Grève des professeurs à Oaxaca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Au Mexique, la ville d'Oaxaca de Juárez est depuis le mois de juin 2006 en situation quasi-insurrectionnelle[1].

La première étape se situe le 22 mai avec une impossibilité de négocier, le gouverneur du PAN de l'État de Oaxaca s'étant déclaré incompétent pour traiter avec les représentants de la section 22 du SNTE compte tenu de la nature de leurs revendications salariales (les salaires relèvent de l'administration fédérale mexicaine).

Ces salariés du gouvernement fédéral craignant de perdre leurs acquis sociaux en matières de retraites, soins médicaux, etc. qui leur avaient été concédés durant la longue période où le PRI membre de l'internationale socialiste était au pouvoir au niveau fédéral, par exemple 3 mois de salaire payé (aguinaldo) en plus chaque année alors que la loi sur le travail (article 85) prévoit 15 jours payés, 3 mois de vacances annuels payés alors que la loi sur le travail (article 76) prévoit 6 jours payés[2].

Barricade bloquant une rue et graffiti des manifestants, centre-ville de Oaxaca de Juarez, le 24 juin 2006.

Un mouvement « populaire » mené par les instituteurs occupe pacifiquement la place principale de la ville. Le 14 juin, la police a tenté de les déloger violemment (8 morts, 15 disparus). Depuis le mouvement résiste et s'organise, en témoigne la création de l'Assemblée populaire des peuples de Oaxaca (l'APPO). Ils demandent la chute du gouverneur en place (Ulises Ruiz Ortiz) et la tenue de nouvelles élections.

Occultation ou négligence ?[modifier | modifier le code]

Au niveau national, la presse ne s'intéresse pas trop à ces événements, d'autres sujets préoccupants au quotidien (délinquance organisée, banditisme, vandalisme, vols en tout genres, assassinats, trafic de stupéfiants, prostitution, exploitation des enfants, manque d'emplois, hausse des prix, insécurité routière, manque d'infrastructures, pollution, bruit, changements climatiques, etc.) noient toute information.

En France, il faut savoir qu'aucune télévision française n'a parlé de cet événement dans un journal télévisé grand public. Même la presse écrite parle peu de l'événement, hormis le journal Le Monde, et les médias alternatifs dont Indymedia, dont un reporter est tué sur place.

Article détaillé : Révolte de Oaxaca#Médiatisation.
Manifestation en centre-ville du 22 juin 2006.

Nouvelle étape[modifier | modifier le code]

On peut considérer que cette grève circonscrite à une catégorie professionnelle passe sur un plan beaucoup plus étendu après le 27 juin, date qui voit l'instauration de l'APPO et le déclenchement d'une grève très bien organisée dans l'état entier.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mexique : quasi-insurrection à Oaxaca Publié le 28/10/2006 à 23:00
  2. SNTE et site de consultation des lois : www.diputados.gob.mx.leyes-biblio/pdf/

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La Commune d'Oaxaca. Chroniques et considérations, Georges Lapierre (préface de Raoul Vaneigem), Rue des Cascades, Paris, 2008 (ISBN 978-2-917051-03-0)

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Mobilisation du site de dagost images, vidéos, informations, liens et éphéméride Lien → à propos de l'insurrection à Oaxaca censuré par la totalité des médias européens non indépendants.