Grand Prix automobile d'Allemagne 1958

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grand Prix d'Allemagne 1958
Tracé de la course
Données de course
Nombre de tours 15
Longueur du circuit 22,810 km
Distance de course 342,150 km
Conditions de course
Météo temps couvert, piste sèche
Résultats
Vainqueur Drapeau : Royaume-Uni Tony Brooks,
Vanwall,
h 21 min 15 s 0
(vitesse moyenne : 145,338 km/h)
Pole position Drapeau : Royaume-Uni Mike Hawthorn,
Ferrari,
min 14 s 0
(vitesse moyenne : 148,224 km/h)
Record du tour en course Drapeau : Royaume-Uni Stirling Moss,
Vanwall,
min 9 s 2
(vitesse moyenne : 149,519 km/h)

Le Grand Prix d'Allemagne 1958 (XX Grosser Preis von Deutschland), disputé sur le Nürburgring le , est la soixante-douzième épreuve du championnat du monde de Formule 1 courue depuis 1950 et la huitième manche du championnat 1958. La course est également ouverte aux monoplaces de Formule 2, qui bénéficient d'un classement séparé.

Contexte avant le Grand Prix[modifier | modifier le code]

Le championnat du monde[modifier | modifier le code]

Le monde des Grands Prix connaît un bouleversement notable en cette saison 1958, la longueur des épreuves ayant été réduite à trois cents kilomètres (contre cinq cents auparavant), avec une durée maximale de trois heures. D'autre part, la Commission Sportive Internationale (C.S.I.) a banni l'utilisation du carburant libre, qui permettait l'emploi d’alcool et d'additifs tels le nitrométhane, imposant un carburant de type 'Avgas', employé en aviation. La carburation des moteurs a dû être modifiée en conséquence, avec une perte de puissance de l'ordre de vingt chevaux[1]. Les nouvelles monoplaces sont généralement plus compactes, la capacité des réservoirs étant considérablement réduite par rapport à la saison précédente. Après la retraite sportive du quintuple champion du monde Juan Manuel Fangio et le retrait officiel de Maserati en Grand Prix, Stirling Moss et sa Vanwall étaient donnés largement favoris pour le titre mondial, mais les récentes performances de Mike Hawthorn au volant de sa Ferrari l'ont propulsé en tête du championnat, avec sept points d'avance sur son adversaire.

Le circuit[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Nürburgring.
Hatzenbach
Le Nürburgring, le circuit aux 170 virages. Ici la descente d'Hatzenbach.

C'est à l'initiative du Docteur Creutz, alors conseiller du Land d'Adenau et président de la section locale de l'ADAC, que l'on doit la réalisation du Nürburgring, au coeur du massif de l'Eifel. Après approbation du projet le 23 février 1925[2], les travaux débutèrent deux mois plus tard pour s'achever au printemps 1927. Pendant ces deux années, deux mille cinq cents ouvriers participèrent à la construction d'un des plus grandioses circuits au monde[3]. Inauguré officiellement le 18 juin 1927, le circuit comprend deux tracés principaux, la boucle sud (7,7 km) et la boucle nord (22,8 km). Cette dernière est la plus couramment utilisée pour les grandes épreuves internationales. Son parcours très accidenté, comportant près de 180 virages (la plupart aveugles), a la réputation d'être le plus difficile et le plus technique de la saison. En 1957, Juan Manuel Fangio avait amélioré le record du tour à la moyenne de 145,18 km/h au volant de sa Maserati. Depuis, le circuit a été partiellement resurfacé et certaines courbes adoucies, laissant envisager des moyennes plus élevées que l'année précédente[4].

Monoplaces en lice[modifier | modifier le code]

Formule 1[modifier | modifier le code]

  • Ferrari Dino 246 "Usine"
Ferrari Dino 246
La Ferrari Dino 246 s'est imposée lors des deux épreuves précédentes.

La Scuderia Ferrari aligne la même équipe qu'à Silverstone : Mike Hawthorn, Peter Collins et Wolfgang von Trips disposent de Dino 246 (650 kg, moteur V6 (2400 cm3, 290 chevaux à 8 500 tr/min[5]). Ce sont les monoplaces les plus puissantes du plateau, et les plus rapides en pointe. Disparu accidentellement à Reims, Luigi Musso n'a pas été remplacé.

