Grande Masse des Beaux-Arts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Grande Masse des Beaux-Arts
Situation
Création 1926
Type Association reconnue d'utilité publique
Siège Social Société française des architectes[1]
247 rue Saint-Jacques,
75005 Paris, France
Langue Français, Anglais
Organisation
Grande Massière Isabelle Conte (depuis septembre 2019)

Site web http://www.grandemasse.org

La Grande Masse des Beaux-Arts, dite aussi Grande Masse, est l'Association des Élèves et Anciens Élèves des Écoles Nationales Supérieures des Beaux-Arts, d'Architecture et d'Arts[2], fondée à Paris en 1926, reconnue d'utilité publique par le décret du [3], regroupant les élèves et anciens élèves de l'École Nationale Supérieure des Beaux-Arts et des Écoles Nationales Supérieures d'Architecture.

Historique[modifier | modifier le code]

Couverture du Bulletin de la Grande Masse du mois de Février 1929

La Grande Masse des Beaux-Arts est l'une des plus anciennes associations étudiantes françaises. Elle tire son origine de la tradition médiévale des masses d'ateliers. La « masse » a toujours existé dans les ateliers de l’École des beaux-arts : c’est un Conseil d’administration élu dans chaque atelier avec pour mission d’en gérer les intérêts et les finances.

On[Qui ?] trouve trace de l’existence de la Grande Masse fin XIXe siècle[réf. nécessaire], sa principale préoccupation étant alors d’assurer la liaison entre les ateliers pour l’organisation du très fameux « Bal des Quat'z'Arts ».

Au retour de la Première Guerre mondiale les difficultés présentes de la vie et l'énorme quantité d'étudiants mort au front[4][source insuffisante], renforcèrent l’esprit corporatif et l’idée de grouper légalement tous les camarades de l’École se fixa dans l’esprit de quelques-uns.

C’est ainsi que le 6 et le 7 avril 1925 à Paris, dans le caveau du « Rocher », café alors célèbre, se groupèrent plusieurs camarades pour désigner d’une part les Grands Massiers des différentes sections de l’École des Beaux-Arts (Peinture, Sculpture, Gravure e et Architecture) et d’autre part le Grand Massier de l'École. La mission et l’objectif de cette nouvelle Grande Masse étant de « créer et d’entretenir un lien de solidarité entre tous les élèves et anciens élèves de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts, de fonder et de développer toutes organisations susceptibles d’améliorer la situation de ses membres »[réf. nécessaire][5].

Ce groupement virtuel fut à partir du , date de dépôt des statuts de l’Association de type loi 1901, officialisé de façon réelle et légale. Son Siège était alors installé au 51 rue de Seine Paris (6e). Elle est reconnue d'utilité publique dès 1932. Depuis 1937 son siège social se trouve 1 rue Jacques-Callot dans le 6ème arrondissement de Paris, dans l'immeuble des Ateliers extérieurs d'Architecture dont la Grande Masse est à l'origine de la construction[6] (entre 1926 et son inauguration en 1933), suivant les plans de l'architecte Roger-Henri Expert.

Le Grand Massier Fondateur de l'Association fut Raymond Muller (1893-1982) élève de l'atelier d'architecture Paulin-André.

La Grande Masse organise tout un ensemble de service à vocation sociale (Emplois, Logements, bourses, dons, prêts d'honneurs, juridique, voyages d'études, centre diffusion de cours et de projets de prix, bulletin de type journal, bals à caractère caritatif, etc). Elle est l'organisatrice, au travers du "Khomité", du Concours National des Fanfares des Beaux-Arts. L'Association ne poursuit aucun but lucratif. Elle s'interdit rigoureusement toute discussion d'ordre politique ou religieux.


