Griefs des souverainistes québécois à l'égard du Canada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (août 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article n’est pas rédigé dans un style encyclopédique (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Vous pouvez améliorer sa rédaction !

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
L'admissibilité de cet article est à vérifier (août 2016).
Motif : TI
Vous êtes invité à le compléter pour expliciter son admissibilité, en y apportant des sources secondaires de qualité, ainsi qu'à discuter de son admissibilité. Si rien n'est fait, cet article sera proposé à la suppression un an au plus tard après la mise en place de ce bandeau.
Conseils utiles à la personne qui appose le bandeau

Les griefs des partisans du mouvement souverainiste du Québec remontent à loin dans l'histoire et servent en partie à justifier la sécession qu'ils désirent.

Lors de la campagne référendaire de 1980, les militants péquistes se sont publiquement servis de ces griefs lors de leurs discours politiques [réf. nécessaire]. En retour, les libéraux ont fait peser la charge de misérabilisme sur le camp du « oui ».

En 1995, cependant, le débat s'est déplacé vers les arguments économiques pour la souveraineté. Plusieurs militants considèrent en effet que les griefs historiques sont secondaires par rapport aux enjeux contemporains comme le libre-échange, le déséquilibre fiscal et la mondialisation.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Inclassables[modifier | modifier le code]