Aller au contenu

Pyramide de Khéops

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Grande pyramide de Khéops)

Pyramide de Khéops
Pyramides d'Égypte et de Nubie
Commanditaire
Autre nom
Akhet Khoufou, ʒḫ.t Ḫw=fw (« L'horizon de Khoufou »)
Nom (hiéroglyphes)
V10AAa1G43I9G43V11A

G25Aa1 X1
N18
O24
Construction
vers 2560 av. J.-C.
Type
Hauteur
initiale ~146,58 m (280 coudées) aujourd'hui 137 mètres
Base
~ 230,30 mètres (+/- 440 coudées)
Volume
2 592 341 m3
Inclinaison
51° 51' 14´´
Pente
14/11
Coordonnées
Carte
L'Horizon de Khéops
<
xwfw
>G25x t
N17
O24
ȝḫ.t-Kwfw

La pyramide de Khéops, ou grande pyramide de Gizeh, est un monument construit par les Égyptiens de l'Antiquité, formant une pyramide à base carrée. Tombeau présumé du pharaon Khéops, elle fut édifiée il y a plus de 4 500 ans, sous la IVe dynastie[1], au centre du complexe funéraire de Khéops qui se situe à Gizeh en Égypte. C'est la plus grande des pyramides de Gizeh.

Elle fut considérée dans l'Antiquité comme la première des Sept Merveilles du monde. C'est la seule de ces sept merveilles à avoir survécu jusqu'à nos jours, et également la plus ancienne. Durant des millénaires, elle fut la construction humaine de tous les records : la plus haute, la plus volumineuse et la plus massive.

L'édifice est un chef-d'œuvre de l'architecte Hémiounou, et la consécration et l'aboutissement des techniques architecturales mises au point durant l'Ancien Empire, depuis la création de l'architecture monumentale en pierre de taille par Imhotep pour la pyramide de son souverain Djéser, à Saqqarah. Les nombreuses particularités architectoniques et les exploits réalisés pour la construire en font une pyramide à part, qui ne cesse d'interroger la recherche.

Description

La pyramide de Khéops fait encore partie des édifices les plus hauts du monde en 1884.

Le monument est une pyramide à base carrée de 440 coudées royales anciennes, soit environ 230,5 mètres. Les valeurs empiriques d'aujourd'hui sont : au sud de 230,384 m, au nord 230,329 m, à l'ouest 230,407 m, à l'est 230,334 m, soit une erreur pour obtenir un carré parfait de seulement 12 secondes d'arc sur l'angle formé par ses diagonales[2].

Construite sur un socle rocheux, la pyramide avait initialement une hauteur d'environ 146,58 m (280 coudées royales égyptiennes). Elle était plus haute que la basilique Saint-Pierre de Rome, qui s'élève à 139 m. Mais l'érosion l'a réduite de 9,58 m (environ dix-huit coudées royales) pour atteindre 137 m de hauteur[3]. Elle a détenu le record du monument le plus haut du monde jusqu'en 1311, année qui a vu l'érection de la cathédrale de Lincoln dont la flèche atteint 160 m de hauteur[4]. Elle occupe un périmètre de 922 m, une surface de 53 056 m2 et un volume original de 2 592 341 m3 (aujourd'hui 2 352 000 m3)[4].

Vestige du parement calcaire.

L'estimation traditionnelle du nombre de blocs de pierres qui composent la pyramide est de 2,3 millions, mais le calcul des égyptologues va de 600 000[5] à quatre millions[6]. La pyramide pèse près de cinq millions de tonnes. Le volume de matériau entassé (corps et revêtement) s'élevait à 2,5 millions de m3 ; aujourd'hui, il n'en reste qu'environ 2,34 millions[7].

Les premières assises de la pyramide sont posées directement sur la roche naturelle du plateau de Gizeh. D'après une étude géologique et géomorphologique faite en 2008, le volume minimum de ce substrat est estimé à 23 % du volume total[8].

Le parement ou revêtement était composé de pierres calcaires blanches, soigneusement jointoyées et polies, qui renvoyaient les rayons du soleil, lui donnant l'aspect d'une véritable colline de lumière (ce qui explique qu'elle a eu pour nom Akouit « la brillante », mais elle fut plutôt appelée Akhet Khoufou, « L'horizon de Khéops »[note 1]) et soulignant sa géométrie par un jeu d'ombre et de lumière[9]. Contrairement à la pyramide de Khéphren, elle n'a pas gardé son revêtement de calcaire dans sa partie supérieure, mais il subsiste quelques blocs au niveau de la base de la face Nord. Le nucleus (structure interne) est constitué de blocs de calcaire plus ou moins équarris, de moins bonne qualité que ceux du parement, les premiers étant issus d'une carrière à 400 m de la pyramide, les seconds de la carrière de Tourah. Les deux premières assises, ainsi que la maçonnerie de la grande galerie et des appartements funéraires sont construites en blocs de granit rose d'Assouan. Les blocs qui sont aujourd'hui visibles à l'extérieur sont noircis par la pollution et souvent cachés par la brume[10].

Chaque bloc de pierre calcaire a un volume de 1,10 m3 et pèse en moyenne 2,5 t, ce qui fait pour la pyramide (en négligeant le poids des 130 blocs de granite) une masse totale de 5 000 000 t[3].

Des vestiges d'une enceinte à redans, située à dix mètres autour de la pyramide, sont présents autour du monument. Ces redans sont des parties saines conservées du socle rocheux, qui ont permis de limiter le nombre de blocs à mettre en œuvre lors de la construction[11].

Rôle au sein du complexe funéraire

La pyramide de Khéops fait partie d'un complexe plus large, constitué :

  • d'un temple funéraire en deux parties : une basse, appelée « temple de la vallée » (ou « temple bas », associé à un port débarcadère en bordure des terres cultivées, ce lieu pouvant avoir servi d'accueil du roi vers l'au-delà, rien ne permettant de dire s'il servait à la purification et à la momification) ; une partie haute (ou « temple haut », chapelle funéraire où le clergé dépose tous les jours des offrandes) située à proximité de la pyramide[12]. Ces deux parties sont reliées par une « chaussée montante », couloir monumental dallé servant de galerie de communication[note 2] ;
  • d'un ensemble composé de la pyramide de Khéops, de trois pyramides de reines, d'une pyramide satellite (pyramide G1D), ceint d'une muraille, relié à la galerie de communication par l'intermédiaire de la partie haute du temple ;
  • de multiples mastabas regroupés en trois cimetières ou villes de mastaba, situées à l'orient derrière les pyramides des reines, au sud de la grande pyramide, et à l'occident de la pyramide du roi.

Architecture

La pyramide de Khéops a bénéficié, pour sa construction, des développements et des innovations techniques des pyramides de son père Snéfrou à Dahchour. Elle ne semble avoir subi aucun changement de plan à l'extérieur. Ce point est par contre discuté en ce qui concerne l'intérieur du monument. Deux écoles s'affrontent : il y a les partisans d'un projet unique et les partisans de trois projets successifs[13]. Il semble que l'architecte en ait été le vizir Hémiounou.

Vue en coupe et distribution interne de la pyramide de Khéops.
Système de couverture, entrée de la pyramide de Khéops.

La distribution interne

Percée d'Al-Mamoun.

L'entrée de la pyramide (1), située sur la face nord de la pyramide à une hauteur de 15,63 mètres[14], est surplombée par un système de décharge avec voûtes et linteaux monolithiques. Sa fonction est de protéger le couloir descendant de la masse située au-dessus. Les dimensions de cette voûte semblent pourtant disproportionnées quand on considère les charges relativement faibles en cet endroit. Avait-elle une fonction plus symbolique[note 3] ?

Cette entrée aurait été fermée au moyen d'une pierre mobile, ce qui confirmerait les indications de l'auteur antique Strabon. Ce type de dispositif de fermeture avait déjà été utilisé à Dahchour[15].

On accède aujourd'hui à l'intérieur par la percée qu'effectua le corps expéditionnaire du calife Al-Mamoun en 820 (2). Le revêtement lisse de la pyramide était encore en place à cette époque et masquait le dispositif de fermeture antique[note 4], et les membres de l'expédition cherchèrent longtemps avant de trouver un endroit où la pierre sonnait creux. L'ouverture fut creusée quelques mètres sous la véritable entrée. Elle débouche sur le couloir ascendant, juste derrière les blocs bouchant le passage (3). Dans une chambre de décharge au-dessus de la chambre du roi, l'égyptologue Vyse découvrit en 1837 les seules inscriptions connues de la pyramide : le cartouche du roi Khéops. Il est plusieurs fois tracé en rouge sur les blocs de pierre, si bien que la cuve de la chambre du roi est traditionnellement considérée comme le sarcophage ayant abrité la momie de Khéops[16]. La théorie de Gilles Dormion considère qu'il s'agit d'une fausse chambre destinée à tromper les voleurs[17].

Le plan de la pyramide de Khéops est composé de trois niveaux principaux.

La descenderie et la chambre souterraine

Le couloir descendant (4) , incliné de 26° 26 46 — soit une pente de 50 % — et long de 105 mètres[14], aboutit à un couloir horizontal long de 8,90 mètres[14] menant à la chambre souterraine (5). Cette dernière, ainsi qu'une grande partie de la descenderie, a été creusée dans la roche naturelle et demeure inachevée. Dans le mur sud fut ébauché un corridor de seize mètres[14] de long ne débouchant nulle part. Un décaissement fut pratiqué dans le sol de la chambre. En 1837, les ingénieurs John Shae Perring et Howard Vyse y pratiquèrent [18] un puits profond de 11,60 mètres, lequel, espéraient-ils, les conduirait à la chambre sépulcrale. Leurs pensées étaient alors inspirées par le voyageur grec Hérodote, selon lequel le corps de Khéops reposait sur une île, entourée d'un canal et située en dessous de l'actuelle chambre souterraine. Leurs recherches ne donnèrent rien.

L'aspect inachevé de la chambre souterraine semble indiquer qu'elle constitue un premier projet abandonné, l'architecte ayant opté ensuite pour un aménagement dans la maçonnerie de la pyramide[19].

Le plan et quelques vues intérieures de la chambre souterraine en 1910

Le couloir ascendant, le boyau et la chambre de la reine

La percée d'Al-Mamoun mène directement dans le couloir ascendant. Ce dernier fut aménagé par l'architecte de la grande pyramide dans l'appareillage de pierre existant, en perçant le plafond de la descenderie à 25 mètres de l'entrée[note 5]. Ce couloir est constitué de pierres placées en lits horizontaux sur plusieurs mètres. Il se prolonge ensuite avec une maçonnerie appareillée jusqu'à son extrémité. Trois blocs ceintures sont placés à intervalles réguliers, dont la destination était très probablement d'accueillir des herses de fermeture[20]. Or, cette option a dû être rejetée pendant la construction, l'architecte ayant opté pour la mise en place de trois blocs bouchons de granite (3), blocs toujours présents aujourd'hui en bas du couloir ascendant.

L'embranchement a la particularité d'offrir un accès à chaque niveau de la pyramide : tout d'abord à la descenderie, par un boyau reliant le bas de la grande galerie (9) à la grotte (12) et creusé à même la maçonnerie par les constructeurs, ensuite à la chambre de la reine (7), par un couloir horizontal (8), et enfin à la chambre du roi (10), en empruntant la grande galerie (9).

Un boyau reliant le bas de la descenderie à la surface au niveau du rocher naturel traversait une grotte naturelle (12) sans aucune forme construite. Il permettait l'évacuation des débris produits par les travaux dans la chambre souterraine. Ce puits fut rendu inopérant dès la pose des premières assises de pierres, mais remis en fonction et accessible depuis l'embranchement quand la construction fut bien entamée[21].

Le couloir menant à la chambre de la reine (8) est appareillé dans une maçonnerie de belles pierres calcaires. Des particularités figurent sur ses murs, tels que de faux joints et des joints anormalement croisés. Il y eut de nombreuses tentatives d'investigation (forages, mesures micro-gravimétriques) afin de déceler des couloirs secrets, mais celles-ci furent sans succès[note 6].

Le « ScanPyramids Big Void » (le grand vide) qui se trouve à environ quarante mètres de la chambre de la reine mesure au moins trente mètres de long et a des caractéristiques similaires aux galeries. Il a été dévoilé le jeudi 2 novembre 2017 après un scan de la pyramide de Khéops dans le cadre du projet Scanpyramids[22],[23].

On accède à la « chambre de la reine » (7) (qui, en réalité, n'a jamais été destinée à une reine, mais fut nommée ainsi par les explorateurs arabes). Cette chambre de base carrée[note 7], placée dans l'axe est-ouest du monument, possède une couverture en voûte avec des pierres disposées en chevrons. Une niche, protégée par une voûte en encorbellement, fut aménagée dans le mur est de la chambre. Une percée dans cette niche soulève aujourd'hui de nombreuses questions. L'égyptologue Gilles Dormion a remarqué que cette sape s'avère être un boyau maçonné de cinq mètres (donc prévu par les constructeurs) prolongé par une sape de voleur de dix mètres[24]. La fonction de cette niche est toujours inconnue.

Comme la « chambre du roi », cette pièce était munie de deux conduits dits de « ventilation » aménagés dans ses murs nord et sud. Ils étaient masqués par des dalles de fermeture qui furent découvertes au XIXe siècle lors d'explorations approfondies du monument[note 8]. Ces conduits ont fait l'objet de plusieurs campagnes d'exploration, dont la première effectuée en 1993 a été baptisée le projet Upuaut[note 9].

La grande galerie, l'antichambre et la « chambre du roi »

La grande galerie (9) est l'élément architectural le plus impressionnant et le plus élaboré de tout l'Ancien Empire. Longue de 47,80 mètres et haute de 8,60 mètres par rapport à la verticale, elle est inclinée de 26° 10 16[25]. Elle est surmontée d'un plafond plat sans voûte, mais les assises sont des saillies en encorbellement sur quatre faces. La technique est héritée de la pyramide rouge qui a les saillies en encorbellement sur deux faces, et de la pyramide rhomboïdale de Dahchour. Une marche à l'extrémité supérieure de cette galerie donne sur une antichambre (11) qui mène à la chambre du roi (10). Cette antichambre comportait un système de fermeture avec des herses obstruant le passage, mais aujourd'hui disparues[note 10].

La chambre du roi est un magnifique ouvrage de granit[note 11], de 10,47 mètres sur 5,23 mètres (soit vingt coudées sur dix coudées) et d'une hauteur de 5,84 mètres[26]. Elle est surmontée par une imposante couverture de blocs de granit répartis sur cinq niveaux[26], le dernier niveau étant surmonté d'une voûte de décharge avec des pierres disposées en chevrons[26],[27]. C'est dans cet espace que fut trouvée la seule inscription permettant d'attribuer, avec certitude, cette pyramide à Khéops. Le toit de cette couverture s'élève à plus de vingt mètres du sol de la chambre. Une cuve de granit, vide et sans couvercle, est disposée à l'ouest de la salle[26]. Comme dans la « chambre de la reine », deux conduits de ventilation (10) s'élèvent depuis la « chambre du roi » vers les faces nord et sud de la pyramide[26],[note 12]. La fonction de ces conduits d'aération fait l'objet de débats[28] : système de ventilation ? Corridor symbolique pour conduire l'âme du roi, incarnation du pharaon en dieu pour le puits nord et en dieu Horus pour le puits sud ?

Au fond de la chambre, à l'ouest, la cuve en granit (haute d'un mètre, longue de 2,30 m et large de 0,89 m[29]) posée sur le sol présente des traces de scie et une brèche à un angle, probablement l'œuvre de pilleurs de tombes qui ont tout emporté alors que le couvercle, jamais découvert, devait être encore en place (les rebords du sarcophage montrent un dispositif d'encastrement qui prouve l'existence de ce couvercle). Il est possible que ce sarcophage ne soit qu'un cénotaphe, un tombeau érigé en mémoire du pharaon mais non destiné à recevoir son corps. A moins que Khéops ne soit mort dans une bataille sans que les prêtres n'aient pu récupérer son cadavre afin de lui rendre les derniers hommages[30].

Recherche de chambres inconnues

De nombreux auteurs arabes ont relaté la découverte du corps du pharaon accompagné de son trésor funéraire. Mais les contradictions que l'on relève entre ces différents récits sèment le doute sur la véracité de ces témoignages, souvent réalisés des siècles plus tard. Cette incertitude, ainsi que la réputation d'inviolabilité de la grande pyramide, ont incité de nombreux archéologues et historiens à chercher la véritable chambre funéraire, qu'ils supposent toujours cachée, dans la masse du monument. Cette recherche s'est accentuée ces vingt dernières années, aidée en cela par les nouvelles technologies de mesure et de détection.

Une étude lancée en novembre 2015 a permis d'établir la carte thermique de la pyramide, réalisée dans le cadre de la mission Scanpyramids[31],[32]. Celle-ci avance l'hypothèse de l'existence d'une niche encore inconnue à une centaine de mètres de hauteur, sur l’arête nord-est. Le , l'équipe de la mission publie un article dans la revue Nature qui fait état de la découverte d'un nouveau vide au cœur de la pyramide de Khéops[33]. Ceci grâce à la mesure des muons, des particules élémentaires venant de la haute-atmosphère ayant la capacité de traverser la matière mais ralentissant au fur et à mesure. Dans cette technique, des capteurs doivent être placés sous la zone à étudier et il faut ensuite comparer la quantité de muons. Si l'on constate un surplus à un endroit, c'est que les muons ont traversé moins de matière, donc du vide[34]. Cette cavité, baptisée « ScanPyramids Big Void », a une longueur minimale de trente mètres[35]. Son existence a été confirmée par trois techniques de détection de muons, via trois instituts différents : l'université de Nagoya, le laboratoire de recherche sur les particules japonais KEK et le CEA français.

Le , au nord, une cavité sous chevrons de deux mètres de large et neuf de longueur a été inspectée avec un endoscope. Cet espace ne semble pas, en l’état, connecté au grand vide. Il pourrait être un espace de décharge, d’après l’hypothèse avancée par les autorités égyptiennes[36],[37].

Superstructure

Mesures de la pyramide

Les blocs de parement de la pyramide de Khéops.
Mesures faites pendant l'expédition d'Égypte

Durant l'expédition militaire en Égypte menée par Bonaparte de 1798 à 1801, Edme François Jomard étudia la Grande pyramide. Avec d'autres savants de l'expédition, il fit des mesures de la base au niveau du rocher, de la hauteur revêtue et de la hauteur des triangles composant les quatre faces de la pyramide[38]. À partir des écrits d'Achille Tatius, les savants soupçonnaient que les dimensions de la pyramide étaient en rapport avec une ancienne mesure de la Terre faite par les Égyptiens, mais sans autre preuve. Jomard essaya de retrouver ce rapport et de déterminer les valeurs en mètres des anciennes mesures égyptiennes. Pour ce faire, il n'utilisa pas la hauteur de la pyramide, car cette hauteur n'est qu'une ligne théorique non accessible par la mesure sur site au moyen des instruments dont pouvaient se servir les Égyptiens. Il se servit de la longueur de la base au niveau du socle et de la hauteur des triangles constituant les faces de la pyramide.

  • longueur de la base de la pyramide revêtue : 230,902 mètres,
  • longueur de la hauteur d'une face du triangle de la pyramide revêtue : 184,722 mètres,
  • hauteur de la pyramide revêtue : 144,194 mètres.

Il remarque le rapport entre la base et la hauteur du triangle d'une face : 230,902 / 184,722 = 1,25. Il suppose que ce rapport n'est pas fortuit[39]. Il remarque aussi que la hauteur d'une face du triangle est proche de la longueur d'un stade olympique grec. Partant arbitrairement de l'idée que la détermination a été faite dans une base 60, si on multiplie cette valeur du stade par 600, on obtient : 110 833 mètres, ce qui est à quelques mètres près la valeur du degré en Moyenne Égypte, pour tenir compte de l'aplatissement de la Terre (cela donnerait une circonférence de la Terre de : 110,833 x 360 = 39 900 kilomètres, au lieu de deux fois la longueur d'un méridien, soit 40 008 kilomètres).

Les dimensions de la pyramide données par les écrivains de l'Antiquité sont assez variables. Les longueurs des unités utilisées peuvent être différentes car, si le nom est le même, elles dépendent du pays de référence. Strabon indique que la hauteur de la pyramide est égale à un stade, mais il s'agit de la hauteur de la face triangulaire.

L'unité de mesure utilisée dans la haute Antiquité était la coudée. Sa valeur a varié suivant les pays et les périodes. Elle a fait l'objet de nombreuses discussions entre égyptologues. On ne connaît pas la valeur de la coudée dans l'Ancien Empire. Jomard suppose que la base de la pyramide mesurait quatre cents coudées, donnant une longueur de coudée égale à 0,577 25 m, qu'il appelle pyk belady. Cette valeur est différente de celle couramment admise pour la coudée royale, qui vaut 0,524 m durant le Nouvel Empire[40]. Des études récentes ont montré la variation de la coudée dans le temps et l'espace, rendant inopérant tout débat à partir de cette valeur si l'on ne connaît la valeur de la coudée utilisée pour la construction. Jomard rapporte la longueur de la base donnée par plusieurs auteurs de l'Antiquité : Hérodote donne une longueur de 800 pieds, Diodore de Sicile une longueur de 700 pieds, Pline l'ancien de 883 pieds.

Autres études

L'égyptologue William Matthew Flinders Petrie fut le premier, au XIXe siècle, à attirer l'attention sur l'extraordinaire précision obtenue par les anciens Égyptiens[41]. L'erreur obtenue pour un carré parfait est de seulement 20 cm (seulement 4,4 cm selon Mark Lehner[42]).

La hauteur initiale de la pyramide était de 147 mètres. En coudées égyptiennes, on obtient alors :

  • Côté : ~440 coudées
  • Hauteur : ~280 coudées

Les quatre angles de la base sont :

  • nord-est 90° 03 02 ;
  • nord-ouest 89° 59 58 ;
  • sud-est 89° 56 27 ;
  • sud-ouest 90° 00 33.

L'erreur moyenne sur les angles droits de la base est de 0° 03 06. L'erreur moyenne sur l'orientation selon les quatre points cardinaux est aussi de 0° 03 06. La base de la pyramide a été nivelée avec une erreur de quelques centimètres. La base de la pyramide est horizontale à 21 mm près.

Assises et revêtement

Après l'arasement et le nivellement du plateau rocheux de Gizeh qui présentait à l'origine une déclivité de 6° du nord-ouest au sud-est, les ingénieurs ont fait édifier une plate-forme de fondation (dallage observable sur une bande périphérique large d'une dizaine de mètres autour de la pyramide) sur laquelle reposent les assises horizontales et le revêtement de pierres taillées à face oblique auquel le monument devait son aspect lisse[43].
Au pied de la pyramide, des alignements de trous espacés d'environ 4 m. Ils peuvent être interprétés comme des traces résiduelles d'un procédé de nivellement ou d'orientation par des visées[note 13] réalisées non sur les diagonales (le centre des premières assises de la pyramide n'étant pas appareillé mais constitué de la roche même du plateau de Gizeh) mais sur les côtés de la pyramide[43].

Il est plus aisé de décrire l'aspect externe de la pyramide que le massif interne dont la conception n'est pas certaine. Le boyau qui relie la grande galerie à la descenderie permet tout de même d'apercevoir la maçonnerie du massif de la pyramide, qui se limite à un libage de blocs de calcaire grossièrement équarris.

Les dimensions des pierres de la grande pyramide varient en fonction de la hauteur à laquelle elles se trouvent. Il semblerait évident de constater que plus on se rapproche du sommet de la pyramide et plus la hauteur des assises diminue. Or, cette règle ne s'applique pas ici. Les assises diminuent de hauteur jusqu'à un certain niveau, puis augmentent en taille jusqu'à diminuer encore, et ainsi de suite. Il existe ainsi dix-huit groupes d'un nombre variable d'assises. L'égyptologue Georges Goyon explique cette particularité par la provenance et la nature des matériaux employés, une carrière de calcaire dont le sous-sol est composé de strates d'épaisseurs variables. La pyramide est aujourd'hui composée de 201 assises, hautes en moyenne de 0,69 mètre, les dernières ayant disparu et le sommet se réduisant à une plate-forme de quelque cent mètres carrés.

La pyramide ne représente pourtant pas un volume entièrement artificiel. Les égyptiens bénéficiaient en effet d'une éminence rocheuse sur laquelle ils édifièrent le corps de la maçonnerie. La limite supérieure de cette éminence est bien visible au niveau de la grotte. Cette particularité pose encore plus le problème de l'extrême précision avec laquelle ils accomplirent le nivellement de la base sur ses quatre côtés.

Le parement, originellement composé de pierres en calcaire fin de Tourah, a presque entièrement disparu. Il n'en subsiste plus que quelques blocs au niveau de la base[44], qui reposent sur les pierres de la plateforme. Le calcaire fin de Tourah était en effet un matériau de choix, exploité même par les carriers du Moyen Âge, notamment pour construire la mosquée du sultan Hassan entre 1356 et 1362[45].

À propos de la maçonnerie, Flinders Petrie note que :

« Plusieurs mesures ont été faites de l'épaisseur des joints entre les pierres de parement. L'épaisseur moyenne pour celles du nord-est est de 0,002 pouce[note 14] et donc l'erreur moyenne par rapport à la ligne droite et au carré parfait n'est que de 0,01 pouce pour une longueur de 75 pouces sur la hauteur de la face. Bien que les pierres eussent été amenées à 1/50 de pouce l'une de l'autre, autrement dit au contact, l'ouverture moyenne du joint n'était que de 1/100 de pouce[46]. »

Encoche et cavité de l'angle nord-est

L'encoche sur une des arêtes de la pyramide de Khéops

Une grande encoche est visible dans l'angle nord-est de la grande pyramide.

