Grande Action

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Une annonce du Judenrat du 22 juillet 1942, qui a fait commencer la Grande Action

La Grande Action (Grossaktion Warschau) est une action de la liquidation du ghetto de Varsovie liée à l’extermination massive de ses habitants, menée du au . Elle faisait partie de l’Aktion Reinhard.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le à 10h du matin, le chef de l’état-major spécial de l’Aktion Reinhard, SS-Sturmbannführer Hermann Höfle a informé Adam Czerniaków, le président du conseil juif Judenrat que les « réinstallations à l’est » commencent[1].

Les fonctionnaires du service d’ordre juif (la police juive)[2] ont activement participé à l’action. Les Juifs ont été rassemblés à l’Umschlagplatz, d’où ils ont été transportés au camp d’extermination de Treblinka.

En , quand les premiers fugitifs de Treblinka sont arrivés à Varsovie, il est devenu évident que les déportations ne visent pas la réinstallation, mais l’extermination.

À l’étape finale de l’action, du 3 au , entre les rues Smocza, Gęsia, Zamenhofa, Szczęścliwa et la place Parysowski on a rassemblé environ cent mille habitants du ghetto (le « chaudron de la rue Miła » ou le « chaudron de la rue Niska » ; en polonais : „kocioł na Miłej”, „kocioł na Niskiej”)[3]. À la suite de la sélection, les trente-deux mille personnes ont reçu le « ticket de vie » qui les autorisait à rester dans le ghetto, les 2,6 mille personnes ont été fusillées et plus de 54 mille ont été transportées à Treblinka[pas clair][3].

Le dernier jour de la Grande Action, le , c’était le jour de la fête juive Yom Kippour[4]. Ce jour-là, le nombre des fonctionnaires du Service d’ordre juif a été réduite de 2400 à 380 ; les nombreux policiers avec leurs familles ont été emmenés à l’Umschlagplatz et ont été transportés à Treblinka [4].

Les Juifs chargés dans les trains à l’Umschlagplatz

Pendant l’action, on a déporté environ 265 000 Juifs au total[5]. Environ dix mille personnes ont été tuées sur place et à peu près 70 000 personnes sont restées dans le ghetto (légalement ou ilégalement)[5]. Environ 75% d’habitants ont été transportés à Treblinka [1]. En conséquence, on a réduit l’étendue du ghetto aux terrains occupés par des usines (appelés en polonais « szopy » ), dans la partie nord du ghetto et aux environs de la rue Pańska.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Gutman, Israel. (trad. de l'hébreu), Żydzi warszawscy, 1939-1943 : Getto--podziemie--walka, Warszawa, Rytm, , 583 p. (ISBN 83-85249-26-5, OCLC 34319971, lire en ligne)
  2. Lewin, Abraham, 1893-1943. et Żydowski Instytut Historyczny im. Emanuela Ringelbluma., Dziennik, Żydowski Instytut Historyczny im. Emanuela Ringelbluma, (ISBN 978-83-65254-20-7, OCLC 951845721, lire en ligne)
  3. a et b Engelking, Barbara, 1962-, Weszpiński, Paweł E., et Stowarzyszenie Centrum Badań nad Zagładą Żydów,, Getto warszawskie : przewodnik po nieistniejącym mieście (ISBN 978-83-63444-27-3, OCLC 854502690, lire en ligne)
  4. a et b Libionka, Dariusz,, Zagłada Żydów w Generalnym Gubernatorstwie : zarys problematyki, , 291 p. (ISBN 978-83-62816-34-7, OCLC 1000423138, lire en ligne)
  5. a et b (pl) « Żydowski Instytut Historyczny », sur www.jhi.pl (consulté le )