Les Grands Massiers, présidents de l'association[modifier | modifier le code]

  • 1926 : Raymond Müller (1893-1982)
  • 1927 : Louis Allix (1894-1964)
  • 1928 : Raymond Lopez (1904-1966)
  • 1929-1930 : Jean Margerand (1905-1978)
  • 1931 : Henry Mathé (1905-1979)
  • 1932 : Paul Meige (1901-?)
  • 1933-1934 : François Roux (1906-1941)
  • 1935 : Charles Sébillotte (1908-?)
  • 1936-1938 : Pierre Dufau (1908-1985)
  • 1939 : Paul de Noyers (1911-2006)
  • 1940-1941 : Philippe Mondineu (1913-?)
  • 1942-1943 : Marcel Quinton[7] (1916-1984)
  • 1944-1945 : Henry Bernard (1912-1994)
  • 1946 : Tullio Santaniello (1912-2005)
  • 1947 : Robert Louard (1914-?)
  • 1948 : Jean Ploquin (1921-?)
  • 1948-1950 : Raymond Nicolas (1922-?)
  • 1951 : Raymond Royer (1921-?)
  • 1951-1953 : Jean Maneval (1923-1986)
  • 1954 : Michel Holley (né en 1924)
  • 1955-1956 : Jacques Gandelin (né en 1923)
  • 1957 : Claude Guislain (1929-2011)
  • 1958 : Henri Clément (1926-2017)
  • 1959 : Louis Audbert (1930-?)
  • 1960 : Pierre Cheyre (né en 1928)
  • 1961 : Paul Palatchi (1928-2014)
  • 1962-1965 : Philippe Molle[8] (né en 1935)
  • 1966-1967 : Pierre Clément (né en 1941)
  • 1968-1970 : Jean-François Menager (1940-1993)
  • 1971-1972 : Philippe Bertrand (né en 1942)
  • 1973-1974 : Frank Hindley (né en 1946)
  • 1975 : Louis-Christian Olphe-Galliard (né en 1959)
  • 1976 : Jean-Louis Delagarde
  • 1977-1978 : Henri de Lépinay
  • 1979 : Philippe Gautier
  • 1980 : Philippe Castans
  • 1981 : Christian Ottin-Pecchio
  • 1982 : Jean-François Guet
  • 1983 : Béatrice Chagnon
  • 1984-1985 : Bernard Rafin
  • 1986-1988 : Dominique Moyen
  • 1989 : Pierre-Xavier Grézaud
  • 1990 : Isabelle Ardevol
  • 1991 : Éric Fauny
  • 1992-1993 : Dominique Moyen
  • 1994-1997 : Philippe Roldan
  • 1998-2002 : Emmanuel Sallès
  • 2003-2006 : Sylvain Giachino
  • 2007-2011 : Jérémie Noizette
  • 2012-2014 : Pierrick Renault Delasauvagère
  • 2015-2016 : Daniel Colin
  • 2017 : Florian Corniquel
  • 2018-2019 : Sandra Grifo
  • 2020 : Isabelle Conte


Notes et sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de renseignement sur societe.com.
  2. D'après les statuts de l'Association, modifiés par arrêté du 3 décembre 2015, publiés au Journal Officiel de la République Française le 12 décembre 2015 (texte 32/127, page 22989).
  3. Publié au Journal Officiel de la République Française du 6 février 1932 (page 1396, sur www.gallica.bnf.fr).
  4. Voir la plaque commémorative de la Cour du Mûrier de l'ENSBA de Paris.
  5. Annie Jacques, Les Beaux-Arts, de l'Académie aux Quat'z'arts, ENSBA, , 595 p. (ISBN 2-84056-096-8)
  6. J.-L. Margerand (photogr. Studio Jyska), « Les Ateliers extérieurs d'Architecture de l'École Nationale supérieure des Beaux-Arts : par m. EXPERT, Architecte en Chef des Bâtiments Civils et Palais Nationaux, D. P. L. G. », La Construction Moderne, Revue Hebdomadaire d'Architecture, série 48ème année, no 45,‎ , p. 666 à 672
  7. Marcel Quinton est un des 4 membres fondateurs des Quatre Barbus, fameux groupe vocal des années 50 et 60.
  8. Philippe Molle, « Bibliographie de Philippe Molle », sur philippemolle.com, (consulté le 9 janvier 2019)

Sources[modifier | modifier le code]

  • Annie Jacques, dir., Les Beaux-Arts, de l'Académie aux Quat'z'arts, anthologie historique et littéraire, ENSBA, Paris, 2001 (ISBN 9782840560968)
  • La Construction moderne, revue hebdomadaire d'architecture, 48ème année, no 45,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]