Grèzes (Lozère)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Grèzes
Grèzes (Lozère)
Deux des sept hameaux du village de Grèzes : Le Bourg (au pied du truc de Grèzes) et Chausserans (au second plan).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lozère
Arrondissement Mende
Intercommunalité Communauté de communes du Gévaudan
Maire
Mandat
Yannick Charbonnier
2020-2026
Code postal 48100
Code commune 48072
Démographie
Gentilé Grézois
Population
municipale
233 hab. (2019 en augmentation de 21,99 % par rapport à 2013)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 30′ 50″ nord, 3° 20′ 21″ est
Altitude Min. 709 m
Max. 1 032 m
Superficie 16,21 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Mende
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bourgs sur Colagne
Législatives Circonscription de la Lozère
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie
City locator 14.svg
Grèzes
Géolocalisation sur la carte : Lozère
Voir sur la carte topographique de la Lozère
City locator 14.svg
Grèzes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Grèzes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Grèzes

Grèzes est une commune française, située dans l'ouest du département de la Lozère en région Occitanie.

Exposée à un climat de montagne, elle est drainée par la Jourdane et par divers autres petits cours d'eau. La commune possède un patrimoine naturel remarquable : un site Natura 2000 (les « falaises de Barjac et causse des Blanquets ») et une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique.

Grèzes est une commune rurale qui compte 233 habitants en 2019, après avoir connu un pic de population de 592 habitants en 1806. Elle fait partie de l'aire d'attraction de Mende. Ses habitants sont appelés les Gréziens ou Gréziennes.

L'histoire de la commune et de ses sept hameaux est intimement liée à celle du Gévaudan.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La région des Causses en Lozère.

« Le Bourg » de Grèzes (un des sept hameaux du village du même nom) est situé sur le truc de Grèzes, anciennement montagne Saint-Frézal, un piton calcaire de 1 008 m ; toute l'histoire du lieu y est associée. Grèzes est située à proximité de Palhers et du col du Goudard, elle est bordée au nord-ouest par le truc du Midi et au sud par le causse des blanquets. Avec les raccordements modernes, Grèzes se retrouve à une dizaine de minutes en voiture de Marvejols et de l'autoroute A75.

Il existe en Lozère quatre grandes régions naturelles : l'Aubrac, la Margeride, les Cévennes et la région des grands Causses. C'est dans cette dernière que l'on retrouve la commune de Grèzes.

La commune de Grèzes est constituée de sept hameaux répartis autour du truc de Grèzes : Boudoux (sud-est), Chausserans (nord-est), Claurice (ouest), Clujans (sud-ouest), Grèzes « le Bourg » (sud), le Serre (sud-est) et Veyrac (est).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de huit communes :

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Comme son voisin le truc du Midi, le truc de Grèzes est une butte-témoin calcaire du Dogger qui surmonte des marnes du Lias. Le village de Grèzes se situe à la jonction de ces deux ensembles au niveau d'une rupture de pente[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le truc de Grèzes domine la vallée de la Jourdane, petite rivière située au fond de la vallée du même nom. Les hameaux du Bourg, de Clujans, du Serre et de Boudoux sont d’ailleurs orientés vers cette vallée. Les ruisseaux de Massigron traverse la commune, tandis que les ruisseaux de Raveyrines et de la Jourdane y prennent leur source (respectivement sur le hameau de Chausserans et de Veyrac)[3].

On retrouve des traces de puits au sommet du truc. De nombreuses sources et fontaines plus ou moins préservées sont présentes sur le territoire de la commune.

