Graham T. Allison

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Graham Allison
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
Graham Tillett Allison Jr.Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Graham Tillett Allison, Jr.Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinction
Œuvres principales

Graham Tillett Allison, Jr. (né le ) est un chercheur américain en science politique, professeur à la John F. Kennedy School of Government de Harvard. À la fin des années 1960 puis dans les années 1970, il se fait connaitre pour sa contribution à l'analyse bureaucratique de la prise de décision en temps de crise. Son livre Remaking Foreign Policy: The Organizational Connection, co-écrit avec Peter Szanton, est publié en 1976 et a une influence sur la politique étrangère du gouvernement de Jimmy Carter qui devient Président en 1977. Depuis les années 1970, Allison est aussi un analyste principal en sécurité nationale et politique de défense, et en particulier en armes nucléaires et terrorisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Allison est originaire de Charlotte, en Caroline du Nord. Il fréquente pendant deux ans Davidson College, puis est diplômé de l'Université Harvard en 1962 d'un bachelor. Allison obtient ensuite un autre bachelor en deux ans, en 1964 à l'Université d'Oxford en tant que détenteur de la bourse Marshall. Il revient à Harvard pour son doctorat en science politique qu'il obtient en 1968. En 1979, Allison reçoit un doctorat honorifique de la faculté des sciences sociales de l'Université d'Uppsala, en Suède[1].

Allison a passé toute sa carrière universitaire à Harvard en tant que professeur assistant (1968), professeur agrégé (1970), puis professeur ordinaire (1972) au département de gouvernement. Il a été doyen de la John F. Kennedy School of Government de 1977 à 1989, alors que sa taille augmentait de 400% et sa dotation de 700%. Il a été directeur du Belfer Center for Science and International Affairs de 1995 à 2017, année où il a été remplacé par l'ancien secrétaire à la Défense, Ashton Carter[2]. Allison reste professeur de Gouvernement Douglas Dillon.

Allison a également été membre du Center for Advanced Studies (1973-1974); consultant pour la société RAND ; membre du Council on Foreign Relations ; membre du comité de visite sur les études de politique étrangère à la Brookings Institution (1972-1977); et membre de la Commission trilatérale (1974-1984 et 2018)[3]. Il faisait partie des personnes citées pour succéder à David Rockefeller à la présidence du Council on Foreign Relations. En 2009, il a reçu le prix NAS de la recherche sur le comportement en matière de prévention de la guerre nucléaire de l'Académie nationale des sciences[4].

Travail en tant qu'analyste[modifier | modifier le code]

Allison a été fortement impliquée dans la politique de défense des États-Unis depuis qu'il a commencé en tant que conseiller et consultant au Pentagone dans les années 1960. Il est membre du Conseil de Politique de Défense (Defense Policy Board) du Secrétaire à la Défense depuis 1985. Il a été conseiller spécial du Secrétaire à la Défense (1985-1987) et du Secrétaire adjoint à la Défense des politiques et des plans (1993-1994), où il a coordonné les stratégies et la politiques vis-à-vis des États de l'ex-Union soviétique. Le président Bill Clinton a décerné à Allison la Médaille de la Défense pour Service public distingué, pour "avoir modifié les relations avec la Russie, l'Ukraine, la Biélorussie et le Kazakhstan afin de réduire l'ancien arsenal nucléaire soviétique". Il a également été conseiller informel de Michael Dukakis lors de sa campagne présidentielle en 1988[réf. nécessaire].

Travail académique[modifier | modifier le code]

Allison est principalement connu en tant que politologue pour son livre L'Essence de la décision : expliquer la crise des missiles de Cuba (1971), dans lequel il a développé deux nouveaux paradigmes théoriques, un modèle de processus organisationnel et un modèle bureaucratique de la politique, pour concurrencer l'approche prévalente de la prise de décision en matière de politique étrangère utilisant le modèle de l'acteur rationnel. L'Essence de la décision a révolutionné l'étude de la prise de décision en science politique et au-delà.[réf. nécessaire]

Piège de Thucydide[modifier | modifier le code]