En 2008, sous l'impulsion de Jean-Pierre Houdin, l'égyptologue Bob Brier est monté jusqu'à cette plateforme afin de trouver des indices pour valider la théorie de l'architecte français. Brier eut la surprise de découvrir vers l'est une cavité aménagée dans la maçonnerie. Celle-ci était passée totalement inaperçue aux yeux de Georges Goyon et de William Matthew Flinders Petrie, qui avaient méthodiquement scruté cette partie de l'édifice.

Pourtant, il existe deux mentions de cette cavité :

  • La première dans Journal of a Route across India and through Egypt to England in 1817-18, narration de voyage écrite par le lieutenant-colonel George Augustus Federick Fitzclarence et publiée en 1819. Ce dernier explora le site en compagnie de Giovanni Battista Belzoni et Henry Salt, et gravit seul les marches de l'immense escalier formé par les assises de la grande pyramide. Voici la description qu'il en fit :

« Aux deux-tiers environ de mon escalade de l'angle nord-est de la pyramide, je trouvai une petite cavité d'environ douze pieds de profondeur et de douze pieds de hauteur, qui semble avoir été formée en ôtant les quelques larges blocs de pierre. »

  • La deuxième dans Lettres écrites des bords du Nil, narration de voyage de Paul Chaix, publiée en 1847 dans la Bibliothèque Universelle de Genève :

« [...] Je fus ainsi conduit par l'extrémité orientale de la face nord de la pyramide, jusqu'à une large brèche faite dans l'arête du nord-est, où on me dit qu'étant à la moitié de l'ascension, je devais me reposer et « donner, selon l'usage, une piastre d'Espagne à chaque homme. »[47] »

La présence de cette pièce conforterait la théorie de Jean-Pierre Houdin selon laquelle la pyramide contiendrait une rampe interne ayant servi à la construction de l'édifice.

Pyramidion

Il ne subsiste aucune trace du pyramidion qui couronnait jadis le sommet de la grande pyramide. Le pyramidion qui est exposé actuellement près du coin sud-est n'est autre que celui de la petite pyramide satellite. Celui-ci est en calcaire et anépigraphe, à l'instar du pyramidion de la pyramide rouge édifiée par le père de Khéops, Snéfrou. Aucun indice ne permet cependant d'indiquer une quelconque similitude avec le pyramidion disparu.

Courbure des faces

Le creusement des faces de la pyramide de Khéops.

Les quatre faces de la pyramide seraient légèrement mais très précisément incurvées, cette forme géométrique étant très difficile à réaliser sur de telles dimensions. Cette caractéristique a été découverte en 1934 par André Pochan, avec l'hypothèse qu'il marquerait les équinoxes. Cependant, dans son ouvrage L'énigme de la grande pyramide sorti en 1971, il revient sur cette hypothèse, indiquant que le phénomène était visible durant plusieurs mois de l'année[48]. On rencontre ce phénomène également sur d'autres pyramides égyptiennes[note 15]. L'érosion, un effondrement interne ou un endommagement dû à la chute des pierres de parement, furent souvent invoqués, et souvent contestés[réf. nécessaire].

Il est également possible que la méthode de construction en soit l'origine. En effet, Vito Maragioglio et Celeste Rinaldi ont noté qu'à la pyramide de Mykérinos, cette concavité disparaissait au niveau du parement de granite. I.E.S. Edwards attribue cette particularité au fait que les lits de pierre sont légèrement creusés vers le centre de chaque assise, d'où la dépression[source insuffisante][49]. À l'heure actuelle, aucune explication satisfaisante n'existe sur cette particularité architecturale déjà remarquée au XVIIIe siècle. En effet, l'hypothèse indiquant que cela servirait à marquer les équinoxes est contestée, le phénomène n'étant pas visible uniquement aux équinoxes et cela n'explique pas non plus pourquoi les quatre faces sont creusées alors qu'une seule aurait suffi. L'hypothèse d'un effondrement est également contestée : s'il y avait eu un effondrement, l'intérieur en aurait été touché, ce qui n'est pas le cas. Les ingénieurs s'accordent d'ailleurs à dire qu'il est impossible que les quatre faces se soient effondrées simultanément vers le centre[réf. nécessaire].

Mise en évidence du phénomène de concavité à la fin du XVIIIe siècle, Description de l'Égypte.

Considérations mathématiques et astronomiques

Proportions de la grande pyramide.

Lorsqu'on étudie la géométrie de la grande pyramide, il est difficile de faire la distinction entre les intentions des constructeurs et les propriétés qui découlent des proportions de l'édifice. On mentionne souvent le nombre d'or et le nombre pi inscrits dans les proportions de la pyramide : les Égyptiens ont en effet choisi pour les faces une pente de 14/11 (la hauteur étant de 280 coudées et la base de 2 × 220 coudées, la pente est égale à 280/220 = 14/11). Cette valeur fut appliquée pour la première fois à la pyramide de Meïdoum, mais ne constitue pas une règle chez les constructeurs de l'Ancien Empire, puisque certaines pyramides ont une pente de 6/5 (pyramide rouge), 4/3 (pyramide de Khéphren) ou encore 7/5 (pyramide rhomboïdale).

  • Concernant le nombre d'or, la proportion de 14/11 entraîne un rapport longueur arête/demi-base égal à , proche de [50].
  • La valeur du nombre serait donnée par le rapport (demi-périmètre de la base)/hauteur. On obtient ainsi la valeur approchée [50].
Géométrie des conduits de ventilation.

Ces deux résultats découlent donc de l'utilisation d'une pente de 14/11. S'il faut y voir une volonté délibérée de les inscrire dans la construction, le mérite en reviendrait à l'architecte qui utilisa pour la première fois cette pente à la pyramide de Meïdoum, achevée sous le règne de Snéfrou, Meïdoum servant de modèle à Khéops reproduite par homothétie[51].

De nombreuses théories ont visé à faire de la pyramide un observatoire astronomique. Ainsi le couloir descendant aurait pointé vers l'étoile polaire de l'époque, Alpha Draconis[note 16]. Les couloirs de ventilation côté sud auraient pointé pour l'un vers l'étoile Sirius, et pour l'autre vers l'étoile Alnitak. Cependant, ici encore et comme pour la plupart des pyramides d'Égypte, les couloirs d'accès avaient des pentes simples et faciles à mettre en œuvre. Ils étaient inclinés avec un angle compris entre 26° et 26° 30, soit d'une pente de 1/2.

Une propriété géométrique semble pourtant avoir été voulue par l'architecte de la grande pyramide. Les conduits de ventilation de la chambre de la reine atteindraient tous les deux le même niveau de la pyramide. Ce fait est vérifié pour les conduits de la chambre du roi[52].

La maquette supposée

Entrée de la maquette supposée.
Plan de la maquette.

Des souterrains sont assimilés à une ébauche (à échelle réduite) de la descenderie et du couloir ascendant de la grande pyramide. Ils se trouvent à l'angle nord-est de la grande pyramide[46],[53].

Nous reconnaissons dans ces vestiges la descenderie, un passage long de 21 mètres suivant une pente de 26° 32 et dont la section est de 1,05 mètre sur 1,20. À 11 mètres de l'entrée, un passage associé au couloir ascendant prend naissance dans le plafond de la descenderie et rejoint le bas de la grande galerie qui est ébauchée jusqu'au niveau du sol. La section du couloir ascendant est plus large que celle de la descenderie afin d'accueillir des blocs bouchons. Un puits vertical de section carrée de 0,727 m, sans équivalent dans la grande pyramide, a été aménagé afin de relier l'extérieur au premier embranchement.

L'une des principales différences entre l'agencement interne de la grande pyramide et de cette infrastructure est, outre celle des proportions, la disposition souterraine dans la maquette d'éléments figurant dans le corps de la maçonnerie de la grande pyramide. De plus, la descenderie n'a pas été creusée sur sa totalité et la chambre souterraine est absente.

Bien qu'elle ne soit accompagnée d'aucune superstructure, l'égyptologue Mark Lehner[54] y voit une sépulture inachevée. Malgré les similitudes de plan entre la pyramide et cette structure, le débat n'est toujours pas tranché[note 17].