Climat[modifier | modifier le code]

Grèzes, à l'instar de la Lozère, profite d'un climat océanique chaud, combiné aux conditions météorologiques des milieux montagneux (été court et chaud, printemps pluvieux et hiver assez rude). En comparaison du climat présent dans les vallées périphériques, Grèzes qui est orientée principalement au Sud, bénéficie parfois d’un micro-climat plus sec et plus doux. Il est d’ailleurs fréquent de voir le truc de Grèzes « flotter » au-dessus d’une mer de nuage. L'altitude moyenne de Grèzes est de 871 mètres (de 709 à 1 032 mètres) ce qui la place souvent au-dessus de l'isotherme zéro degré local. L'enneigement y est donc plus un peu plus fréquent que dans les plaines de même latitude, et il n'est pas rare de voir les cols et trucs de Grèzes être nappés d'un fin manteau blanc. Grèzes a un ensoleillement annuel moyen identique à celui de Toulouse[4].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Site Natura 2000 sur le territoire communal.

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des directives habitats et oiseaux, constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 1]. Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la directive habitats : les « falaises de Barjac et causse des Blanquets »[6], d'une superficie de 2 267 ha, constituant un biotope favorable pour de nombreuses espèces de chauve-souris de la directive habitats[7].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

Carte de la ZNIEFF de type 2 localisée sur la commune.

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Une ZNIEFF de type 2[Note 2] est recensée sur la commune[8] : les « causses de Marvejols et de Mende » (18 190 ha), couvrant 24 communes du département[9].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Grèzes est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[10],[I 1],[11].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Mende, dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 31 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[I 2],[I 3].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des zones naturelles (62,1 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (60,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (48,1 %), forêts (31,6 %), zones agricoles hétérogènes (14 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (6,3 %)[12].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Grèzes : une grèze désigne en géologie un sable naturel grossier et caillouteux[13], souvent rencontré au pied de versants calcaires comme c’est le cas du truc de Grèzes. Le village tire naturellement son nom de ces sables « pierreux » typiques de la région.

Truc : en géographie un truc désigne dans certaines régions de France, une montagne arrondie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Grèzes, accrochée au truc du même nom.

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Les premières traces d'habitations sur le site de Grèzes remontent au Néolithique moyen et sont en léger décalage par rapport au village. C'est en effet sur le replat dit « du Moulin à Vent » que des fouilles archéologiques ont permis de mettre au jour des sépultures datant de −6 000. Sur les puechs et les trucs alentour on retrouve des traces d'utilisation d'outils. Les habitations autour du truc se sont ainsi perpétuées au fil des ans, occupant également les nombreuses grottes disponibles dans la région[14].

Antiquité[modifier | modifier le code]

Il doit s'agir d'un oppidum des Gabales, dont la capitale est Anderitum (actuelle Javols) depuis le règne d'Auguste (27 av. J.-C. - 14 ap. J.-C.)-. Cependant, rien ne prouve officiellement que la ville était le centre politique avant cette date[15].

Le truc de Grèzes a peut-être été un lieu important de leur survie durant les guerres qui secouent les Gaules jusqu'à l'arrivée de l'envahisseur romain. Au sommet du truc est donc construit un oppidum destiné à la défense en cas de guerre. Près de lui, sur le truc de Saint-Bonnet-de-Chirac, était également implanté un oppidum, où l'on a retrouvé un temple. La coutume locale évoque donc l'oppidum de Grèzes comme destiné à la guerre, et celui de Saint-Bonnet comme dédié au culte des dieux.

Sur cette carte on trouve Anderitum (Javols), Mimate (Mende) et Gredone (Grèzes).

À Grèzes, alors nommé Gredonense castrum, une forteresse est venue remplacer l'oppidum gaulois. En dessous de celle-ci (à l'emplacement actuel du village), le village de Gredone se construit durant une période de calme[14].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le castrum reste une place forte après la disparition de l'empire romain. Le château aurait été agrandi au fil des ans, et il semble qu'il ne faisait déjà qu'un avec le village à l'époque de saint Privat[Note 5].

En 732, les Sarrasins ravagèrent le pays et en 767, Pépin le Bref, qui venait de détruire le royaume aquitain de Toulouse, annexa le Gévaudan à ses terres. Cette comté passa à son fils Charles, le futur Charlemagne.

Charlemagne réorganise le pays en pagus, ainsi naît le Pagus Gabalitanus autrement dit le « pays gabale ». Le pagus est divisé en huit vigeries. Grèzes devient l'un des sièges de ces vigeries, aux côtés de Banassac, Miliac, Valdonnez, Chassezac, Vallée du Tarn, Dèze et Vallée française. Le domaine s'étend alors sur les deux vallées du Lot et de la Colagne.

