Gray Barker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la vie extraterrestre et l’ufologie
Cet article est une ébauche concernant la vie extraterrestre et l’ufologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Gray Barker
Gray Barker.jpg

Gray Barker, posant devant du matériel publicitaire pour son livre They knew too much about flying saucers (1956).

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Riffle (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Nationalité
Activité

Gray Barker, né à Riffle (en) (comté de Braxton, Virginie-Occidentale) le et mort le (à 59 ans)[1], est un ufologue américain qui dirigeait les éditions Saucerian Publications.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gray Barker aurait introduit pour la première fois dans They knew too much about flying saucers (Ils en savaient trop sur les soucoupes volantes) le thème ufologique des « hommes en noir ». À la fin des années 1990, John C. Sherwood[2] révéla finalement que Barker publiait dans son fanzine ufologique, sous forme d'articles, (donc présentés comme objectifs) des textes qui, au départ, lui étaient soumis comme étant des nouvelles de science-fiction.

Les hommes en noir seraient donc une légende qu'il a créée de toutes pièces, avant qu'elle ne soit récupérée et répétée dans le folklore ufologique. Son ouvrage n'en demeure pas moins un classique de l'ufologie et a été traduit en français en 2002 avec une présentation et des annotations du sociologue Pierre Lagrange.

Publications[modifier | modifier le code]

  • They knew too much about flying saucers, 1956.
  • The Silver Bridge, Clarksburg, WV, Saucerians Books (groupe Saucerians Press. créé par ce même auteur), 1970 (version partiellement "romancée" de l'affaire du Mothman selon le monde ufologique américain)
  • Ils en savaient trop sur les soucoupes volantes, trad. de l'anglais, États-Unis, par Vincent Carénini, texte présenté et annoté par Pierre Lagrange, Paris, Presses du Châtelet, « Bibliothèque des prodiges », 2002.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Gray Barker », sur le site The West Virginia Encyclopedia
  2. (en) John C. Sherwood, « Gray Barker : My friend, the myth-maker », Skeptical Inquirer, vol. 22, no 3,‎ , p. 37-39. (lire en ligne)