Construction

La construction de la « grande pyramide » aurait débuté entre -2600 et -2550 suivant les sources[55], au début de la IVe dynastie, et aurait duré environ une vingtaine d'années selon l'historien antique Manéthon. L'année de début et la durée de construction de la pyramide sont des estimations généralement validées par les égyptologues, parce qu'elles correspondent aux vingt-trois à vingt-cinq années, suivant les sources, du règne du pharaon Khéops[note 18]. Ces estimations ne sont malheureusement attestées par aucun écrit contemporain, mais déduites logiquement par la destination de la pyramide comme étant le tombeau de ce pharaon.

En se fondant sur les données traditionnellement admises (une pyramide constituée de 2,3 millions de blocs de pierre, une durée de chantier de vingt-trois ans), on estime que 340 blocs étaient posés chaque jour, soit pour une durée de travail de dix heures par jour, un bloc placé toutes les deux minutes. Cela aurait mobilisé une main-d'œuvre de plus de 10 000 ouvriers (le nombre prodigieux de 100 000 hommes, ne travaillant que trois mois dans l'année pendant la saison des crues, a été proposé par Hérodote)[56]. Les graffitis découverts dans la chambre supérieure de décharge révèlent que le chantier des pyramides de Gizeh était organisé militairement en équipes de 2 000 ouvriers, chacune de ces équipes étant scindée en deux groupes de 1 000 hommes (ceux œuvrant sur la grande pyramide s'appelant « les amis de Khéops »), eux-mêmes divisés en cinq phyles (terme grec désignant une « tribu »), unités de 200 ouvriers à leurs tours séparés en dix équipes de vingt travailleurs regroupés selon leurs compétences[56].

De très nombreuses hypothèses ont été proposées pour expliquer la construction de la grande pyramide. Concernant la forme des rampes de construction, aucune ne s'avère définitivement convaincante.

Plusieurs campagnes de fouilles, dirigées par l'égyptologue américain Mark Lehner entre 1988 et 2003, ont permis de retrouver la configuration probable du site de la pyramide au moment de sa construction. On a ainsi pu retrouver le village des ouvriers du chantier, les carrières qui ont fourni l'essentiel du calcaire de la pyramide et le port.

En 2013, la mission archéologique franco-égyptienne (Institut français d'archéologie orientale (IFAO)) a mis au jour d’anciens papyrus, datant probablement de l’époque de Khéops (-2589/-2566). Ils ont été découverts dans le port de Ouadi el-Jarf, sur la mer Rouge, qui approvisionnait les chantiers des pharaons de l'Ancien Empire. Ces documents essentiellement comptables consignaient les événements comme prescrits par l’administration. Des livraisons de pierres à destination de la pyramide de Khéops y sont clairement évoquées. Ainsi, le journal de bord du fonctionnaire Merer décrit quotidiennement son activité : « L'inspecteur Merer a passé la journée avec son homme à charger des pierres dans les carrières de Tourah (…) Je suis allé livrer des pierres à la pyramide de Khéops »[57],[58].

Historique de son exploration

Antiquité et Moyen Âge

Les touristes empruntent aujourd'hui non pas l'entrée principale (entrée d'origine, à 17 m au-dessus du sol) mais l'entrée secondaire à 7 m au-dessus du sol et la percée attribuée à Al-Mamoun.

Les premiers historiens et voyageurs à nous relater leurs explorations sont des auteurs grecs et latins[59] : Hérodote[60], Diodore de Sicile[61], Strabon[62], Pline l'Ancien[63]. Leurs descriptions sont plus centrées sur l'aspect historique et légendaire qui entoure le monument que sur la structure même de l'édifice. Hérodote, le premier voyageur dont les écrits nous soient parvenus, fait état d'inscriptions idéographiques sur les faces de la pyramide, détaillant ce qu'elle avait coûté en raifort, oignons et ail pour les ouvriers[59] (cette surprenante indication est reprise par Diodore). Seul Strabon, dans sa Géographie, cite une porte levante à l'entrée de la pyramide, permettant d'accéder à la descenderie (ou syringe) ; mais il ne dit rien de la distribution interne.

Plus tard, des auteurs arabes relatent l'expédition du calife Al-Mamoun effectuée dans la grande pyramide en l'an 820 ou 832 selon les sources. Al-Mamoun, féru de sciences, y aurait cherché des trésors et des objets magiques selon un conte des Mille et Une Nuits[64]. Ses hommes auraient exploité l'entrée et le tunnel des voleurs, une brèche effectuée dès l'Antiquité dans la face nord par des pilleurs de tombes. Alors que leurs outils cassaient rapidement lors de l'élargissement de ce tunnel, les ouvriers d'Al-Mamoun auraient alors chauffé les pierres au rouge et les arrosant de vinaigre froid pour favoriser leur progression[65],[66]. Les témoignages sur les découvertes du calife divergent. Selon certains, le calife n'aurait rien trouvé de plus qu'un sarcophage renfermant un corps corrompu[67]. Tandis que l'historien du Xe siècle, Maçoudi, raconte :

« On pratiqua pour lui la brèche qui est encore béante aujourd'hui. On employa pour cela le feu, le vinaigre, les leviers... L'épaisseur du mur était d'environ vingt coudées. Etant parvenus à la fin de ce mur, ils trouvèrent au fond du trou un bassin vert rempli d'or monnayé ; il s'y trouvait mille dinars, chaque dinar pesant une once... Ce bassin était, dit-on, d'émeraude[68],[67] »

L'écrivain du XIIe siècle Kaisi écrit qu'Al-Mamoun y trouva :

« une chambre carrée à la base et voûtée au sommet, très grande et au milieu de laquelle était creusé un puits de dix coudées de profondeur... On raconte qu'un homme y étant pénétré arriva à une petite chambre où se trouvait une statue d'homme en pierre verte comme la malachite. Cette statue fut apportée à Al-Mamoun. Elle avait un couvercle que l'on retira et l'on trouva le corps d'un homme revêtu d'une cuirasse d'or, incrustée de toutes sortes de pierreries ; sur la poitrine était posée une épée d'un prix inestimable, et près de la tête se trouvait un rubis rouge... La statue d'où ce mort avait été tiré fut jetée près de la porte du palais du gouvernement au Caire, où je la vis en l'an 511 (1117-1118 de l'ère chrétienne)[67] »

De nombreuses allusions à des caractères gravés sur les faces de la pyramide seront faites jusqu'à leur détérioration. Selon Maçoudi, ces caractères étaient de plusieurs sortes ; grecs, phéniciens et d'autres inconnus. Il s'agissait sans doute de témoignages gravés par les voyageurs et accumulés durant plusieurs siècles[69].

Ibn Khaldoun rapporte dans ses Prolégomènes[70] que le calife Al-Mamoun voulut détruire les pyramides et rassembla des ouvriers pour cela, mais il n’y parvint pas. Ses conseillers lui recommandèrent alors de les laisser en place en témoignage de la grandeur des Arabes, puisqu'ils avaient pu vaincre une civilisation capable de créer de tels monuments. Une partie des débris de la surface des pyramides auraient servi à la construction de quelques maisons du Caire, selon les dires recueillis par ce même historien.

Au Moyen Âge et au début de la Renaissance, les pyramides sont assimilées aux greniers de Joseph, et rares sont les explorateurs à donner une description quelque peu fidèle des lieux. Cette idée est par exemple défendue par Jean de Mandeville dans son Livre des merveilles du monde publié en 1357 (dans son ouvrage, « Babylone » désigne Le Caire)[71].

Explorateurs occidentaux XVIIe-XIXe siècles

Arrivée d'une expédition prussienne au sommet de la pyramide de Khéops en 1842.

Il faut attendre le milieu du XVIIe siècle et l'ouvrage Pyramidographia de John Greaves pour découvrir enfin un plan détaillé des agencements internes de la grande pyramide. On discerne la descenderie obstruée à mi-parcours par un amas de débris, la chambre de la reine encombrée de gravats, la grande galerie et la chambre du roi.

Le livre Description de l'Égypte...[72] (livre de l'Abbé le Mascrier composé d'après les mémoires de Benoît de Maillet), dont la première édition date de 1735, relate le fait que Benoît de Maillet (ancien consul de France au Caire) a visité la grande Pyramide une quarantaine de fois. Un plan intérieur de la grande Pyramide y figure, plan qui sera repris par le livre Lettres sur l'Égypte... publié en 1785 (Claude-Étienne Savary).

En 1754, l'ouvrage de l'historien Charles Rollin édité par l'anglais Knapton est illustré d'une vue de la grande galerie.

