Granges (Saône-et-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Granges.
Granges
Image illustrative de l'article Granges (Saône-et-Loire)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Arrondissement de Chalon-sur-Saône
Canton Canton de Givry
Intercommunalité Communauté de communes du Sud de la Côte chalonnaise
Maire
Mandat
Antonio Pascual
2017-2020
Code postal 71390
Code commune 71225
Démographie
Population
municipale
537 hab. (2014)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 43′ 51″ nord, 4° 45′ 01″ est
Altitude Min. 184 m – Max. 222 m
Superficie 10,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Granges

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Granges

Granges est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants sont appelés les Grangeais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située au pied de la côte chalonnaise, à 10 kilomètres au sud-ouest de Chalon-sur-Saône et à égale distance (environ 5 km) entre Buxy et Givry.

La population se partage entre un bourg proche de la commune de Saint-Désert et divers hameaux dont les plus importants sont les Curles et les Ponts, non loin de la route départementale 977 (Chalon-sur-Saône / Buxy).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Givry Rose des vents
Saint-Désert
Rosey
Bissey-sous-Cruchaud
N La Charmée
O    Granges    E
S
Buxy Saint-Germain-lès-Buxy

Accès et transports[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climatologie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Granges Blason D'azur à l'épi de blé d'or en chef dextre, au carreau de céramique cousu de gueules en chef senestre, ledit carreau agrémenté de vingt-quatre petits carreaux alternativement de sable et d'or, ordonnés en quatre arcs de cercles mouvant des angles, d'un petit carreau d'argent en cœur et de seize autre petits carreaux de sable ordonnés en carré quatre dans chaque angle, d'un manteau de saint Martin de gueules coupé par une épée d'argent, garnie d'or et posée en bande en pointe dextre et d'une branche de chêne feuillée de trois pièces de sinople et fruitée de deux pièces de gueules en pointe senestre; à la plaine recourbée vers le chef sur les flancs et partie au 1er d'argent à la voie ferrée de sable mouvant des flancs et ployée comme le trait de la plaine, au 2e de sinople plain.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1992 mars 2014 Michel Dayde    
mars 2014 janvier 2017 Christian Bourjon    
janvier 2017 en cours Antonio Pascual[1]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 537 habitants, en augmentation de 4,47 % par rapport à 2009 (Saône-et-Loire : 0,19 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
256 258 269 312 331 310 305 298 301
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
309 313 307 325 336 324 334 320 296
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
263 242 253 210 203 204 201 168 181
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
175 156 158 216 313 299 512 523 537
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Associations[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Journal de Saône-et-Loire 10 janvier 2017, Actu Saône-et-Loire, Granges : Antonio Pascual est le nouveau maire de la commune, p.  8
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. « Saint Martin et les chemins du Chalonnais », article d'Alain Dessertenne paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 99 de septembre 1994, pages 4 à 8.


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :