Gregorio Cortese

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gregorio Cortese
Biographie
Naissance
Modène
Ordre religieux Ordre de Saint-Benoît
Ordination sacerdotale
Décès
Rome Flag of the Papal States (pre 1808).svg États pontificaux
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
par le
pape Paul III
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de S. Ciriaco alla Terme
Évêque de l’Église catholique
Fonctions épiscopales Administrateur apostolique d'Urbino
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Gregorio Cortese (né à Modène, en Émilie-Romagne, en 1483, et mort à Rome le ) est un cardinal italien du XVIe siècle. Il est membre de l'ordre des bénédictins. Un autre cardinal de sa famille fut Ludovico Cortese (1294).

Repères biographiques[modifier | modifier le code]

Gregorio Cortese est docteur en droit de l'université de Padoue, chanoine du chapitre de Modène et vicaire général du diocèse.

Après avoir été au service du cardinal Jean de Médicis, puis au service de l'Eglise de Modène (1500-1507), il entra (1507) au monastère de San Benedetto in Polirone de Mantoue, affilié à la Congrégation de Sainte-Justine de Padoue. Il est chargé en 1516 de poursuivre la réforme de l'abbaye de Lérins, qui appartenait alors à la Congrégation de Sainte-Justine. Il y aurait fondé une école pour y développer la formation aux humanités littéraires[1]. Il fut abbé triennal de Lérins de 1524 à 1527. Il fut ensuite abbé de S. Pietro à Modène, abbé de S. Pietro à Pérouse, puis de S. Giorgio à Venise dont il fit le rendez-vous des érudits. Il est considéré comme une des personnes les plus savantes de l'Italie et est ami des cardinaux Pietro Bembo, Gasparo Contarini, Reginald Pole, Sadolet, Gian Matteo Giberti et d'autres humanistes.

Cortese est créé cardinal par le pape Paul III lors du consistoire du . Il est administrateur apostolique d'Urbino à partir de 1542 et légat apostolique auprès d'Hercule Ier d'Este de Ferrare.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Pastor, Histoire des papes, trad. Alfred Poizat, t. 11, Paris, 1925, p. 170 (avec bibliographie)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]