C'est entre les années 1798 et 1801 que la mission scientifique commandée par Vivant Denon durant la campagne d'Égypte va pouvoir établir les premières observations rigoureusement archéologiques de la grande pyramide. Outre de magnifiques planches représentant le site de Gizeh, la monumentale Description de l'Égypte, publiée sur l'ordre de Bonaparte nous livre les premières vues réalistes de l'intérieur de la grande pyramide, ainsi que des plans d'une très grande précision. La publication de la description va provoquer un véritable engouement. Les voyageurs et explorateurs vont se succéder durant le XIXe siècle. Les ingénieurs Howard Vyse et John Shae Perring vont fouiller, creuser et laisser de nombreuses traces de leurs passages dans la plupart des pyramides memphites et plus particulièrement dans la grande. Leurs résultats fournissent aujourd'hui encore des renseignements précieux pour qui veut étudier la grande pyramide.

À partir de cette date, la grande pyramide sera étudiée et mesurée dans ses moindres détails par de très nombreux savants, spécialisés ou non dans cette discipline. Deux ouvrages sont alors largement diffusés : le très controversé Our Inheritance in the Great Pyramid, de l'astronome écossais Charles Piazzi Smyth et The Pyramids and Temples of Gizeh, de Flinders Petrie.

Galerie des représentations de la pyramide de Khéops jusqu'au XIXe siècle

Haut lieu de tourisme populaire

Haut lieu touristique, les pyramides sont menacées par la rapide urbanisation du plateau de Gizeh. De ce fait, une nouvelle politique de protection du plateau est en cours d'élaboration[Quand ?], avec notamment l'édification d'une clôture sur tout son pourtour délimitant ainsi la zone archéologique protégée et l'aménagement de deux entrées distinctes. L'accès des touristes non égyptiens se fait par le nord du site, précisément à proximité de la pyramide de Khéops[réf. souhaitée].

Chacune des pyramides de Gizeh est tour à tour fermée une année pour réaliser des travaux de restauration et de conservation (nettoyage du sel[note 19], colmatage de fissures). Le nombre de visiteurs à l'intérieur de la pyramide est limité à 300 par jour[73].

ScanPyramids

Depuis 2016, Scanpyramids, un projet international de recherche et d’exploration de quatre grandes pyramides égyptiennes est mis en œuvre. Il est conçu et coordonné avec la Ingeneer Faculty de l’Université du Caire par le HIP Institute, sous l’autorité du ministère égyptien des Antiquités.

Les premiers résultats concernant la Grande Pyramide mettent en évidence un vide sur l’arrête nord-est de l’édifice. Un autre vide est découvert derrière les chevrons de l’entrée sur la face nord[74],[75],[76].

Enfin, en 2017, un vide important d’un volume similaire à la grande galerie est détecté au-dessus de celle-ci. Cette découverte fait l’objet d’une communication dans la revue scientifique Nature[77],[78].

La cavité découverte est dénommée « ScanPyramids Big Void ». Les acteurs de la mission restent cependant prudents, rappelant qu’ils ne sont que des ingénieurs et des physiciens, laissant aux archéologues le soin de l’interprétation et de l’établissement d’un programme pour le futur.

Dans la fiction

Bande dessinée

  • Edgar P. Jacobs, Le Mystère de la Grande Pyramide (1954-1955), volumes 4 et 5 (constituant le second épisode) de la série Blake et Mortimer. Dans ce récit d'archéologie-fiction, l'auteur se documente sérieusement sur l’égyptologie pour imaginer la tombe du pharaon Akhnaton dans une fictive chambre d'Horus, située dans les fondations de la pyramide. Cette salle n'est pas totalement inventée par l'auteur, se basant sur les Histoires d'Hérodote (plus précisément Euterpe 124)[79], la décrivant ainsi : « elle est aménagée dans une île ceinturée d'un fossé maçonné, alimenté par un canal amenant l'eau du Nil à la saison des crues... ».
  • Dans l'album Astérix et Cléopâtre de René Goscinny et Albert Uderzo, le fourbe Tournevis enferme les héros dans une salle de la pyramide, en leur assénant cette phrase devenue culte : « Ce tombeau sera votre tombeau ».
  • Lucien De Gieter, Le Talisman de la grande pyramide (1998), volume 21 des aventures de Papyrus.
  • L'album le Secret d'Imothep de Jean-Pierre Petit (2014) fait référence à de nombreux éléments hypothétiques concernant le mode de construction des pyramides, proposés par différents auteurs.

Cinéma

Télévision

  • Dans la série télévisée Stargate SG-1, le docteur Daniel Jackson théorise le fait que l'utilité des pyramides telles que la grande pyramide de Khéops est de servir de base d'atterrissage pour des vaisseaux spatiaux alien de grande taille (dont la concavité répond à la convexité des pyramides).

Jeux vidéo

  • Dans Tomb Raider : La Révélation finale, Lara Croft finit son périple égyptien sur le site de Gizeh. Après avoir exploré le Sphinx, la pyramide de Mykérinos (pharaon appelé fautivement Menkaouhor dans la version française), les mastabas et pyramides des reines de Khéops, elle pénètre dans la Grande Pyramide. Sous celle-ci se trouve le temple d'Horus, où l'héroïne invoque ce dieu pour renfermer l'esprit de Seth, qu'elle a libéré par erreur au début du jeu. Ceci fait, elle doit s'échapper du monument dont la sortie s'écroule, mais échoue et finit enfermée dedans. Ses proches la croient ainsi morte.
  • La pyramide de Khéops est visitable dans le jeu Assassin's Creed Origins[80]. Le joueur peut y grimper jusqu'au sommet afin de se synchroniser et également y découvrir l'intérieur.
  • Dans Civilization VI, la Grande Pyramide est une merveille[81] que les joueurs peuvent construire pour obtenir divers bonus en jeu.

Littérature

Récits pseudo-scientifiques

Plusieurs récits pseudo-scientifiques ont vu le jour, pour expliquer l'origine et la destination de ce monument :

  • le récit d'une civilisation disparue, antérieure à l’Égypte antique et plus évoluée technologiquement (désignée civilisation X par Edward F. Malkowski[82]), selon laquelle la Grande Pyramide n'aurait été utilisée comme tombeau royal que bien après sa construction, par les Égyptiens qui en ignoraient l'usage initial[réf. souhaitée] ;
  • le récit selon lequel les anciens Égyptiens auraient eu des connaissances technologiques bien plus avancées que celles qui leur sont habituellement reconnues : selon l'auteur Christopher Dunn[83], la Grande Pyramide était une centrale énergétique utilisant la résonance non linéaire ou résonances de Schumann, qui grâce à ses dimensions proportionnelles à celle de la Terre, permettait par résonance la production d'énergie vibratoire, et l'utilisation de machines de découpe et d'usinage des blocs de granite par ultra-son[84],[85] ;
  • certains chercheurs comme John Cadman[86] ou Edward Kunkel dans son livre Pharaoh's Pump[87], défendent l'hypothèse de l'utilisation de la Grande Pyramide comme d'une pompe hydraulique géante du type bélier. Cette hypothèse a été relancée[Par qui ?] lorsqu'en février 2000, la découverte et l'exploration par des égyptologues d'un réseau de galeries, chambres et puits inondés a été révélée par Zahi Hawass[88],[89] ;
  • le récit selon lequel la période du pharaon Khéops correspondait uniquement à la restauration de la pyramide, et non à sa construction, laquelle aurait eu lieu à une période bien antérieure restant à définir, pour un autre usage que la simple sépulture[90] ;
  • le récit d'une civilisation supérieure d'origine atlante, voire extraterrestre, dont les moyens et objectifs ne sont pas identifiables ;
  • le récit d'un mécanisme hydraulique au sein de la pyramide, qui permettrait de rejoindre une chambre hypothétique supposée inviolée[91],[92].

Certains n'hésitent pas à vandaliser le monument pour amener la preuve de leur théorie[93].

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. L'inscription de ce nom sur des tombes de la IVe dynastie suggère que Khéops était assimilé après sa mort au dieu-soleil s'élevant à l'horizon. Source : (en) Zahi A. Hawass, The Pyramids of Ancient Egypt, Carnegie Museum of Natural History, , p. 20.
  2. Des vestiges du temple bas ont été mis au jour lors de l'aménagement d'une autoroute qui traverse la ville de Gizeh en direction du Caire. Ils ont été laissés sur place et sont visibles sur le terre-plein séparant les deux voies express, transformé pour l'occasion en petit parc.
  3. La voûte de monolithes disposés en chevrons semble avoir un rôle supplémentaire à celui de répartir les charges. En effet, la chambre souterraine de la pyramide de Khéphren, n'ayant que très peu de charges à supporter du fait de sa position, est dotée d'un plafond taillé de manière à imiter ce type de voûte. Nous remarquons une autre voûte de ce type, inutile d'un point de vue technique, dans la chambre funéraire de la pyramide de Mykérinos, également souterraine.
  4. Le revêtement de la pyramide en calcaire fin de Tourah a commencé à être prélevé au XIIIe siècle à la suite du séisme qui détruisit une partie de la ville du Caire. Il permit notamment de construire de nouvelles mosquées tandis que les premières couches de bloc de la pyramide ont été prélevées pour les constructions ordinaires. Ce faisant les carriers mirent au jour la véritable entrée de la pyramide de Khéops. Finalement, l'ensemble des pyramides fut mis à contribution devenant une carrière pratique pour les besoins croissants de la nouvelle capitale de l'Égypte. Les murailles de la citadelle du Caire notamment sont en partie bâties avec les matériaux des monuments pharaoniques.
  5. On doit cette analyse à l'égyptologue allemand Ludwig Borchardt. Elle est confirmée actuellement par l'architecte Gilles Dormion, cf. Dormion 2004, p. 91.
  6. En 1986, l'architecte Gilles Dormion fora le mur ouest du corridor en trois endroits. Ces forages donnèrent sur des cavités remplies de sable sans qu'il soit possible de pousser plus avant les investigations, cet indice n'apparaissant pas aux autorités pas comme convaincant (Dormion 2004, p. 119)
  7. Le carré n'est pas parfait, ses dimensions sont de 5,235 mètres sur 5,77 mètres (Dormion 2004, p. 233)
  8. C'est l'ingénieur britannique Waynman Dixon qui découvrit accidentellement ces conduits après avoir remarqué une fissure dans le mur sud de la chambre de la reine (Edwards 1992, p. 132)
  9. Le projet Upuaut a révélé l'existence d'une dalle obstruant le conduit sud. Les dernières campagnes d'exploration assurées par le Conseil suprême des Antiquités égyptiennes ont révélé une dalle analogue obstruant le conduit nord et à la suite du forage de la dalle sud une nouvelle cavité à nouveau obstruée.
  10. Il semble qu'un bloc de granite, déposé aujourd'hui près de l'entrée de la pyramide, soit un fragment d'une herse de cette antichambre.
  11. C'est inhabituel car, jusqu'alors, les appartements funéraires étaient maçonnés en pierres calcaires.
  12. Le parement de la pyramide ayant disparu, il est possible que ces conduits étaient obstrués en cette extrémité
  13. Visée topographique de nivellement en utilisant une mire, visée astronomique faite de nuit sur l'étoile polaire ou une étoile de la Grande Ourse, par une alidade appelée bay, pour obtenir des lignes d'orientation axées nord-sud.
  14. Un pouce anglais équivaut à 25,4 millimètres
  15. Miroslav Verner a également remarqué une légère concavité à la pyramide rouge de Dahchour. Vito Maragioglio et Celeste Rinaldi, quant à eux, ont observé ce même phénomène à la pyramide de Mykérinos (voir également « L'énigme de la grande pyramide » de André Pochan parue en 1982).
  16. L'axe de rotation terrestre n'est pas fixe au cours du temps, mais décrit un cône dont l'axe est perpendiculaire au plan de l'écliptique. La direction de l'axe des pôles varie donc au cours du temps : c'est le phénomène de précession des équinoxes. Il y a environ 5000 ans, l'axe des pôles ne pointait pas vers l'étoile polaire, mais vers Alpha Draconis.
  17. Il n'existe qu'une seule maquette de pyramide clairement authentifiée. Elle représente les infrastructures de la pyramide de Hawara. Des modèles de pyramide en calcaire ont également été retrouvés mais rien ne prouve qu'ils servirent à la conception des monuments. Peut-être ont-ils exécutés après leur achèvement.
  18. Selon Allen, Málek. Les égyptologues se réfèrent essentiellement au papyrus de Turin qui lui attribue un règne de 23 ans.
    Autres avis de spécialistes : -2620 à -2580 (Krauss), -2609 à -2584 (Redford), -2579 à -2556 (von Beckerath), -2589 à -2566 (Shaw), -2555 à -2520 (Arnold), -2551 à -2528 (Allen), -2549 à -2526 (Málek), -2547 à -2524 (Dodson)
  19. Chaque touriste qui entre dans les pyramides y laisse 20 g de vapeur d'eau, à l'origine d'un taux d'humidité intérieur supérieur à 85 % et qui est responsable d'un dépôt de sel.

