Grenord

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grenord
La place du village et l'église
La place du village et l'église
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Confolens
Canton Charente-Vienne
Commune Chabanais
Code postal 16150
Code commune 16070
Démographie
Population 80 hab. (2005)
Géographie
Coordonnées 45° 51′ 34″ nord, 0° 42′ 15″ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 15.svg
Grenord

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 15.svg
Grenord

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Grenord

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Grenord

Grenord est un hameau de la commune de Chabanais, du département de la Charente, situé à l'est du département, en Charente limousine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Une petite rue

Grenord est situé à environ 1,5 km au sud de Chabanais. On y accède par la route départementale D162 depuis Chabanais ou Lésignac-Durand et la D164 depuis Suris. Depuis 2013, le village est séparé de Chabanais par la nouvelle RN 141 doublée.

Le village est situé en Haute-Charente (Charente limousine), à une altitude relativement faible pour la région (175 mètres à 195 mètres), due à la proximité de la vallée de la Vienne.

Le village se trouve dans l'emprise du cratère de la météorite de Rochechouart.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attesté sous la forme Grenort en 1764[1].

La terminaison -or (graphiée indifféremment -ord, -ort ou -ors dans différents toponymes français) s'explique généralement par la contraction des éléments gaulois -o-ritu-, sur ritu « gué » (cf. vieux gallois rit, gallois rhyd). Le -o- provient de la voyelle finale de *Greno- ancien nom de la rivière Grêne (ou de manière erronée Graine) [2], qui passe à Grenord, d'où le sens global de « gué sur la Grêne ». Cette formation toponymique est comparable à Jort (Calvados) de *Diuo-ritum « gué sur la Dives ».

Autrefois, le village se nommait Grenord-l'Eau, car il était entouré de sources et de ruisseaux[3],[Note 1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Grenord était une ancienne paroisse rattachée à Chabanais dès la création de la commune en 1792.

Démographie[modifier | modifier le code]

Sa population était estimée à environ 80 habitants en 2005[réf. nécessaire].

Monuments[modifier | modifier le code]

L'église
L'ancienne école

Le plus remarquable des monuments du village est sans nul doute l'église des XIe et XIIe siècles qui renferme le tombeau du seigneur de Chabanais, Jourdain II, bienfaiteur de l'abbaye de Lesterps fondée par son père.

Elle est caractéristique, avec son clocher carré et bas, son toit de tuiles et son coq gaulois. C'est ici que fut baptisé le futur président de la République Sadi Carnot, dont la famille maternelle résidait au « château » de Savignac[4].

Le village possède un cimetière sous les arbres, sur la route de Lésignac-Durand. L'ancienne école du village, construite en 1893 sur la route de Suris, accueille désormais des colonies de vacances.

Services et vie locale[modifier | modifier le code]

Le tourisme commence à se développer, aidé par l'arrivée des Britanniques dans la région[Quand ?], et même dans toute la commune de Chabanais. On peut visiter les lacs de Haute-Charente (lacs de Lavaud et du Mas-Chaban), les châteaux (Peyras, Pressac, Rochebrune).

La fête du village appelée « fête du canard »[5] est vraisemblablement la seule manifestation de Grenord. Elle a lieu chaque second dimanche de septembre. On y trouve deux animations foraines et une confiserie. Une course cycliste (le Grand prix cycliste de Chabanais-Grenord) et une procession s'y déroulent également.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La mention Grenord-l'Eau est attestée sur la carte de Cassini.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Louis-Pierre d'Hozier, Armorial général de la France, Pierre Prault, Paris 1764, p. 474 et 476.
  2. Xavier Delamarre : Dictionnaire de la langue gauloise, Paris (éditions Errance) 2001. (ISBN 978-2-87772-198-1). p. 258.
  3. « Jacques Baudet raconte les fontaines de dévotion », sur charentelibre.fr, (consulté le 9 février 2017).
  4. « L'enfance de M. Carnot », Le Petit Journal, no 11508,‎ (lire en ligne).
  5. « Recherche photographies anciennes et témoignages sur la Fête du Canard à Grenord », sur territoire-de-la-meteorite.com (consulté le 9 février 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]