Grândola, Vila Morena

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Grândola, Vila Morena
Description de cette image, également commentée ci-après
Mur à Grândola en hommage à la chanson
Chanson de Zeca Afonso
extrait de l'album Cantigas do Maio
Sortie
Enregistré
Hérouville (France)
Durée 3:04
Auteur-compositeur Zeca Afonso

Pistes de Cantigas do Maio

Grândola, Vila Morena est une chanson portugaise composée par Zeca Afonso, qui raconte la fraternité des habitants de Grândola, une ville située dans l'Alentejo, au sud du Portugal. Elle est considérée par le régime d'Antonio de Oliveira Salazar, l'Estado Novo, comme exaltant les idées communistes, étant ainsi censurée. Elle est associée à la révolution des Œillets et à la restauration de la démocratie au Portugal.

Historique[modifier | modifier le code]

Le , à minuit quinze, cette chanson est diffusée à la radio portugaise Radio Renascença et sert de signal pour commencer la révolution qui renverse le régime. Elle est ainsi associée à la révolution des Œillets et au retour de la démocratie au Portugal.

Cette chanson gagne aussi une grande reconnaissance par la voix de l'une de ses interprètes, Linda de Suza. Elle est même enregistrée en 1974 par la chanteuse nationale de fado, Amália Rodrigues, pourtant critiquée pour sa proximité avec le pouvoir de Salazar.

Au XXIe siècle, à partir du , jour où un groupe de députés de gauche chante cette chanson révolutionnaire à l'assemblée des députés, cette chanson est reprise lors des manifestations massives pour s'opposer à l'austérité imposée par le gouvernement[1].

En 2021, de nombreuses personnes découvrent la chanson dans la série espagnole La casa de papel. La série intègre en effet Grândola, Vila Morena à la fin de son cinquième épisode, saison 5. Cette chanson, qui est ainsi associée à la révolution, se veut ainsi, dans cet épisode, un symbole de résistance.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Zeca Afonso - Grândola, Vila Morena » [vidéo], sur YouTube (consulté le )

Article connexe[modifier | modifier le code]