Grégoire Müller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Grégoire Müller
Image dans Infobox.
Portrait de Grégoire Müller
Naissance
[1] (75 ans)
Morges[1]
Nationalité
Suisse[1]
Activité
Peintre et écrivain
Formation
Académie de la Grande Chaumière

Grégoire Müller (né le ) est un peintre néo-figuratif, critique et écrivain suisse, peintre[1]. C'est le fils du sculpteur Robert Müller et le demi-frère du sculptueur Manuel Müller. Actif à Paris, à New York, puis à La Chaux-de-Fonds, il vit actuellement à La Chaux-de-Fonds, en Suisse. Ses peintures figuratives explorent fréquemment l'actualité et les nouvelles du monde telles qu'elles sont documentées à la télévision et dans la presse écrite.

Biographie[modifier | modifier le code]

Grégoire Müller est né à Morges, en Suisse. Dans les années 1960, il étudie à l'Académie de la Grande Chaumière à Paris tout en faisant la connaissance de ses collègues artistes Daniel Buren et Olivier Mosset. Pendant cette période, il est responsable de la page Art de Pariscope et devient rapidement correspondant pour Art and Artists (Londres) et Arts magazine (New York). Lors des événements de mai 68, Müller est arrêté et emprisonné pendant trois jours, ce qui renforce son intérêt pour la contre-culture. En 1968, il collabore avec Harald Szeemann à la légendaire exposition Quand les attitudes deviennent forme. En 1969, il quitte l'Europe pour New York[1].

À New York, Müller travaille d'abord comme assistant de Richard Serra et comme critique indépendant avant de devenir rédacteur en chef de Arts magazine. À ce titre, il a publié des contributions originales de certains des plus grands artistes du XXe siècle, dont Salvador Dalí, Robert Rauschenberg, Andy Warhol, Richard Serra, Walter De Maria, Sol Lewitt, Robert Smithson et Vito Acconci[1].

En 1972, après la publication de son livre phare The New Avant Garde[2], Müller a commencé à se consacrer exclusivement à la peinture. Influencé par les travaux de Lucian Freud et de Balthus, entre autres, il se concentre sur la figuration. Sa première grande exposition personnelle à la Oil & Steel Gallery de Richard Bellamy en 1984 a été commentée par Michael Brenson pour le New York Times[3],[4],[5]. En 1986, Müller quitte New York avec sa femme, l'auteur-compositeur-interprète Pascale Duraire, et s'installe à La Chaux-de-Fonds en Suisse[1].

En plus d'exposer ses œuvres à l'échelle internationale, Müller a enseigné à la l’École d’art des Montagnes neuchâteloises et au Lycée Blaise Cendrars à La Chaux-de-Fonds[1].

Travail[modifier | modifier le code]

Müller est un peintre figuratif, qui a reçu sa formation initiale dans les cours de dessin de la vie à l'Académie de la Grande Chaumière à Paris. Au fil du temps, il a développé un style qui embrasse l'esthétique que l'on retrouve aussi bien dans le néo-expressionnisme que dans la peinture de la Renaissance. Profondément impliqué dans les mouvements d'avant-garde américains des années 1960, la compréhension de Müller de la manière dont l'art peut nous engager physiquement est encore plus ancrée dans le Process Art et le Minimalisme. Depuis lors, il a créé des œuvres qui ont un impact physique immédiat et sont souvent considérées comme conflictuelles. Vers le milieu des années 1970, Müller a commencé à isoler la figure dans ses compositions, évoquant des questions d'angoisse et de lutte existentielles. Cette notion a été renforcée par l'introduction d'un contenu politique dérivé des images des journaux et de la télévision.

Au cours de la dernière décennie, Müller a développé une nouvelle approche, en travaillant avec de l'huile et de la térébenthine sur du denim noir. En dépit de leur obscurité, ses peintures traitent de la lumière et des effets dramatiques de clair-obscur. Dans l'ensemble, Müller explore la capacité unique de la peinture à nous faire prendre conscience des images. Le corps et le visage humains, avec toutes leurs dimensions émotionnelles et psychologiques, sont au centre de sa quête. Dans un sens plus large, le travail de Müller concerne tout ce que nous appelons la vie, y compris l'actualité, les paysages et les objets contemporains.

Les œuvres de Müller se trouvent dans des musées et des collections internationales, notamment au Museum of Modern Art de New York, au Aldrich Contemporary Art Museum, à la Henry Art Gallery de Seattle, au Kunsthaus de Zurich, au Musée des beaux-arts de La Chaux-de-Fonds, à la Chase Manhattan Bank, à la Nationale Suisse Assurance et à la Confédération suisse.

Prix[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

Collections[modifier | modifier le code]

Catalogues d'exposition[modifier | modifier le code]

  • Grégoire Müller, New York: Jason McCoy Gallery, NY, 2011
  • Grégoire Müller, polygraphie, Le Locle: Musée de Beaux-Arts, Le Locle, 2004
  • Face à la peinture, Neuchâtel: Musée d'art et d'Historie de Neuchâtel et Editions d’Autre Part, 2001
  • Grégoire Müller: Recent Paintings, New York: Jason McCoy Gallery, 1989
  • Grégoire Müller, essay by Donald B. Kuspit, London: David Grob Limited, 1988

Publications[modifier | modifier le code]

  • Grégoire Müller, Ramblings: art et survie à Manhattan, 1969–1986, Editions de l'Aire, 1997[6]
  • Grégoire Müller, New Avantgarde: Issues for the Art of the Seventies, Pall Mall Publishers, 1972[2]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h « Müller, Grégoire - SIKART Dictionnaire et base données », sur www.sikart.ch (consulté le )
  2. a et b (en) Grégoire Müller, The new avantgarde : issues for the art of the seventies, Pall Mall Press, (ISBN 978-0-269-02812-0, OCLC 16235087)
  3. (en-US) Michael Brenson, « PROVOCATIVE PAINTINGS BY GREGOIRE MULLER (Published 1986) », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  4. (en-US) Michael Brenson, « ART: A RARE EXHIBITION OF MODERN SWISS ART (Published 1985) », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  5. (en-US) Michael Brenson, « CAN POLITICAL PASSION INSPIRE GREAT ART? (Published 1984) », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  6. Müller, Grégoire., Ramblings : art et survie à Manhattan, 1969-1986, Ed. de l'Aire, (ISBN 2-88108-456-7 et 978-2-88108-456-0, OCLC 717742449, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]