Green New Deal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Membre du parlement Alexandria Ocasio-Cortez (au centre) parle du Green New Deal devant le bâtiment du Capitole en février 2019.

Le Green New Deal (« Nouveau deal vert » en français) est le nom donné au projet d'un vaste plan d'investissement dans les énergies décarbonnées visant à stopper le réchauffement climatique, tout en promouvant la justice sociale. Poussé par les verts européens à la fin des années 2000, il est depuis 2018 repris par l'aile écologiste des Démocrates américains. Le nom est inspiré du New Deal lancé en 1933 par le président américain Franklin Delano Roosevelt pour sortir les États-Unis de la Grande Dépression. En Europe, le mouvement transnational du Printemps Européen de Benoit Hamon ou Yanis Varoufakis, ont porté ce projet dans le cadre des Élections Européennes de 2019.

Plus largement, le mouvement Green New Deal For Europe (Un green New deal pour l’Europe) porte le projet d’un Green New Deal à l’échelle Européenne. Il entend fournir aux institutions de l'Union, en particulier à la Banque Européenne d’Investissement, un cadre économique, technique et égal pour la conduite d'investissements importants dans des infrastructures stratégiques et des activités économiques ayant un impact conséquent dans la lutte contre le changement climatique et la gestion de ses conséquences.

En plus de répondre aux exigences du changement climatique, et de la préservation des écosystèmes, le Green New Deal for Europe, propose des solutions pour orienter ces investissements de telle sorte qu’ils aient des retombées importantes et réelles dans les domaines de l’emploi, de la santé, de la sécurité, de l’éducation, du coût de la vie, de la justice sociale, des servies publiques, etc.

Le Green New Deal est porté par de nombreuses organisations non-gouvernementales. Aux États-Unis, la représentante Alexandria Ocasio-Cortez en a fait son cheval de bataille, plaidant pour que les États-Unis passent d'ici 2030 à un réseau électrique fonctionnant à 100 % grâce aux énergies renouvelables, pour ainsi mettre fin à l'utilisation des combustibles fossiles. Selon elle, le gouvernement fédéral doit investir dans la construction à grande échelle d'infrastructures vertes[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]