Grigneuseville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grigneuseville
La chapelle de Louvetot.
La chapelle de Louvetot.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Canton Neufchâtel-en-Bray
Intercommunalité Communauté de communes Inter-Caux-Vexin
Maire
Mandat
Alain Lefebvre
2014-2020
Code postal 76850
Code commune 76328
Démographie
Gentilé Grigneusevillais
Population
municipale
351 hab. (2014 en augmentation de 10,73 % par rapport à 2009)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 39′ 16″ nord, 1° 11′ 25″ est
Altitude Min. 148 m
Max. 172 m
Superficie 7,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Grigneuseville

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Grigneuseville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Grigneuseville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Grigneuseville

Grigneuseville est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en Normandie (anc. Haute-Normandie).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

On peut notamment citer le hameau de Hermesnil et celui de Louvetot[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Greinosavilla en 1164[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune, instituée par la Révolution française, absorbe en 1813 celle de Louvetot[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Dieppe du département de la Seine-Maritime. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la dixième circonscription de la Seine-Maritime.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Bellencombre[2]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune intègre le canton de Neufchâtel-en-Bray.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes du Bosc d'Eawy.

Dans le cadre de l'approfondissement de la coopération intercommunale prévu par la Loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du , qui prescrit la constitution d'intercommunalités de plus de 15 000 habitants, le Bosc d'Eawy, de très petite taille[3] éclate entre plusieurs intercommunalités et Grigneuseville rejoint, le , la communauté de communes Inter-Caux-Vexin.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[4]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1835   Jean Baptiste Lerat    
1902   de Messey    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Bernard Beuzelin    
2014[5],[6],[7] en cours
(au 6 mai 2017)
Alain Lefebvre   Directeur adjoint[Quoi ?]
Vice-président de la CC du Bosc d'Eawy (2014→ )

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9].

En 2014, la commune comptait 351 habitants[Note 1], en augmentation de 10,73 % par rapport à 2009 (Seine-Maritime : +0,48 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
390 221 204 389 388 375 350 314 302
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
314 309 276 248 284 275 313 300 293
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
270 278 255 252 265 260 255 286 274
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
261 217 183 206 308 327 319 318 317
2013 2014 - - - - - - -
343 351 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Les Jardins Agapanthe, créés par l’architecte-paysagiste Alexandre Thomas[11],[12].
  • Une statue de la vierge Marie au milieu du village
  • Le château d'Aucourt

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Famille de Lautrec.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Raphaël Tual, « Réserve incendie. 120 m3 d’eau pour la sécurité d’un hameau : Au hameau d'Hermesnil, il n'y avait pas de point d'eau pour les pompiers. C'est maintenant le cas », Le Réveil,‎ (lire en ligne).
  2. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Raphaël Tual, « Politique. La mort lente, mais programmée du Bosc d'Eawy : C'est une question de mois. L'intercommunalité, regroupant les villages alentours de Bellencombre, va disparaître. Sur le même modèle que les Régions, le gouvernement veut fusionner les institutions. Une réunion de réflexion est prévue le 16 juillet », [[Le Réveil de Neufchâtel|Le Réveil]],‎ (lire en ligne).
  4. « Les maires de Grigneuseville », sur http://www.francegenweb.org.
  5. Romain Savary, « Alain Lefèbvre dévoile l'identité de son équipe : La liste d'Alain Lefèbvre est prête. L'actuel adjoint au maire a composé avec cinq élus sortants et six nouveaux », Le Réveil,‎ (lire en ligne).
  6. « Liste des maires élus en 2014 » [PDF], Liste des élus, Préfecture de Seine-Maritime, (consulté le 2 décembre 2015).
  7. « Alain Lefebvre », Célébrités, sur http://seine76.fr (consulté le 13 décembre 2015).
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  11. Site des Jardins Agapanthe.
  12. « Grigneuseville : un livre sur les Jardins d’Agapanthe : En 96 pages d’un livre paru aux éditions Ulmer, les photographes Joëlle et Gilles Le Scanff-Mayer présentent en de superbes clichés les jardins d’Agapanthe situés à Grigneuseville. Rappelons que ces jardins ont été créés il y a un peu plus de 20 ans par l’architecte-paysagiste Alexandre Thomas, autour de sa maison familiale », Le Réveil, édition Bresle Oise Somme,‎ (lire en ligne).
  13. Laurent Hellier, « A Grigneuseville. Le cousin d’Angelina Jolie sur les traces de leur ancêtre commun », Le Réveil, édition Bresle Oise Somme,‎ (lire en ligne).
  14. Cynthia Lerondel, « Décès de la comtesse Béatrix de Toulouse-Lautrec, figure de la déportation : Après le décès de la comtesse Béatrix de Toulouse-Lautrec, c'est une figure de la Résistance, et du Pays de Bray, qui s'éteint. Elle a été inhumée à Grigneuseville le 5 décembre », Le Réveil, édition Bresle Oise Somme, no 3531,‎ , p. 9.
  15. « J’ai eu vingt ans à Ravensbrüc », Babelio (consulté le 9 décembre 2017).