Graduel de la collégiale de Saint-Dié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Graduel de la collégiale de Saint-Dié
Graduel de la collégiale de Saint-Dié.jpg
Artistes
Date
Entre et Voir et modifier les données sur Wikidata
Dimensions (H × L)
75 × 54 cmVoir et modifier les données sur Wikidata
Mouvement
N° d’inventaire
Ms.74Voir et modifier les données sur Wikidata

Le graduel de la collégiale de Saint-Dié est un manuscrit enluminé contenant les chants de l’année liturgique, à l’usage des chanoines de la collégiale de Saint-Dié et de son chapitre.

Historique[modifier | modifier le code]

Le graduel ou antiphonaire aurait été réalisé à Saint-Dié des Vosges entre 1505 et 1515 et serait le fruit d'une commande collective ainsi que le laisse penser la présence des diverses armoiries peintes qui apparaissent dans l'enluminure des folios. La présence des armes de la collégiale de Saint-Dié atteste de l'origine locale de la création de l'ouvrage. Les feuillets illustrés comportent également les armes de plusieurs chanoines et, en premier lieu, celles de Laurent Pillard qui s'y est fait représenter au pied de son saint patron[1].

Le dessin de motifs italianisants (notamment des rinceaux) laissent penser à une élaboration plus précoce (vers 1480) d'une partie du livre. Après interruption de quelques années, le manuscrit aurait ensuite été remanié et quelquefois complété par l'usage de palimpsestes[2].

Ce livre de chant semble avoir été réalisé par trois artistes dont le Maître des Entrées parisiennes[1].

Contenu[modifier | modifier le code]

Saint-Dié BM74 fol001
Saint-Dié BM74 fol024-2 Nativité - détail
Saint-Dié BM74 fol164 Ascension
Saint-Dié BM74 fol269v-1 Présentation au temple - détail
Saint-Dié BM74 fol285 Saint Georges

L'ouvrage, monumental par ses dimensions (0,75 mètres de haut, 0,54 mètres de large) et son poids (53 kg)[1], comporte 361 feuillets (ou folios) illustrés de bordures, de décors, de lettrines richement décorées. La reliure date quant à elle du XVIIIe siècle et réunit deux ouvrages originellement distincts[2].

Reposant sur un lutrin, ses folios était destinés à être chantés à plusieurs voix lors des offices.

Le livre de chant s'articule en[2]:

On peut distinguer parmi les enluminures les plus notables[2]:

Le folio 338 comporte quant à lui une description complète de l'activité d'extraction argentifère[3] alors en usage dans la région et encore aujourd'hui décelable dans les noms de Sainte-Croix-aux-Mines ou de Sainte-Marie-aux-Mines. Cette illustration fait héraldiquement référence à la charge de maître et officier général des mines de René II qu'assumèrent successivement Jean et Vautrin Lud, commanditaires du graduel[2].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le livre de chant est richement décoré de multiples motifs floraux, de dessins de fruits et fait en outre appel à un bestiaire varié[4]. Toutefois l'originalité du graduel déodatien repose sur la profusion des initiales décoratives (plus de 2 200 recensées, de toutes tailles et de toutes formes) qui parsèment l'ouvrage[2].

Conservation[modifier | modifier le code]

Le graduel est conservé dans la salle du Trésor de la bibliothèque-médiathèque Victor-Hugo de Saint-Dié des Vosges dont il constitue la cote 74. Il fait exceptionnellement l'objet de présentations temporaires hors de sa ville d'origine et de conservation[5]

Le bâtiment qui l'abrite est édifié sur l'emplacement même des bâtiments de la collégiale détruits par les nazis en novembre 1944. Le contenu du graduel a été entièrement numérisé dès 2005 ; il est consultable en ligne[6],[7].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • « Le Graduel de Saint-Dié », Art de l'Enluminure, Les éditions Faton, no 26,‎ (présentation en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Hubert Bari, « Le graduel de Saint-Dié : Description de la page des mines », Pierres et terre, nos 25-26,‎ , p. 58-60 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jacques Dalarun (direction), Le Moyen Age en lumière : Manuscrits enluminés des bibliothèques de France, Paris, Fayard, , 399 p. (ISBN 2-213-61397-4), p. 124 165, 396. — Patrick Gautier Dalche « Le temps et l'espace » (page 124) et Perrine Mane « Les travaux et les jours » (page 165).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]