Grande Dépression (1873-1896)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour la crise économique de 1929, voir Grande Dépression.
Ne doit pas être confondu avec Dépression majeure.

La Grande Dépression ou plus exactement Grande Déflation est une période de ralentissement économique mondial entre 1873 et 1896 et qui démarre par un épisode brutal, la crise bancaire de mai 1873, lequel n'est ni à l'origine ni la cause de ce phénomène.

Après la crise de 1929, l'expression Grande Dépression devient inadéquate. Surtout, cette locution ne révèle absolument pas la réalité économique de cette période. Le terme de Longue Dépression lui a été préféré. Mais les deux expressions de Grande Dépression ou Longue Dépression sont aujourd'hui jugées impropres car il s'agit d'un ralentissement économique ou d'une stagnation économique, ponctué par des périodes de déflation, et non d'une dépression, puisque le PNB a continué à croître sur la période qui va de 1880 à 1896.

Il faut raccorder cette période aux profondes mutations industrielles d'alors qui perturbent le champ économique, provoquant de forts mouvements de capitaux se dirigeant vers de nouveaux secteurs d'avenir : entre 1870 et 1910, le volume de la production mondiale va doubler.

Contexte[modifier | modifier le code]

La Grande Dépression a été précédée par un double mouvement de spéculation immobilière et de spéculation boursière découlant de la libéralisation bancaire des années 1870 dans plusieurs pays d'Europe. Dans les empires austro-hongrois et français, ainsi qu'en Prusse, les monarques appuient la création d'« une série de nouvelles institutions qui se sont mises à émettre des prêts hypothécaires dans les domaines de la construction municipale et résidentielle »[1]. Le secteur immobilier explose à Paris, Vienne et Berlin. Les financiers n'hésitent pas à s'endetter pour investir dans la construction, se fondant sur l'envolée des prix immobiliers pour rentabiliser leurs investissements[2].

En 1871, la guerre franco-prussienne se termine par le traité de Francfort qui contraint la France à payer de lourdes indemnités de guerre à l'Allemagne. La France est privée de son or, qui gonfle artificiellement le crédit en Allemagne. Des produits financiers assurant un rendement constant aux actionnaires apparaissent, créés notamment par le Crédit mobilier.

Aux États-Unis, les compagnies ferroviaires, plus nombreuses, prennent de gros risques pour se concurrencer par les coûts et les prix, tout en garantissant des profits constants aux actionnaires. La seconde révolution industrielle et ses innovations technologiques permettent aussi aux États-Unis de produire du blé en grandes quantités et à moindre coût, changeant le cours de l'histoire de la culture des céréales. En 1871, l'Angleterre, premier importateur mondial de blé, décide de ne plus s'approvisionner en Europe centrale et en Russie mais outre-Atlantique, ce qui provoque la panique sur les marchés européens[2].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Panique bancaire à la Fourth National Bank, au 20 Nassau Street, New York, 1873. Image tirée du Frank Leslie's Illustrated Newspaper, 4 octobre 1873.
2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2012)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le 12 février 1873, l'argent-métal cesse d'être l'étalon monétaire de référence du dollar, après le vote par le Congrès américain du Coinage Act de 1873, qui dispose que la monnaie américaine s'appuie désormais sur l'étalon-or. Les cours mondiaux de l'argent-métal chutent, mais principalement à cause d'une hausse massive de la production, alors que plusieurs États européens, le Japon, la Chine l'emploient encore comme base monétaire.

La crise bancaire de mai 1873 démarre le vendredi 9 mai à la Bourse de Vienne, qui réagit à la faillite de centaines de banques autrichiennes, incapables de récupérer leurs créances hypothécaires sur l'immobilier. Elle s'étend à Paris et Berlin et déclenche une récession rapide : les banques européennes manquent de liquidités et ne se font plus confiance, rendant les prêts interbancaires extrêmement coûteux.

Le krach se propage à la Bourse de New York où la bulle spéculative ferroviaire se dégonfle. La banque d'affaires du financier Jay Cooke, composant majeur de l'économie américaine, annonce qu'elle n'est plus en mesure d'apporter son appui à la Northern Pacific Railway. Cette compagnie fait faillite le 18 septembre, ainsi que la Jay Cooke & Company, bientôt suivi par l'Union Pacific. Wall Street est contrainte de fermer 10 jours à partir du 20 septembre. La Northern Pacific réussit cependant à finir le 16 décembre le tracé menant au port de Tacoma, au bord du Pacifique. Mais son lourd endettement l'asphyxie : elle doit provisoirement déposer le bilan le 30 juin 1875.

La période de crise rompt avec la forte croissance économique mondiale des années 1850 qui s'était prolongée dans les années 1860 par des investissements immobiliers massifs dans les métropoles en expansion : Vienne, Berlin, New York, San Francisco et Paris, avec les tracés du baron Haussmann. Les grandes banques d’affaires venaient de connaître un développement sans précédent. Quelques années plus tôt certains établissements bancaires importants avaient déjà fait faillite comme le Crédit mobilier des Frères Pereire en France en 1867, tandis qu’un premier black Friday, le 11 mai 1866, avait secoué la Bourse de Londres.

La crise se répercute sur la sidérurgie en Europe et les chemins de fer aux États-Unis : au total, 89 compagnies de chemin de fer américaines sur 364 firent faillite. Après une petite embellie en 1878, elle s'aggrave au début des années 1880. La spéculation sur les chemins de fer en France et aux États-Unis provoque des krachs, respectivement en 1882 et 1884, entraînant de nouveau la disparition de certaines banques d’affaires dont l'Union générale en France. Enfin, en 1890, l'une des plus célèbres banques britanniques, la Barings, dépose provisoirement le bilan du fait de placements spéculatifs à l’étranger.

La crise économique touche particulièrement l'agriculture, les industries du lin et du bois et les industries alimentaires. Dans l'agriculture, les prix chutent fortement. Pourtant la crise est d'une ampleur variable selon les pays. En Grande-Bretagne, le revenu par tête continue de croître pendant cette période, plus rapidement que durant la première moitié du siècle, grâce à la diminution des prix des produits importés. L'industrie connait d'abord de sérieuses difficultés, mais les années 1880 sont globalement une phase d'expansion.

Les chiffres officiels font état d'un million de chômeurs sur une population de 45 millions de personnes. Dans les faits, les chômeurs seraient plutôt autour des 3 millions. Les vagabonds sont en conséquence de plus en plus nombreux et sont persécutés par les groupes de vigilantes organisés par les plus fortunés. Le vice-président de la Pennsylvania Railroad Alexander Cassat organise sa propre milice pour chasser tous les vagabonds de l’État.

Grèves et conflits sociaux[modifier | modifier le code]

En 1874, une manifestation à New York rassemblant des milliers de chômeurs, pourtant officiellement autorisée, est brutalement dispersée par la police. À Chicago, en juillet 1877, environ 10 000 adjoints spéciaux, policiers et soldats poursuivent la répression pendant deux jours, provoquant 50 morts et une centaine de blessés graves parmi les grévistes. La presse adopte une attitude radicalement hostile aux grévistes ; le rédacteur en chef du Chicago Times suggère ainsi « une petite dose de strychnine ou d'arsenic » pour tous les ouvriers grévistes et vagabonds. Le 21 juillet 1877, une journée après l’émeute sanglante de Baltimore où neuf travailleurs des chemins de fer avaient été tués par la milice du Maryland, les ouvriers de Pittsburgh entamèrent une grève de soutien. Les autorités font intervenir 600 soldats des troupes fédérales qui ouvrirent le feu sur les piquets de grève, tuant 20 travailleurs et en blessant des centaines d'autres. Des milliers de travailleurs agricoles rejoignent les grévistes et après des combats urbains expulsent les troupes de la ville. L'agence d'Allan Pinkerton collabore à la répression des grèves du chemin de fer et mouvements sociaux de 1877. Pour lui, toutes les grèves et manifestations de cette période étaient le fait des communistes. Il adopte une attitude radicalement anti-ouvrière, décrivant les chômeurs et vagabonds comme une « race de hyènes humaines »[3].