Références

  1. Florence Maruéjol, Égypte antique : Mystères des pharaons et vie quotidienne, Paris, Éditions Chronique, , 161 p. (ISBN 978-2-918978-09-1), p. 35
  2. (en) Glen Dash, The Great Pyramid’s Footprint : Results from Our 2015 Survey, AERA, (ISSN 1944-0014, lire en ligne), p. 8-11
  3. a et b Dormion 2004, p. 276-277.
  4. a et b (en) Charles Rigano, Pyramids of the Giza Plateau, Author House, , p. 28
  5. (en) Socrates G. Taseos, Back in Time 3104 B.C. to the Great Pyramid, Soc Pub, .
  6. (en) Robert M. Schoch, Robert Aquinas McNally, Pyramid Quest, Penguin, , p. 57.
  7. Hervé Beaumont, Égypte : le guide des civilisations égyptiennes, des pharaons à l'Islam, éditions Marcus, , p. 236
  8. Suzanne Raynaud, Henri de la Boisse, Farid Mahmoud Makroum, Joël Bertho, Geological and Geo-morphological study of the original hill at the base of Fourth Dynasty Egyptian monuments, Author House, (lire en ligne).
  9. André Chastel, Le Grand atlas de l'architecture mondiale, Albin Michel, , p. 121.
  10. Jean Kérisel, La Pyramide à travers les âges, Presses de l'école nationale des ponts et chaussées, , p. 64.
  11. Manuel Minguez, Les pyramides d'Égypte, Tallandier, , p. 143.
  12. Jean Kérisel, La Pyramide à travers les âges : art et religions, Presses de l'École nationale des ponts et chaussées, , p. 64.
  13. Dormion 2004, p. 68-72.
  14. a b c et d Dormion 2004, p. 278-279.
  15. William Matthew Flinders Petrie, Ten Year Digging in Egypt - 1881 1891, Whitefriars Press, Ltd, « 1 : The Pyramids of Gizeh », p. 24-25
  16. Jean Jacques Fauvel, Marie-Pierre Levallois, Jean-Pierre Corteggiani, Le Caire et les pyramides, Livres de France, , p. 100.
  17. Gilles Dormion et Jean-Patrice Goidin, Khéops, nouvelle enquête : propositions préliminaires, Éditions Recherche sur les Civilisations, , p. 28.
  18. Richard William Howard Vyse, John Shea Perring Operations carried on at the pyramids of Gizeh in 1837, with an account of a voyage into Upper Egypt and an appendix, Vol I James Fraser, Regent Street., London, 1842.
  19. Edwards 1992, p. 129.
  20. Dormion 2004, p. 99.
  21. Dormion 2004, p. 81.
  22. (en) Kunihiro Morishima, Mitsuaki Kuno, Akira Nishio, Nobuko Kitagawa, Yuta Manabe, Masaki Moto, Fumihiko Takasaki, Hirofumi Fujii, Kotaro Satoh, Hideyo Kodama, Kohei Hayashi, Shigeru Odaka, Sébastien Procureur, David Attié, Simon Bouteille, Denis Calvet, Christopher Filosa, Patrick Magnier, Irakli Mandjavidze, Marc Riallot, Benoit Marini, Pierre Gable, Yoshikatsu Date, Makiko Sugiura, Yasser Elshayeb, Tamer Elnady, Mustapha Ezzy, Emmanuel Guerriero, Vincent Steiger, Nicolas Serikoff, Jean-Baptiste Mouret, Bernard Charlès, Hany Helal et Mehdi Tayoubi, « Discovery of a big void in Khufu’s Pyramid by observation of cosmic-ray muons », Nature,‎ (DOI 10.1038/nature24647, lire en ligne, consulté le ).
  23. « Égypte : des chercheurs découvrent une cavité « aussi volumineuse qu'un avion » dans la pyramide de Khéops », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. Mesures prises par les architectes Vito Maragioglio et Celeste Rinaldi dans les années 1960 (Dormion 2004, p. 237)
  25. Dormion 2004, p. 292-293
  26. a b c d et e Dormion 2004, p. 298-299.
  27. Monnier 2015.
  28. (en) K. Jackson et J. Stamp, Pyramid : Beyond Imagination. Inside the Great Pyramid of Giza, BBC Worldwide Ltd, , p. 79-104.
  29. Hervé Beaumont, Égypte : le guide des civilisations égyptiennes, des pharaons à l'Islam, Éditions Marcus, , p. 237
  30. Gilles Dormion, Les nouveaux mystères de la Grande Pyramide, Albin Michel, , p. 31.
  31. Scan Pyramids
  32. (en) « ScanPyramids », sur www.scanpyramids.org (consulté le ).
  33. (en) Collectif, « Discovery of a big void in Khufu’s Pyramid by observation of cosmic-ray muons », sur www.nature.com, Nature, (consulté le ).
  34. « Égypte : des chercheurs découvrent une cavité « aussi volumineuse qu'un avion » dans la pyramide de Khéops », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  35. Redbran, « Une nouvelle structure interne majeure dans la pyramide de Khéops », sur www.techno-science.net, (consulté le ).
  36. Simon Cherner, « Pyramide de Khéops: extraordinaire découverte d'un couloir, caché depuis 4500 ans », sur www.lefigaro.fr,
  37. (en) Sébastien Procureur, Kunihiro Morishima, Mitsuaki Kuno et al., « Precise characterization of a corridor-shaped structure in Khufu’s Pyramid by observation of cosmic-ray muons », Nature Communications, no 14,‎ (DOI https://doi.org/10.1038/s41467-023-36351-0).
  38. « Détermination des principales mesures égyptiennes par les dimensions des pyramides », dans Description de l'Égypte, ou Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l'expédition de l'armée française. Seconde édition dédiée au roi, imprimerie de C.L.F. Panckououcke, Paris, 1822, tome 7, p. 29-27 lire en ligne
  39. Description de l'Égypte, tome 4, p. 38 lire en ligne.
  40. B. Valeur métrique de la coudée, dans Jean-François Carlotti, Quelques réflexions sur les unités de mesure utilisées en architecture à l'époque pharaonique, Cahiers de Karnak 10, 1995, p. 138 (lire en ligne)
  41. Flinders Petrie 1883, extrait de Edwards 1992, p. 316
  42. Lehner 1985, p. 109
  43. a et b Jean-Claude Goyon, La construction pharaonique du Moyen Empire à l'époque gréco-romaine. Contexte et principes technologiques, Picard, , p. 91.
  44. Goyon 1978
  45. (en) Miroslav Verner, The Pyramids: The Mystery, Culture, and Science of Egypt's Great Monuments, Grove Press, , p. 217.
  46. a et b Flinders Petrie 1883
  47. Paul Chaix, Lettres écrites des bords du Nil, Cinquième article, dans Bibliothèque Universelle de Genève, quatrième série, 2e année, tome 6, 1847, p. 493.
  48. André Pochan, L'énigme de la grande pyramide, Robert Laffont, .
  49. Edwards 1992, p. 315
  50. a et b Lauer 1988, p. 232
  51. (de) Peter Jánosi, Die Pyramiden – Mythos und Archäologie, Verlag C. H. Beck, , 127 p. (ISBN 3-406-50831-6, lire en ligne), p. 64.
  52. Dormion 2004, p. 205
  53. Dormion 2004, p. 279, plan no 3
  54. (en) The Pyramid Tomb of Hetep-Heres and the Satellite Pyramid of Khufu, Deutsches Archäologisches Institut Abteilung Kairo,
  55. Voir les chronologies comparées des dynasties égyptiennes.
  56. a et b (en) Mark Lehner, The Complete Pyramids, Thames & Hudson, , p. 224
  57. « Égypte. Les extraordinaires papyrus du port de Khéops », Sciences et Avenir,‎ (lire en ligne, consulté le )
  58. Pierre Tallet, Les papyrus de la mer Rouge. 1, Le "journal de Merer" (Papyrus Jarf A et B), Le Caire/Paris, Institut français d'archéologie orientale, coll. « Mémoires publiés par les membres de l'Institut français d'archéologie orientale du Caire », , 164 p. (ISBN 978-2-7247-0706-9, lire en ligne [PDF])
  59. a et b Lauer 1988, p. 22.
  60. Hérodote, Histoires, livre II Euterpe, passages CXXIV (124) à CXXVII (127) (lire en ligne).
  61. Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, livre II, passage LXIII (63) (lire en ligne).
  62. Strabon, Géographie, livre XVII (17), Chapitre I (1), paragraphe 33 (lire en ligne).
  63. Pline l'Ancien, Histoire naturelle, livre XXXVI (36), chapitre XVI (16) (lire en ligne).
  64. (en) Mark Lehner, The Complete Pyramids, Thames & Hudson Ltd, , p. 39
  65. Franck Monnier, « La profanation de la pyramide de Khéops jusqu'au temps d'Al-Mamoun », Pharaon Magazine, no 36,‎ , p. 40-45.
  66. (en) Tim McNeese, The Pyramids of Giza, Lucent Books, , p. 73.
  67. a b et c Lauer 1988, p. 24-25
  68. Erich Graefe, Das pyramiden kapitel in al-makhrizi's "hitat",
  69. Lauer 1988, p. 26
  70. Ibn Khaldoun, Les Prolégomènes, p. 383.
  71. Jean de Mandeville, Livre des merveilles du monde, Les Belles Lettres, coll. « La Roue à livres » (lire en ligne), chap. VII (7)
    Traduit et commenté par Christiane Deluz, 1993
    .
  72. « Description de l'Égypte : Contenant Plusieurs Remarques Curieuses Sur La Geographie Ancienne Et Moderne De Ce Paĩs, Sur ses Monumens anciens, sur les Mœurs, les Coutumes, & la Religion des Habitans, sur le Gouvernement & le Commerce, sur les Animaux, les Arbres, les Plantes, &c ».
  73. (en) Zahi A. Hawass, Lyla Pinch Brock, Egyptology at the Dawn of the Twenty-first Century. Language, conservation, museology, American Univ in Cairo Press, , p. 57.
  74. Simon Cherner, « Pyramide de Khéops: extraordinaire découverte d’un couloir caché depuis 4 500 ans », sur Le Figaro, (mise à jour) 6 mars 2023, (consulté le )
  75. « Science et réalité virtuelle », sur Institut français (consulté le )
  76. Nicolas Blandin, « Que sait-on de ce mystérieux couloir découvert dans la pyramide de Khéops en Égypte ? », sur Ouest-France, (consulté le )
  77. Emeline Férard, « La pyramide de Khéops pourrait enfin révéler ses secrets grâce à une nouvelle étude », sur GEO, (consulté le )
  78. Morishima, K., Kuno, M., Nishio, A. et al., « Discovery of a big void in Khufu’s Pyramid by observation of cosmic-ray muons , 552, 386–390 https://doi.org/10.1038/nature24647 », sur Nature Journal, (consulté le )
  79. Edgar P. Jacobs, Un opéra de papier. Les Mémoires de Blake et Mortimer, Gallimard, 1981. rééditions augmentées 1982, 1990 et 1996., « Le Mystère de la Grande Pyramide », p. 116 à 124.
  80. William Audureau, « « Assassin’s Creed Origins » : ce qui est fidèle à l’Égypte antique, ce qui ne l’est pas », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le ).
  81. (en) « Pyramids (Civ4) », sur Civilization Wiki (consulté le )
  82. Malkowski 2010
  83. (en) Christopher Dunn, The Giza power plant : Technologies of ancient Egypt, Rochester, Vermont, Bear & Company, .
  84. (en) Gizapower : le site officiel de Christopher Dunn
  85. (en) détails des observations, mesures et théories de Christopher Dunn sur www.gizapower.com
  86. (en) Article et photos sur la thèse de John Cadman, consultés le 14/07/2015
  87. (en) Edward J. Kunkel, Pharaoh's Pump, Peg's Print Shop, .
  88. (en) « Ancient sarcophagus discovered », sur BBC, .
  89. Récit et photographies par Robert Mingam, égyptologue et historien, de la découverte du Puits d'Osiris, consulté le 05/08/13.
  90. (en) Edward F. Malkowski, Before the Pharaohs : Egypt's Mysterious Prehistory, Inner Traditions / Bear & Co, (présentation en ligne)
  91. Philippe Lheureux, Le mécanisme secret de la grande pyramide d'Égypte, Le Temps Présent, (présentation en ligne)
  92. Site officiel de l’ouvrage
  93. https://www.lefigaro.fr/international/2013/12/04/01003-20131204ARTFIG00412-et-si-la-pyramide-de-kheops-avait-20000-ans.php
  94. Jean-Pierre Houdin et Henri Houdin, « La construction de la pyramide de Khéops : vers la fin des mystères ? », Annales des Ponts et Chaussées, vol. 2002, no 101,‎ , p. 76–84 (ISSN 0152-9668, DOI 10.1016/s0152-9668(02)80012-2, lire en ligne, consulté le )
  95. Zahi Hawass, « PRÉFACE », dans Narmouthis 2006, Pisa University Press, (lire en ligne), p. VVI.