Grands jours d'Auvergne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les grands jours d’Auvergne furent des tribunaux exceptionnels du XVIIe siècle, appelés Grands Jours, qui jugèrent en dernier ressort les affaires qui localement avaient donné lieu à des décisions contestables ou avaient été soustraites à la justice. Présidés par un Commissaire du roi et composés de magistrats professionnels mais étrangers à la province, ils durent ramener l'ordre et la paix civile.

Grands jours d'Auvergne de 1582[modifier | modifier le code]

Grands jours d’Auvergne de 1665[modifier | modifier le code]

Grands jours d'Auvergne 26 septembre 1665

Les Grands Jours d'Auvergne eurent lieu à Clermont et au Puy du 28 septembre 1665 au 30 janvier 1666 pour réprimer les abus commis par une partie de la noblesse de la province afin de « tirer les peuples de l'oppression des puissants » selon les mots du procureur général Denis Talon (1628-1698). Cela concernait aussi bien les hobereaux rapaces et brutaux, que les juges locaux corrompus trop accommodants pour les nobles et souvent impitoyables pour les humbles. Il y eut près de 12 000 plaintes.

En quatre mois, sur plus de 1 360 affaires, il y eut 692 condamnations prononcées, dont 87 concernaient des nobles. Sur les 347 condamnations à la peine capitale prononcées, seulement 23 furent exécutées[1], dont beaucoup en effigie :

En contribuant à affirmer l’autorité du roi, « source de toute justice », les Grands Jours ont été l’un des instruments de mise au pas de la noblesse après les troubles de la Fronde.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Esprit Fléchier, Mémoires sur les Grands jours d'Auvergne tenus à Clermont en 1665, Paris, Mercure de France.
  • Arlette Lebigre, Les Grands jours d'Auvergne : désordres et répression au XVIIe siècle, Paris, Hachette, 1976. (ISBN 2-01-003339-6)
  • Augustin Jean-Marie, Les Grands Jours, une cour supérieure foraine sous l'Ancien Régime, revue Histoire de la justice 1/2011 (N° 21), p. 41-47[2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Saint-Bonnet et Yves Sassier, Histoire des institutions avant 1789, 3e édition, Montchrestien, 2008, p. 396.
  2. Jean-Marie Augustin, « Les Grands Jours, une cour supérieure foraine sous l'Ancien Régime », Histoire de la justice, vol. N° 21,‎ , p. 41–47 (ISSN 1639-4399, lire en ligne)