  • Vanwall VW "Usine"

Après leur contre-performance de la saison passée sur ce le 'toboggan' allemand, l'équipe de Tony Vandervell a retravaillé les suspensions de ses monoplaces : la barre anti-roulis a été modifiée, ainsi que le carrossage arrière et de nouveaux amortisseurs télescopiques ont été montés. Seules les voitures de Stirling Moss et de Tony Brooks ont pu être adaptées à temps pour l'épreuve, aussi Stuart Lewis-Evans est-il réduit au rôle de spectateur[1]. Si leur moteur quatre cylindres ne développe que 270 chevaux à 7500 tr/min, les Vanwall bénéficient cependant d'un point inférieur (630 kg) à celui de leur rivales italiennes, et disposent en outre d'un très moderne système de freins à disques, un atout de taille sur ce circuit[6].

  • BRM P25 "Usine"

L'usine engage deux P25 (550 kg, moteur quatre cylindres développant 250 chevaux[4]), pour Jean Behra et Harry Schell. Accidenté lors du Grand Prix de Rouen[7], Ron Flockhart, également pilote officiel de la marque, n'est toujours pas en état de piloter la troisième voiture.

  • Cooper T45 "Usine"
Cooper T45
Une Cooper T45, à moteur central arrière, lors d'une manifestation historique

Egalement présente en F2, l'usine n'engage qu'une seule F1 officielle, pour Roy Salvadori. Ce dernier dispose de son habituelle T45, équipée d'un moteur Coventry Climax FPF de 2200 cm3, développant 194 chevaux à 6250 tr/min[8]. Malgré sa puissance très modeste, la petite Cooper peut espérer une place d'honneur sur ce circuit tortueux, grâce à son agilité et son poids inférieur à 500 kg. La marque est également représentée par l'écurie de Rob Walker, qui a engagé un modèle T43 à moteur Climax identique pour Maurice Trintignant.

  • Lotus 16 "Usine"

Le Team Lotus aligne une Type 16 à moteur Climax FPF deux litres (176 chevaux à 6500 tr/min) pour Cliff Allison. Avec seulement 450 kg en ordre de marche, c'est la plus légère F1 du plateau[9].

  • Maserati 250F

Malgré son retrait officiel de la scène des Grands Prix, la marque est toujours largement représentée, grâce à l'écurie Centro Sud qui a engagé quatre 250F (moteur six cylindres en ligne, 270 chevaux à 7 500 tr/min) pour Troy Ruttman, Francisco Godia, Joakim Bonnier et Hans Herrmann.

Formule 2[modifier | modifier le code]

  • Cooper T45 "Usine"

Jack Brabham et Bruce McLaren disposent de Cooper T45 avec moteur Climax FPF 1500 cm3 (141 chevaux à 7300 tr/min). Au côté des deux voitures d'usine, Rob Walker a engagé une T43 pour Wolfgang Seidel. Cinq autres Cooper F2 privées sont présentes : les deux T45 de Brian Naylor et Tony Marsh, ainsi que les trois T43 de Dick Gibson, Ian Burgess et Christian Goethals. Toutes ces voitures sont équipées du même moteur Climax FPF.

  • Lotus 16 "Usine"
Edgar Barth
Edgar Barth, vainqueur de l'épreuve F2 en 1957.

Lotus utilise également le moteur Climax FPF pour la Formule 2. L'usine a engagé une T16 pour Graham Hill, tandis qu'Ivor Bueb pilote la Lotus 12 de l'Écurie Demi-litre.

  • Porsche 550 "Usine"

Comme l'année précédente, Edgar Barth dispose d'une F2 officielle (530 kg, 140 chevaux), une monoplace carénée dérivée de la 550 RS[10]. Comme en 1957, le pilote amateur néerlandais Carel Godin de Beaufort pilote sa Porsche 718 RSK personnelle[11].

  • Ferrari Dino 156 "Usine"

La Scuderia a engagé une 156 F2 à moteur avant (V6, plus de 180 chevaux) pour Phil Hill. Bien que pilote confirmé de l'équipe et notamment vainqueur des dernières 24 Heures du Mans, Hill n'avait jusqu'alors jamais piloté de monoplace officielle en Grand Prix.

Coureurs inscrits[modifier | modifier le code]