Au IXe siècle, l'évêque Frézal vient fréquemment se ressourcer en la cité de Grèzes. Après sa mort, il sera d'ailleurs commémoré tous les [Note 6]. Le truc de Grèzes a longtemps porté le nom de « montagne Saint-Frézal ».

Sous la période des Capétiens Grèzes devient une vicomté et est donc placée sous l'égide des comtes du Gévaudan. Lorsque Douce de Gévaudan se marie en 1112, elle apporte à Raymond-Béranger le Gévaudan en dot. La vicomté de Grèzes (comté de Gévaudan) devient donc une possession des comtes de Barcelone puis du roi d'Aragon. Néanmoins, la comté sera perdue par la famille d'Aragon, au profit des comtes de Toulouse et du roi des Francs. Mais, peu à peu, en Gévaudan, les évêques de Mende prennent la souveraineté sur la province, notamment à la suite de la Bulle d'or royale obtenue par Aldebert III du Tournel. Cependant en 1266, l'évêque Odilon de Mercœur, abandonne à perpétuité la vicomté de Grèzes aux rois de France[16]. Cela est confirmé après l'acte de paréage de 1307, Mende est aux évêques, Marvejols est au Roi.

Le château est le témoin de la guerre de Cent Ans, et le renforcement des fortifications n'empêche pas les Anglais de s'emparer de la cité. Et ce n'est qu'après les victoires des troupes de Bertrand Du Guesclin sur les terres de Peyre environnantes, mais également la libération d'Apcher et du Randon, que Grèzes retrouve sa liberté, bien que fortement affaiblie.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Ce sont ensuite les guerres de religion qui secouent la région. Grèzes est d'ailleurs l'un des nombreux villages pillés par Matthieu Merle, pourtant mandé par la veuve d'Astorg de Peyre[Note 7] pour venger son mari des catholiques. Lieu stratégique dans le pays, Grèzes est occupée sept années par les troupes du capitaine huguenot. La forteresse est alors détruite en 1576 afin d'y chasser la compagnie de Merle. Cela ne l'empêche pourtant pas de conquérir Mende la nuit de Noël 1579.

Vers 1632, le roi Louis XIII ordonne que l'on démantèle les châteaux de Luc, Grèzes et Châteauneuf-de-Randon. C'est juste après la destruction du château sur le truc, qu'a alors été bâti le château encore visible de nos jours.

L'épidémie de peste de 1720 à Marseille se répand à partir de 1721 en Gévaudan. Un paysan de Corréjac (La Canourgue) ayant rencontré un galérien fuyant la cité phocéenne entra en contact avec le mal et contamina tant son village que celui de La Canourgue. À partir de ce moment-là, et malgré toutes les précautions prises, plusieurs foyers se déclarèrent en Gévaudan : Marvejols, Mende, Saint-Léger-de-Peyre, etc. Grèzes fait partie des villages les plus touchés par l'épidémie[17]. Selon le père l'Ouvreveul, la population de Grèzes avant la peste était de 322 personnes. Il a été dénombré 165 victimes sur le village même et alentour, soit 51,24 % de la population[18].

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

À la veille de la Révolution française, la vicomté de Grèzes était la possession de messire Guillaume de Périer, vicomte de Grèzes, baron de Mirandol et de Montialoux, seigneur de Puylaurent et autres lieux.. fermier général de Sa Majesté, administrateur général des domaines du Roi, secrétaire général de la Marine de France (né en 1720 (Lozère), décédé en 1792 Hôtel particulier de la Vrilière à Paris).

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Grèzes est membre de la communauté de communes du Gévaudan[I 4], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Marvejols. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[19].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Mende, à la circonscription administrative de l'État de la Lozère et à la région Occitanie[I 4].

Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Bourgs sur Colagne pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[I 4], et de la circonscription de la Lozère pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[20].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1846 1861 Jean-Louis Giral    
1965 1995 Bernard Pauc SE-FGDS Professeur de collège
1995 2004 Jean-Paul Thomas SE  
2004 2020 Patricia Brémond   Exploitante agricole, conseillère départementale, directrice d’office de tourisme, présidente du comité départemental du tourisme
2020 En cours Yannick Charbonnier   Exploitant agricole

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les « Grézois »[21].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[23].

En 2019, la commune comptait 233 habitants[Note 8], en augmentation de 21,99 % par rapport à 2013 (Lozère : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
390408592439458495498513443
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
451459452462445440436391417
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
405434421334285270301290192
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
444170193183235245235233190
2017 2019 - - - - - - -
224233-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Après le long déclin démographique inhérent à l’exode rural du XXe siècle, la population s’agrandit puis se stabilise à l’issue des Trente Glorieuses. Après une petite baisse du nombre d’habitants au début des années 2000, la population croît et se rajeunit, l’exode semble s’inverser avec l’arrivée progressive des habitants néoruraux qui permet au village de retrouver un petit élan démographique au cours des années 2010. Territoire rural par excellence, Grèzes jouit aujourd’hui d’une grande diversité de profils socio-économiques différents qui font le terreau d’un tissu social fort et d’initiatives locales solidaires.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La commune possède une petite salle polyvalente au rez-de-chaussée de l’ancien presbytère, elle accueille régulièrement de nombreux événements privés et festivités collectives. Plusieurs manifestations ont lieu au cours de l’année sur le territoire communal, de manière ponctuelle ou récurrente comme le cinéma drive en plein air, la nuit des étoiles, le carnaval des enfants, la fêtes de la musique, le festival de la grange, les sorties natures, sans compter les traditionnelles fête du pain et fête des voisins.

Environnement[modifier | modifier le code]

Depuis 2006, la commune de Grèzes est classée comme site Natura 2000. Inscrite à l’inventaire national du patrimoine naturel, elle abrite une très grande biodiversité en ce qui concerne la faune (mammifères, rapaces, oiseaux, batraciens, etc) et la flore (pelouses calcaires, orchidées, résineux, haies arboricoles, fruitiers sauvages, etc). La présence d'une mosaïque de milieux bocagers, associant des prairies naturelles, des parcelles cultivées, des vergers, des pâturages, des ripisylves, des haies, des boisements et des cavités dans les falaises constitue un biotope favorable pour de nombreuses espèces de chauve-souris de la Directive Habitats. Les grottes en particulier abritent des rassemblements hivernaux très importants[26]

Associations[modifier | modifier le code]

La commune jouit d’un important maillage associatif (une association pour 20 habitants) et d’un éclectisme culturel et social important (foyer rural, fête des voisins, festivals musicaux, projets collectifs, rencontres des ainés, initiatives citoyennes, maison d’édition, marche sportive, chorale, etc)[27].

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

La commune possède un petit terrain de football/handball situé au jardin du curé près de l’église, ainsi que d’un terrain de pétanque et d’un terrain de basketball cimenté situés en bas du versant est du truc de Grèzes.

De nombreux chemins de petite randonnée (PR à balisage jaune) et grande randonnée (GR à balisage blanc et rouge) traversent les hameaux de la commune. C’est notamment le cas du célèbre Chemin Urbain V qui traverse les hameaux de Clujans, du Bourg-centre et de Boudoux.

Quelques caches de géocaching sont dissimulées dans et aux alentours de Grèzes.

Le territoire de la commune est aussi traversé par de nombreux chemins communaux et bocagers (entourés de haies pérennes) non balisés mais propices aux petites balades (marche, VTT, cheval) en milieu naturel, à la cueillette de fruits et plantes sauvages (règlementé) et à l’observation d’animaux (rapaces, renards, chevreuils, écureuils, etc).

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus[modifier | modifier le code]

En 2018, la commune compte 81 ménages fiscaux[Note 9], regroupant 186 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 20 790 [I 5] (20 420  dans le département[I 6]).

