Gratens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gratens
Gratens
Vue générale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Muret
Canton Cazères
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de Garonne
Maire
Mandat
Alain Dedieu
2014-2020
Code postal 31430
Code commune 31229
Démographie
Gentilé Gratinois, Gratinoises
Population
municipale
676 hab. (2016 en stagnation par rapport à 2011)
Densité 45 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 19′ 23″ nord, 1° 06′ 52″ est
Altitude Min. 221 m
Max. 344 m
Superficie 15,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Gratens

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Gratens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gratens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gratens
Liens
Site web Site officiel

Gratens est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Gratinois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Toulouse, située dans le Savès, sur le canal de Saint-Martory, à 50 km au sud de Toulouse, dans la zone d'emploi de Toulouse et du bassin de vie de Carbonne en Pays du Sud Toulousain.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Gratens et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Gratens[1]
Pouy-de-Touges Labastide-Clermont Bois-de-la-Pierre
Le Fousseret Gratens[1] Peyssies
Marignac-Lasclares Lafitte-Vigordane

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Peyre affluent de la Louge traverse la commune et la Louge qui sert de frontière naturelle avec les communes de Lafitte-Vigordane et une petite partie de Peyssies.

Transports[modifier | modifier le code]

Article détaillé : routes de la Haute-Garonne.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La commune comprend un habitat dispersé.

Logement[modifier | modifier le code]

L'urbanisation croissante s'explique par la périurbanisation due à la proximité de Toulouse, Gratens faisant partie de son aire urbaine[2].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Gratens est située sur une zone à risque d'inondation limité en bordure de la Louge et de son affluent le Peyre crue, ainsi qu'aux mouvements de terrain, affaissements et effondrements[3].

La commune est également concernée par un risque de séisme de 2/5 (faible)[3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

À partir du Moyen Âge, jusqu'à sa disparition en 1790, pendant la Révolution française, Gratens faisait partie du diocèse de Rieux.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Gratens.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 500 et 1 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de quinze[4],[5].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la huitième circonscription de la Haute-Garonne de la communauté de communes Cœur de Garonne et du canton de Cazères (avant le redécoupage départemental de 2014, Gratens faisait partie de l'ex-canton du Fousseret) et avant le 1er janvier 2017 elle faisait aussi partie de la communauté de communes de la Louge et du Touch.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours Alain Dedieu DVG Cadre

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7]. En 2016, la commune comptait 676 habitants[Note 1], en stagnation par rapport à 2011 (Haute-Garonne : +6,98 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
531506588698694650632661683
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
674640585551550540561544525
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
541523528505510539508507473
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
437422366372426445623646669
2013 2016 - - - - - - -
666676-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[10] 1975[10] 1982[10] 1990[10] 1999[10] 2006[11] 2009[12] 2013[13]
Rang de la commune dans le département 180 213 199 217 220 203 201 210
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Économie[modifier | modifier le code]

L'agriculture basée sur la culture de céréales (maïs, blé…) a encore une place très importante mais tend à diminuer en faveur de zones résidentielles liées à la proximité de l'agglomération toulousaine.

Industrie[modifier | modifier le code]

Briqueterie fabrication de carrelage en terre cuite depuis 1772[14].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Service public[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Gratens fait partie de l'académie de Toulouse.

Gratens possède une école primaire : école maternelle et élémentaire[17].

Culture[modifier | modifier le code]

Bibliothèque,

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté de communes de la Louge et du Touch[18].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. [1]
  3. a et b « Géorisques | Mieux connaître les risques sur le territoire », sur www.georisques.gouv.fr (consulté le 6 décembre 2018)
  4. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  5. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031229.html.
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  11. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  12. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  13. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  14. Briqueterie
  15. « Église », notice no PA00094348, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « Croix », notice no PA00094347, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. http://gratens.fr/enfance-jeunesse/ecole/
  18. http://www.cclt31.fr/fr/index.html