Liste des pilotes inscrits[12]
no  Pilote Écurie Constructeur Modèle Moteur Pneumatiques
2 Drapeau : Royaume-Uni Peter Collins Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari Dino 246 Ferrari V6 E
3 Drapeau : Royaume-Uni Mike Hawthorn Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari Dino 246 Ferrari V6 E
4 Drapeau : Allemagne Wolfgang von Trips Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari Dino 246 Ferrari V6 E
5 Drapeau : France Jean Behra Owen Racing Organisation BRM BRM P25 BRM L4 D
6 Drapeau : États-Unis Harry Schell Owen Racing Organisation BRM BRM P25 BRM L4 D
7 Drapeau : Royaume-Uni Stirling Moss Vandervell Products Vanwall Vanwall VW10 Vanwall L4 D
8 Drapeau : Royaume-Uni Tony Brooks Vandervell Products Vanwall Vanwall VW4 Vanwall L4 D
9 Drapeau : Royaume-Uni Stuart Lewis-Evans Vandervell Products Vanwall Vanwall VW6 Vanwall L4 D
10 Drapeau : Royaume-Uni Roy Salvadori Cooper Car Company Cooper Cooper T45 Coventry Climax L4 D
11 Drapeau : France Maurice Trintignant Rob Walker Racing Team Cooper Cooper T43 Coventry Climax L4 D
12 Drapeau : Royaume-Uni Cliff Allison Team Lotus Lotus Lotus 16 Coventry Climax L4 D
14 Drapeau : États-Unis Troy Ruttman Scuderia Centro Sud Maserati Maserati 250F Maserati L6 P
15 Flag of Spain (1945-1977).svg Francisco Godia Scuderia Centro Sud Maserati Maserati 250F Maserati L6 P
16 Drapeau : Suède Joakim Bonnier Scuderia Centro Sud Maserati Maserati 250F Maserati L6 P
17 Drapeau : Allemagne Hans Herrmann Scuderia Centro Sud Maserati Maserati 250F Maserati L6 P
18 Drapeau : Pays-Bas Carel Godin de Beaufort Ecurie Maarsbergen Porsche Porsche 718 RSK (F2) Porsche F4 D
19 Drapeau : États-Unis Dick Gibson Privé Cooper Cooper T43 (F2) Coventry Climax L4 D
20 Drapeau : Nouvelle-Zélande Bruce McLaren Cooper Car Company Cooper Cooper T45 (F2) Coventry Climax L4 D
21 Drapeau : Allemagne Edgar Barth Porsche KG Porsche Porsche 550 RS (F2) Porsche F4 D
22 Drapeau : Allemagne Wolfgang Seidel Rob Walker Racing Team Cooper Cooper T43 (F2) Coventry Climax L4 D
23 Drapeau : États-Unis Phil Hill Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari Dino 156 (F2) Ferrari V6 E
24 Drapeau : Australie Jack Brabham Cooper Car Company Cooper Cooper T45 (F2) Coventry Climax L4 D
25 Drapeau : Royaume-Uni Graham Hill Team Lotus Lotus Lotus 16 (F2) Coventry Climax L4 D
26 Drapeau : Royaume-Uni Ian Burgess High Efficiency Motors Cooper Cooper T43 (F2) Coventry Climax L4 D
27 Drapeau : Belgique Christian Goethals Écurie Eperon d'or Cooper Cooper T43 (F2) Coventry Climax L4 E
28 Drapeau : Royaume-Uni Ivor Bueb Écurie Demi-litre Lotus Lotus 12 (F2) Coventry Climax L4 D
29 Drapeau : Royaume-Uni Brian Naylor Privé Cooper Cooper T45 (F2) Coventry Climax L4 D
30 Drapeau : Royaume-Uni Tony Marsh Privé Cooper Cooper T45 (F2) Coventry Climax L4 D

Qualifications[modifier | modifier le code]

BRM P25
Première sortie sur le Nürburgring décevante pour la BRM P25, à cause d'une suspension inadaptée au circuit.

Les essais qualificatifs sont organisés les vendredi et samedi précédant la course[4]. Sur sa Vanwall, Stirling Moss se montre le plus rapide le premier jour, mais reste toutefois à deux secondes et demie du record établi par Juan Manuel Fangio l'année précédente. Mike Hawthorn se montre également très à l'aise sur sa Ferrari, terminant la session à deux secondes de son principal rival pour le titre. Les conditions de piste sont meilleures le lendemain, et Hawthorn est le premier à battre le record de Fangio, réalisant un tour à plus de 148 km/h de moyenne. Les deux pilotes Vanwall font alors le maximum pour battre la Ferrari, mais Brooks échouera pour une seconde, tandis que Moss ne parviendra pas à améliorer son temps de la veille. Quatrième à près de huit secondes de son coéquipier, Peter Collins place une seconde Ferrari en première ligne, devant la troisième voiture de la Scuderia pilotée par Wolfgang von Trips. Handicapées par des problèmes de suspension pour leur première apparition sur ce circuit, les BRM ont déçu, Harry Schell et Jean Behra sont devancés par les Cooper de Roy Salvadori et Maurice Trintignant. En Formule 2, Jack Brabham a nettement dominé ses adversaires, malgré le peu de tours parcourus. Il a réalisé le dixième temps absolu, devançant la Lotus F1 de Cliff Allison et la BRM de Behra ! Troy Ruttman ayant endommagé un piston de sa Maserati dès le début des essais et déclaré forfait[4], seulement douze monoplaces de Formule 1 seront au départ (contre treize dans la catégorie inférieure).

