Grange dîmière de Daubeuf-la-Campagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Grange dîmière de Daubeuf-la-Campagne
Daubeuf-la-Campagne - Grange dimière (1).jpg
Vue du pignon nord depuis la rue de l'église.
Présentation
Type
Construction
XIIe et XIVe siècles
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
rue de l'église
Coordonnées
Localisation sur la carte de l’Eure
voir sur la carte de l’Eure
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

La grange dîmière de Daubeuf-la-Campagne est un bâtiment datant des XIIe et XIVe siècles situé à Daubeuf-la-Campagne, dans le département de l'Eure en région Normandie. L'édifice fait l'objet d'une inscription au titre des Monuments historiques depuis le .

Localisation[modifier | modifier le code]

La grange dîmière de Daubeuf-la-Campagne se situe sur le territoire de la commune de Daubeuf-la-Campagne, dans le Nord du département de l'Eure, au sein de la région naturelle de la campagne du Neubourg[1]. Elle se trouve au centre du bourg, à proximité de l'église[2], au croisement des départementales 60 et 75.

Histoire[modifier | modifier le code]

La grange dîmière est édifiée au XIIe siècle. Elle fait alors partie du manoir de Daubeuf, lequel appartient à l'abbaye Saint-Ouen de Rouen. Elle sert à entreposer les revenus provenant de l'exploitation agricole et des droits seigneuriaux détenus par les moines[2].

Au XIVe siècle, sous l'abbatiat de Jean-Marc d'Argent (1319-1339), l'édifice est agrandi par la construction d'une seconde charpente de l'édifice qui s'ajoute à la première [2],[3].

À la Révolution, la grange ainsi que les autres bâtiments de la ferme sont vendus comme Bien National[2].

Vue latérale de la grange.

Architecture[modifier | modifier le code]

La grange appartient à un domaine qui comprend également une triple maison de maître, un cellier, des granges, des étables ainsi que les anciens habitats des serfs et des serviteurs. Il est à remarquer que le mur extérieur gauche de l’église Notre-Dame se situe sur la propriété[3].

La grange présente des façades en silex renforcées par des chaînages de pierre et des contreforts à glacis, notamment le pignon nord[2].

À l'intérieur, l'édifice se compose de trois nefs définies par de forts poteaux de chêne. L'un de ces poteaux porte la date de 1718, ce qui correspond probablement à une reprise de la charpente[2].

En 2011, le monument fait l'objet d'une restauration partielle menée par une équipe internationale de charpentiers[2]. Dirigée par François Calame et deux maîtres charpentiers, le Français Florian Charpentier et l'Allemand Axel Weller, cette équipe se composent de plus de 30 professionnels[3].

Protection[modifier | modifier le code]

La grange dîmière fait l'objet d'une inscription au titre des Monuments historiques par arrêté du [4].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Ressource relative à l'architectureVoir et modifier les données sur Wikidata :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le plateau du Neubourg », sur Atlas des paysages de la Haute-Normandie (consulté le 6 novembre 2017).
  2. a b c d e f et g GOSSE A. et POULAIN F. ; Unité Départementale de l'Architecture et du Patrimoine de l'Eure (DRAC Normandie). Daubeuf la Campagne > Grange dimière [en ligne]. In : Conseil no 99 – 15 mars 2016. Disponible sur : [1] (page consultée le 6 décembre 2017).
  3. a b et c « La Grange dîmière > Daubeuf la Campagne > François Calame > Eure », sur Le blog d'Élisabeth Poulain (consulté le 7 décembre 2017).
  4. « Grange dîmière », notice no PA00099388, base Mérimée, ministère français de la Culture.