetant l'argument selon lequel une femme ne se prostitue que si elle y est obligée par le souteneur, elle déclare que la prostitution peut aussi être un choix, une décision[7]. Elle tient à ce que sur ses documents officiels figurent non seulement écrivain mais aussi « péripatéticienne », qu'elle considère comme une deuxième profession. Elle apparaît, filmée chez elle en 1975 ou 1976, à la fin du documentaire Prostitution de Jean-François Davy.

Elle critique vivement les féministes des années 1970 : « Elles nous prennent la parole, nous infantilisent… elles sont pires que le pire des clients »[4].

Grisélidis amène sa « Révolution » à Genève en 1977 et reprend la prostitution, activité abandonnée sept ans auparavant. Elle est une des fondatrices, en 1982, de l'association de défense des prostituées Aspasie. Elle a étendu son combat en participant à des conférences internationales, en venant parler de ce qu'elle considère comme son métier dans des universités, en donnant de nombreuses interviews et en animant des réunions publiques. Dans son petit appartement des Pâquis, elle crée un centre international de documentation sur la prostitution.

Parallèlement à ce combat politique, Grisélidis Réal a toujours revendiqué un rôle social de la prostitution, qu'elle considère comme une activité qui soulage les misères humaines et qui a sa grandeur. En 1977, elle écrit que « la prostitution est un acte révolutionnaire »[8]. Elle a développé une vision positive de ce qu'elle a appelé en (dans la préface de Carnet de bal d'une courtisane) « un Art, un Humanisme et une Science ». Dans le même temps, elle reconnaît la difficulté du métier et dénonce toute exploitation[9]. Ce livre lui vaut pourtant d'être prise à partie par les féministes favorables à l'abolition de la prostitution[4].

Grisélidis Réal à Genève en 2003.

Grisélidis Réal publie ses premiers textes dans la revue Écriture. Elle fait de son expérience de prostituée la matière de ses livres : ce sont là des témoignages et des plaidoyers pour la reconnaissance d'un statut, et en même temps des poèmes libérateurs. Le récit Le noir est une couleur (1974) frappe par le mélange singulier des tons : violence lyrique, scatologique, hyperréalisme et onirisme ; s'y opposent deux mondes, celui de l'ordre et celui de la spontanéité, le monde des petits bourgeois et le monde des Tsiganes. Il s'agit pourtant d'un échec éditorial, qui ne trouvera le succès que lors de sa réédition en 2005. C'est dans le même registre qu'elle publie en 1992 La Passe imaginaire, « fruit d'une correspondance entretenue de l'été 1980 à l'hiver 1991 avec Jean-Luc Hennig »[10], lequel lui a mis le pied à l'étrier dans le monde de l'édition[4].

En phase terminale d'un cancer, elle décède le , dans un centre de soins palliatifs de Genève[4], et est enterrée au cimetière du Petit-Saconnex. En mettant de l'ordre dans ses affaires, ses enfants découvrent des manuscrits dont l'un est publié en  : Suis-je encore vivante ? Journal de prison ; il s'agit en fait de sa première œuvre, écrite lors de sa détention en Allemagne.

Tombe de Grisélidis Réal au cimetière des Rois à Genève en 2019.

Le , sa dépouille est transférée au cimetière des Rois à Genève malgré la polémique soulevée[11],[12]. L'épitaphe « écrivain, peintre, prostituée » est gravée sur sa tombe conformément à sa volonté, affirmée publiquement : « Si vraiment les gens veulent conserver une tombe ou je ne sais quoi, […] il faut que ça serve à quelque chose. Que ça provoque encore un petit peu de scandale, et que les gens viennent baiser, forniquer, vraiment, là qu’ils se sentent libres de transgresser tous les tabous en disant : "Vraiment, cette bonne femme, elle mérite qu’on arrose sa tombe de foutre"[9],[13]. » Les projets de stèle commandés par sa famille sont refusés par deux fois par le Conseil administratif de la ville de Genève au motif qu'ils évoqueraient de manière trop explicite un sexe féminin[14].

Son fonds d'archives artistiques est conservé aux Archives littéraires suisses à Berne et son fonds d'archives militantes[15] au Centre Grisélidis Réal - Documentation international sur la prostitution à Genève dans le quartier des Pâquis, où elles sont désormais ouvertes au public[16].

Son amie Françoise Courvoisier a édité ses poèmes en Suisse et créé des spectacles à son sujet au Théâtre de Poche de Genève, notamment Combats d'une reine, avec Judith Magre. Coraly Zahonero a aussi monté, à Genève puis à Avignon, un spectacle consacré à Grisélidis Réal[4].

Artiste peintre[modifier | modifier le code]

  • Techniques et matériaux : Grisélidis Réal utilise une grande variété de techniques et de supports. Son outil de préférence est le dessin. Ses techniques les plus employées sont la craie à l'huile sur toile et le stylo à bille sur papier. Elle utilise aussi le fusain, la mine de plomb, le crayon, le collage de feuilles aluminium et le feutre sur papier. Elle peint également à la gouache, à l'huile sur toile ou sur carton. Elle applique de la peinture textile sur les foulards en soie[17].
  • Forme, style et iconographie : les œuvres, figuratives, parfois épurées, parfois surchargées de motifs ornementaux, montrent des créatures sauvages, magiques et sacrées. Les thématiques sont diverses : faune et flore idéales et fantasmées, mais aussi scènes intimes inspirées par sa vie personnelle.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le noir est une couleur, Paris, Éditions Balland, 1974 ; Lausanne, Éditions d'en bas, 1989 ; Paris, Éditions Verticales, 2005 ; Paris, Gallimard (Folio), 2007
  • Petite chronique des courtisanes, Écriture, éd. Bertil Galland, 1976
  • La Passe imaginaire, Vevey, Éditions de l'Aire/Manya, 1992 ; Paris, Verticales, 2006
  • À feu et à sang, recueil de poèmes écrits entre et , Genève, Éditions Le Chariot 2003
  • Carnet de bal d'une courtisane, Paris, Verticales, 2005
  • Les Sphinx, Paris, Verticales, 2006
  • Suis-je encore vivante ? Journal de prison, Paris, Verticales, 2008
  • Mémoires de l'inachevé (1954-1993), textes réunis et présentés par Yves Pagès, Paris, Verticales, 2011
  • Chair vive. Poésies complètes, éditions Seghers, 2022

Chanson[modifier | modifier le code]

  • Le Carnet de Grisélidis, paroles de Grisélidis Réal et Pierre Philippe, musique de Thierry Matioszek et Alain Bashung, chanson interprétée par Jean Guidoni sur l'album Putains, Universal, 1985

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « https://www.helveticarchives.ch/detail.aspx?ID=290035 » (consulté le )
  2. Grisélidis Réal (préf. Yves Pagès, éditeur), Mémoires de l'inachevé : (1954-1993), Paris, Verticales/Gallimard, , 378 p. (ISBN 978-2-07-245321-2, lire en ligne)
    Information tirée de la préface.
  3. The Independant du .
  4. a b c d e f g h et i Pascale Nivelle, « Poétesse, peintre, prostituée… A la redécouverte de Grisélidis Réal », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  5. « Grisélidis Réal (1929-2005) », sur Bibliothèque cantonale et universitaire BCU Lausanne, (consulté le ).
  6. « “Belle de nuit : Grisélidis Réal”. Autoportraits de Marie-Eve de Grave – Les vagabonds sans trêves », sur vagabondssanstreves.com (consulté le ).
  7. Voir extraits d’entretien in Judith Belladonna, « Folles femmes de leurs corps, prostituées », revue Recherches, no 26, 1977.
  8. Centre Grisélidis Réal - Documentation internationale sur la prostitution (consulté le ).
  9. a et b Hélène Combis, « La vie révolutionnaire de Grisélidis Réal, écrivaine péripatéticienne », sur France Culture.fr, (consulté le ).
  10. « La Passe imaginaire - Verticales - Verticales - GALLIMARD - Site Gallimard », sur gallimard.fr (consulté le ).
  11. Laurence Bézaguet, « Grisélidis Réal : “Tant de femmes méritent le cimetière des reines !” », La Tribune de Genève,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. Marc Burri, François Isoard et Raluca Antonescu, « Genève : le transfert au cimetière des Rois du corps de Grisélidis Réal, prostituée, peintre et écrivain, continue à faire débat », Le journal de 19:30, Télévision suisse romande, regarder en ligne (consulté le ).
  13. Clémentine Billé, « Grisélidis Réal, pute en lutte contre la misère sexuelle », sur Slate, (consulté le ).
  14. « La stèle de Grisélidis Réal encore refusée », sur La Tribune de Genève (consulté le ).
  15. Marion Destraz, Séverine Gaudard, « Archives militantes et associatives : le cas Grisélidis Réal », sur Recherches d'idées : carnet de recherche des étudiants en science de l'information de la Haute école de gestion de Genève, (consulté le ).
  16. « Les archives militantes de la prostituée Grisélidis Réal ouvertes au public », sur rts.ch, (consulté le ).
  17. Zouyene, Jehane., Grisélidis Réal, peintre : catalogue raisonné, Éditions HumuS, , 160 p. (ISBN 978-2-940127-81-8 et 2940127816, OCLC 994746034, lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Documentaire[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]