Résultats des qualifications
Pos. Pilote Écurie Temps Écart
1 Drapeau : Royaume-Uni Mike Hawthorn Ferrari 9 min 14 s 0
2 Drapeau : Royaume-Uni Tony Brooks Vanwall 9 min 15 s 0 + 1 s 0
3 Drapeau : Royaume-Uni Stirling Moss Vanwall 9 min 19 s 1 + 5 s 1
4 Drapeau : Royaume-Uni Peter Collins Ferrari 9 min 21 s 9 + 7 s 9
5 Drapeau : Allemagne Wolfgang von Trips Ferrari 9 min 24 s 7 + 10 s 7
6 Drapeau : Royaume-Uni Roy Salvadori Cooper-Climax 9 min 35 s 3 + 21 s 3
7 Drapeau : France Maurice Trintignant Cooper-Climax 9 min 36 s 9 + 22 s 9
8 Drapeau : États-Unis Harry Schell BRM 9 min 39 s 6 + 25 s 6
9 Drapeau : Suède Joakim Bonnier Maserati 9 min 42 s 7 + 28 s 7
10 Drapeau : Australie Jack Brabham Cooper-Climax (F2) 9 min 43 s 4 + 29 s 4
11 Drapeau : Royaume-Uni Cliff Allison Lotus-Climax 9 min 44 s 3 + 30 s 3
12 Drapeau : France Jean Behra BRM 9 min 46 s 8 + 32 s 8
13 Drapeau : États-Unis Phil Hill Ferrari (F2) 9 min 48 s 9 + 34 s 9
14 Drapeau : Royaume-Uni Ian Burgess Cooper-Climax (F2) 9 min 55 s 3 + 41 s 3
15 Drapeau : Nouvelle-Zélande Bruce McLaren Cooper-Climax (F2) 9 min 56 s 0 + 42 s 0
16 Drapeau : Allemagne Edgar Barth Porsche (F2) 9 min 57 s 2 + 43 s 2
17 Drapeau : Royaume-Uni Tony Marsh Cooper-Climax (F2) 9 min 57 s 5 + 43 s 5
18 Drapeau : Pays-Bas Carel Godin de Beaufort Porsche (F2) 10 min 01 s 5 + 47 s 5
19 Drapeau : Royaume-Uni Ivor Bueb Lotus-Climax (F2) 10 min 02 s 6 + 48 s 6
20 Drapeau : Allemagne Hans Herrmann Maserati 10 min 13 s 5 + 59 s 5
21 Drapeau : Royaume-Uni Brian Naylor Cooper-Climax (F2) 10 min 17 s 9 + 1 min 03 s 9
22 Drapeau : Allemagne Wolfgang Seidel Cooper-Climax (F2) 10 min 21 s 0 + 1 min 07 s 0
23 Drapeau : États-Unis Dick Gibson Cooper-Climax (F2) 10 min 55 s 0 + 1 min 41 s 0
24 Drapeau : Royaume-Uni Graham Hill Lotus-Climax (F2) 10 min 58 s 0 + 1 min 44 s 0
25 Drapeau : Belgique Christian Goethals Cooper-Climax (F2) 11 min 22 s 9 + 2 min 08 s 9

Grille de départ du Grand Prix[modifier | modifier le code]

