Grażyna Bacewicz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une compositrice image illustrant polonais
image illustrant une musicienne image illustrant polonais
Cet article est une ébauche concernant une compositrice polonaise et une musicienne polonaise.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Pour plus d’informations, voyez le projet musique classique.

Grażyna Bacewicz
Description de cette image, également commentée ci-après

Grażyna Bacewicz, avant la Seconde Guerre mondiale

Naissance
Łódź, Drapeau de la Pologne Pologne
Décès (à 59 ans)
Varsovie, Drapeau de la Pologne Pologne
Activité principale Compositrice, violoniste
Formation Conservatoire de Varsovie
École normale de musique de Paris
Maîtres Kazimierz Sikorski, Nadia Boulanger, Carl Flesch
Enseignement Conservatoire d'État de musique à Łódź
Ascendants Vincas Bacevičius
Descendants Alina Biernacka fille
Famille Vytautas Bacevičius, frère

Grażyna Bacewicz (en polonais [ɡraˈʐɨna baˈt͡sɛvit͡ʂ]), née le à Łódź – morte le à Varsovie, est une compositrice, violoniste et professeur polonaise. Elle fut, après Maria Szymanowska, la deuxième compositrice polonaise à atteindre une renommée nationale et internationale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Grażyna Bacewicz est née à Łódź. Son père Vincas Bacevičius et son frère Vytautas, aussi compositeurs, ayant la nationalité lituanienne, portaient le nom de Bacevičius. C'est son père qui donne à Grażyna ses premières leçons de piano et de violon. En 1928, elle entre au Conservatoire de Varsovie, où elle étudie le violon avec Józef Jarzębski, le piano avec Józef Turczyński[1] et la composition avec Kazimierz Sikorski. Parallèlement, elle étudie la philosophie à l'Université de Varsovie[1]. Elle obtient en 1932 ses diplômes en violon et composition.

Après avoir reçu une bourse accordée par Ignacy Jan Paderewski, elle poursuit sa formation à Paris, à l'École normale de musique de 1932 à 1933, avec Nadia Boulanger (composition) et André Touret (violon). Elle retourne brièvement en Pologne pour enseigner à Łódź. En 1934,elle revient en France pour étudier auprès du violoniste hongrois Carl Flesch, de passage à Paris.

Compositrice[modifier | modifier le code]

Ses études terminées, Bacewicz a eu une grande activité musicale comme soliste, compositrice, membre de jury. De 1936 à 1938, à la demande de Grzegorz Fitelberg, son chef d'orchestre, elle est premier violon de l'Orchestre de la radio polonaise. Ce poste lui a donné l'occasion de faire entendre une série de ses compositions.

Grażyna Bacewicz a consacré du temps à sa vie de famille. Elle s'est mariée en 1936 et donné naissance à une fille, Alina Biernacka, qui est devenue un peintre reconnue.

Durant la Seconde Guerre mondiale, Grażyna Bacewicz a vécu à Varsovie, continuant à composer et donnant des concerts en secret.

Après la guerre, Grażyna a obtenu un poste de professeur au Conservatoire d'État de musique à Łódź. Son activité musicale s'est alors centrée sur la composition, encouragée par de nombreux prix et commandes. En 1946, elle interprète aux Concerts Lamoureux, le Concerto pour violon no 1 de Szymanowski à Paris, sous la direction de Paul Kletzki. Son activité de pianiste est sous-estimé, puisqu'elle a été une notable interprète de sa propre seconde sonate pour piano[1] (1953).

Finalement, elle se retire de la scène pour la composition, devenue sa seule occupation en 1954, après qu'elle fut sérieusement blessée dans un accident de voiture. Elle est décédée à Varsovie en 1969.

Bacewicz est aussi l'auteur de nouvelles, romans et textes autobiographiques[1]. Elle avait une personnalité modeste et parlait peu de ses compositions, excepté durant les trois dernières années de son enseignement au conservatoire[1].

Grażyna Bacewicz était considérée par Witold Lutosławski comme « une éminente compositrice polonaise du vingtième siècle et l’une des plus grandes femmes compositeurs de tous les temps. »

Œuvres[modifier | modifier le code]

signature
Signature de la compositrice.