Emploi[modifier | modifier le code]

Taux de chômage
2008 2013 2018
Commune[I 7] 1,3 % 3,3 % 6,5 %
Département[I 8] 5 % 6,4 % 7,1 %
France entière[I 9] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 144 personnes, parmi lesquelles on compte 65,3 % d'actifs (58,9 % ayant un emploi et 6,5 % de chômeurs) et 34,7 % d'inactifs[Note 10],[I 7]. Depuis 2008, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est inférieur à celui de la France et du département.

La commune fait partie de la couronne de l'aire d'attraction de Mende, du fait qu'au moins 15 % des actifs travaillent dans le pôle[Carte 2],[I 10]. Elle compte 35 emplois en 2018, contre 35 en 2013 et 85 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 86, soit un indicateur de concentration d'emploi de 40,6 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 49,5 %[I 11].

Sur ces 86 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 24 travaillent dans la commune, soit 28 % des habitants[I 12]. Pour se rendre au travail, 83,1 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 3,6 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 13,3 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 13].

Activités[modifier | modifier le code]

De nombreuses entreprises sont situées sur le territoire de la commune :

  • artisans et indépendants : plâtrier, couvreur, sophrologue, accompagnateur de montagne, arboriculteur, maçon, maraîcher, accordeur de piano, élagueur, plombier, professeur, artiste, etc ;
  • exploitations agricoles : quelques paysans en agriculture biologique et conventionnelle (bovins, caprins et ovins) ;
  • hébergements : gîtes et chambres d’hôtes.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Frézal de Grèzes

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Frézal est inscrite au titre des monuments historiques dans sa totalité depuis le [28]. Les premières mentions de son existence remontent au XIIIe siècle. En 1424, elle est annexée à la collégiale de Marvejols. De nombreux objets sont référencés dans la base Palissy (voir les notices liées)[28].

L'église est dédiée à saint Frézal.

Cette église contient de nombreux objets classés ou inscrits à l'inventaire des monuments historiques : une statuette[29], trois statues[30], un plat de quête[31], l'ensemble maître-autel, tabernacle et retable[32], un tableau[33], un calice[34], un reliquaire[35], une statue[36], un ostensoir[37] et un pavillon de ciboire[38].

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château bas[modifier | modifier le code]

Le château en ruine visible au centre du Bourg, parfois appelé « château bas » n'a pas de lien avec la grande forteresse (castrum) du sommet du truc qui a fait la réputation de Grèzes. Il a été construit justement après la demande de destruction du castrum, sous les ordres de Richelieu, et date donc du XVIIe siècle. Il s'agit d'un bâtiment privé de quatre étages qui possédait plusieurs tours mais dont une seule subsiste aujourd’hui, les autres ont été détruites pendant les guerres de Religion du début du XVIIIe siècle. Ce bâtiment est en ruine depuis un incendie survenu en 1972[14].

Forteresse[modifier | modifier le code]

La forteresse (castrum) qui a eu une grande importance pour les Gabales et les Gévaudanais au fil des siècles n’a pas résisté aux affres du temps. Au sommet du truc, on retrouve une partie des différentes périodes de fouilles archéologiques et les restes d'un puits, seuls vestiges encore visibles de la forteresse. Une autre zone de fouilles sur le site du « Moulin à Vent » a révélé des tombes datant du Néolithique et du Moyen Âge[14].

Sentier d’interprétation[modifier | modifier le code]

Depuis l’est du bourg de Grèzes jusqu'au sommet du truc, un sentier d'interprétation a été mis en place dans le cadre de la charte Natura 2000. Il est jalonné de plusieurs panneaux informatifs et ludiques qui expliquent l'histoire naturelle de Grèzes à travers notamment sa topographie, ses paysages, son reboisement et sa faune sauvage[39].

Ferradous et four banal[modifier | modifier le code]

Au centre du bourg, un four banal en parfait état de fonctionnement est utilisé et entretenu à l'occasion de festivités annuelles. Partie intégrante du petit patrimoine vernaculaire de la commune, de nombreux ferradous jalonnent les différents hameaux de la commune. Ils ne sont plus aujourd'hui en état de fonctionnement[14].