Grille de départ du Grand Prix et résultats des qualifications
1re ligne Pos. 4 Pos. 3 Pos. 2 Pos. 1
Drapeau : Royaume-Uni
Collins
Ferrari
9 min 21 s 9
Drapeau : Royaume-Uni
Moss
Vanwall
9 min 19 s 9
Drapeau : Royaume-Uni
Brooks
Vanwall
9 min 15 s 0
Drapeau : Royaume-Uni
Hawthorn
Ferrari
9 min 14 s 0
2e ligne Pos. 7 Pos. 6 Pos. 5
Drapeau : France
Trintignant
Cooper
9 min 36 s 9
Drapeau : Royaume-Uni
Salvadori
Cooper
9 min 35 s 3
Drapeau : Allemagne
Trips
Ferrari
9 min 24 s 7
3e ligne Pos. 11 Pos. 10 Pos. 9 Pos. 8
Drapeau : Royaume-Uni
Burgess
Cooper F2
9 min 55 s 3
Drapeau : États-Unis
P. Hill
Ferrari F2
9 min 48 s 9
Drapeau : France
Behra
BRM
9 min 46 s 8
Drapeau : États-Unis
Schell
BRM
9 min 39 s 6
4e ligne Pos. 14 Pos. 13 Pos. 12
Drapeau : Royaume-Uni
Marsh
Cooper F2
9 min 57 s 5
Drapeau : Allemagne
Barth
Porsche F2
9 min 57 s 2
Drapeau : Nouvelle-Zélande
McLaren
Cooper F2
9 min 56 s 0
5e ligne Pos. 18 Pos. 17 Pos. 16 Pos. 15
Drapeau : Royaume-Uni
Gibson
Cooper F2
10 min 55 s 0
Drapeau : Allemagne
Seidel
Cooper F2
10 min 21 s 0
Drapeau : Royaume-Uni
Bueb
Lotus F2
10 min 02 s 6
Drapeau : Pays-Bas
Beaufort
Porsche F2
10 min 01 s 5
6e ligne Pos. 21 Pos. 20 Pos. 19
Drapeau : Suède
Bonnier
Maserati
9 min 42 s 7
Drapeau : Allemagne
Herrmann
Maserati
10 min 13 s 5
Drapeau : Australie
Brabham
Cooper F2
9 min 43 s 4
7e ligne Pos. 25 Pos. 24 Pos. 23 Pos. 22
Drapeau : Royaume-Uni
Naylor
Cooper F2
10 min 17 s 9
Drapeau : Royaume-Uni
Allison
Lotus F2
9 min 44 s 3
Drapeau : Belgique
Goethals
Cooper F2
11 min 22 s 9
Drapeau : Royaume-Uni
G. Hill
Lotus F2
10 min 58 s 0
  • N'ayant pas accompli les six tours requis lors des qualifications, Brabham, Herrmann, Bonnier, Graham Hill, Goethals et Allison ont été relégués sur les deux dernières lignes de la grille de départ, tout comme Naylor, pénalisé pour irrégularité technique de sa voiture[4]. Brabham s'était montré le plus rapide des pilotes de formule 2 lors des essais, ayant réalisé le dixième meilleur temps absolu.

Déroulement de la course[modifier | modifier le code]

Le départ est donné le dimanche après-midi, devant un public très nombreux. Tony Brooks et Stirling Moss placent leurs Vanwall en tête à l'abord du premier virage, devant la BRM de Harry Schell, très bien parti, et les Ferrari de Mike Hawthorn et Peter Collins[13]. Moss dépasse son coéquipier après la Courbe Sud et distance immédiatement ses poursuivants. Derrière, Hawthorn et Collins se défont assez rapidement de Schell et talonnent Brooks. Dans la longue ligne droite, ils vont profiter de leur vitesse de pointe nettement supérieure pour dépasser la Vanwall. À la fin de ce premier tour, bouclé à près de 145 km/h de moyenne par Moss, les écarts sont déjà conséquents : Hawthorn compte six secondes de retard sur la voiture de tête, Collins neuf. Viennent ensuite Brooks, puis la troisième Ferrari de Wolfgang von Trips qui a dépassé Schell dans la ligne droite. Moss semble intouchable, il boucle son deuxième tour à la moyenne record de 147,5 km/h, portant son avance à onze secondes. Au passage suivant il a porté le record à 149,5 km/h, son avance étant désormais de dix-sept secondes sur Collins, qui a dépassé Hawthorn. Brooks est toujours quatrième, mais distancé par les Ferrari. Handicapé par des problèmes de freins, Trips a dû s'arrêter à son stand à la fin du second tour, ayant perdu de nombreuses places. Schell semble également en difficulté et a rétrogradé en septième position. Jean Behra (BRM) est désormais cinquième, devant l'étonnante petite Lotus de Cliff Allison, très agile sur ce circuit. Moss compte environ vingt secondes d'avance quand, du côté de Schwalbenschwanz, le moteur de sa Vanwall se tait soudainement, magnéto hors d'usage, alors que nul ne semblait en mesure de lui contester la victoire. Peu après, Behra abandonne également, suspension endommagée.

