Grégory Baugé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grégory Baugé
Grégory Baugé.jpg

Grégory Baugé aux championnats du monde sur piste de 2011

Informations
Surnom
« Le Tigre »
Naissance
Nationalité
Équipe actuelle
US Créteil
Spécialité
Pistard
Équipes professionnelles
2002- US Créteil
Principales victoires
Jersey rainbow.svg Champion du monde de vitesse par équipes (2006, 2007, 2008, 2009 et 2015)
Jersey rainbow.svg Champion du monde de vitesse individuelle (2009, 2010, 2012 et 2015)

Grégory Baugé, né le à Maisons-Laffitte, est un coureur cycliste français, spécialiste de la piste. Sociétaire de l'US Créteil depuis 2002, il détient neuf titres (quatre en individuel et cinq par équipe) de champion du monde de cyclisme sur piste. Grégory Baugé s'est ainsi imposé quatre fois de suite (2009, 2010, 2011 et 2012) en finale mondiale de la vitesse individuelle, mais son titre 2011 lui est retiré pour défaut de localisation dans la procédure internationale de contrôle anti-dopage. Le 7 avril 2012 à Melbourne, il redevient champion du monde à trois mois des Jeux olympiques de Londres. Lors de ces Jeux, il subit la loi des cyclistes britanniques, par équipes et en individuel en finale face à Jason Kenny et remporte donc deux médailles d'argent olympiques. Le 22 février 2015 lors des championnats du monde sur la piste du Vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines, Grégory Baugé remporte son quatrième titre mondial en vitesse individuelle.


Biographie[modifier | modifier le code]

Son enfance[modifier | modifier le code]

Originaire de Guadeloupe, Grégory Baugé débute le sport à huit ans en jouant au football. Il choisit rapidement de quitter ce sport car il « il n'arrive pas à se réchauffer au cours d'un match et décide alors que ce sport n'est pas fait pour lui. »[1]
Puis son père l'inscrit dans une école de cyclisme à Aubergenville, et Grégory n'hésite plus en dépit du froid à courir dans la rue. À cette époque il dispute des courses sur route, en VTT et en trial.

En 2000, il rejoint le club de l'Entente Cycliste Verneuil Vernouillet Triel dans les Yvelines. À 16 ans, le , il se classe troisième de la détection départementale de la piste et se qualifie pour la détection régionale du , sans aucune préparation particulière. Conscient de ses qualités et encouragé par son père, il délaisse la route petit à petit. Sur sa lancée, il participe au championnat de France de vitesse cadets (catégorie 15-16 ans) en juillet 2001. Il passe les tours un à un jusqu'en finale où il est battu par le Breton Guillaume Blot[2].
En novembre 2001, il rejoint l'Union sportive de Créteil et se consacre définitivement à la piste. L'année suivante, à dix-sept ans, il s’ouvre les portes de l'Institut national du sport et de l'éducation physique situé dans le bois de Vincennes, dans le 12e arrondissement de Paris. Il côtoie Laurent Gané, Florian Rousseau, Arnaud Tournant qui dominent les épreuves de vitesse sur le plan mondial.

Les débuts[modifier | modifier le code]

Il intègre l'équipe de France de vitesse par équipes juniors en 2002. Associé à Mickaël Murat et François Pervis, il devient Champion du monde de la vitesse par équipes juniors (catégorie 17-18 ans). En cette même année, il étoffe son palmarès en remportant la Coupe des Nations de vitesse olympique à Aigle et le championnat d'Île-de-France. Avec son entraîneur Gérard Quintyn, il vise les Jeux olympiques d'Athènes en 2004.
Premier pistard noir en équipe de France, Baugé améliore ses temps au point de devenir le meilleur démarreur de l’équipe de France de vitesse, c'est-à-dire celui qui effectuera en tête le premier tour de piste.

Lors de cette saison 2004, il devient Champion de France de vitesse espoirs et Champion d'Europe de vitesse par équipes espoirs. Il participe également au Championnat du monde de vitesse. Il réalise le douzième temps des qualifications, mais perd successivement contre Gané au premier tour, puis contre Rousseau en repêchage. Quelques heures plus tard, Florian Rousseau, multiple champion du monde et champion olympique, échoue dans sa tentative de qualification aux Jeux. La carrière de Grégory Baugé démarre au moment où celle de son compatriote s'arrête.

Il devient titulaire de l'équipe de France de vitesse dès 2005. Il échoue aux championnats du monde de 2005. La France, tenante du titre, n'est même pas présente sur le podium. Il remporte la Coupe du monde de vitesse lors de la saison 2005-2006.

La consécration mondiale[modifier | modifier le code]

Podium de la vitesse par équipes lors des championnats du monde 2011 (de gauche à droite : Stefan Nimke, René Enders, Kévin Sireau, Maximilian Levy (accroupi), Michaël D'Almeida, Grégory Baugé, Jason Kenny, Matthew Crampton, Chris Hoy).

Il devient pour la première fois champion du monde en 2006, à Bordeaux. Associé à Arnaud Tournant et Mickaël Bourgain, le trio domine l'Australie en finale[3]. Il récolte par la suite trois nouveaux titres (2007 à 2009) de la spécialité, à chaque fois contre la Grande-Bretagne de Chris Hoy.

