Grande apostasie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Grande apostasie est une croyance, partagée par plusieurs mouvements restaurationnistes chrétiens, selon laquelle le monde chrétien aurait subi une apostasie généralisée entre le Ier siècle et le IVe siècle après Jésus-Christ. Celle-ci consisterait en la corruption des principes de l'Évangile et aux modifications non autorisées apportées par des hommes à l'organisation et aux sacrements de l'Église.

Points de vue[modifier | modifier le code]

Église catholique et Églises orthodoxes[modifier | modifier le code]

Les catholiques rejettent totalement l'idée d'une grande apostasie. Ils soutiennent que la vraie Église fut divinement établie par Jésus et qu'elle ne peut jamais disparaître de la terre. Ils croient à la continuité littérale de l'Église primitive au travers de la succession apostolique (citant la parole du Christ à Pierre Sur cette pierre je bâtirai mon Église) et de leur enracinement biblique, liturgique, théologique, etc.

À ce propos, l'auteur catholique Patrick Madrid écrit : « Puisque le Christ est l'esprit et la tête de l'Église (Éph 4:15-16), animant le corps, les membres bénéficient d'une union spirituelle avec lui (Jean 15:1-8). Il est inconcevable qu'il permette que son corps se désintègre sous les attaques de Satan. L'apôtre Jean nous rappelle que Jésus est plus grand que Satan (1 Jean 4:4). »[1]

Églises évangéliques[modifier | modifier le code]

Pour les évangéliques, les institutions ecclésiastiques catholiques et orthodoxes sont des réalités humaines qui se sont corrompues et ne suivent plus le véritable message de l'Évangile; par conséquent, ils ne sont plus, depuis bien longtemps, l'Église de Dieu. La vraie Église de Dieu, l'Israël de Dieu, est, selon eux, d'abord constituée par les fidèles des églises évangéliques et par les juifs messianiques (les "deux oliviers") mais aussi par certains individus exceptionnels adhérant aux institutions religieuses chrétiennes classiques. La séparation des "deux oliviers" seraient due aux passions humaines, contraire à l'Esprit, aboutissant d'un côté aux juifs ostracisant les Gentils et le Mashia'h et suivant la voie de Yoḥanan ben Zakkaï et, de l'autre côté, aux chrétiens aux pratiques déjà déviantes et refusant les juifs tel que cela put être formalisé au concile d'Elvire.

Pour les évangéliques, la grande apostasie s'est lentement formée à partir du IIe siècle pour pleinement se réaliser lors des IVe siècle et Ve siècle. Les évangéliques conçoivent la captation de la Parole de Dieu, contenue dans son Évangile, par les "églises-institutions" comme une privation d'accès au réel message chrétien; captation voulue ou aboutie suite aux déviations humaines telles que la politisation et réalisée par une hiérarchie monolithique perçue comme infidèle à l'Église souhaitée par le Christ. Les évangéliques perçoivent une confiscation de la Parole de Dieu et une supplantation de la véritable Église relationnelle et annonciatrice du chrétien par une Église de la Parole et par sa religion associée. Les évangéliques considèrent aussi les Églises catholique et orthodoxes comme des structures où un pouvoir hypertrophié est détenu par une caste sacerdotale et épiscopale au fondement illégitime.

Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours[modifier | modifier le code]

Selon la doctrine mormone, il s'est produit plusieurs périodes d'apostasie générale tout au long de l'histoire du monde. La période appelée la Grande apostasie aurait eu ses prémices du vivant des apôtres, serait devenue totale après leur mort et aurait duré jusqu'au Rétablissement inauguré par la première vision de Joseph Smith en 1820. La Grande apostasie est caractérisée par la corruption des principes de l'Évangile, par des modifications non autorisées à l'organisation et aux sacrements de l'Église, par l'absence d'autorité divine, l'absence de prophètes et de direction divine, l'établissement de nombreuses Églises, la corruption ou la perte de certaines parties des saintes Écritures, et l'absence d'autorité pour conférer le don du Saint-Esprit ou accomplir d'autres sacrements. La Grande apostasie aurait duré jusqu'à ce que Dieu le Père et son Fils Jésus-Christ apparaissent à Joseph Smith en 1820 et commencent le rétablissement de la plénitude de l'Évangile. Selon la doctrine mormone, il n'y aura pas d'autre apostasie générale avant la seconde venue de Jésus-Christ.

Témoins de Jéhovah[modifier | modifier le code]

Comme beaucoup de mouvements se déclarant comme chrétiens, les Témoins de Jehovah s'efforcent de refléter le christianisme comme ils croient qu'il était pratiqué au Ier siècle. L'organisation à laquelle les Témoins appartiennent a un certain rattachement à l'adventisme, et considère que la grande apostasie a commencé immédiatement après la mort du dernier apôtre, bien qu'il y ait eu déjà auparavant des signes avertisseurs et des apostats précurseurs peu de temps après l'ascension de Jesus[2]. Les Témoins considèrent l'adoption de la Trinité (qu'ils allèguent être basée sur une application spécieuse de la philosophie platonique et sophistique grecque) comme l'un des principaux indicateurs d'apostasie.

Les Témoins de Jéhovah considèrent que l'infidélité de ceux qui se prétendaient chrétiens est devenue totale lors du Concile de Nicée, quand le symbole de Nicée a été adopté, instituant la doctrine de la Trinité comme principe central de l'orthodoxie chrétienne[3]. Le mouvement religieux s'abstient également strictement de toute participation politique et du service militaire, pour des raisons semblables à celles avancées précédemment par les anabaptistes. Pour justifier cette longue période d'apostasie, les Témoins de Jéhovah cite 2 Thessaloniciens 2:3 qui pour eux reflète l'apostasie de l'apôtre Judas Iscariote à Jesus, et celle d'Ahithophel au roi David.

Les Témoins de Jéhovah croient que Dieu a restauré le vrai christianisme par leur moyen, lorsque Charles Taze Russell a initié le mouvement des Étudiants de la Bible[4].

Références bibliques[modifier | modifier le code]

Les références bibliques suivantes sont généralement citées par les mouvements restaurationnistes afin de corroborer leur croyance en une grande apostasie :

Ce peuple s'approche de moi de la bouche (És 29:10,13). Les ténèbres couvrent la terre (És 60:2). Le Seigneur enverra la faim et la soif d'entendre les paroles de l'Éternel (Am 8:11). Il s'élèvera de faux Christs et de faux prophètes (Mt 24:24). Il s'introduira parmi vous des loups cruels (Ac 20:29). Je m'étonne que vous vous détourniez si promptement de lui (Ga 1:6). Il faut que l'apostasie soit arrivée auparavant (avant la seconde venue du Christ) (2 Th 2:3). Certains se sont détournés de la vérité (2 Ti 2:18). Certains garderont l'apparence de la piété, mais ils en renieront ce qui en fait la force (2 Ti 3:5). Le temps viendra où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine (2 Ti 4:3–4). Il y aura de faux prophètes et de faux docteurs parmi le peuple (2 Pi 2:1). Il s'est glissé certains hommes qui renient le seul maître et Seigneur (Jud v. 4). Il y en a qui se disent apôtres et qui ne le sont pas (Ap 2:2). Comment peut-on affirmer être né de nouveau sans voir le royaume de Dieu ? (Jn3 v3).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

James E. Talmage, La Grande Apostasie (Salt Lake City, 1909)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Patrick Madrid, In Search of "The Great Apostasy"
  2. Étude perspicace des Écritures, 1988, volume 1, p. 623
  3. L'humanité à la recherche de Dieu, 1990, p. 263
  4. "La grande apostasie" et "L’annonce du retour du Seigneur (1870-1914)", Les Témoins de Jéhovah - Prédicateurs du Royaume de Dieu, 1993, pp. 33-38, 42-54