Hawthorn et Collins, qui roulent de concert, se retrouvent en tête avec une trentaine de secondes d'avance sur Brooks. La marge des Ferrari semble confortable, mais David York, directeur sportif de Vanwall, a signalé à son pilote de passer à l'attaque. Brooks s'exécute aussitôt : deux boucles plus tard, il n'est plus qu'à onze secondes des deux voitures rouges, maintenant emmenées par Collins ! Malgré la réaction des pilotes de la Scuderia, l'écart continue à s'amenuiser, tombant à sept secondes au passage suivant. Encore une ronde, et au passagedevant les tribunes Brooks est revenu dans les roues d'Hawthorn ! Il va le dépasser dans le virage nord, s'intercalant entre les deux Ferrari. Au cours de ce neuvième tour, il ne parvient cependant pas à trouver l'ouverture, Collins pilotant à la limite des possibilités de sa monture. Plus véloce en ligne droite, Hawthorn parvient à reprendre la deuxième place juste avant la ligne, que les trois voitures franchissent roues dans roues. Le suspense est à son comble mais au passage suivant l'ordre est resté inchangé, les Ferrari conservant un mince avantage. Exploitant au maximum les capacités de freinage de sa Vanwall, Brooks pique Hawthorn au virage sud, puis réitère sa manœuvre sur Collins au virage nord. Soucieux de se mettre à l'abri de ses adversaires avant la longue ligne droite, il attaque au maximum dans toute la partie sinueuse, prenant rapidement un peu d'avance. Collins et Hawthorn ne baissent cependant pas les bras, et parviennent à se maintenir à quelques longueurs de la Vanwall de tête. Au moment d'aborder le virage à droite de Pflanzgarten, Collins, toujours en seconde position, ne parvient pas à ralentir suffisamment sa Ferrari, qui élargit sa trajectoire et part en dérapage, franchit un fossé, se dresse brusquement sur l'arrière avant de se retourner contre un arbre, éjectant son pilote[14]. Le choc est très violent, l'accident s'étant produit à environ 160 km/h, et Collins, gravement touché à la tête et à la poitrine, succombera à ses blessures quelques heures après son transfert à la clinique universitaire de Bonn[15].

Sans un problème de radiateur, la petite Lotus 16 aurait permis à Cliff Allison de terminer sur le podium.

Ignorant du drame qui s'est joué, Brooks repasse seul en tête devant les tribunes. Hawthorn, inquiet du sort de son coéquipier et ami, a perdu beaucoup de terrain, s'étant pratiquement arrêté sur les lieux de l'accident, avant de repartir sur un rythme beaucoup moins soutenu qu'auparavant. C'est désormais Roy Salvadori, sur Cooper, qui occupe la troisième place, ayant dépassé Allison, en difficulté avec le circuit de refroidissement de sa Lotus, qui stoppe à son stand pour faire réparer son radiateur, perdant le bénéfice d'une excellente course. La course d'Hawthorn prend fin aux environs d'Aremberg, la transmission de sa Ferrari ayant lâché. Brooks a désormais course gagnée, disposant de plus de trois minutes d'avance sur Salvadori. Les derniers tours n'apportent pas de changement notable, Brooks remportant sa deuxième victoire de la saison, loin devant Salvadori. Gêné par des problèmes de carburation durant toute l'épreuve, Maurice Trintignant termine troisième au volant de la Cooper de Rob Walker, au terme d'une prestation très régulière. Malgré ses problèmes de début de course, Trips accède à la quatrième place, juste devant la Cooper de Bruce McLaren, vainqueur en Formule 2 au terme d'une belle bataille avec la Ferrari de Phil Hill, ce dernier n'ayant pu défendre ses chances jusqu'au bout à cause de problèmes mécaniques.

Classements intermédiaires[modifier | modifier le code]

Classements intermédiaires des monoplaces aux premier, deuxième, troisième, quatrième, sixième, huitième, dixième, onzième et douzième tours[16].

Classement de la course[modifier | modifier le code]