Lors des Jeux olympiques de 2008 à Pékin, il échoue dans sa quête de titre olympique, mais obtient une médaille d'argent en vitesse par équipes.

En 2009, il devient le deuxième coureur noir, après l'Américain Major Taylor en 1899 à devenir champion du monde de vitesse. Il remporte ce titre après avoir battu son compatriote Kévin Sireau en demi-finales puis la surprise du tournoi, le Malaisien Azizulhasni Awang en finale, après trois manches[4].

En 2010, il conserve son titre après avoir notamment éliminé Chris Hoy en 1/4 de finale et Kévin Sireau en 1/2 finales. En finale, il bat facilement en deux manches Maximilian Levy. Il devient le premier Français à conserver son titre dans l'épreuve reine depuis Florian Rousseau en 1998. La suite de son année 2010 est marquée par une chute au printemps, puis au cours de l'été il attrape le virus de la dengue qui l'empêche de prendre part aux premiers championnats d'Europe sur piste élites. Il fait son retour lors de l'épreuve de Coupe du monde de Cali, où il remporte la vitesse par équipes. En fin d'année, il annonce dans un premier temps stopper sa carrière de cycliste sur piste après les Jeux olympiques de Londres pour s'adonner à l'athlétisme et au 100 mètres[5], mais il décide par la suite de continuer jusqu'aux Jeux de Rio en 2016[6].

Aux championnats du monde d'Apeldoorn de 2011, il remporte son cinquième titre de champion du monde de vitesse par équipes, prenant avec Michaël D'Almeida et Kévin Sireau sa revanche sur les Allemands qui les avaient dominés l'année précédente. Il se montre par la suite « impérial » lors du tournoi de vitesse, où il remporte toutes ses manches jusqu'en finale où il bat le Britannique Jason Kenny en deux manches[7]. Ces deux titres lui sont par la suite retirés, suite à une sanction pour non-respect des règles de localisation dans le cadre de la lutte contre le dopage[8]. Le 7 avril 2012, il redevient champion du monde de vitesse individuelle, remportant ainsi dans cette discipline son 3e titre officiel, en battant à nouveau le britannique Jason Kenny (champion du monde 2011 suite à son déclassement) en deux manches lors de la finale des Mondiaux de cyclisme sur piste de Melbourne[9], où il récolte aussi une médaille d'argent en vitesse par équipes (toujours avec Michaël D'Almeida et Kévin Sireau[10]).

Lors des Jeux olympiques de Londres 2012, L'équipe de France de piste et Grégory Baugé subissent la loi des cyclistes britanniques. Avec Michaël D'Almeida et Kévin Sireau, il est battu en finale de la vitesse par équipes le 2 août par Philip Hindes, Chris Hoy et Jason Kenny. Quatre jours plus tard, Jason Kenny le domine en deux manches en finale de la vitesse individuelle. Grégory Baugé remporte là sa troisième médaille d'argent olympique en comptant celle de vitesse par équipes à Pékin en 2008.

Les Championnats du monde de cyclisme sur piste 2015 se déroulent en France, dans le nouveau Vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines, Grégory Baugé commence par remporter son cinquième titre mondial en vitesse par équipes, en position de démarreur, et toujours avec Michael D'Almeida et Kévin Sireau. Dominés sur la piste en finale par la Nouvelle-Zélande (Edward Dawkins, Ethan Mitchell, Sam Webster), les Français sont sacrés suite à la disqualification de leurs adversaires. Le « Tigre » mène ensuite un parcours autoritaire en vitesse individuelle, gagnant tous ses matches en deux manches (sauf le quart de finale face à François Pervis) avant de remporter son quatrième titre mondial dans cette discipline en battant le Russe Denis Dmitriev en finale le 22 février.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Championnats du monde juniors[modifier | modifier le code]

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Grégory Baugé à Lyon en 2008
  • 2004
    • 2e de la vitesse par équipes à Manchester
  • 2004-2005
    • 1er de la vitesse par équipes à Sydney (avec François Pervis et Arnaud Tournant)
    • 2e de la vitesse par équipes à Moscou
    • 2e de la vitesse à Moscou
    • 2e du keirin à Moscou
  • 2005-2006
    • Classement général de la vitesse
    • 1er de la vitesse à Sydney
    • 1er de la vitesse à Los Angeles
    • 1er de la vitesse par équipes à Los Angeles (avec François Pervis et Mickaël Bourgain)
    • 2e de la vitesse par équipes à Sydney
  • 2006-2007
    • 1er de la vitesse à Los Angeles
    • 2e de la vitesse par équipes à Moscou
    • 2e de la vitesse par équipes à Los Angeles
  • 2007-2008
    • 1er de la vitesse par équipes à Copenhague (avec François Pervis et Kévin Sireau)
    • 2e de la vitesse par équipes à Pékin
    • 2e de la vitesse par équipes à Los Angeles
  • 2008-2009
    • 1er de la vitesse à Pékin
    • 1er de la vitesse à Copenhague
    • 2e de la vitesse par équipes à Pékin
    • 2e du keirin à Pékin
    • 3e de la vitesse par équipes à Copenhague
  • 2009-2010
    • 3e de la vitesse par équipes à Pékin
  • 2010-2011
  • 2014-2015

Championnats d'Europe[modifier | modifier le code]

Juniors et espoirs
Élites

Championnats de France[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :