Grand Galibier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Galibier.
Grand Galibier
Le Grand Galibier vu du col
Le Grand Galibier vu du col
Géographie
Altitude 3 228 m
Massif Massif des Cerces (Alpes)
Coordonnées 45° 03′ 51″ nord, 6° 26′ 02″ est
Administration
Pays Drapeau de la France France
Régions Auvergne-Rhône-Alpes
Provence-Alpes-Côte d'Azur
Départements Savoie
Hautes-Alpes
Ascension
Voie la plus facile Par les Mottets

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

(Voir situation sur carte : Hautes-Alpes)
Grand Galibier

Géolocalisation sur la carte : Savoie

(Voir situation sur carte : Savoie)
Grand Galibier

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Grand Galibier

Le Grand Galibier est un sommet des Alpes françaises dans le massif des Cerces et précisément dans le chaînon du Galibier, à la limite des départements de la Savoie sur la commune de Valloire et des Hautes-Alpes sur la commune du Monêtier-les-Bains.

Il culmine à 3 228 m d'altitude et surplombe le fameux col du Galibier.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'étymologie de l'oronyme Galibier est discutée (grammatici certant). Galibier serait issu d'un radical d'origine pré-indoeuropéenne, gal variante de kal, la pierre, avec lup, la hauteur. Le toponyme Galibier désignerait une hauteur pierreuse[1].

Géologie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Géologie des Alpes.

Les crêtes rocheuses du Grand Galibier, du roc Termier et de la Tête de Colombe[2] sont constituées de calcaires dolomitiques et de quartzites triasiques (200-250 Ma)[3] appartenant à une nappe de charriage, dite briançonnaise. Au-dessous de cette nappe viennent des terrains plus tendres et plus ravinés (domaine sub-briançonnais à pentes plus douces), faits de calcschistes gris plus tendres[4] et de de marnes crétacées (70 Ma). Il y a donc superposition anormale puisque du Trias, terrain ancien, repose sur du Crétacé et du Tertiaire, plus récents. Une autre compression fait chevaucher ce compartiment sub-briançonnais (écailles formant elles-mêmes une nappe de charriage) sur le compartiment dauphinois formé de flysch. Cette structure en empilement de nappes (déplacées de l'ordre de 20 à 30 km, soit une vitesse moyenne d'un cm par an), contemporaine du plissement alpin (30 Ma), a été facilité par la présence de couches de gypse jouant le rôle de « lubrifiant tectonique » (couche dite « savon » formant une semelle de nappe). Une dernière compression due au soulèvement du massif de La Meije (5 à 10 Ma) accentue et raccourcit cette superposition de nappes à l'origine horizontale, en même temps que se produisent le basculement vers l'est des compartiments et les soulèvements qui portent l'ensemble à son altitude définitive[5].

Accès[modifier | modifier le code]

Le principal accès au Grand Galibier s'effectue par le côté savoyard depuis Plan-Lachat (lieu accessible depuis la D 902 en provenance de Valloire et à destination de Briançon et Grenoble via le col du Galibier).

On suit la route des Mottets, avant de rejoindre le lac des Cerces puis le col de la Ponsonnière. Obliquer ensuite vers le col Termier avant d’entamer la montée finale du Grand Galibier.

Les principales difficultés du parcours sont la traversée de névés, le dénivelé et quelques parties aériennes.

Du sommet, on voit clairement[réf. nécessaire] le mont Blanc, la Barre des Écrins, La Meije, les aiguilles d'Arves, le mont Thabor et Valloire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paul-Louis Rousset, Au pays de la Meije, P. L. Rousset, , p. 40.
  2. [PDF] Panorama géologique du massif du Grand Galibier
  3. Ces roches recouvrent un socle paléozoïque composant les massifs cristallins internes.
  4. Ces calcaires jurassiques et schistes crétacés deviennent rouges à la base (versant ouest de Roche Colombe).
  5. Jacques Debelmas, Découverte géologique des Alpes du Nord, BRGM, , p. 33.

Lien externe[modifier | modifier le code]