Vanwall
Dominée par Ferrari à Reims et à Silverstone, l'équipe Vanwall a renoué avec le succès au Nürburgring.
Pos No Pilote Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 8 Drapeau : Royaume-Uni Tony Brooks Vanwall 15 2 h 21 min 15 s 0 2 8
2 10 Drapeau : Royaume-Uni Roy Salvadori Cooper-Climax 15 2 h 24 min 44 s 7 (+ 3 min 29 s 7) 6 6
3 11 Drapeau : France Maurice Trintignant Cooper-Climax 15 2 h 26 min 26 s 2 (+ 5 min 11 s 2) 7 4
4 4 Drapeau : Allemagne Wolfgang von Trips Ferrari 15 2 h 27 min 31 s 3 (+ 6 min 16 s 3) 5 3
5 20 Drapeau : Nouvelle-Zélande Bruce McLaren Cooper-Climax (F2) 15 2 h 27 min 41 s 3 (+ 6 min 26 s 3) - 1° des F2 12
6 21 Drapeau : Allemagne Edgar Barth Porsche (F2) 15 2 h 27 min 47 s 4 (+ 6 min 32 s 4) - 2° des F2 13
7 26 Drapeau : Royaume-Uni Ian Burgess Cooper-Climax (F2) 15 2 h 28 min 14 s 3 (+ 6 min 59 s 3) - 3° des F2 11
8 30 Drapeau : Royaume-Uni Tony Marsh Cooper-Climax (F2) 15 2 h 28 min 24 s 9 (+ 7 min 09 s 9) - 4° des F2 14
9 23 Flag of the United States (1912-1959).svg Phil Hill Ferrari (F2) 15 2 h 29 min 00 s 5 (+ 7 min 45 s 5) - 5° des F2 10
10 12 Drapeau : Royaume-Uni Cliff Allison Lotus-Climax 13 2 h 21 min 19 s 1 (+ 2 tours) 24
11 28 Drapeau : Royaume-Uni Ivor Bueb Lotus-Climax (F2) 13 +2 tours 16
Abd. 3 Drapeau : Royaume-Uni Mike Hawthorn Ferrari 11 Embrayage 1
Abd. 2 Drapeau : Royaume-Uni Peter Collins Ferrari 10 Accident mortel 4
Abd. 22 Drapeau : Allemagne Wolfgang Seidel Cooper-Climax (F2) 9 Suspension 17
Abd. 6 Flag of the United States (1912-1959).svg Harry Schell BRM 9 Freins 8
Abd. 27 Drapeau : Belgique Christian Goethals Cooper-Climax (F2) 4 Pompe à essence 23
Abd. 25 Drapeau : Royaume-Uni Graham Hill Lotus-Climax (F2) 4 Durite d'huile 22
Abd. 5 Drapeau : France Jean Behra BRM 4 Suspension 9
Abd. 18 Drapeau : Pays-Bas Carel Godin de Beaufort Porsche (F2) 3 Moteur 15
Abd. 17 Drapeau : Allemagne Hans Herrmann Maserati 3 Moteur 20
Abd. 7 Drapeau : Royaume-Uni Stirling Moss Vanwall 3 Magnéto 3 1
Abd. 19 Drapeau : Royaume-Uni Dick Gibson Cooper-Climax (F2) 2 Moteur 18
Abd. 29 Drapeau : Royaume-Uni Brian Naylor Cooper-Climax (F2) 1 Pompe à essence 25
Abd. 24 Drapeau : Australie Jack Brabham Cooper-Climax (F2) 1 Collision 19
Abd. 16 Drapeau : Suède Jo Bonnier Maserati 1 Accident 21
Np. 14 Flag of the United States (1912-1959).svg Troy Ruttman Maserati Piston endommagé aux essais

Légende:

  • Abd.= Abandon - Np.=Non partant

Pole position et record du tour[modifier | modifier le code]

Tours en tête[modifier | modifier le code]

Classement général à l'issue de la course[modifier | modifier le code]

  • Attribution des points : 8, 6, 4, 3, 2 respectivement aux cinq premiers de chaque épreuve et 1 point supplémentaire pour le pilote ayant accompli le meilleur tour en course (signalé par un astérisque).
  • Pour la coupe des constructeurs, même barème mais seule la voiture la mieux classée de chaque équipe inscrit des points. Le point du meilleur tour en course n'est pas comptabilisé.
  • Seuls les six meilleurs résultats sont comptabilisés. Pour la coupe des constructeurs, Ferrari doit donc décompter les deux points acquis aux Pays-Bas, totalisant trente-sept points effectifs pour trente-neuf points marqués.
  • Le règlement permet aux pilotes de se relayer sur une même voiture, les points éventuellement acquis étant alors perdus pour pilotes et constructeur[4].
Malgré son abandon en Allemagne, Mike Hawthorn demeure en tête du championnat.
Classement des pilotes
Pos. Pilote Écurie Points Drapeau : Argentine
ARG
Drapeau : Monaco
MON
Drapeau : Pays-Bas
NL
Drapeau : États-Unis
500
Drapeau : Belgique
BEL
Drapeau : France
FRA
Drapeau : Royaume-Uni
GBR
Drapeau : Allemagne
ALL
Drapeau : Portugal
POR
Drapeau : Italie
ITA
Drapeau : Maroc
MAR
1 Drapeau : Royaume-Uni Mike Hawthorn Ferrari 30 4 1* 2 - 7* 9* 7* -
2 Drapeau : Royaume-Uni Stirling Moss Cooper & Vanwall 24 8 - 9* - - 6 - 1*
3 Drapeau : Royaume-Uni Tony Brooks Cooper 16 - - - - 8 - - 8
4 Drapeau : Royaume-Uni Peter Collins Ferrari 14 - 4 - - - 2 8 -
5 Drapeau : Royaume-Uni Roy Salvadori Cooper 13 - - 3 - - - 4 6
6 Drapeau : France Maurice Trintignant Cooper 12 - 8 - - - - - 4
Drapeau : Italie Luigi Musso Ferrari 12 6 6 - - - - - -
Drapeau : États-Unis Harry Schell BRM 12 - 2 6 - 2 - 2 -
9 Drapeau : États-Unis Jimmy Bryan Epperly 8 - - - 8 - - - -
10 Drapeau : Royaume-Uni Stuart Lewis-Evans Vanwall 7 - - - - 4 - 3 -
Drapeau : Allemagne Wolfgang von Trips Ferrari 7 - - - - - 4 - 3
Drapeau : Argentine Juan Manuel Fangio Maserati 7 4* - - - - 3 - -
13 Drapeau : États-Unis George Amick Epperly 6 - - - 6 - - - -
Drapeau : France Jean Behra Maserati & BRM 6 2 - 4 - - - - -
15 Drapeau : États-Unis Johnny Boyd Kurtis Kraft 4 - - - 4 - - - -
Drapeau : États-Unis Tony Bettenhausen Epperly 4 - - - 4* - - - -
17 Drapeau : Australie Jack Brabham Cooper 3 - 3 - - - - - -
Drapeau : Royaume-Uni Cliff Allison Lotus 3 - - - - 3 - - -
19 Drapeau : États-Unis Jim Rathmann Epperly 2 - - - 2 - - - -
Coupe des constructeurs
Pos. Écurie Points Drapeau : Argentine
ARG
Drapeau : Monaco
MON
Drapeau : Pays-Bas
NL
Drapeau : États-Unis
500
Drapeau : Belgique
BEL
Drapeau : France
FRA
Drapeau : Royaume-Uni
GBR
Drapeau : Allemagne
ALL
Drapeau : Portugal
POR
Drapeau : Italie
ITA
Drapeau : Maroc
MAR
1 Ferrari 37 (39) 6 6 (2) - 6 8 8 3
2 Vanwall 33 - - 8 - 8 6 3 8
3 Cooper-Climax 29 8 8 3 - - - 4 6
4 BRM 12 - 2 6 - 2 - 2 -
5 Epperly 8 - - - 8 - - - -
6 Maserati 6 3 - - - - 3 - -
7 Kurtis Kraft 4 - - - 4 - - - -
8 Lotus-Climax 3 - - - - 3 - - -

