Grandes lois sous la Restauration

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le [[droit <adj>]] image illustrant l’histoire de France
Cet article est une ébauche concernant le droit et l’histoire de France.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2008).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

La Restauration a sans doute moins innové en matière juridique que les régimes immédiatement antérieurs, Révolution et Empire.

Parmi les grandes lois de la Restauration, il faut distinguer :

  • les lois qui ont eu un grand retentissement à l'époque mais qui n'ont eu qu'une existence brève, en particulier les nombreuses lois sur la presse et les lois électorales, nombreuses elles aussi ;
  • les lois qui ont eu un retentissement important à l'époque et des conséquences au-delà du régime mais qui ne sont plus en vigueur actuellement ;
  • les lois toujours en vigueur, éventuellement modifiées, mais qui n'ont pas nécessairement été perçues comme importantes à l'époque.

Par ailleurs, certains projets de lois finalement non adoptés ont eu aussi une portée politique notable à l'époque et même des conséquences à plus long terme.

Liste chronologique de grandes lois[modifier | modifier le code]

1816

1817

  • 5 février 1817: Loi électorale, dite loi Lainé

1818

1819

  • : Loi relative à l'abolition du droit d'aubaine et de détractation. Cette loi abroge les articles 726 et 912 du Code civil. Elle supprime donc le droit d'aubaine et permet ainsi aux étrangers de transmettre leur patrimoine à cause de mort : ils peuvent faire des testaments et hériter de leurs parents décédés. La loi prévoit aussi que si dans une succession, les héritiers français sont défavorisés en vertu des lois du pays étranger, ils seront favorisés sur les biens situés en France. Cette loi est toujours en vigueur.
  • Lois de Serre de 1819, portant libéralisation de la presse.

1820

  • 29 juin 1820: Loi dite loi du double vote qui accorde aux Français les plus imposés un second vote à l'occasion des élections législatives.

1825

  • 10 avril 1825: loi pour la sûreté de la navigation et du commerce maritime. Il s'agit d'une loi réprimant la piraterie. Elle prévoyait de lourdes peines pour les coupables, et même la peine de mort pour les commandants de navires pirates, voire pour les marins en cas de comportements très graves[1]; elle a été abrogée par la loi no 2007-1787 du 20 décembre 2007 de simplification du droit.
  • : la Loi sur le sacrilège prévoit de lourdes peines pour les personnes ayant commis des actes considérés comme sacrilèges, notamment le vol ou la destruction d'hosties consacrées.
  • : la loi dite « du milliard aux émigrés accorde aux émigrés dont les biens ont été confisqués pendant la Révolution des rentes pour les indemniser.
  • Loi du sur les congrégations de femmes. Cette loi reconnaît les congrégations féminines sur le territoire tout en les soumettant à un contrôle très strict. Cette loi, bien que fortement modifiée, est toujours en vigueur.

Projets de loi non adoptés[modifier | modifier le code]

  • En 1817, un projet de loi tendant à ratifier le concordat du 11 juin 1817 n'a pas abouti.
  • En 1829, deux projets de loi qui devaient réformer, l'un l'administration communale, l'autre l'administration départementale, ont été retirés par le Gouvernement au vu des discussions. Voilà

Références[modifier | modifier le code]