Grażyna Bacewicz a laissé plus de 200 compositions essentiellement instrumentales, sauf quelques rares œuvres pour la scène. Le style a évolué d'un néo-classicisme teinté de musique populaire (1932–1944). Peu d'œuvres de cette époque ayant été publiées, mais le Quintette à vent (1932) est le plus représentatif du genre[1]. La période de la guerre montre une grande énergie. La période suivante (1945–1959) accentue le caractère très personnel des productions avec une proximité avec le langage de Szymanowski (malgré les contraintes du réalisme socialiste, imposées entre 1949 et 1954[1]). C'est de cette période que date les grandes œuvres symphoniques comme la Troisième symphonie, le Concerto pour orchestre à cordes et le Troisième quatuor à cordes. L'idiome de Bacewicz évolue jusqu'à la nouvelle musique (1960–1969)[1], notamment dans le cadre du sérialisme[2] (Quatuor à cordes no 6). La dernière période est marquée par des auto-emprunts et l'incertitude quant à l'orientation qu'elle pouvait prendre[1].

Œuvres pour instrument seul[modifier | modifier le code]

Violon[modifier | modifier le code]

  • Sonate pour violon (1941). Création à Varsovie pour un concert privé.
  • Sonate pour violon solo no 2 (1958)
  • Quatre caprices pour violon seul (1968)

Piano, orgue[modifier | modifier le code]

  • Quatre préludes pour piano (1924)
  • Children's Suite pour piano (1933)
  • Sonate pour piano no 2 (création 1953)
  • Esquisse pour orgue (1966)

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

  • Quintette pour flûte, hautbois, clarinette, Basson et cor (1932) - 1er Prix au Concours de la Société "Aide aux femmes de professions libres", Paris, 1933
  • Trio pour hautbois, violon et violoncelle (1935)
  • Sonate pour hautbois et piano (1937)
  • Trio pour hautbois, clarinette et basson (1948)
  • Suite pour deux violons (1943) - premier at an underground concert in Warsaw
  • Quintette avec piano no 1 (1952)
  • Sonatina pour hautbois et piano (1955)
  • Quatuor pour 4 violoncelles (1964)
  • Quintette avec piano no 2 (1965)
  • Trio pour hautbois, harpe et percussion (1965)

Violon et piano[modifier | modifier le code]

  • Sonata da camera, pour violon et piano (1945)
  • Capriccio, pour violon et piano (1946)
  • Sonate pour violon et piano no 3 (1948). Création à Łódz, le 15 février 1948, par la compositrice, avec son frère, le pianiste Kiejstut Bacewicz.
  • Capriccio polonais (1949)
  • Oberek [no 1], pour violon et piano (1949)
  • Sonate pour violon et piano no 4 (1949). Dédié à son frère, Kiejstut Bacewicz.
  • Sonate pour violon et piano no 5 (1951)
  • Partita, pour violon et piano (1955) Création à Varsovie, par la compositrice et Kiejstut Bacewicz. L'œuvre est présentée aussi sous sa forme pour orchestre.

Quatuors à cordes[modifier | modifier le code]

  • Quatuor à cordes no 1 (Varsovie, 1938, pub. 1998). Création à Paris, le , par le Quatuor Figueroa.
  • Quatuor à cordes no 2 (Varsovie, 1943)
  • Quatuor à cordes no 3 (Paris, 1947). Création à Cracovie, le par le Quatuor de Cracovie. Prix du ministère de la culture polonais, 1955
  • Quatuor à cordes no 4 (1951) - 1er Prix, Concours international pour quatuor à cordes, Liège, 1951
  • Quatuor à cordes no 5 (1955)
  • Quatuor à cordes no 6 (1960)
  • Quatuor à cordes no 7 (1965)

Œuvres orchestrales[modifier | modifier le code]

  • Ouverture (1943)
  • Symphonie no 1 (1945)
  • Symphonie no 2 (1951)
  • Symphonie no 3 (1952)
  • Symphonie no 4 (1953). Prix du ministère de la culture polonais, 1955
  • Concerto pour orchestre symphonique (1962)
  • Contradizione pour orchestre de chambre (1966). Commande du Hopkins Center for the Arts, Hanover.

Orchestre à cordes[modifier | modifier le code]

  • Sinfonietta, pour orchestre à cordes (1935)
  • Symphonie, pour orchestra à cordes (1946)
  • Concerto pour orchestre à cordes (1948). Prix de l'État polonais, 1950
  • Muzyka na smyczki, trąbki i perkusję / Musique pour cordes, trompettes et percussion (1958). Troisième prix, Tribune internationale (UNESCO), Paris 1960.