À noter[modifier | modifier le code]

  • 3e victoire pour Tony Brooks.
  • 6e victoire pour Vanwall en tant que constructeur.
  • 6e victoire pour Vanwall en tant que motoriste.
  • 32e et dernier Grand Prix pour Peter Collins qui décède à la suite d'un accident à Pflanzgarten au 11e tour (en tête jusqu'au 10e tour, il suivait alors Tony Brooks qui venait de le dépasser).
  • Les points de la 5e place de Bruce McLaren ne sont pas attribués car il court en Formule 2. La 5e Formule 1 est derrière 5 Formule 2.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Christian Moity, « Les Vanwall 1958-1961 », Revue Automobile historique, no 14,‎
  2. Richard von Frankenberg, Nürburgring : le circuit aux 170 virages, Gérard & Co, coll. « Marabout », , 218 p.
  3. Christian Moity, « Les maîtres du Ring », L'Automobile, no 375,‎
  4. a, b, c, d, e, f et g (en) Mike Lang, Grand Prix volume 1, Haynes Publishing Group, , 288 p. (ISBN 0-85429-276-4)
  5. L'année automobile no 6 1958-1959, Lausanne, Edita S.A.,
  6. Christian Moity et Serge Bellu, « La galerie des championnes : les Vanwall 2,5 litres », Revue L'Automobile, no 400,‎
  7. Revue L'Automobile no 147 - juillet 1958
  8. Gérard Gamand, « L'histoire de Coventry Climax », Revue Autodiva, no 32,‎
  9. (en) Adriano Cimarosti, The complete History of Grand Prix Motor racing, Aurum Press Limited, , 504 p. (ISBN 1-85410-500-0)
  10. Jean-Marc Teissedre, « Les monoplaces Porsche », Revue auto hebdo, no 2139,‎
  11. Pierre Ménard, « Carel Godin de Beaufort », Revue Automobile historique, no 41,‎
  12. (en) Bruce Jones, The complete Encyclopedia of Formula One, Colour Library Direct, , 647 p. (ISBN 1-84100-064-7)
  13. Revue L'Automobile no 149 - septembre 1958
  14. Chris Nixon, Mon Ami Mate, Éditions Rétroviseur, , 378 p. (ISBN 2-84078-000-3)
  15. Johnny Rives, L’Equipe, 50 ans de Formule 1 - tome 1 : 1950-1978, SNC L’Equipe, , 233 p. (ISBN 2-7021-3009-7)
  16. Edmond Cohin, L'historique de la course automobile, Editions Larivière, , 882 p.