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

À proximité de la mairie, un « micro-musée » sous forme d’exposition relate l'histoire de la commune. Il est situé dans une salle voûtée donnant sur l’extérieur.

L'espace socio-culturel « ESC du Moulin du Vent » a été érigé en 2012, au bénéfice de l'ensemble du bassin marvejolais[39].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[5].
  2. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Le village de Grèzes est situé à 200 mètres du sommet du truc, avec un dénivelé très important
  6. C'est le que l'évêque Frézal aurait été assassiné par son neveu, Bucilinus.
  7. C'est la mort de Matthieu Merle la nuit de la Saint-Barthélemy qui déclenche la guerre en Gévaudan.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  9. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  10. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  2. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Commune rurale - définition » (consulté le ).
  2. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  3. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  4. a b et c « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Grèzes » (consulté le ).
  5. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Grèzes » (consulté le ).
  6. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans la Lozère » (consulté le ).
  7. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Grèzes » (consulté le ).
  8. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la Lozère » (consulté le ).
  9. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  10. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  11. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Grèzes » (consulté le ).
  12. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  13. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. IDYLYK : agence multimédia - www.idylyk.com, « Les fondements des paysages », sur paysages.languedoc-roussillon.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Grèzes - Mairie de Grèzes et sa commune (43170) (Haute-Loire). », sur Annuaire-Mairie (consulté le ).
  4. « Ensoleillement et climat sur Grèzes - Mairie de Grèzes et son village (Haute-Loire). », sur annuaire-mairie.fr (consulté le ).
  5. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  6. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Grèzes », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  7. « site Natura 2000 FR9101375 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  8. « Liste des ZNIEFF de la commune de Grèzes », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  9. « ZNIEFF les « causses de Marvejols et de Mende » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  10. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  13. « Définition de grèze - Encyclopædia Universalis », sur universalis.fr (consulté le ).
  14. a b c d et e « Entre Mende et Marvejols Grèzes, Palhers, la vicomté de Gévaudan, la vie contée de Gévaudan ». 1999. Éliane Dubost-Vedel
  15. La cité est dans le pré : Javols, capitale antique du Gévaudan, édité par le conseil général de la Lozère, 2008, p. 19.
  16. Historique
  17. Félix Buffière, Ce tant rude Gévaudan [détail des éditions], Tome II, chap. 40.
  18. [PDF] Statistiques de la peste de 1721 en Gévaudan.
  19. « communauté de communes du Gévaudan - fiche descriptive au  », sur la Base nationale sur l'intercommunalité (consulté le ).
  20. « Découpage électoral de la Lozère (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  21. « Grèzes - Mairie de Grèzes et sa commune (48100) (Lozère). », sur Annuaire-Mairie (consulté le ).
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  26. Museum national d'Histoire naturelle, « INPN - FSD Natura 2000 - FR9101375 - Falaises de Barjac et causse des Blanquets - Description », sur mnhn.fr (consulté le ).
  27. « Associations de la ville de Grèzes : 11 associations », sur Gralon (consulté le ).
  28. a et b « Eglise paroissiale Saint-Frézal », notice no PA48000009.
  29. « Statue », notice no PM48000017.
  30. « Trois statues », notice no PM48000016.
  31. « Plat de quête », notice no PM48000015.
  32. « Maître-autel, tabernacle et retable du maître-autel », notice no PM48000191.
  33. « Tableau : saint Roch et saint Frézal », notice no PM48000192.
  34. « Calice », notice no PM48000431.
  35. « Reliquaire de saint Privat », notice no PM48000432, base Palissy, ministère français de la Culture.
  36. « Statue : Vierge à l'Enfant », notice no PM48000442.
  37. « Ostensoir », notice no PM48000433.
  38. « Pavillon de ciboire », notice no PM48000435.
  39. a et b « Grèzes, Village à visiter Lozere, Visite Village du Gevaudan », sur Gévaudan authentique, (consulté le ).