Grand-duché de Posen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Posen.
Grand-duché de Posen
Wielkie Księstwo Poznańskie po

1815-1848

Drapeau Blason
Description de cette image, également commentée ci-après

Le Grand-duché de Posen (en cyan) à sa création, en 1815

Informations générales
Statut Principauté
Capitale Poznań (en allemand Posen)
Superficie
Superficie 28 951 km2
Histoire et événements
Congrès de Vienne, création du duché
Insurrection de Novembre
Révolution de mars, division du duché

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le grand-duché de Posen (en allemand : Großherzogtum Posen, en polonais : Wielkie Księstwo Poznańskie) ou province du grand-duché de Posen[1] est, de 1815 à 1848, une province autonome du royaume de Prusse, créée par le congrès de Vienne, avec une superficie de 28 951 km2 et la ville de Poznań (en allemand Posen ) pour capitale, gouverner de 1815 à 1831 par le prince Antoine Radziwiłł nommé gouverneur-duc du Grand-duché.

À la suite des événements de 1848 en Allemagne, le grand-duché de Posen est transformé en province de Posnanie. Après cette date, l'appellation continue cependant à être employée de façon non officielle, surtout par les Polonais qui parlent du grand-duché de Poznań.

Histoire[modifier | modifier le code]

Formation territoriale[modifier | modifier le code]

Le grand-duché est créé en 1815 à partir de la plus grande partie des territoires de la province historique de Grande-Pologne, relevant auparavant du duché de Varsovie, rétrocédés[2] lors du congrès de Vienne à la Prusse, alors que le reste du duché[3] devient le royaume de Pologne dévolu au tsar Alexandre 1er.

Le grand-duché est donc formé de la partie occidentale du duché de Varsovie (les départements de Poznań, Bydgoszcz, et une partie de celui de Kalisz). Les clauses du traité de Vienne prévoient pour les Polonais une garantie d'auto-administration et de libre développement.

En 1817, Chełmno (Kulm en allemand) est détaché du grand-duché et rattaché à la province de Prusse-Occidentale.

Organisation administrative[modifier | modifier le code]

Le roi de Prusse a aussi le titre de grand-duc de Posen et est représenté dans le grand-duché par un gouverneur-duc. Bien que l'essentiel du pouvoir soit aux mains du chef de l'administration prussienne (Oberpräsident), le gouverneur-duc a un droit de veto sur les décisions prises, et son avis doit être pris pour tout ce qui touche la nationalité polonaise. Le premier gouverneur-duc est un noble polonais prussophile, le prince Antoine Radziwiłł (1775-1833), époux de la princesse Louise de Prusse ; il reste en poste jusqu'en 1831.

Le grand-duché est divisé en deux districts, le district de Posen et le district de Bromberg, eux-mêmes divisés en 26 arrondissements, redivisés ultérieurement en 40 arrondissements et deux districts urbains.

En 1824, le grand-duché est doté d'une assemblée provinciale, dotée de pouvoirs consultatifs.

L'évolution de la politique prussienne[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1830, les autorités prussiennes sont relativement tolérantes envers la population polonaise. Cependant, le modèle prussien d'administration est introduit, et le poids de la langue allemande est renforcé dans le système éducatif.

En novembre 1830, éclate dans le royaume de Pologne l'insurrection contre le successeur d'Alexandre, Nicolas Ier, insurrection soutenue par les Polonais du grand-duché. L'Oberpräsident von Flottwell instaure alors un système policier répressif. Après la défaite de l'insurrection (septembre 1831), il élimine les Polonais de l'administration, s'efforce d'affaiblir la noblesse polonaise en rachetant ses terres. À partir de 1832, l'enseignement de la langue polonaise est supprimé.

La révolution de 1848 est fatale au grand-duché. Le parlement de Francfort prévoit de le diviser en deux provinces : une province de Posen, intégrée à la nouvelle Allemagne prévue par la constitution de Francfort, et une province de Gnesne, devant être laissée aux Polonais hors de l'Allemagne. Ce plan échoue devant l'opposition parlementaire polonaise et l'intégrité du grand-duché est conservée, mais après une série de promesses non tenues, l'administration prussienne finit par changer son statut () pour en faire la province de Posnanie, complètement intégrée à la Prusse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Emmanuel Miller et Joseph Adolphe Aubenas, Revue de bibliographie analytique: ou Compte rendu des ouvrages scientifiques et de haute litterature, Volume 1, M. Aurel., 1840
  2. Les territoires du duché de Varsovie avaient été prussiens de 1795 à 1807, à la suite du Troisième partage de la Pologne.
  3. Sauf Cracovie qui devient une Ville libre sous tutelle prusso-austro-russe.