Allison a inventé l'expression « piège de Thucydide » pour désigner le moment où un pouvoir croissant provoque la peur dans un pouvoir établi qui dégénère en guerre. Thucydide a écrit: « Ce qui rend la guerre inévitable était la croissance du pouvoir athénien et la peur qui en résultait à Sparte. »[5] Le , le terme apparait en gros sur une page du New York Times, le jour de la rencontre entre le président américain Donald Trump et le président chinois Xi Jinping : « Les deux principaux acteurs de la région partagent une obligation morale à s'éloigner du piège de Thucydide. »[6] D'autres exemples passés du piège de Thucydide incluent le début de la Première Guerre mondiale, la Guerre de Succession d'Espagne et la Guerre de Trente Ans[réf. nécessaire]. Il développe d’ailleurs ce concept dans une conférence TedX intitulée « Une guerre entre la Chine et les États Unis est-elle inévitable ? ».

Le sinologue Arthur Waldron a critiqué le concept du piège de Thucydide et de l'application qu'en fait Allison aux relations américano-chinoises[7] tandis que d'autres ont soutenu que l'interprétation d'Allison ignorait de nombreux précédents asiatiques aux implications très différentes[8].

Controverse[modifier | modifier le code]

De 2012 à 2013, le Belfer Center (via la Wikimedia Foundation) a engagé un éditeur afin de citer les recherches d'Allison dans divers articles. Ce poste était financé par la Stanton Foundation, dont l'épouse de Graham Allison, Liz Allison, était l'une des deux administrateurs. L'éditeur a également procédé à des "modifications supposées problématiques" largement basées sur les travaux d'autres spécialistes affiliés au Belfer Centre[9].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Travaux[modifier | modifier le code]

  • 1969: "Modèles conceptuels et la crise des missiles cubains". Revue américaine de science politique. 63 (3): 689-718.
  • 1971 : L'Essence de la décision : expliquer la crise des missiles à Cuba. Petit, Brown.
  • 1972 : "La politique bureaucratique: un paradigme et quelques implications politiques". Politique mondiale. 24: 40 à 79 (avec Morton H. Halperin).
  • 1976 : refaire la politique étrangère : le lien organisationnel. Livres de base (avec Peter Szanton).
  • 1983 : Partage de la responsabilité internationale entre les pays trilatéraux. Commission trilatérale (avec Nobuhiko Ushiba et Thierry de Montbrial).
  • 1985 : Les faucons, les colombes et les hiboux: un programme pour éviter la guerre nucléaire. WW Norton. (édité avec Albert Carnesale et Joseph Nye Jr).
  • 1989 : Fenêtres d'opportunité: de la guerre froide à la concurrence pacifique. Ballinger (édité avec William Ury).
  • 1992 : Repenser la sécurité de l'Amérique: Au-delà de la guerre froide et du nouvel ordre mondial. WW Norton (édité avec Gregory Treverton).
  • 1996 : Eviter l'anarchie nucléaire: contenir la menace des armes nucléaires et des matières fissiles russes. MIT Press.
  • 2004 : Terrorisme nucléaire: La catastrophe évitable ultime. Henry Holt.
  • 2013 : Lee Kuan Yew: Les points de vue du Grand Maître sur la Chine, les États-Unis et le monde. MIT Press (avec Robert D. Blackwill, Ali Wyne et une préface de Henry A. Kissinger).
  • 2017 : Destinés à la guerre: l'Amérique et la Chine peuvent-elles échapper au piège de Thucydide?. Houghton Mifflin Harcourt.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.uu.se/en/about-uu/traditions/prizes/honorary-doctorates/
  2. Martha Stewart, « Ash Carter to head Belfer Center », The Harvard Gazette,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. « Membership – The Trilateral Commission », trilateral.org (consulté le )
  4. « NAS Award for Behavior Research Relevant to the Prevention of Nuclear War » [archive du ], National Academy of Sciences (consulté le )
  5. Ben Schott, « The Thucydides Trap », New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. (en) Zhu Dongyang (Xinhua News Agency), « Advertisement », New York Times,‎
  7. « There is no Thucydides Trap », SupChina, (consulté le )
  8. (en) « Thucydides Trap vs Ghengis Khan », African Century Journal (consulté le )
  9. Tim, « One of Wikimedia's largest donors accused in paid editing scandal », The Daily Dot (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]