Dans les mines de charbons de Pennsylvanie, les salaires des mineurs passent de 18,20 dollars par semaine en 1969 à 9,20 en 1877 ; beaucoup sont considérablement endettés auprès de leur compagnie qui, après déduction du prix des outils, de l'alimentation et du loyers leur remet souvent des bulletins de paye négatifs. Une grève est alors déclenchée : 26 mineurs sont arrêtés et incarcérés pour association de malfaiteurs. Les compagnies font également interdire le syndicat des mineurs par les tribunaux. Dans un rapport ultérieur à ses actionnaires, Franklin Gowen, le président de la Reading Company, indiquera avoir dépensé 4 millions de dollars pour briser la grève. Les Molly Maguires ripostent en sabotant la production et en incendiant des bureaux. En raison de ces événements Gowen obtient l'intervention de la milice de l’État ; avec l'aide de cette dernière et de l'agence Pinkerton, il fait disperser les rassemblements ouvriers et trois dirigeants syndicaux seront assassinés (par l'agence Pinkerton ou par des tueurs engagés par Gowen). Un agent des Pinkerton, James McParland, s'infiltre au sein de la société secrète et dénonce 347 Mollies présumés, dont 20 seront pendus[3].

À Scranton (Pennsylvanie), des hommes d'affaires, commerçants et membres des professions libérales forment le Scranton Citizen's Corps, dirigé par le maire lui-même qui était également directeur général de la Lackawanna Iron and Coal Company. Après avoir délibérément augmenté dans des proportions significatives les prix de tous les commerces de la région, contraignant les grévistes et chômeurs à voler des réserves alimentaires, la milice put répliquer en attaquant les grévistes. Des dizaines de travailleurs et de miliciens, parmi lesquels le maire, sont tués dans les affrontements qui suivirent, entrainant l'intervention de l'armée fédérale. L’enquête révéla que la milice était entièrement responsable des violences mais ses membres seront acquittés[3].

Les politiques de lutte contre la crise[modifier | modifier le code]

La dépression des années 1880 se déroule dans un contexte de libéralisme économique, mais pas de libre-échange, du fait de la forte concurrence exercée par les nouveaux pays sur les marchés mondiaux. Les producteurs agricoles européens ne sont pas assez compétitifs pour faire face à la concurrence des fermiers canadiens et américains et aux importations de viande en provenance d'Australie et de Nouvelle-Zélande. L'Allemagne adopte en 1879 un tarif douanier très élevé, le tarif Bismarck, qui impose des droits de douane sur les produits agricoles et industriels : l'Allemagne refuse de sacrifier son agriculture pour favoriser le développement de son industrie, comme l'a fait la Grande-Bretagne. Cette dernière reste fidèle à sa tradition libre-échangiste et conserve des droits de douanes nuls.

La Grande Dépression n'est pas à l'origine d'une intervention plus marquée de l'État. La lutte contre la crise reste limitée à l'adoption de législations en faveur de la réglementation bancaire et de la préservation de la concurrence. Ainsi aux États-Unis, l'Interstate Commerce Act (1887) interdit aux entreprises de chemins de fer de pratiquer le dumping et le partage des marchés. En France est lancé à partir de 1879 le Plan Freycinet, qui prévoit le développement des transports dans toute la France. Ce plan distribue des crédits aux compagnies privées de chemin de fer et incite à la création de nouvelles lignes.

Les sentiments anti-immigrants se renforcèrent à nouveau et les partis républicain et démocrate intégrèrent à leurs programmes électoraux des mesures anti-chinoises. En 1879, les électeurs de l'État californien votent à 94 % contre la présence d'immigrants chinois. En 1882, le congrès adopte le Chinese Exclusion Act, qui interdit l'immigration chinoise pour 10 ans et proscrit la naturalisation des Chinois présents aux États-Unis[3].

Conséquences[modifier | modifier le code]

La dépression économique durera jusqu’au milieu des années 1890 : 1893 ou 1896 selon les références. Cette longue stagnation — il ne s’agit pas ici d’une chute de la production comme dans les années 1930, mais d’un marasme économique — s’accompagne de crises plus brèves liées en partie aux détournements des banques vers les placements de court terme. Face à la crise, les grandes entreprises se concentrent afin de maintenir leurs profits, formant des cartels en Allemagne, des trusts aux États-Unis. Cette stratégie est fortement encouragée en Allemagne, pays connaissant une certaine prospérité et comblant son retard, dépassant la France et rattrapant le Royaume-Uni au plan industriel. Aux États-Unis, la constitution de ces trusts sera combattue dès la fin de la crise par la législation du Sherman Anti-trust Act (1890).

En sus de la concentration, l’autre conséquence majeure de la crise est l’arrêt soudain de la première expérience de libéralisation des échanges internationaux. Depuis le traité de libre-échange de 1860 entre le Royaume-Uni et la France, les pays industrialisés d’Europe occidentale multipliaient les traités de libre-échange bilatéraux, tout en s’accordant la clause de la nation la plus favorisée (qui rendait finalement les traités multilatéraux). Pour protéger leurs entreprises dans un contexte de crise, les États relèvent leurs tarifs douaniers : les tarifs Méline en France calment les agriculteurs ; le tarif MacKinley élève les tarifs américains à 49 % en 1890 (57 % en 1897). Seul le Royaume-Uni, terre promise du libéralisme, conserve unilatéralement le libre-échange. Pour trouver de nouveaux débouchés, les nations européennes se lancent dans une nouvelle vague de colonisation. Jules Ferry l’explique à la Chambre des députés : « La politique coloniale est fille de la politique industrielle ».

En 1877, les salaires chutent de 25 %. Dans les années 1880, un ouvrier américain travaille généralement entre 12 et 18 heures par jour[3].

La crise de 1873-1896 s’inscrit dans le mouvement des cycles économiques longs décrits par Kondratiev et expliqués par Joseph Schumpeter en 1911 dans sa Théorie de l’évolution économique. Cette période correspondrait selon cette théorie à la phase B d'un cycle long : les innovations de la précédente période de croissance, dans la métallurgie, les chemins de fer ou la chimie, ne suffisent plus à assurer les profits des entrepreneurs. Toutefois de nombreuses inventions sont porteuses d’espoir d’innovation pour une future période de croissance : électricité, automobile, pétrole, premiers essais de l’aviation mais aussi, avec les débuts du phonographe et du cinématographe, l'industrie culturelle avec l'arrivée de sociétés comme Pathé ou Gaumont[4]. Ces nouvelles activités prendront leur essor lors de la seconde révolution industrielle.

Références[modifier | modifier le code]

  1. The Real Great Depression, Scott Reynolds Nelson, The Chronicle of Higher Education
  2. a et b Pas 1929, 1873!, Antoine Robitaille, 9 octobre 2008, ledevoir.com
  3. a, b, c, d et e Frank Browning, John Gerassi, Histoire criminelle des États-Unis, Nouveau monde, , p. 282-310, 376
  4. Gaumont, Ullstein, et Pathé sont cités dans la traduction d'Eliane Kaufholz de Adorno et Horkeimer, La production industrielle de biens culturels (Dialectique de la raison, Tel Gallimard, p. 141)

Articles connexes[modifier | modifier le code]