Concertos[modifier | modifier le code]

  • Concertono 1 pour violon et orchestre (1937). Création, le par la compositrice, avec l’Orchestre de la Radio polonaise, dirigé par Grzegorz Fitelberg.
  • Concerto no 2 pour violon et orchestre (1945). Création à Łódź, le par la compositrice, avec l’Orchestre philharmonique de Łódź, sous la direction de Tomasz Kiesewetter.
  • Concerto no 3 pour violon et orchestre « Montagne » (1948). Création le 4 mars 1949, par la compositrice, avec l’Orchestre philharmonique de la Baltique, dirigé par Stefan Śledziński. Prix du ministère de la culture polonaise, 1955. Le sous-titre « Montagne » parfois donné, est tiré des mélodies traditionnelles des régions montagneuses du Sud de la Pologne, citées dans l'œuvre.
  • Concerto pour piano et orchestre (1949) - 2e prix, Concours Chopin de composition, Varsovie, 1949
  • Concerto no 4 pour violon et orchestre (1951). Création à Cracovie, le par la compositrice, avec l’Orchestre philharmonique, dirigé par Bohdan Wodiczko (pl).
  • Concerto no 5 pour violon et orchestre (1954). Création à Varsovie, le avec Wanda Wiłkomirska en soliste et l’Orchestre philharmonique de Varsovie, dirigé par Witold Rowicki.
  • Concerto no 6 pour violon et orchestre (1957, en manuscrit)
  • Concerto no 7 pour violon et orchestre (1965). Création à Bruxelles, le , par le violoniste espagnol Agustín León Ara, avec l’Orchestre symphonique de la Radio belge, dirigé par Daniel Sternefeld. Médaille d'or du gouvernement de Belgique - Concours musical international Reine-Élisabeth de Belgique, Bruxelles, 1965.
  • Concerto pour deux pianos et orchestre (1966)
  • Concerto pour alto et orchestre (1968)
  • Concerto no 1 pour violoncelle et orchestre (1951)
  • Concerto no 2 pour violoncelle et orchestre (1963)

Musique pour voix avec orchestre[modifier | modifier le code]

  • Olympic Cantata (1948) pour chœur et orchestre - Mention, International Olympic Arts Competition, London, 1948; Polish State Prize, 1948. d'après la comédie du XVIIe siècle de Piotr Baryka.
  • Acropolis, cantate pour chœur et orchestre (1964) - commandé pour le 600e anniversaire de l'université jagellonne de Cracovie.

Musique pour la scène[modifier | modifier le code]

  • Z chłopa król (Peasant King), ballet (1953) sur un livret de Artur Maria Swinarski
  • Przygoda Króla Artura (The Adventure of King Arthur), opéra radiophonique (1959) - Polish Radio and Television Committee Award, Varsovie, 1960
  • Esik in Ostend, ballet (1964)

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Quintettes avec piano nos 1 & 2, Sonate pour piano no 2 - Kaja Danczowska, Agata Szymczewska, violons ; Ryszard Groblewski, alto ; Rafał Kwiatkowski, violoncelle ; Krystian Zimerman, piano (février 2009, DG 4778332) (OCLC 711700893)
  • Quatuors à cordes nos 1, 3, 6, 7 - Quatuor Lutosławski (15-17 novembre/11-17 décembre 2012, Naxos 8.572806)
  • Quatuors à cordes nos 2, 4, 5 - Quatuor Lutosławski (11-17 décembre 2012, Naxos 8.572807)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) J. Rosen, Grażyna Bacewicz: her Life and Works. Los Angeles, 1984
  • (en) Adrian Thomas, Grażyna Bacewicz : chamber and orchestral music, Los Angeles, Friends of Polish Music, University of Southern California School of Music, coll. « Polish music history series » (no 3), , 128 p. (ISBN 0916545032, OCLC 12419764, notice BnF no FRBNF41260282)
  • (de) S. Wittig, Die Kompositionstechnik der letzen Schaffensperiode Grażyna Bacewiczs, Dans : Jeder nach seiner Fasson, éd. Université Liedtke, Saarbrücke, 1997, p. 65–104
  • (en) Adrian Thomas, The New Grove Dictionary of Music and Musicians (édité par Stanley Sadie) : Bacewicz, Grażyna, Londres, Macmillan, seconde édition, 29 vols. 2001, 25000 p. (ISBN 9780195170672, lire en ligne)
  • Jean-Yves Bosseur, Bacewicz (Grażyna), dans : Marc Vignal, Dictionnaire de la musique, Paris, Larousse, 2005, 1516 p. (ISBN 2-03-505545-8, OCLC 896013420, lire en ligne), p. 44–45.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Grove 2001
  2. Vignal 2005, p. 45.

Liens externes[modifier | modifier le code]